Essai casque AGV K-5


Il vous faut un casque pour vos sorties sportives et un autre pour aller travailler tous les matins ? AGV va vous simplifier la vie avec son K-5, un intégral en fibre qui joue sur les deux tableaux avec brio. Essai complet !

Chez AGV, cette année, le renouveau s’appelle K-5. Ce remplaçant du K-4 lorgne lui aussi du côté des motards à cheval sur les catégories routière et sportive. Et il faut avouer que si vous êtes du genre à alterner les trajets quotidiens, les périples d’un week-end et les sorties avec ouvertures des gaz en grand, cet intégral a plus d’un argument caché sous sa calotte !

L’AGV K-5, un vrai casque sport-GT

Premier bon point qui le distingue d’emblée de son prédécesseur : en dépit de ses traits sportifs, il adopte un écran solaire secondaire efficace et pratique. Celui-ci, bien couvrant, se déploie d’un geste, en poussant le levier disposé au niveau de l »articulation de l’écran extérieur. Plus étonnant, l’intégral abandonne la boucle micrométrique pour une fermeture par boucle double-D héritée des modèles racing du fabricant italien. Si cette dernière est simple d’utilisation une fois qu’on a pris le tour de main, elle risque (à tort) de faire un peu peur aux débutants. Pourtant, niveau sécurité et optimisation du serrage, on n’a pas trouvé mieux !

Le dernier né d’AGV revendique de plus d’excellentes capacités d’absorption des chocs. Une caractéristique que nous n’avons pas testée sur le terrain (mon abnégation a des limites), mais qui mérite d’être présentée malgré tout. La calotte – la coque extérieure du casque – associe fibre de verre et de carbone pour une répartition de l’impact sur le plus de surface possible. De même, le calottin, cette couche de polystyrène expansé disposé à l’intérieur du casque, assemble des éléments de quatre densités différentes pour un amortissement idéal pour chaque zone de la tête. Signalons également la courbure prononcée du bas du casque, étudiée pour préserver les clavicule en cas de chute. Bien vu !

Confort intérieur de très bon niveau

Quand on l’enfile, le AGV K-5 met tout de suite à l’aise. Doux au toucher, offrant une pression régulière sur le crâne, l’intérieur s’avère particulièrement agréable. Entaillé d’ouvertures juste au niveau des ventilations et équipés d’inserts plus tendres au niveau des tempes pour accueillir sans gêne les branches de lunettes, il bénéficie d’une conception aboutie. Des pads à placer à hauteur des oreilles permettent en outre d’optimiser le silence à bord si vous n’avez pas d’intercom, donc pas d’oreillettes à loger dans ces espaces.

On retrouve également dans le carton du casque une lentille Pinlock à monter sur l’écran pour réduire la formation de buée à néant. Dans cette version MaxVision, elle n’entrave quasiment pas le champ de vision, une nouvelle d’autant plus appréciable que celui-ci a été particulièrement choyé sur le K-5. L’ouverture dans la calotte s’avère en effet bien haute, beaucoup plus que sur un casque sportif, un vrai plus pour le confort visuel et donc la sécurité, aussi bien avec la posture droite tenue sur un trail qu’en mode limande sur une sportive radicale !

Performance et confort

Démarrage. Le travail en amont sur le design de la calotte en soufflerie et par des pilotes expérimenté, qui explique que l’AGV K5 se rapproche visuellement du fleuron racing de la marque (le Pista GP de Rossi) a porté ses fruits. La pénétration dans l’air est sensiblement au-dessus du lot à ce prix, et le bruit est maîtrisé. On gagne grandement en confort par rapport à un casque plus sportif ! Le poids – dans la moyenne – est suffisamment bien réparti pour se faire oublier instantanément.

Du côté de la ventilation, Le bilan est plus mitigé. Quand on prend en main le casque pour la première fois, on s’inquiète de la manipulation des prises d’air frontales, qui paraissent difficiles à fermer pour certaines. Et finalement, une fois le casque sur la tête, il n’en est rien. Ouverture et fermeture de ces aérations ne posent pas de problème, même avec des gants moto, une chance car ce sont celles qui jouent le rôle le plus important. Seules les ventilations sur la mentonnière (à ouvrir côté intérieur) et de l’extracteur arrière restent plus difficiles d’accès. Celles-ci ne peuvent être actionnées que le casque retiré. Pour autant, ce n’est pas un vrai problème, puisqu’un léger flux d’air circule continuellement sur le visage. S’ajoute à cela un système de micro-ventilation (un poussoir qui écarte l’écran de son joint) qui favorisera le désembuage si le Pinlock Max Vision vient à rendre la main – ce dont on doute.

Poids7
Ergonomie9
Confort intérieur9
Ventilation8.5
Silence8
Finition9

Notre avis : 100% sport, 100% route !

S'il n'est ni le plus sportif, ni le plus routier des casques de chez AGV, le K-5 s'en sort haut la main dans ces deux champs d'action. Apte à encaisser les élans sportifs avec sa prise au vent moindre et sa bonne ventilation, il ne manquera pas de confort en balade relax avec son intérieur agréable et son écran solaire ou au quotidien avec sa lentille Pinlock... Un vrai caméléon qui, pour ne rien gâcher, dispose d'un look vraiment gratifiant. Décidément, un bon parti, le K-5 !
8.4
Tags Route

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

Echangez avec notre communauté !

Aucun commentaire

Ajoutez le votre

Loading Facebook Comments ...