Suivez-nous  :

32 000 km en Amérique du Sud à moto, pour finir en beauté !


Dans le monde des voyages à moto, l’Amérique du Sud se présente comme une destination de choix. C’est notamment la possibilité de repousser ses limites, littéralement au bout du monde, qui attire. Des paysages à couper le souffle, des cultures natives relativement préservées et une gastronomie 3 étoiles à partager (mises de côté les quelques intoxications alimentaires auxquelles notre estomac d’Européen ne peut échapper). 

Pour ceux qui ont suivi l’aventure onemonth.oneride, nous avons initié ce voyage à Los Angeles en avril 2022. Après avoir sillonné le continent sud-américain pendant plus d’un an, nous partageons nos découvertes, nos coups de cœur et de précieux conseils pour ceux qui oseront franchir le pas. Le pas de l’aventure, celui d’une bonne averse tropicale en Colombie, d’un réveil au milieu du plus grand désert de sel du monde en Bolivie, au croisement d’une piste entre deux glaciers sur la route australe chilienne…

Avant de se lancer : parlons budget

Concernant les indications de budget sont inclus : le logement (de l’hôtel confort au camping), les repas à l’extérieur (restaurants et bouffe de rue), les courses, l’essence et les extras (entrées dans les parcs, entretien de la moto, etc.)

Pour faire ce voyage, nous avons économisé plusieurs années, et nous avons travaillé sur les routes façon « digital nomads« . Nous ne sommes pas du genre à nous priver. Faut dire qu’après 6 mois de vadrouille, nous n’avons pas hésité à louer des chambres plus confortables et manger au restaurant. Le budget indiqué reflète ce mode de vie.

Si votre budget est serré, vous pouvez probablement retirer 25 % du budget quotidien indiqué pour un voyageur seul, et 40 % si vous voyagez à deux sur une seule moto, comme nous.

Généralement, le poste de dépense le plus onéreux est le logement. Il est possible de l’éviter en campant… De nôtre côté, avec l’accumulation de la fatigue, un climat pas forcément favorable et le besoin d’un poste de travail avec connexion internet, nous avons souvent opté pour l’option « toit sur nos têtes ». Ensuite, 2ème poste de dépense : la nourriture. Vous pouvez manger un menu du jour complet pour pas grand chose ($5-10) et parfois moins, avec un repas « sur le pouce ». A savoir aussi qu’il n’est pas forcément avantageux de faire des courses pour cuisiner (même si le besoin se fait souvent ressentir). Enfin, les activités touristiques sont généralement onéreuses puisque destinées à une clientèle plus fortunée.

Tour d’horizon des pays visités

La Colombie où tout le monde est motard 

Premiers tours de roues à Bogota de nuit, ça nous rappelle le trafic de Los Angeles. Ajoutez en plus à cela une généreuse couche de motards dont le code de la route diverge un tant soit peu du nôtre. Côté parcours, nous sommes rapidement montés dans le Nord, dans la partie caribéenne pour ensuite prendre la direction du Sud, Medellin et la fameuse zone caféière.

L’accueil des Colombiens est chaleureux. Après des décennies de conflits armés entre guérillas et cartels, on sent bien que les Colombiens veulent changer leur réputation et que le pays est en pleine (r)évolution. Nos coups de cœur ? La région de Jardín, la zone caféière, la vallée de Cocora, le “trampolín de la muerte”, et la Laguna de Cocha. 

Côté budget : nous y avons dépensé une moyenne quotidienne de $37 par personne. En fonction des régions, il est possible de se loger pour $10-15 par nuit. Prix de l’essence : $97 cts/litre.

L’Equateur, petit et diversifié

L’Équateur est un joyau méconnu du tourisme international. Son avantage, c’est sa petite taille. 283 000 km2 de topographie variable, allant du tropical au montagnard en passant par le volcanique. Le pays offre une combinaison unique de nature, de culture et d’histoire. C’est aussi notre premier contact avec l’altitude des Andes, cette chaîne montagneuse qui nous accompagnera jusqu’au bout du continent..

Nos coups de cœur ? La ligne de l’équateur et son musée ludique, les sources d’eau chaude de Papallacta pour se la couler douce, la capitale de Quito, le volcan Chimborazo et ses vigognes, la région de Baños et ses innombrables cascades, la lagune de Quilotoa, la côte et ses vagues aux alentours de Montañita, et la ville coloniale de Cuenca. 

Moyenne quotidienne : $29/ personne en faisant attention. Prix de l’essence : 60 cts/litre (ça fait rêver non ?).

Un Pérou contrasté

Le Pérou est un incontournable, célèbre pour ses vestiges incas et ses sommets andins enneigés. Notre expérience a été contrastée. On rappelle qu’il s’agit de notre perception et que le pays peut être perçu d’une manière tout à fait différente par d’autres voyageurs… Nous n’avons pas forcément aimé les déserts côtiers ensevelies de détritus, le manque de conscience général et l’indifférence des Péruviens. Aussi : nous avons traversé le pays pendant un épisode de tension politique sévère…

A l’inverse, nous avons adoré la gastronomie, la culture Quechua, les pistes et les paysages andins qui offrent des panoramas à couper le souffle. Nos coups de cœur : la région de Caraz et Huaraz, les dunes de Huacachina, Cuzco et la vallée sacrée des Incas. Tips Machu Picchu : allez-y par la piste via Hidroeléctrica !

On se retrouve avec une moyenne quotidienne de $31/personne. Prix de l’essence : $1,39/litre (comme les Andes, ça commence à grimper).

La Bolivie dans son plus simple appareil

Rouler au milieu du Salar de Uyuni, c’est un peu le rêve de tous les motards. Une expérience difficile à transcrire par de simples mots. Il y a un petit côté mystique et sauvage. Les routes peuvent être exigeantes, avec une altitude qui dépasse souvent les 4000 mètres.

Moyenne quotidienne de $26/personne. Prix officiel de l’essence : $1,30/litre.

La particularité en Bolivie, c’est que le prix de l’essence est différent pour les étrangers. Il dépend de l’origine du véhicule mais on compte généralement le double. Certaines stations-essence offrent un prix intermédiaire, d’autres sont ouvertes à négociations ! L’application iOverlander est un outils précieux pour savoir où acheter de l’essence et à quel prix. La Paz, le Salar et la région qui le sépare du Chili sont nos coups de cœur.

Le Chili et ses quelques 6000 kilomètres de long

Le contraste avec la Bolivie est frappant. Le Chili nous rappelle beaucoup les Etats-Unis. On sent bien que les « Chicago boys » ont influencé la vision économique néolibérale du pays. Côté paysages, il y a de tout. Du désert d’Atacama au Nord à la Patagonie chilienne au sud. La nature est contrastée par des villes animées très urbaines comme Valparaiso et Santiago.

Moyenne quotidienne de $50/personne. Prix de l’essence : $1,52/litre. Avec 6000 km à parcourir, c’est un poste de dépense non négligeable.

La route australe est absolument INCONTOURNABLE. 1200 km d’une alternance de pistes en terre, de routes asphaltées, et transferts en bateau au cœur des fjords.

L’Argentine, notre coup de cœur humain

Ici, l’humain est un point fort du pays ! Les Argentins sont généralement de joyeux lurons qui n’hésitent pas à rappeler qu’ils sont champions du monde. Ils vénèrent Messi ainsi que leur gastronomie à base de grillades et de bons vins.

La capitale de Buenos Aires est très « européenne ». C’est aussi le pays du bout du monde, où se situe Ushuaïa : l’objectif et point de ralliement de beaucoup de voyageurs. Les routes droites de la pampa peuvent sembler interminables mais la diversité des paysages compense largement.

Côté budget : la situation économique du pays est très instable avec une inflation croissante et persistante. La petite particularité, c’est que les étrangers peuvent profiter d’un taux de change préférentiel en passant par Western Union (vs. le taux officiel de la banque). Pour vous dire : aujourd’hui, le taux de change pour $1 est à 841 pesos argentin avec Western Union contre 360 au guichet automatique.

Budget journalier avec un « bon » taux de change : $21/personne. Au moment de notre visite, la conversion Western Union permettait d’obtenir 520 pesos (différence aussi avec sa valeur actuelle, instable, on vous le disait). Prix de l’essence : 380 pesos/litre soit $0,45cts avec la conversion officieuse actuelle.

L’Uruguay, cher mais accueillant

L’Uruguay est un petit pays qui offre une certaine continuité culturelle avec l’Argentine. A l’inverse de ce dernier, son économie est très forte et c’est probablement le plus cher des pays d’Amérique latine (avec le Chili). Les voyageurs le traversent généralement en quelques jours.

Pour explorer un peu, nous recommandons une escapade à Cabo Polonio. Un village côtier accessible uniquement par des véhicules tout-terrain spéciaux. Moyenne quotidienne : $42/personne sachant qu’un ami nous a hébergé gratuitement durant la moitié de notre séjour. Prix de l’essence : $1,90/litre (ouch…).

Finir au pays des Cariocas

Le Brésil, avec sa culture vibrante, ses plages paradisiaques et sa forêt amazonienne exubérante a été la cerise sur le gâteau de ce voyage. Nous avons adoré la Costa Verde, cette région qui sépare Sao Paulo de la ville de Rio de Janeiro. Au nord, la traversée de l’Amazone durant plus de 24 heures a clôturé la fin de notre voyage en beauté. Pour plus de Brésil, on vous invite à lire notre article parue dans le numéro #81 du magazine ROADTRIP. Côté dépenses : le budget moyen par personne est à $43. Le prix de l’essence : $1,14/litre.

Quelques conseils pratique

La grande famille des motards et des voyageurs

En Amérique du Sud, tout comme en Amérique centrale, la majorité des locaux apprécient les motos et les motards. Ils sont généralement avenants et intéressés. Toujours prêts à offrir un conseil ou un coup de main. Il existe des groupes de motards qu’il ne faut pas hésiter à rejoindre. La moto est une grande famille, même à l’international.

Le groupe WhatsApp “Motos in South America” compte plus de 400 participants qui sont activement en voyage en Amérique latine, ainsi que des futurs ou anciens voyageurs. Le groupe recèle d’informations précieuses.

Une autre source indispensable : « Overlanding WhatsApp Community« . La communauté compte 12 groupes spécifiques à différents pays ou thématiques.

L’assurance moto

L’assurance moto est obligatoire dans la majorité des pays d’Amérique latine, et on vous la conseille bien sûr. Pour voyager l’esprit tranquille, en toute légalité, et pouvoir se retourner en cas de pépin.

  • En Colombie, il faudra contracté le SOAT (Seguro Obligatorio de Accidentes de Tránsito). Son prix est d’environ $20/mois. Le nôtre était inclus dans le service de transfert de la moto du Panama en Colombie. Vous pouvez aussi vous rendre dans un bureau dédié ou passer par un prestataire externe (comptez 1 à 2 jours pour recevoir le justificatif).
  • En Equateur, l’assurance n’était pas obligatoire.
  • Au Pérou, c’est à la frontière qu’il est possible de s’assurer. $55 pour 2 mois de couverture.
  • En Bolivie, l’assurance n’est pas obligatoire mais…

Pour le reste des pays traversés, nous avons obtenu un contrat qui couvre tous les pays du MERCOSUR. A savoir Pérou, Bolivie, Argentine, Paraguay, Uruguay, Brésil et Chili pour $60 – 3 mois, $100 – 6 mois ou $180 pour une couverture annuelle. Plutôt raisonnable ! Rendez-vous dans la section commentaire pour les contacts si besoin. 

L’assurance voyageur

Il est indispensable de voyager avec une bonne couverture santé. Car au bout du monde, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver… Sachez que nous avons contracté une assurance santé annuelle pour environ 600 € par personne auprès de Chapka (avec la formule Cap Aventure). Nous l’avons utilisée à plusieurs reprises, et le remboursement des frais a été plutôt rapide et sans encombre. On recommande !

Les finances

Quand on voyage dans plusieurs pays, il est indispensable de pouvoir compter sur sa banque. Nous avons opté pour l’option payante de la banque en ligne Revolut. Pas de plafond, et la possibilité de retirer et de payer avec bon taux de conversion, sans frais supplémentaire. Wise propose une formule similaire. L’application budget a aussi été un bon compagnon de route pour la gestion du budget et les statistiques.

Frontières et sécurité

Le passage des frontières est moins pénible qu’en Amérique centrale, il ne faut par exemple pas de photocopie des différents documents. Les seuls documents à présenter sont

  • le titre du véhicule,
  • le passeport
  • et le permis de conduire

Hormis l’assurance mentionnée ci-dessus, le passage d’un pays à l’autre est gratuit.

Pour ce qui est de la sécurité, nous n’avons eu absolument aucun problème en 15 mois de voyage en Amérique latine. Aucune tentative de vol ou de corruption. Lorsque l’on met cette information en perspective avec les recommandations gouvernementales et ce que l’on entend dans les médias, on se dit qu’on est loin de la réalité.

Notre conseil : écoutez votre cœur et vos intuitions, soyez patient, souriez, et tout se passera bien. Etre bilingue nous a probablement beaucoup aidés. Si vous ne l’êtes pas, faites en sorte d’apprendre les rudiments d’une conversation basique, plus facile pour interagir avec les locaux et se faire des amis.

Comment “atterrir” à moto en Amérique du Sud ?

Par l’Amérique centrale

Après avoir traversé le Mexique puis les pays d’Amérique centrale, nous voilà donc six mois plus tard, de l’autre côté du bouchon de Darien, en Colombie. Avant d’attaquer les choses sérieuses, voyons comment traverser ce fameux bouchon.

Aussi connu sous le nom de Darién Gap, il représente 100 kilomètres de jungle et un petit casse-tête pour les aventuriers motorisés d’Amérique latine. L’absence de routes rend la région particulièrement difficile à traverser en moto, même si certains l’ont déjà tentée. Pour les plus téméraires, sachez que la traversée est considérée comme illégale sans autorisation préalable, notamment du fait de la présence de groupes armés. 

Sans surprise, nous avons opté pour la légalité. Deux options légales s’offrent aux motards.

En avion

De notre côté, nous avons envoyé la moto en Colombie par FRET aérien. Le coût total : $1300. Ce tarif inclut le service d’un agent qui facilite la récupération de la moto du côté colombien, les frais de douane et l’assurance pour 1 mois dans le pays. Le coût d’un envoi simple sans service additionnel est de $1100. C’est largement jouable si vous savez vous débrouiller en espagnol mais il faudra être patient. Comptez une journée aux postes de douane pour récupérer la moto.

La société de transport que nous avons utilisée s’appelle E-cargo. Très sérieuse, vous pouvez stocker votre bécane dans leur entrepôt si vous avez besoin de faire une pause dans votre voyage avant l’envoi.

En bateau

L’autre option est d’envoyer la moto par container partagé avec d’autres voyageurs… Ici, le coût d’envoi varie en fonction du taux de remplissage (entre $700 et $900). La traversée dure deux à trois semaines.

Au moment de notre voyage, le devis était de $1100 car une seule auto prévue dans le container. Pour $200 de plus, nous avons préféré un envoi rapide avec la possibilité de récupérer la moto le lendemain contre 2 à 3 semaines d’attente pour un envoi en bateau. Pour le container partagé, Overland Embassy est le prestataire de référence.

De partout ailleurs…

Pour ceux qui ne prévoient pas de traverser le bouchon de Darien, vous avez peut-être prévu d’acheter une monture sur place (comme beaucoup de voyageurs). Dans ce cas, la Colombie est l’endroit idéal !

  • Il y a du choix car les Colombiens sont motards dans l’âme, et les prix sont abordables.
  • La situation géographique est idéale car elle permet de faire l’intégralité du contient sans trop de détours.
  • Le meilleur pour la fin : les étrangers sont autorisés à enregistrer un véhicule en leur nom propre, et le véhicule peut être exporté sans problème le temps du voyage dans les pays voisins.

Les motards remontent généralement en Colombie pour revendre leur monture et récupérer en moyenne 75 % de l’investissement initial. Il est aussi possible d’acheter une moto colombienne d’un autre voyageur à Ushuaïa, et de remonter avec pour la revendre. Il faudra simplement se procurer un “poder” (en espagnol) au travers d’un avocat. Ce document indique que vous avez bien l’autorité sur le véhicule.

Envoyer sa moto par avion ou bateau ?

Malheureusement nous avons peu d’info sur le sujets. Cela dit, nous savons que les ports d’entrée sont généralement Montevideo en Uruguay et Buenos Aires en Argentine pour la côte Atlantique, et le Chili pour la côte Pacifique (notamment depuis l’Allemagne). Le prix varie, il faudra cependant compter 2000 à 2500 euros pour un aller / retour.

Nous avons pour notre part expérimenté une voie différente, qui est celle de la Guyane française. C’est une possibilité intéressante si vous souhaitez descendre par le Brésil ou bien, effectuer une boucle vers le Venezuela puis la Colombie. C’était l’option la moins onéreuse en étant sur la côte Atlantique pour le rapatriement de notre moto vers l’Europe : 1100euros pour l’aller simple de la Super Ténéré chargée par navire. Comptez un mois de navigation en général.

Nous sommes passés par la société TTOM. Nos conseils : informez vous correctement sur les frais “cachés” de l’envoi (à savoir frais de douane, taxes d’importation à l’arrivée, etc.) Chaque situation est différente et notre cas est un peu particulier car la moto est américaine.

On a fait le tour de l’Amérique latine, en moto et ici. Une expérience renversante de 40 000 km au travers de 16 pays que l’on n’est pas prêt d’oublier… Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous écrire en commentaire !

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.

4 commentaire(s)

Ajoutez le votre
    • One Month One Ride 16 mai, 2024 at 10:56 Répondre

      Salut Alain et merci pour ton commentaire ! Nous avons adoré Jardín, surtout les pistes des montagnes alentours. L’accès par la route principale est plutôt cool, mais nous n’avons pas eu l’occasion de visiter Santa Cruz de Mompox. Il faudra y revenir du coup ! Bon voyage.

  1. Thierry 18 mars, 2024 at 15:11 Répondre

    Très bon article. On est en train de faire un tour similaire et franchement je suis d’accord avec tout ce que vous écrivez. Nous sommes actuellement au Brésil mais juste le sud pour l’instant. On va essayer de laisser la moto (achetée en Colombie) pour quelques mois puis retour pour une nouvelle saison avant de retourner vendre la moto en Colombie.

    • One Month One Ride 16 mai, 2024 at 10:53 Répondre

      Salut Thierry et merci pour ton commentaire ! Contents d’être en phase avec votre conception du voyage à moto ! Nous vous souhaitons le meilleur pour votre vadrouille. Le Brésil est magnifique, tout comme le reste des pays d’Amérique latine…

Ajouter un nouveau commentaire

Exit mobile version