L’Espagne à moto #4 : De Fuentalbilla à Toledo


Une ombre dans le désert...

En plus d’être la région de mon enfance, Castilla la mancha est aussi la région de Don Quijote, et de son combat imaginaire contre les moulins à vents. Je décide donc de me rendre à Toledo en passant par Consuegra et sa route des fameux moulins. Le tout suivi par ma famille en voiture, qui souhaite aussi découvrir cette partie de notre région. Grâce à eux, je peux enfin illustrer mon article avec autre chose que des selfies !

Dimanche 11h30, 36°C – fait plutôt frais ce jour-là. Je ne sais pas si c’est le tournoi de volley de la veille ou l’après tournoi de volley, mais le départ n’est pas facile. Direction La Roda, ville qu’on atteindra en suivant la route nationale menant à Toledo. Il faut savoir que Toledo et Fuentealbilla se situent toutes deux sur les hauts plateaux de Castilla la Mancha. En d’autres termes, les routes sont ici plus semblables à la mythique ligne droite de la route 66 qu’aux virolos du col du Stelvio empruntés par mes collègues Thibaut et Arthur

Pas d'excuse : malgré la chaleur, il faut rouler équipé !

Pas d’excuse : malgré la chaleur, il faut rouler équipé !

Un peu d’adrénaline dans le désert manchego

S’enchaînent des bouts de droit de 25 km entres les villages manchegos, à travers un paysage désertique où les chardons se disputent les hectares à perte de vue avec les vignes. Bref un petit air d’Amérique au milieu des terres ibériques, petit bonheur accentué par quelques petites pointes à 160 km couché sur le réservoir et la tête dans le guidon. Un plaisir qui coûte cher : j’ai quand même réussi à me faire flasher au beau milieu du désert… Heureusement que je ne roule pas en hyper sportive, ça m’aurait déjà coûté mon permis ! Cela dit, cinq minutes à ce rythme en Harley m’ont économisé une bonne séance de muscu donc ça allège le bilan. Allez, je me remets à rider tranquillement a 90 km/h, la Forty Eight et son pilote sont plus dans leur élément à ce rythme !

La Roda. Après un énième arrêt pour faire le plein, direction Quitanar del Rey, où passe un tronçon du chemin de Don Quijote et où débute également l’illustre « camino de santiago », le chemin de St Jacques de Compostelle. Malgré tous ces itinéraires très fréquentés, en ce dimanche 15 août, pas l’ombre d’un randonneur ou d’un pèlerin à l’horizon…

Quitanar del Rey, petite ville sur la route de Toledo

Quitanar del Rey, petite ville sur la route de Toledo

Usinage de pneu au format carré…

Enfin un restaurant ouvert… Nous nous attablons afin de déguster quelques tapas typiques ainsi qu’un poulet rôti à la manchega. A la sortie du restaurant je ne sais pas si c’est la chaleur ou la digestion, mais les premiers kilomètres me paraissent une éternité. Il faut dire qu’en se rapprochant de Tolède, la température a quand même pris 8 ou 9 degrés, ce qui transforme mon casque en étuve.

Deux lignes droites de 20 km à rendre les pneus carrés nous mènent à Consuegra, petit village aux rues étroites. L’endroit est charmant avec son château et sa célèbre route des moulins. Je suis coupé dans mon élan par un policier local qui me demande de me garer sur un grand parking situé au pied de la route. Une fois stationné, il m’informe que cette route touristique est interdite à tout véhicule. Seule option possible : prendre le bus pour pouvoir aller visiter les moulins – le tout pour la modique somme de… 24 € ! Vous avez dit piège à touriste ?

La route des moulins à Consuegra. Exclusivement réservée aux Harley !

La route des moulins à Consuegra. Exclusivement réservée aux Harley !

Privilégié sur la route des moulins

Commence alors une longue négociation, où je lui explique que je fais un reportage sur les routes espagnoles à moto et qu’elle fait partie des routes dont j’aimerais parler… Par chance, un responsable arrive, lui-même motard ET fan de Harley ! Il me laisse « exceptionnellement » monter, mais juste pour un aller-retour. Je saute sur l’occasion et sur ma belle et savoure les quelques centaines de mètres flambants neufs surplombants Consuegra… Magnifique !

Petite pause rafraîchissante pour moi et la moto, puis on prend la direction de Toledo. Surprise, une nouvelle ligne droite interminable, histoire de parfaire mon bronzage… Je commence à sérieusement regretter les somptueux virages de Cullera ! Par chance, les petits villages typiques de la Manche qui s’égrènent au fil des kilomètres rendent la chasse aux kilomètres délicieuse.

Un constat s’impose à moi pendant ce voyage sur le réseau secondaire espagnol : les nationales sont désertes, et beaucoup d’hôtels et restaurants essaient de survivre comme ils peuvent à la concurrence des autoroutes toutes proches… Par endroit, l’image est saisissante, d’un côté vous avez l’autoroute bondée, de l’autre la nationale – pourtant superbe – totalement vide. Tout ça pour gagner 20 km/h ! Ça prête à réfléchir sur le sens que prennent nos sociétés.

L'arrivée à Toledo

Sur la route…

L’arrivée à Toledo

L’arrivée sur Toledo est vraiment superbe. La ville m’évoque un peu une sorte de las Vegas Manchego, parce qu’elle semble plantée en plein milieu du désert… Sur les hauteurs s’offre une vue magnifique sur la ville, dominée par l’alcazar de Toledo. Cet ancien palais mauresque transformé plus tard en prison est aujourd’hui devenu l’un des musées incontournables de Tolède. Le périple du jour s’achève ici. Il aura eu le mérite d’épargner mes cale-pieds et m’aura vraiment donné un goût d’Amérique…

Nous resterons trois jours sur Toledo. Suivra une bonne visite de Madrid, à 45 min de là. Je vous épargne le récit du trajet : 80 km de voie rapide surchargée, qui ne seront pas sans me rappeler nostalgiquement l’A1 pour aller bosser un jeudi matin ! Cela dit, Madrid à moto, c’est un peu comme chercher à faire un moonwalk en boite de nuit, ce n’est pas la meilleure idée qui existe… J’ai laissé ma moto Plaza Mayor et ai parcouru cette belle ville à Pied.

Très bientôt, départ pour Fuentealbilla en passant par Aranjuez et son palais royal !

A bientôt pour de nouvelles aventures et n’oubliez pas de freiner.

Merci à Marjo pour ses photos

L'ombre de Don Quichotte plane partout dans la Mancha...

L’ombre de Don Quichotte plane partout dans la Mancha…

Tags Roadtrip

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Bruno

Membre émérite du service client Motoblouz, je suis un grand fan de customs, en particulier de Harley-Davidson ! Vous pouvez aussi me retrouver sur la chaîne Youtube de Motoblouz, où j'anime les vidéos produit avec PEB...

Echangez avec notre communauté !

Aucun commentaire

Ajoutez le votre

Loading Facebook Comments ...