Une partie de la côte ouest USA en moto ? De Los Angeles jusque San Diego par les petites (et grosses) routes


Côte ouest USA - sur la route jusque San Diego

De Malibu à San Diego, il y a 160 miles, soit un peu plus de 250 km. 250 km de côtes, de surf, de palmiers, de longues plages (majoritairement vides). Alors, oui, on peut passer par la fameuse 405 puis la 5 : c’est plus rapide, et y’a sans doute moins de miles. Mais c’est aussi moins beau, plus bruyant, et moins California Life Style… Encore plus si vous décidez de faire la côte ouest USA en bécane, cheveux au vent.

Les plages de la côte ouest USA autour de Los Angeles

Malibu, Santa Monica, Venice, Playa Del Rey, El Segundo, Manhattan Beach, Redondo Beach… Si vous avez l’impression de suivre une série télé des années 80/90, c’est normal. J’ai cette impression depuis 10 mois, depuis que nous sommes ici. Mais de moins en moins je dois l’avouer, car ces noms-là, je les vois ou les utilise quasi tous les jours.

Le plus surprenant, et c’est d’ailleurs le cas de Los Angeles en général, c’est que, bien que vous soyez dans une « même ville »*, toutes ces plages sont différentes. Les gens sont différents, l’univers est différent, la plage elle-même peut être différente. Malibu est rocheux et plus petit, Santa Monica est long, large et vaste, Venice est rempli de touristes et de palmiers, plus cool et moins fancy que les deux plages précédentes. Playa Del Rey ? La plage est aux pieds de l’aéroport ce qui vous permet de voir les avions décoller depuis votre serviette. El Segundo vous permet de vous baigner, vous dorer la pilule, et de faire griller en même temps grâce aux fire pits.

Marina del Rey - Los Angeles

Sunset Californien sur Marina del Rey

Tout cela, en moto, c’est un peu plus complexe… Si la majorité de la côte ouest USA est suivie par la fameuse 101 ou 1 qui permet à la fois de jeter un œil à la route et à la plage, celles de « Los Angeles » ne sont pas toutes visibles depuis la route. Avantage, oui quand tu es sur la plage, non quand tu décides d’en profiter depuis ta bécane. Cela dit, pour contourner la plage, tu peux prendre Lincoln avenue, depuis Santa Monica jusque Playa del Rey, qui compte pas mal de shops moto. Avis aux amateurs : Deus Ex Machina, Iron & Resin, Harley, et autres shops se sont implantés là.

A la pointe de Rancho Palos Verdes, entre deux baies

A partir de Redondo Beach, on reprend la route au bord de l’eau. Et là mes amis, là, vous en prenez plein les yeux. Bien sûr, gardez-les sur la route car ça grimpe un peu. (Je n’ai pas mis de photo pour ne pas spoiler). Palos Verdes est une falaise, pleine de belles habitations (inaccessibles, ne rêvez-pas), qui vous donne surtout un super point de vue sur la baie de Los Angeles. En moto, c’est un pur régal, encore plus lorsque c’est dégagé. La côte est rocheuse, très verte, vallonnée… A 25 miles seulement, vous sortez de l’agitation de Los Angeles et profitez de la vue, de la fraîcheur et des entrées maritimes.

Vous pouvez redescendre ensuite jusque Long Beach, et son « magnifique » port maritime (ironie). Cela dit, Long Beach (au-delà d’être le lieu de naissance de Sir Snoop Dogg) est un lieu phare si vous aimez les festivals de musique. Pas mal se déroulent sur la plage, ou alentours dans les parcs. C’est aussi l’endroit où se retrouvent plusieurs fois par an les motards du coin pour le Progressive International Motorcycle Show. Nous y sommes justement allés en novembre dernier… De manière générale, plus vous vous éloignez de Los Angeles par la côte, plus vous serez baigné par l’esprit ride and sun de la Californie. Des motards, des Harley, du surf, des vagues, de la douceur de vivre.

De Long Beach à Dana Point : le paradis du surf

Les plages suivantes sont quant à elles visibles depuis votre bécane, ce qui est plutôt agréable. Prendre la fameuse 101, garder un œil sur la route, et un autre sur les plages… Beaucoup de motards la prennent d’ailleurs, pour se montrer… et être vus. C’est un peu le paradis des customs qui sont aussi voyants qu’ils ne sont bruyants.

Côte ouest USA par les plages

La typique plage de la côte ouest USA : Newport Beach je crois, depuis le pier.

Cela dit, si le ride est bien présent, les plages de Seal Beach, Huntington Beach et Newport Beach sont plutôt des spots phares pour le surf. L’esprit est très « californien » là-bas, comme on peut bien se l’imaginer. Des maisons en bois au bord de l’eau, des grandes plages de sable qui se terminent par de grosses vagues parsemées de dizaines et dizaines de surfeurs, et du soleil (si vous êtes chanceux). La vie est plus cool, les gens ont adopté les tongs et les bermudas toute l’année. Même à moto, puisque rien ne vous oblige de porter une veste, des bottes ou un pantalon. Les motards sont plutôt adeptes du casque bol (encore plus petit qu’un casque jet) et de manches courtes (pour ne pas dire de marcel en cuir).

Rues de la côte ouest USA

Les rues de Seal Beach…

ride and surf en californie

Ride & Surf en Californie, ici à Seal Beach

Dana Point, et le Doheny State Park

Dana Point, et plus exactement le Doheny State Park est mon coup de cœur. C’est un park au bord de l’océan avec camping les pieds dans le sable. Entre l’océan et la 5 plus exactement (mais pour une fois, la route ne se fait pas trop entendre). Ainsi, c’est le spot rêvé si vous décidez comme nous de descendre jusqu’à San Diego par la côte (ou dans l’autre sens).

Le camping du Doheny State Park est un peu plus cher, mais un peu prisé. Il est comblé chaque été par toutes ces familles de surfeurs avec vans, labradors et planches de toutes sortes. Bienvenue en Californie, la vraie Californie. Quand tu arrives en moto, tu peux carrément passer les barrières… Mais nous ne sommes pas de ce genre-là (silence). Nous avons fait demi-tour pour passer le contrôle du parc, et payer la nuit de $45. Un peu plus cher donc que les autres parcs nationaux (ici, nous n’avons pas pu utiliser notre fameuse carte annuelle à accès illimités). Mais l’emplacement, la qualité du camp, et la proximité à l’eau en valent la peine.

Si on a fêté mon anniversaire dans le Désert, c’est ainsi qu’on a décidé de passer notre 1er anniversaire de mariage : sous une tente au bord de l’eau, avec un vin rouge français et une charcuterie italienne.

coucher de soleil sur Doheny Park, côte ouest USA

Coucher de soleil sur le Doheny Park

Doheny Park

Oui, la grisaille est commune en Californie… Ici à Doheny Park

A voir sur la côte ouest USA : San Clemente, Carlsbad, Encinitas, La Jolla

Les plages suivantes se veulent toutes dans le même esprit. L’avantage ici, c’est qu’il n’y a qu’une route pour descendre jusque San Diego, la 5, et qu’elle te permet de garder un oeil sur la plage tout le long. Certaines parties sont même encerclées de la plage d’un côté et de lagunes de l’autre. C’est vraiment chouette, et en moto, particulièrement agréable.

Pour info : il y a un marchand de donuts à Carlsbad qui est génialissime, The Goods. On avait hésité plusieurs minutes entre un classique doughnuts glacé, et un fourré cheesecake et fraises. S’agissant de notre première visite, le vendeur nous a fait cadeau de l’un d’eux. Nous nous sommes retrouvés à deux face à trois énormes donuts délicieux. Si vous descendez la côte ouest USA, Carlsbad est donc un arrêt obligatoire pour les gourmands.

Donuts sur la côte ouest USA

Les bons Donuts de The GOODS

Juste avant de rentrer dans San Diego, il y a La Jolla. Petites plages, criques, rochers et Sea Lion. La Jolla est plutôt chic, mais très jolie et agréable. Un stop d’intérêt… si vous souhaitez voir (et sentir) les Sea Lion et Seals de près.

sea lions à la jolla

Et les beaux Sea Lions à la Jolla

San Diego, une ville à échelle humaine

San Diego est une vraie ville américaine : grosses voitures, grands bâtiments, et grandes routes (pas toujours agréables à moto). Mais il faut dire aussi qu’elle est bien plus à taille humaine que Los Angeles. Même si vous y allez en moto, vous pouvez découvrir son centre, ou certains de ses quartiers, à pieds. Pour vous dégourdir les pattes après avoir roulé jusque-là.

Nous étions logés dans une petite cabane dans les hauteurs de la ville près du quartier un peu branché de South Park. Le centre ville, le Gaslamp Quarter avec bars, restaurants et autres animations, est à 10 minutes en bécane. Et si vous avez envie de poisson frais, le port et la base navale où sont stationnés les gros bateaux de la Navy ne sont qu’à quelques minutes.

photo argentique - côte ouest USA - one month one ride

Photo depuis un argentique pour effet vintage sur moto moderne ! Ici devant notre airbnb…

Vue sur San Diego

Si vous avez plutôt envie de prendre du recul et de la hauteur : le Cabrillo National Monument est un beau point d’intérêt final, et se fait facilement sur une journée. Là, l’entrée est gratuite avec la carte nationale. Une fois entré, il faut rouler, rouler, rouler… jusqu’au bout. Et vous arriverez à la pointe qui vous permettra d’avoir un point de vue sur toute la baie de San Diego, le port militaire, la Skyline, et même peut-être le Mexique les jours de ciel dégagé (ci-dessus, à l’argentique).

De l’autre côté, vous pouvez descendre jusqu’à la plage. Il y a ces espèces de piscines naturelles qui se remplissent d’eau avec la marée, et qui deviennent de véritables « lieux de fouilles » à marée basse. Il peut aussi y avoir quelques surfeurs… qui je pense arrivent là par bateau. Globalement, d’un côté comme de l’autre, vous aurez un beau point de vue / de quoi regarder !

Surf à Cabrillo Park

Cabrillo, spot de surf (encore)

Cabrillo Park

Jamais sans sa veste Revit Outback.

Pour finir, la ville de San Diego est cool… Mais c’est surtout la route par la côte ouest USA, en moto et en blouson léger, que l’on recommande. Bon trip !

Mathilde, One Month One Ride.

*Je dis même ville, mais Malibu, Santa Monica, Manhattan et Redondo Beach sont des villes différentes.

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.