Essai tés de fourche Neken SFS


Vous êtes sur le point de changer les tés de fourche de votre moto cross ? Attendez de découvrir les Neken SFS ! Ce produit dispo au catalogue Motoblouz depuis peu ne se contente pas de remplacer l’origine, mais apporte un vrai plus au pilote question performance. On vous dit tout dans cet essai !

Remplacer les tés de fourche de sa moto, c’est parfois une simple question de style. Usinées et anodisées, il faut reconnaître que ces pièces cross apportent un sacré cachet à l’avant de votre machine. Mais cette upgrade peut aussi être l’occasion de gagner en performance et en confort… C’est le cas avec les té de fourche Neken SFS, que nous distribuons depuis peu chez Motoblouz.

Neken SFS, un kit fabriqué en France

Vous ne connaissez pas Neken ? Cette société implantée dans le Maine-et-Loire développe et fabrique des pièces moto gravitant autour du guidon – sur place, ce qui mérite d’être mis en avant ! Cintres, tés de fourche, pontets, poignées et mousses principalement. Depuis une vingtaine d’années déjà, certains constructeurs font d’ailleurs appel à son savoir-faire pour leurs motos de série, aussi bien dans le milieu du moto-cross que sur la route. Citons KTM, BMW, Beta et Triumph parmi d’autres. Signe qu’il existe un secteur de la pièce moto dynamique en France !

Aymerick, notre pilote de test favori en TT, a eu la chance d’essayer l’un de leurs ensembles SFS (pour Smooth Feeling System), qui comprend tés de fourche et pontets. Leur spécificité, c’est que les pontets offrent un amortissement hydraulique et pneumatique complémentaire à celui de votre fourche. Les quelques millimètres de débattement supplémentaires permettent de limiter la violence des chocs les plus costauds. Convaincu par son efficacité, Aymerick nous a expliqué que sur les sauts les plus importants débouchant sur une réception à plat, on ressent beaucoup moins l’onde de choc transmise par la fourche, à l’approche de la butée. Et quand on a jeté un œil après la séance d’essai sur le plongeur, on a bien constaté que le joint torique témoin s’était écarté du té supérieur, signe que le système à joué son rôle. Et si la question vous a traversé l’esprit, ce système n’a par ailleurs aucune incidence sur le pilotage.

Plus d’amortissement = moins de fatigue

L’avis d’Aymerick au terme de plusieurs sessions d’essais (et de l’Enduropale Juniors, accessoirement), c’est que le système des Neken SFS réduit considérablement la fatigue des avant-bras. Moins de fatigue, c’est également moins de crispation, et donc moins de risque d’être victime du syndrome des loges… Également nommée « arm pump », cette pathologie touche les pilotes dont les avant-bras tétanisent trop souvent. Sans entrer dans les détails, les effets du syndrome des loges, c’est qu’il devient difficile d’actionner les leviers de frein et d’embrayage. Un mal qui peut même déboucher sur une opération s’il n’est pas pris au sérieux !
Notez qu’il est aussi possible de régler la pression d’air histoire d’ajuster l’amortissement à ses besoins. Il vous faudra pour ça une pompe haute pression, puisque le système tolère jusqu’à 11 bars – Neken en propose une pour un peu moins de 35 €.

Bien finis et bien pensés

Et puis esthétiquement, les tés sont tout simplement magnifiques… Taillés dans un alliage de qualité aéronautique baptisé Tridium, ils se voient anodisés en bleu (ou en rouge, selon la moto renseignée dans notre sélecteur !) La différence de poids avec les tés d’origine n’est pas monstrueuse, mais puisqu’elle limite la fatigue, l’adoption des tés Neken SFS est de toute façon bénéfique. Sans compter que pour ceux qui mettent les mains dans le cambouis, le montage est aisé : le roulement inférieur Pivot Works est monté d’origine (donc bien monté), et les différents couples de serrage sont indiqués directement à côté de chaque vis. Pratique et canon !

Du côté des désagréments, pas grand-chose à signaler. En tout cas, rien qui concerne le pilote ! Le mécano, lui, regrettera peut-être qu’il soit impossible de mettre ultérieurement en place un vase d’expansion, puisque la place de part et d’autre de la colonne de direction est occupée par le système d’amortissement. Il faudra donc le fixer ailleurs. Et puis Franc, qui s’est chargé du montage des tés, a également signalé que la valve de remplissage d’air rendait le montage de la plaque-numéro délicate : ses gros doigts (musclés, évidemment) n’accèdent que difficilement aux vis de fixation de la plaque sur le té, ce qui a donné lieu à un petit concert de jurons bien sentis. Bref, rien de bien grave !

Efficacité9
Facilité de montage8
Finition10

Notre avis : Pour les pros... et plus encore les débutants !

Que pour les pros, les tés de fourche SFS de Neken ? Bien au contraire : ils apporteront leur protection d'abord aux débutants, plus enclins à tétaniser leurs avant-bras sur la durée que les plus entraînés... Même si, bien sûr, les pros seront heureux de profiter d'un regain de pêche, grâce à l'amortissement hydro-pneumatique des pontets qui économise le physique. Ce n'est pas pour rien que Justin Barcia et Cooper Webb l'ont adopté ;-) Et le tarif ? Quand on considère que le budget d'une paire de tés toute équipée standard flirte avec les 600 €, la plus-value technologique nous semble parfaitement justifier le surcoût. Et puis la finition achèvera de convaincre les plus récalcitrants, parce c'est vraiment une très belle pièce !
9

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

Echangez avec notre communauté !

Aucun commentaire

Ajoutez le votre

Loading Facebook Comments ...