Essai gants chauffants Bering Vesuvio


Debout les campeurs et haut les cœurs, n’oubliez pas vos gants chauffants parce que ça caille aujourd’hui ! J’ai testé pour vous les nouveaux Bering Vesuvio pendant 2 mois et je suis même allé me cailler sur les hauts plateaux d’Auvergne par -5°. Merci qui ?

Un niveau de chauffe honorable

J’aurais pu commencer par vous faire la fiche technique de ces gants chauffants Bering Vesuvio mais bon… Admettons-le, on est ici surtout ici pour savoir si ça chauffe ! Alors allons droit au but : oui, ça chauffe bien !

Les cellules chauffantes sont disposées sur le dos de la main et sur la face postérieure des doigts. Le bout des doigts et l’intérieur de la main ne sont malheureusement pas chauffés mais cette carence n’est pas rédhibitoire pour autant. Pour les plus frileux, la combinaison avec des poignées chauffantes me semble indispensable.

Lorsque le thermomètre coule à pic et fricote avec le 0° (et je vous parle même pas de la température ressentie réellement en roulant), les gants Bering Vesuvio ne fourniront pas une chaleur suffisamment puissante pour vous réchauffer si vous grelottez déjà. Mais ces gants chauffants vous permettent de conserver les mains à bonne température si vous les activez dès que vous prenez la route. Finie la punition des doigts paralysés par le froid… !

Bering nous gratifie de trois niveaux de puissance indiqués par un voyant rouge graduel. Seuls les deux modes de chauffe les plus puissants vous seront utiles. Le niveau 2 est suffisant autour de 10°, et le niveau 3 devient indispensable lorsque le thermomètre chute en-dessous de 5°. Je n’ai pas trouvé l’utilité du niveau 1, beaucoup trop faible à mon avis.

Des batteries à la longévité record mais malheureusement inégale

Les gants Bering Vesuvio fonctionnent sur batteries, bien rangées sur la face antérieure du poignet. Elles prennent de la place mais on s’y habitue rapidement. Elles ne gênent jamais.

Mais attention : il ne s’agit pas de gants hybrides, vous ne pouvez donc pas les brancher sur une prise 12 Volts lorsque vous vous élancez à moto. L’autonomie des batteries est donc la question cruciale pour savoir si ces gants méritent une place dans le paquetage des baroudeurs, et des motards du quotidien qui ne veulent pas recharger leurs gants 2 fois par jour.

Bering annonce 2h30 d’autonomie au niveau 3 de chauffe. Mais on est bien loin de la réalité… J’ai pulvérisé ce score lors de mon test, pour réussir à atteindre 4h d’autonomie à pleine puissance ! On a de quoi voir venir. Comptez 3h30 pour la recharge complète des batteries, sur prise secteur uniquement.

Seule ombre au tableau : les batteries n’ont pas une autonomie égale. Motoblouz m’a envoyé deux paires de batterie pour ce test. Toutes les batteries ont tenu plus longtemps que ce qui est annoncé par Bering, mais leur autonomie n’est pas identique. Les batteries de la première paire ont tenu respectivement 3h00 et 3h30, et celles de la seconde paire 3h et 4h (à puissance max).

Ces scores sont admirables dans l’absolu, mais ce manque d’homogénéité est un défaut qui doit être souligné. D’année en année la technologie des gants chauffants sur batterie progresse mais il reste encore une marge de progrès.

Les Bering Vesuvio, de très bons gants, même hors chauffe

Si vous êtes plus endurant que les gants Bering Vesuvio ou s’ils vous font le coup de la panne-sèche sur votre trajet quotidien, vous commencerez sans doute à vous inquiéter de leurs performances en tant que gants à proprement parler.

Les Bering Vesuvio sont de très bons gants, même sans chauffer. Ils répondent à toutes les nouvelles normes d’homologation CE EPI (niveau 1 KP) et sont aussi confortables que vos chaussons préférés. Ils sont fabriqués en softshell et sont donc à la fois étanches, souples et légers à porter. La doublure thermique à l’intérieur est très agréable au contact de la peau. Il n’y a aucune couture mal placée qui pourrait transformer n’importe quel long trajet en véritable calvaire.

Ils n’ont pas peur de la pluie, mais il faut souligner que l’humidité finira par se faire sentir après plusieurs heures sous la pluie lorsque la fonction chauffante n’est pas activée. Si vous êtes un adepte de la moto amphibie je vous conseillerais d’opter pour des gants en Gore-Tex, ou en Sympatex (moins cher et tout aussi performant).

Sécurité10
Fonction chauffante9
Isolation (hors chauffe)8
Autonomie des batteries9.5
Confort10
Imperméabilité9.5

Mon avis : foncez !

Les gants chauffant Bering Vesuvio ont tout ce qu'il faut pour se faire une place dans le paquetage des baroudeurs et des motards du quotidien. Leur excellente autonomie vous permet de prendre la route sans trop se soucier ce qui vous attend... Et même si les batteries vous font le coup de la panne, vous pourrez compter sur les qualités des Bering Vesuvio pour protéger vos doigts jusqu'à la prochaine recharge. Si vous êtes très frileux, pensez à mettre des sous-gants ou à allumer vos poignées chauffantes.
9.5

Partagez cet article

facebook-profile-picture

Le Motarologue

Motard, remonteur de file certifié niveau 4 et spécialiste de l'interfile parisien. Je roule tous les jours, par tous les temps, parce que je suis complètement maso et j'aime ça ! Dès que j'ai 5 minutes et suffisamment d'essence, j'enfourche mon V-Strom pour quitter le béton parisien. Je poursuis inlassablement cette sensation unique, que l'on ressent lorsqu'on s'enferme sous son casque et qu'on bouffe de la borne jusqu'à plus soif !

Echangez avec notre communauté !

Aucun commentaire

Ajoutez le votre

Loading Facebook Comments ...