Essai des gants Heat Blizzard Furygan


gants chauffants Furygan Heat Blizzard à l'essai

C’est le moment ou jamais de mettre la technologie à contribution du monde motard… Et oui, l’hiver est propice à laisser les motos au garage mais heureusement des solutions pour continuer à rouler existent, pour mon plus grand bonheur. J’ai en effet choisi de tester les gants chauffants Furygan Heat Blizzard. A première vue, sur le site de Motoblouz, les gants chauffants de la panthère m’ont bien plus. Mais en réalité, ce modèle est-il à la hauteur de mes espérances ?

Il dit quoi l’emballage des gants chauffants Furygan Heat Blizzard

Alors, c’est subjectif mais les personnes qui me connaissent savent que j’attache une importance particulière à l’emballage des produits. C’est la première chose que je regarde, et je ne pense pas être trop bizarre en ajoutant que mon premier jugement porte sur les matériaux utilisés par la marque. Qu’ai-je pensé à réception des gants chauffants Furygan Heat Blizzard ?

Longuuue boîte. Sur le coup, je me suis dit : « Oh ce n’est pas vrai, ils m’ont livré du XL ou quoi ? » Mais non ! En vrai, le conditionnement est standardisé. Carton épais, rigide, black* avec un peu de couleur. Du rose pour les filles, hein évidemment… #barbiegirl Large description des caractéristiques au dos, nous savons à quoi nous attendre. C’est carrément top.

Petit bémol : j’aurais aimé que Furygan fournisse un étui pour y ranger batterie et chargeur.

emballage des gants chauffants Furygan Heat Blizzard

Bref, venons-en aux faits !

Ce sont des gants légers, full* cuir, avec les protections basiques : coques aux métacarpes et renforts à l’extérieur de la main. Souples, et doublés à l’intérieur d’un tissu polaire. Un petit conseil : pour les gants hiver doublés, je recommande de prendre une taille au-dessus des gants mi-saison ou été. J’ai pris la même taille, et j’y suis un peu à l’étroit.

Cela dit, la légèreté s’envole avec le poids des batteries. Elles se glissent dans une micro poche interne au gant. Pas de jaloux, chaque gant a sa batterie LIPO 7,4 V.

Et rassurez-vous une solution existe pour palier au prochain paragraphe pas très cool que je m’apprête à écrire. Nous le verrons plus loin.

Focus sur la batterie

Bon, je vais être honnête : j’ai perdu mon sourire dès l’instant où j’ai enfilé les gants chauffants Furygan Heat Blizzard avec la batterie. C’est lourd sur les poignets, et la manchette est trop courte pour se positionner correctement au-dessus du blouson. Du coup, l’épaisseur complique la fermeture du scratch. C’est la galère mais à vrai dire, ce n’est pas la seule chose qui m’a déçu sur ce gant.

Et la chaleur !

Je n’ai pas ressenti la chaleur aller jusqu’au bout des doigts (pourtant, ils ne sont pas longs). Aussi, l’autonomie annoncée par l’application Fury Heat System n’a pas été respectée. Lors de mon test « Tenue de charge », les gants se sont éteints au bout de 25 minutes en position high (= haute), nous sommes donc loin des 1h30 annoncées pour mes 40 % de charge. Je ne saurais pas expliquer pourquoi. La température extérieure était sèche, autour de 5°C. Alors, est-ce le froid et la batterie qui se sont alliés contre moi ? ou tout simplement une annonce très optimiste de l’application ? ou des batteries inadaptées ?

système de chauffe gants Furygan Heat blizzard

Quant à la chaleur, elle était perceptible sur la paume et surtout sur le dos de la main mais après 20 minutes de route, tous mes doigts étaient froids. Pour moi qui adore la chaleur, avoir des gants chauffants et pourtant froid au bout des doigts, ce n’est pas l’idéal pour me conquérir. Mais continuez la lecture car la critique bienveillante que je suis vous réserve quelques paragraphes encourageants. Et oui ! Faut quand même pas déconner.

Essai des gants Furygan Heat Blizzard sous toutes conditions

Esthétique des gants chauffants Furygan Heat Blizzard

Si nous prenons le gant de manière purement esthétique, il offre un très joli design. Le cuir est de qualité. Les indications et boutons sont simples, lisibles et accessibles en roulant. En plus de ça, les gants sont souples, robustes, molletonnés…  C’est plutôt positif, non ? D’autant plus que, honnêtement, lorsque les températures sont clémentes (oui, oui, c’est possible en Normandie !), l’utilisation de ce modèle sans activer le chauffage est tout à fait possible. Et c’est suffisant pour être à l’aise. Cela vient de la technologie Furygan DUAL LINING qui est composée d’une doublure sur le dessus, plus chaude et plus épaisse qu’au niveau de la paume. Bon, la couture s’est déchirée en mettant la batterie dans la poche… Pas terrible terrible, mais restons dans la good vibe* des bons points.

Quelques améliorations à prévoir cependant pour la prochaine évolution produit : il faudrait une batterie plus petite ou plus plate ou positionnée différemment. Mais nul doute que les développeurs travaillent déjà sur ce point qui arrangera forcément les critères négatifs : légèreté et confort en utilisation dédiée. Malgré leur poids, la sensation s’estompe une fois au guidon. J’ai réussi à les oublier en position de conduite. Alléluia !

Mise en conditions, gants Furygan

Utilisation et technique des gants chauffants Furygan

Il y a quatre positions de chauffe mais en réalité, trois sont accessibles sans avoir à utiliser le câble de charge optionnel (il s’appelle super boost). Il doit être branché sur la batterie de votre moto. Oui, surprise : je vous avais prévenu qu’une solution existait pour palier à l’autonomie du gant très incertaine. Après, je n’ai pas dit qu’elle était gratuite ! Néanmoins, elle a le mérite d’exister et elle est réservée à la fonction SUPER BOOST. Avec cette option, vous gagnerez 120 % de qualité de chauffe versus la solution batteries portables, et ce, sans interruption.

En termes de caractéristique techniques, c’est un gant « 37.5 » (vous verrez la mention sur l’étiquette). C’est une nouveauté, enfin c’est sorti l’année dernière. Cela stipule que le modèle dispose de la technologie de thermorégulation. Elle évacue la chaleur avant qu’elle ne se transforme en humidité et qu’elle condense à l’intérieur du gant. Ouais, plutôt utile si on n’a pas prévu de se lancer dans l’élevage de mycoses.

Les gants chauffants Furygan Heat Blizzard sont contrôlables à distance avec une application. Même si l’argument commercial est « stylé », pour moi, dire « Programmez en avance la mise en chauffe de vos gants » n’est pas utile. Je trouve que la température monte rapidement et en plus, cela fonctionne en Bluetooth ce qui signifie que téléphone et gants doivent être à proximité. Et perso, je ne me vois pas dormir dans mon dressing ou dans mon garage… Certains vont trouver le concept trop génial, une tuerie, fabuleux… Et tant mieux !

Moi ce que j’ai trouvé génial, c’est la possibilité de connaître l’autonomie restante en fonction du mode de chauffe choisi et de la programmation définie. Même si cela vend plus du rêve qu’autre chose (little joke*, la panthère va me griffer si je continue).

gants chauffants Furygan Heat Blizzard pour femmes

Pour conclure les amis

Gants chauffants connectés, on est au top de l’innovation. Quelques petites choses sont à améliorer mais c’est quand même rien à côté de la quantité de doigts que tu peux perdre pendant une sortie bécane en hiver. Nous sommes sur un produit qualitatif qui existe aussi pour les hommes.

Bon, petit flop pour l’autonomie quand on est road-tripeuse (oui, ce mot se dit, je l’ai inventé !) Je ne me vois pas forcément brancher à la fois le câble pour les gants et le câble pour le gilet chauffant sur la batterie de ma moto. Ni devoir choisir entre les deux…

Je recommande donc les gants chauffants Furygan Heat Blizzard pour les usages urbains et les petits rouleurs. Comme tous les équipements avec des résistances, leur utilisation sous forte pluie est déconseillée. Donc ne faites pas les foufou ! Respectez bien. Enfin, tu fais ce que tu veux mais je t’ai prévenu.

Petit mot à Furygan : pourquoi pas un gant connecté à la charge du smartphone ou rechargeable sur port USB ?

Voir la fiche produit

*black = noir ; full = tout ; good vibe = bonne ambiance ; little joke = petite blague

Confort3.5
Connectivité / Application 5
Accessoire / Batterie 3
Fonctionnalité 3.5
Design 4.5

Mon avis : gants chauffants connectés, au top de l'innovation

Quelques petites choses sont à améliorer mais c'est quand même rien à côté de la quantité de doigts que tu peux perdre pendant une sortie bécane en hiver. Nous sommes sur un produit qualitatif qui existe aussi pour les hommes !
3.9

Partagez cet article

facebook-profile-picture

Mme Popp's

Quotidien, balade, circuit... Je suis en osmose avec la moto sous toutes ses formes ! Je suis également coach personnel, si jamais ça vous intéresse...