Essai des gants Rev’it Dominator Goretex


essai des gants Rev'it Dominator sur piste

Et voilà ! Après plus de deux mois de (quasi) non roulage, je suis prêt à vous dévoiler mon ressenti quant à cette paire de gants Rev’it Dominator Gore-Tex®. Comme je n’ai pas pu rouler, j’ai décidé de porter mes gants de moto jour et nuit à la maison, taper dans les murs, glisser dans la salle de bain. Ça n’a pas été facile… Faire ses lacets ou manger des chips relèvent aussi de l’exploit.

Non. Pour être sincère, le confinement n’était pas si drastique en Californie. Du coup, le produit a été correctement testé et mis à l’épreuve. Verdict : une paire de gants robuste et confortable qui ne déçoit pas.

Liste des ingrédients

Du cuir, du cuir et du cuir. Du cuir de vachette robuste en renfort sur les zones les plus exposées. De la chèvre plus souple pour la mobilité. Et du cuir de mouton naturellement imperméable et résistant à la transpiration. Ce dernier est également traité grâce à la technologie Pittards® WR100X (ouais, de suite les grands mots) pour fournir du grip à la poignée sur la face interne de la main. Ça grippe effectivement très bien au début mais le traitement se fatigue vite. Pour ce qui est des différents cuirs, la qualité est au rendez-vous, c’est du solide.

gants Rev'it Dominator face interne

Gros point mis en avant par la marque : la doublure interne en Gore-Tex®. C’est d’ailleurs retranscrit dans l’intitulé des gants sous l’acronyme GTX, que l’on retrouve dans plusieurs paires de la gamme aventure de chez Rev’it. Cette doublure interne est parfaitement soudée aux cuirs extérieurs. Après 6 mois d’utilisation, pas de signe de décollement. Et Dieu sait que c’est important. Quand on enlève les gants après avoir bien transpiré, aucun problème pour les enfiler à nouveau quelques minutes plus tard.

Le Gore-Tex®, c’est aussi une membrane imperméable, coupe-vent et respirante. Sous pluie fine, je n’ai jamais eu de souci d’infiltration. Concernant l’effet coupe-vent, c’est effectivement plutôt efficace. Ça respire bien en utilisation touring. Sur les trails où l’on a tendance à davantage transpirer, et bien… ça reste une paire de gants. Attention toutefois : les gants Rev’it Dominator ne sont pas dotés d’une doublure thermique et ne permettent pas d’affronter des températures basses. Leur usage en hiver est déconseillé à moins de les associer à des sous-gants ou des poignées chauffantes (ou les deux). Ils sont affichés pour un 3 saisons : printemps, été, automne. Je dirais que la mi-saison est idéale pour cette paire.

gants Rev'it Dominator mis à l'essai

Un design au poil pour les gants Rev’it Dominator

D’entrée de jeu, j’ai été séduit par l’apparence des gants Rev’it Dominator. Une bonne combinaison de couleurs, gris-blanc-noir, pas trop tape-à-l’œil. Il existe un second coloris marron-noir-rouge qui est aussi très agréable esthétiquement. L’assemblage des matériaux et des couleurs crée un look sportif qui donne envie de tourner la poignée de gaz. On est malgré tout sur la gamme aventure, moins radicale donc que les paires destinées à la piste (celle qui est goudronnée).

Au premier coup d’œil, le produit est attractif, et quand on s’y penche, on constate le boulot de finition qui n’est pas des moindres. Normal pour un milieu / haut de gamme à plus de 200 euros, tout de même. Les coutures sont nombreuses et renforcent les différents assemblages de cuirs et de protections.

La coupe est parfaite selon moi. Ni trop courte, ni trop longue, un entre-deux qui épouse parfaitement la forme du poignet. Le système de fermeture est aussi très efficace et facile à manipuler. Il est constitué de deux bandes fixées à une surface velcro que l’on vient agripper au niveau du poignet.  L’une de ces bandes permet un serrage de la paume de la main alors que l’autre focalise son action sur le poignet. Peut-être que la surface qui reçoit le velcro sur le poignet est un peu petite. En fonction du diamètre de chacun, il se peut qu’une partie ne soit pas fixée et que le velcro pendouille dans le vide, c’est dommage.

Une ergonomie alliant confort et mobilité

Pour tous les doigts sauf le pouce, les coutures sont à l’extérieur. Cela offre mobilité et confort puisque les doigts se retrouvent dans une sorte de boîte individuelle relativement spacieuse. Concernant la taille, j’ai des grandes mains et ai donc choisi du XL en fonction de la charte Rev’it. Je dirais que les gants taillent correctement niveau longueur et que les coutures extérieures permettent aussi bien d’accommoder des doigts longs et fins comme les miens, ou de bon gros doigts bien dodus.

coutures extérieures sur les gants Rev'it

Les phalanges des doigts aux commandes reçoivent une couture double bourrelet sur le haut qui permet de plier sans problème. Bien sûr, il faudra roder le produit pour profiter de tous les bénéfices de son ingénierie. PS : sur la photo ci-dessus, on constate bien le velcro pendouillant.

Le système de fermeture mentionné plus haut, et notamment la bande qui emprisonne la paume de la main, descend sur le poignet avec un angle qui facilite les rotations. Et Dieu sait que c’est important, surtout celle du poignet droit… Après plusieurs utilisations, on arrive bien à manipuler les fermetures éclairs, récupérer sa carte dans son portefeuille, mettre de l’essence, ou bien manger des chips.

Côté protection, la liste est costaud

Les gants Rev’it Dominator dominent clairement côté protection. On commence par la plus imposante, la coque sur le coup de poing. Composée de polyuréthane thermoplastique, elle absorbera les chocs à votre place. En plus de ça, cette dernière est surmontée d’un bouclier en aluminium qui permettra de glisser en cas de chute. Finies les entorses. La finition est parfaite avec un rebord en plastique qui incorpore une aération sur le dos de la main.

Gros travail sur l’arête externe de la main. Cette dernière est renforcée par un bloc uni de cuir qui incorpore un slider en partie basse suivi de 3 inserts en polyuréthane lorsque l’on remonte sur l’auriculaire. On retrouvera un couple d’inserts également sur chaque majeur et annulaire.

On finit par un bon gros slider sur la partie extérieure du pouce, lui-même jonché sur un renfort en cuir épais. L’ensemble de ces protections est parfaitement intégré, et une fois le gant enfilé, on ne les sent pratiquement pas.

Les petits plus des gants Rev’it Dominator

Par souci du détail, Rev’it a intégré un « essui-glace » sur la face externe de l’index gauche. Le gadget est plutôt fonctionnel et de grande taille. Rev’it si tu m’entends, il manque plus que le liquide lave glace.

Les gants Rev’it Dominator fonctionnent sur les écrans tactiles. Il y a aussi des renforts sur les deux doigts qui activent les manettes d’embrayage et frein. On remarque que ceux de la main gauche (embrayage) ont perdu leur revêtement. Probablement car l’embrayage est particulièrement sollicité sur les chemins, et que les frottements sont plus importants. Cela dit, le cuir en dessous est toujours intact, c’est la peinture textile qui montre ses premiers signes de faiblesse.

Enfin, on retrouve un petit insert réfléchissant sur la partie latérale du petit doigt à droite et à gauche, histoire d’être vu aussi bien d’un côté que de l’autre.

essai des gants Rev'it par One Month One Ride

Comme sur nos autres tests avec Mathilde de One Month One Ride, la pluie manque souvent à l’appel. J’ai vu plusieurs remarques concernant la manchette qui ne permet pas de couvrir le blouson. Effectivement, cette dernière est courte et de petit diamètre. Pour moi, c’est un point fort car je mets ma veste par dessus, cela peut s’avérer inadéquat si votre utilisation est principalement par temps de pluie.

Voir la fiche produit

Protection4.5
Style4.8
Qualité des matériaux4.5
Polyvalence4
Confort / Mobilité4.5
Finitions4.5

Mon avis : au top niveau, du beau travail

Une paire de gants haut de gamme qui ne déçoit pas. Rev'it a clairement misé sur la qualité des matériaux, et maîtrise plus que bien l'assemblage pour offrir confort, protection et esthétique.
4.5

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.