Essai du casque cross Bell Moto-9S Flex


essai du casque cross Bell Moto 9S Flex en action

Impossible pour tout passionné de mx et d’enduro de ne pas connaître la marque américaine Bell. Spécialiste du casque auto, moto et vélo depuis les années 50, cette marque protège la tête de pilotes tels qu’Eli Tomac, Dylan Ferrandis ou encore historiquement « le Mac », Jeremy McGrath !

Le casque cross Bell Moto 9S Flex est le remplaçant légitime de l’ancien modèle haut de gamme de chez Bell, le Moto 9 Carbon Flex. Il va dans la continuité de ce que sait faire Bell depuis des années et regroupe l’ensemble des avantages dont disposait le Moto 9 Flex. C’est un casque au look agressif, caractéristique principale de la marque, avec des fonctionnalités et technologies innovantes. La différence majeure avec son ancienne version est la matière. En effet, le casque cross Bell Moto 9S Flex n’est pas en carbone mais en fibre de verre. Ceci vous permet d’avoir un casque presque aussi léger à un prix plus raisonnable.

essai du casque cross Bell Moto 9S Flex

Confort, poids et aérations du casque cross Bell Moto 9S Flex

Coté confort, rien à redire !

Le casque cross Bell Moto 9S Flex est construit en 3 tailles différentes de coque externe et de calotin interne pour une parfaite adaptation à votre morphologie. Ceci signifie qu’un casque S et un casque XL n’auront ni la même taille, ni le même poids.

Tant que nous sommes à parler de poids, j’ai testé un casque en taille M qui pèse environ 1350 g. Qu’on se le dise, à ce prix là, ce n’est pas le casque le plus léger de sa catégorie (100 g de plus que mon casque Shoei actuel dont j’avais rendu le test ici). Alors, ça reste un ressenti parce que 100 g, ce n’est pas grand chose… Mais on ressent la différence de poids en comparant les deux. En revanche, un fois enfilé et dès lors qu’on roule, c’est totalement oublié. Il faudrait pousser le test en faisant les 3h de l’Enduropale pour voir si mes cervicales se portent toujours aussi bien qu’après 3h dans le Shoei VFX !

Coté aération, là, il y a du monde

Des entrées d’air entre le masque et le casque, deux entrées d’air en plus de la mentonnière et deux entrées sous la visière. Le tout est redirigé vers 7 extracteurs à l’arrière du casque ! Là dessus, Bell n’a pas fait semblant. Sûrement pour satisfaire les pilotes Californiens, dont est originaire la marque (oui parce que bon, en décembre à Loon Plage, on n’a pas la même passion pour les aérations).

La visière

C’est une des caractéristiques des casques Bell. Contrairement à beaucoup d’autres marques, la visière du casque cross Bell Moto 9S flex ne comporte que deux vis de fixation et aucune vis centrale. Au début, c’est un poil perturbant : on dirait que la visière va tout le temps redescendre. Mais en vrai, ça ne bouge pas et ça rend cette visière plus souple. A tester sous 2 kg de boue bien fraîche. Elle va sûrement descendre un peu quand même… mais ce serait aussi le cas sur d’autres casques. Autre point fort de cette visières, les vis ne demandent aucun outil pour être démontées. Le réglage est donc plus simple et plus rapide.

vis du casque cross bell moto 9S Flex

Mettre le paquet sur la sécurité

Alors, on va rentrer dans les termes techniques et les gros mots incompréhensibles mais je vais essayer d’expliquer ça au mieux…

Commençons par le plus simple. Toutes les mousses de ce casque sont fixées avec un système magnétique. Cela permet un montage / démontage rapide et facile, et en cas de chute, cela facilite le travail des secouristes. Beaucoup de casques cross disposent maintenant de ce système « quick emergency » mais celui de Bell est encore plus simple grâce aux fixations magnétiques.

Toujours en parlant d’aimants, ce casque à fermeture double D (obligatoire pour la compétition, on le rappelle !) ne dispose pas d’une pression rouge pour fixer la sangle comme 90 % des casques. Il dispose en effet d’un système magnétique, lui aussi, très simple d’utilisation et très sécurisé. Exit donc la pression qui casse si vous forcez un peu parce qu’elle est coincée ou autre. Avec l’aimant, aucun souci.

sécurité du casque cross Bell moto 9S Flex

Le système Flex

Passons maintenant à la partie plus technique, le « Système Flex« . Il s’agit d’un système breveté par Bell, une technologie qui consiste à absorber l’énergie d’un impact. Jusque-là, vous me direz : « pas de différence avec un MIPS donc« . Mais en fait pas du tout. La technologie Flex est réalisée grâce à une superposition de 3 couches de matériaux différents et indépendants permettant d’agir à faible, moyenne et à haute vitesse.

  • Sous la calotte extérieure du casque se trouve la couche extérieure du système Flex, en polystyrène expansé, EPS, qui gère les impacts à haute vitesse
  • une couche intermédiaire en polypropylène expansé, EPP, gère les impacts à moyenne vitesse
  • enfin, la couche intérieure est en polyoléfine expansé (ce n’est pas moi qui le dit, c’est Bell…) et gère les impacts à faible vitesse. Seule cette couche est équivalente au MIPS.

Sur la photo ci-dessous, on peut voir les 3 différentes couches entre l’EPS en blanc, l’EPP en rouge et la dernière couche, en EPO, en noir. En résumé, ce système permet un ajustement parfait sur la tête. Il crée une zone de mouvement indépendant de celui du crâne et du cerveau en cas d’impact direct sur la tête afin de réduire l’onde de choc transmise au cerveau. Le mieux est de voir la construction sur l’image ci-dessous (issue du site Bell).

construction du système de sécurité par Bell

Homologations de ce casque cross Bell Moto 9S Flex

Le casque est homologué Ece 22.05 (pas encore en 22.06, malheureusement), DOT (bon ça, c’est pour les Américains) et « Snell Certification« . Alors le DOT et le Snell n’ont aucune valeur légale en Europe. C’est le ECE 22.05 qui le rend utilisable chez nous mais je trouve intéressant de parler de cette homologation Snell car tous les casques n’en disposent pas.

The Snell Foundation Incorporated est une fondation à but non lucratif. Déjà, ça veut dire que les mecs sont là pour s’assurer que vos casques soient hyper sécurisés et pas pour gagner de l’argent (je dis ça, je dis rien)… Elle teste les casques sous 4 critères de protection, à savoir :

  • la résistance à l’impact
  • la stabilité du casque sur la tête au moment de l’impact
  • l’efficacité du système de rétention durant l’impact 
  • l’optimisation des zones protégées du crâne

En gros, je dirais que si votre casque veut être certifié Snell, il doit forcément disposer du système MIPS, FLEX, MEDS ou autre équivalence.

Le système Eject Safety 

Le dernier élément de protection, c’est l’Eject Safety System. Alors là, je ne connaissais pas du tout et j’ai dû me renseigner sur le sujet. Cela ne semble visiblement pas dispo en Europe, pourtant, c’est utilisé aux USA… Et, pour tout vous dire, ça me paraît totalement génial ! Ce système n’est pas développé par Bell mais par Shock Doctor. Comment ça fonctionne ?

Avant tout, il faut acheter ce système Eject Safety séparément (je ne l’ai personnellement pas trouvé en Europe) puis le mettre en place. C’est-à-dire retirer le carré rouge central et y installer l’Eject Safety System. Il se présente sous forme de « sac en plastique » relié à un tuyau d’air placé quant à lui en dehors du casque. En cas de choc à la tête, et/ou en cas de doute des secours sur le retrait du casque, le système gonfle le sac pour que le casque puisse être retiré en toute sécurité.

C’est un système qui est déjà utilisé en compétition auto telle que la Nascar. Une fois de plus, je ne l’ai pas trouvé en Europe et je doute que les secouristes disposent du matos nécessaire pour le gonfler. Mais si ça venait à se démocratiser… le casque cross Bell Moto 9S Flex dispose déjà de l’emplacement pour l’installation. Encore une fois, ce sera plus compréhensible en image (en provenance du site Shock Doctor).

le système eject safety à installer sur le casque cross de Bell

Le prix de la gloire ? 

Plus haut, j’ai mentionné le fait que Bell ait laissé de côté le carbone pour proposer un casque en fibre de verre, plus accessible. Pour autant, je ne vais pas vous le cacher, le casque cross Bell Moto 9S Flex reste un haut de gamme qui fera concurrence à Shoei, Arai ou Airoh. Avec tout ce dont il dispose, vous devrez quand même sortir un billet pour l’obtenir. Comptez entre 500 € (pour celui de ce test) et 650 € en fonction des coloris. Personnellement, petite préférence pour le modèle vert et noir, même si je n’ai aucune tenue pour aller avec !

Voir la fiche produit

Poids3.5
Look5
Ventilation4
Confort4
Éléments de sécurité5
Finitions5
Bijou de technologie ! Avec son casque cross Bell Moto 9S Flex, la marque Californienne a mis le paquet sur la sécurité : Système Flex et eject safety. Un casque confortable, au look très agressif qui devrait en satisfaire plus d'un !
4.4

Partagez cet article

Julien

Si je passe mes journées dans les bureaux de Motoblouz.com, le plus clair de mon temps libre est consacré au Mx ! Le sable est mon terrain de prédilection, les Yamaha celles qui mettent le feu à ma passion...