Petits budgets : 5 motos pour rouler sur piste différemment


Yamaha SZR 660

Vous n’aimez pas faire comme tout le monde ? Dan Netting a dégotté pour vous cinq machines pour la piste qu’on croise rarement sur les circuits, à tort. Et pour un budget maîtrisé ! Suivez le guide…

Qu’on soit un pilote émérite ou un débutant notoire, le choix d’une moto pour la piste peut être compliqué, surtout quand le budget de départ est quelque peu serré. De nombreuses variables entrent en jeu, telles que la puissance, le coût des pièces ou votre taille, entre autres. Mais au-delà de ces critères, on restreint souvent son choix à un éventail réduit de motos, alors qu’il est possible de prendre son pied sur piste en sortant un peu des sentiers battus (je ne parle pas du bac à graviers).

Il existe en effet un bon lot de machines « alternatives » économiques et surtout vraiment efficaces sur piste (en particulier sur les circuits les moins rapides), histoire de s’illustrer face aux sempiternels 4-cylindres japonais type Honda CBR, Kawasaki ZX-R et autres Suzuki GSX-R. En voici une petite sélection non exhaustive !

Honda CB500 (de 1994 à 2003)

Honda CB 500 Honda CB 500, facile à prendre en main

Commune sur les circuits il n’y a pas si longtemps, la petite Honda CB500 a offert ses services à certains des plus grands pilotes. Cette moto économique et sympa est animée par un twin parallèle développant 52 chevaux, ce qui pourra sembler bien léger face à une concurrence acérée. Mais ce qui lui manque en puissance brute, elle le rattrape avec sa prise en main exceptionnelle, et son budget d’utilisation au ras des pâquerettes. Signe de son succès sur piste, elle dispose de sa propre coupe, la célèbre CB Cup !

Ses pneus sont fins mais incroyablement économiques, sa moindre cylindrée assure une consommation ridicule, et une machine prête pour la piste se touche facilement à bien moins de 2000 € !
Entre de bonnes mains, la Honda CB500 peut faire du tort à des motos bien plus puissantes…

Yamaha TRX 850 (de 1996 à 2000)

Yamaha TRX 850 Yamaha TRX 850, une agilité hors norme

Encore un twin parallèle ! La Yamaha TRX 850 embarque celui de la Yamaha TDM, largement reconnu pour sa fiabilité. Calé à 270°, ce moteur offre des sensations très proches de celui d’un twin en V, autrement dit il vous garantit une grosse traction en sortie de courbe ! Son cadre étroit et léger en fait un outil d’une grande agilité. Et croyez-en mon expérience, elle fera tourner les têtes…

Plutôt rare de nos jours, elle voit son prix grimper un peu dernièrement. Comptez entre 2 et 3 000 € pour une machine en bon état. Les TRX prêtes à courir sur piste ne se trouvent pas à tous les coins de rue, il vous faudra donc procéder aux aménagements qui conviennent vous-même : pneus piste, tampons pare-carters, etc.
Une alternative de premier choix aux motos courantes.

Yamaha SZR 660 (de 1996 à 2001)

Yamaha SZR 660 Yamaha SZR 660, maniable et coupleuse

Rare et méconnue, la Yamaha SZR 660 reste l’un des secrets les mieux gardés des circuits ! Son architecture moteur atypique en fait d’emblée un mouton à cinq pattes sur piste : il s’agit en effet d’un vigoureux monocylindre de 660 cm³ promettant 50 chevaux… Légère comme une plume, très étroite, elle dopera vos performances dans les virages, puis vous en sortira avec la franchise d’un mono bien coupleux.

Bien entendu, les longues lignes droites ne sont pas trop sa tasse de thé, mais si vous aimez les motos au look et au son différents, que pour vous doubler en courbe est une raison d’être, alors la SZR vous satisfera pleinement !
Encore plus confidentielle que la TRX, elle sait pourtant garder un budget raisonnable – les avantages d’être mal aimée – qui tournera lui aussi entre 2 et 3 000 € en configuration routière.

Le supermotard de votre choix

Aprilia SXV 550, un supermotard très performant Aprilia SXV 550, un supermotard très performant

Les supermotards sortent vraiment de la norme sur piste, même si on en voit tourner de temps en temps sur les circuits de France et de Navarre. Pour résumer, prenez une moto de cross, équipez-la de jantes de 17 pouces garnies de pneus piste, et vous avez votre supermot’ ! Ultra-légers, mais doté de monocylindres de 400 à 600 cm³ fort costauds, ils revendiquent une aptitude incomparable à lever la roue avant !
Le style de conduite s’avère donc complètement différent. Ici, pas de pilote le genou frottant sur le bitume ! Le supermot’ se conduit comme une machine de cross et sera apprécié des crossmen habitués à la position haute et aux suspensions longues courses.

Comme les machines citées plus tôt, la vitesse de pointe n’est pas mirobolante, mais difficile d’être aussi performant dans un enchaînement de courbes serrées !
Le prix dépendra de la machine qui vous intéressera, de son kilométrage, de son état, etc. Difficile de donner une fourchette. Toujours est-il qu’un supermot’ peut constituer un nouveau défi à relever !

Votre propre moto !

Une Suzuki Bandit F bien menée fait des merveilles sur piste Votre moto de tous les jours sur piste, pourquoi pas ?

Notre dernier choix ? Votre moto, celle qui dort dans votre garage ! Nous sommes souvent réticents à l’idée de rouler avec notre moto fétiche sur piste, la peur de la chute étant toujours sous-jacente. Pourtant, il n’est pas obligatoire de chercher les limites pour s’amuser et apprendre sur piste. Il suffit ainsi de s’inscrire dans le groupe de niveau des débutants pour se faire la main sans faire courir de risques abominable à votre précieuse. Quelques conseils pour se lancer ici !
Le seul danger ? Que vous deveniez accro !


Ce billet a été écrit par Dan Netting, éditeur de Biker Track Days Hub, un site britannique qui propose des conseils aux débutants qui désirent se lancer sur piste ou améliorer leurs résultats.
Un portail très pertinent à découvrir ici (pour les anglophones) : http://biketrackdayshub.com

À lire également :
Tuto : Passer les vitesses sans embrayage à moto
Tuto : Six étapes clés pour poser le genou à moto !
Usure irrégulière des pneus piste moto : En identifier l’origine
Transporter sa moto sur une remorque : Quelques conseils !
Quelques conseils pour rouler sur piste avec sa moto de route

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons qui suivent :

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

Echangez avec notre communauté !

2 commentaire(s)

Ajoutez le votre
  1. Chglou 15 septembre, 2014 at 12:36 Répondre

    Vous n’avez pas pensé à la SV650 !!!Moto largement diffusée, trés facilement trouvable dans les 2000€ sur leboncoin.Fiable si l’on respecte son entretien…Pour avoir roulé pendant 2 ans réguliérement sur le circuit de Lezennes (59) avec un modéle 2001, je peux vous assurer que c’est une moto pour se faire la main et trouver de la pièce a moindre cout !!!La moto m’avait couté 1900€, les durites avia était déjà montée, le tampon de protection aussi.Je n’avait eu qu’a trouver les guidons bracelet (modéle N, mais d’origine sur une S), une purge de la fourche en grade 15 au lieu des 10 d’origine, une paire de pneu plus sport, et Zou…Donc pour 2300€ voir moins on se prépare une moto, prête a attaquer méchamment ;-)De préférence acheter une moto avec un pot en position haute, et quand le niveau augmentera réellement, les ressort de fourche, les calle pieds auront besoin d’un limage (je les avait rabotté de 30CM) ou d’une platine de déport (voir des commande reculés…).Mais ça, c’est quand le niveau sera déjà bien monté question pilotage !Régulièrement des possesseur de sportive venaient me voir en sortie de session pour me dire que « la vache, ça marche une SV !!! »

Loading Facebook Comments ...