Essai du sac à dos DXR Neptune


Essai du sac à dos DXR Neptune

L’été ! C’est le moment où nous sommes nombreux à sillonner les routes de France et d’ailleurs, pour quelques jours ou pour quelques semaines. Certains pour aller faire du off road dans le Larzac, et d’autres pour faire un pélerinage à Lourdes. Bah quoi ? Chacun son truc ! La question que se pose tout motard n’étant pas équipé : que vais-je acheter pour emmener mes slips préférés sur mon road trip et surtout, quel est mon budget ? Car on le sait tous, la bagagerie moto ça coûte vite un bras et un bras de perdu, c’est quand même moins commode pour conduire une moto. Y en a qui ont essayé… Bref, aujourd’hui on va s’attarder sur un sac à dos de la fameuse marque française DXR : le sac à dos DXR Neptune. Ouais, il va falloir que je fasse attention à ce que je dis moi.

Quoi, tu ne connais pas DXR ? C’est la marque d’équipement motard de Motoblouz ! Tu vois ce que je veux dire maintenant…

Un sac deux en un

On parle de sac à dos, mais en fait le sac à dos DXR Neptune, c’est bien plus que ça. Les bretelles et la ceinture sont détachables grâce à des bandes velcros et des clips. En une seconde, ton sac à dos devient un sac de selle. C’est-y pas génial ça ? Cela veut dire que tu peux partir à moto, trouver un super spot et te taper une rando avec le nécessaire sur le dos. Tu peux aussi partir solo, quelques jours et léger, tu as un super sac de selle pour emmener ton hamac, un sandwich, ton doudou… Et bien plus que ça, parce qu’il contient 30 L !

Sac à dos DXR Neptune avec contenance de 30 L

Bretelles et ceinture du sac à dos DXR Neptune détachables

Partir avec son doudou, et son sac à dos DXR Neptune

Heureux sont mes slips qui restent au sec, ou pas !

DXR nous propose à travers le Neptune un sac 100 % waterproof fait de PVC (roh ça va !) et surtout, de coutures thermo-soudées. Personnellement, j’ai toujours un peu peur avec la technologie 100 % waterproof, même avec un sac de la marque bien connu North… qui propose des sacs étanches dix fois plus chers que DXR.

Pas une pluie depuis plusieurs semaines, je n’ai pas eu l’opportunité de le tester sous la pluie durant de longues heures… Mais j’ai quand même eu envie de le mettre à l’épreuve sous le tuyau d’arrosage.

Essai du sac à dos DXR Neptune sous le tuyau d'arrosage

J’ai donc passé l’arrosoir pendant trois minutes à une pression assez forte, histoire de se rapprocher le plus possible d’une bonne grosse averse à 80 km/h. Verdict : la couette que j’avais mise à l’intérieur pour le test est humide près de l’ouverture du sac. Partout où il y a des coutures, il n’y a aucun signe d’humidité, seulement à l’ouverture.

Les concepteurs Motoblouziens auraient tout de même pu faire un effort sur le système de fermeture en ajoutant un zip waterproof ou un bon velcro comme les sacs de canyoning. Cela n’aurait pas été du luxe. Le sac à dos DXR Neptune se ferme en joignant les deux bords, les enroulant, puis en fermant le clip. C’est pas mal, mais finalement l’eau glisse le long des plis jusqu’à rejoindre l’ouverture qui ne peut pas être aussi bien fermée sans zip ni velcro.

fermeture du sac à dos DXR Neptune par clip

système de fermeture du sac à dos DXR Neptune

Sur ce genre de matériau, il faut aussi prendre en compte le temps. En effet, les couture s’usent et le PVC aussi. Après de plus ou moins nombreuses utilisations, ils laissent passer l’humidité à certains endroits. À première vue, les coutures semblent être de bonne facture. Seul l’avenir nous dira combien de temps le sac à dos DXR Neptune remplira sa mission.

Sur la route avec le sac à dos DXR Neptune

La forme allongée qu’a confiée DXR au sac à dos Neptune lui permet d’être accroché dans la longueur de la moto sur la selle, ou sur un porte-bagages si tu as ton ou ta chérie à l’arrière. Dans ce cas, il est préférable d’y charger des objets rigides afin qu’il se maintiennent bien, surtout si le porte-bagages n’est pas très large. Ta tente par exemple !

En revanche, la forme allongée avec une ouverture seulement par le haut ne facilite pas le remplissage ou la recherche. Genre ton téléphone qui sonne au fond du sac… Tu devras retirer tout ce qu’il y a au-dessus ! Oui d’accord, t’y penses avant… ou pas ! N’oublions pas que moins il y a d’ouverture, moins il y a de risque de fuite.

Sac à dos DXR Neptune en utilisation

Et sur le dos

Une fois sur le dos, c’est un sac très confortable. C’est là qu’on se dit que DXR ne se fiche pas du monde, c’est un vrai sac à dos ! Le dos est rembourré tout comme les bretelles. Bien sûr, pas autant qu’un gros sac de randonneur, mais c’est tout de même très respectable. De toute façon, tu n’as que 30 litres, donc à moins que tu emmènes une planche à palet en plomb pour ton bivouac, tu n’auras jamais 20 kg sur le dos. Il y a aussi une ceinture et des sangles au-dessus des épaules où tu pourras y mettre ton petit matelas ou ta polaire.

Sac à dos DXR Neptune... Sur le dos !

Conclusion

Si comme moi tu ne veux surtout pas monter un top case sur ta meule parce que tu trouves que ça fait ringard, ou bien sûr si tu aimes randonner lors de tes séjours moto, je t’invites à réfléchir à « l’investissement » que représente ce sac à dos DXR Neptune. Car entre nous, pour le prix qu’on en demande, ce sac fait du bon job. Il est actuellement à 29,90 €. A ce prix là, on ne s’attend pas à concurrencer les grandes marques de bagagerie… Il saura être étanche si tu fais du off road et que tu traverses de bonnes flaques d’eau, si tu te prends une petite averse, etc. Par contre, je n’y mettrais pas un ordinateur si je risque de rouler longtemps sous forte pluie.

Étanchéité2
Ergonomie4
Look4
Contenance4.5
Rapport qualité/prix3.5

Mon avis : à ce prix... Il fait un bon job !

Super fonctionnel, ce sac à dos est d’un plutôt bon rapport qualité/prix. Si tu ne te lances pas dans un tour du monde, et que tu as un budget serré, je pense que tu peux y aller les yeux fermés... Mais attention aux orages ! Dans tous les cas, tu ne trouveras rien d’autre de mieux à ce prix là.
3.6

Partagez cet article

Sylvain

Débuté la moto en Inde il y a quatre ans, je me suis rapidement retrouvé à faire le tour du sous-continent puis à revenir en France avec une ancienne Royal Enfield. La mouche m'a piqué, je suis devenu un accroc du road trip moto. Depuis mon retour en France, je me suis mis au trail avec actuellement un Ténéré de 1990. Je crois que j'aime ce qui n'est pas tout jeune...