Essai du pantalon Ixon Cross Air


Essai du pantalon Ixon Cross Air

Pour compléter ma tenue de nouveau motard « aventurier », j’ai opté pour un pantalon de la marque Française Ixon : le pantalon Ixon Cross Air. Plutôt sobre à première vue, il répond parfaitement à mes attentes dans ce milieu de gamme orienté Touring/Trail. J’ai choisi le coloris noir intégral mais il existe une alternative gris/noir, qui avec le recul, me plaît davantage car plus visible. Ici n’est pas la question… Voyons ce qu’il donne sur route !

Résistance et confort du pantalon Ixon Cross Air

La couche extérieure est en polyester haute densité (Noxiguard 600D). Il offre résistance à l’abrasion et aux déchirements. Je n’ai pas essayé d’entrer en contact volontaire avec notre ami bitume mais il est vrai que le tout a l’air bien solide. J’ai néanmoins fait deux chutes dans le sable, sans conséquence pour le pantalon… ni pour moi.

La couche principale intérieure, en tissu Mesh, est confortable au toucher, et respire comme il faut. Vient ensuite la doublure amovible deux en un : thermique et étanche à la fois. Une fois combinée au pantalon Ixon Cross Air, on se croirait dans un pyjama. Ou plutôt dans une combinaison de ski hyper confortable. L’ensemble n’est pas particulièrement lourd.

Pantalon Ixon Cross Air

Pantalon Ixon : assez confortable pour une bonne sieste d’après rando

Un trois saisons (et demi)

Pas de températures extrêmes dans ce test. Je dirais malgré tout qu’il s’agit d’un pantalon moto assez polyvalent d’un point de vue saisonnalité. Aux alentours de 5°C, la doublure est largement suffisante, on se sent bien au chaud. Sans la doublure, je dirais que l’on peut monter jusqu’à 30°C en roulant, notamment grâce aux aérations dont nous parlerons plus tard. Bien que dotée d’une couche respirante en Mesh, la doublure est de trop si la température excède les 20/25°C. Surtout au cours de pauses lorsque l’on ne roule pas. Ou bien quand il faut ramasser le veau de 250 kg que l’on n’a pas été capable de manœuvrer dans le sable.

Pour retirer la doublure, rien de plus simple ! Il s’agit d’une fermeture éclair à la taille. Il n’y a donc pas de fixation sur la partie basse du pantalon. Ceci causera quelques désagréments au moment d’ôter le pantalon cela dit, de type la doublure qui remonte intégralement… C’est un peu comme si on devait retirer deux pantalons, l’un à la suite de l’autre. Ça peut aussi être un peu galère avec des bottes hautes lorsque la doublure, un peu courte sur pattes, ne suit pas forcément l’intégralité du pantalon.

Pantalon Ixon Cross Air doublure

Une doublure plus courte que l’original

Qui pour des nems ?

Pour l’été, il y a deux panels d’aération : un sur chaque cuisse. Ils sont plutôt insolites. Il faut enrouler le panel sur lui-même façon nem puis sécuriser le tout grâce à une ficelle élastique que l’on crochète sur un embout prévu à cet effet. Le velcro qui maintient habituellement le panel en position fermé permettra aussi de le sécuriser une fois ouvert.

Si vous êtes effrayé à l’idée d’un atelier de cuisine vietnamienne en plein milieu de la pampa, aucun souci : la notice est imprimée sur la partie intérieure du panel gauche.

Aération fermée du pantalon Ixon Cross Air

Focus sur le panel d’aération gauche fermé

Ce n’est clairement pas quelque chose que vous pourrez faire en roulant. Mais personnellement, j’ai pris goût à soigneusement enrouler mon nem avant d’enfourcher la bécane.

Sous le panel, le matériau est vraiment bien conçu, avec une maille très fine. Elle respire très bien, sans pour autant laisser entrer trop d’air (qui risquerait de gonfler le pantalon Ixon Cross Air).

Aérations pantalon Ixon

Aérations ouvertes (ou nems enroulés)

Niveau réglages et protections

Le pantalon Ixon Cross Air est équipé de genouillères homologuées CE de niveau 1. Il y a aussi des emplacements vides au niveau des hanches, que l’on pourra combler pour un peu moins de 20 € avec les coques Hunker.

Pour la coupe

Je mesure 1 m 76 pour 74 kg, et j’ai pris la taille M. Le pantalon Ixon est disponible du S au 5XL pour les beaux bébés. Me concernant, la coupe est relativement longue mais j’ai observé plusieurs commentaires mentionnant un pantalon trop court. J’imagine que cela dépend des chaussures que vous portez…

Par contre, si le pantalon traîne par terre au point d’y marcher dessus : pas de panique. La longueur est ajustable sur 3 hauteurs au niveau des chevilles, grâce au nombre précis de 12 micro pressions. C’est plutôt pratique, et cela permet d’adapter la longueur du pantalon en fonction des chaussures/bottes que l’on porte.

Longueur pantalon Ixon Cross Air

Ajustement de la longueur du pantalon (2 tailles)

Pas de taille basse ici, le pantalon Ixon Cross Air se porte au-dessus des hanches, au niveau du nombril. De cette manière, les coques tombent bien sur les genoux une fois la moto enfourchée. Debout, elles tombent un peu en dessous des genoux. C’est la remarque que je me suis faite avant de découvrir qu’il existait deux positions pour les coques, et les miennes se trouvaient initialement en position basse. +1 pour le réglage de la position des coques donc !

Sur-mesure ?

Le système de serrage à la taille est très efficace. Il s’agit de deux velcros en position latérale (un de chaque côté) que l’on peut ajuster de façon très précise. J’ai observé plusieurs retours concernant l’absence de bouton à la taille. Il n’y a en effet qu’une braguette avec un rabat en velcro. Personnellement, je ne trouve pas qu’un bouton soit indispensable car 99 % du réglage s’effectue en latéral comme mentionné ci-dessus. Ça tient presque tout seul ! Sachez-le tout de même.

ajustement à la taille du pantalon Ixon Cross Air

Rabats en velcro sur les côtés et au niveau de la braguette

Pour ce qui est de l’ajustement en largeur au niveau des chevilles, on trouve une fermeture éclair verticale et trois pans de tissus/velcros. Sachez néanmoins que le pantalon n’est pas excessivement large, et que cela peut poser un souci pour ceux qui ont des bottes bien costauds. Les miennes sont des TCX Drifter, et elles passent tout juste avec le pantalon au-dessus. Personnellement, j’ai pris l’habitude d’enfiler le pantalon à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur, une question de goût j’imagine…

Serrage du pantalon Ixon Cross Air

Focus sur le système de serrage au niveau des chevilles

Quoi d’autre ?

Pour une meilleure visibilité nocturne, le pantalon Ixon Cross Air est doté d’inserts rétroréfléchissants. Malheureusement, ils se situent uniquement sur l’extrémité basse des chevilles. Il est donc déconseillé de glisser son pantalon sous les bottes de nuit.

bandes réfléchissantes pantalon Ixon Cross Air

Focus sur les bandes réfléchissantes du pantalon Ixon

Niveau poches, c’est plutôt classique. Une de chaque côté, de profondeur « normale », et fermées par une fermeture éclair protégée sous un rabat de tissu. Deux poches supplémentaires sur le côté des cuisses, comme ça se fait pas mal sur les pantalons de gamme Adventure, n’auraient pas été de refus.

Poches pantalon Ixon Cross Air

Les mains dans les poches !

Enfin, comme pour pas mal de pantalon moto, vous trouverez un zip de raccordement qui permettra de l’associer à la veste correspondante.

Les logos de la marque Ixon se retrouvent sur les panels d’aération ainsi que devant et derrière, au niveau de la taille du pantalon. Rien de tape-à-l’œil ici, c’est sobre… Et efficace !

Raccordement pantalon Ixon Cross Air

Focus sur le zip de raccordement

Bien à vous,

Max de OneMonth.OneRide.

Protection3.6
Polyvalence4.5
Confort4.3
Praticité4
Look3.8

Mon avis : un super rapport qualité / prix

Le pantalon Ixon Cross Air représente un parfait investissement pour les rideuses/riders qui désirent un équipement de qualité sans pour autant faire craquer le porte-monnaie. Il ne s’agit pas d’un vêtement TRES technique qui vous accompagnera autour du monde. Néanmoins, ce pantalon Ixon, alliant confort, polyvalence, praticité et protection, vous suivra volontiers sur vos trips d'aventurier... Que ce soit sur le bitume ou sur nos chers chemins terreux.
4

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.