Suivez-nous  :

5 motos mythiques à essayer au moins une fois dans sa vie de motard(e)


Une expérience de motard(e), ça se forge par les motos qu’on possède, mais également par celles qu’on essaie ! Toute moto est bonne à tester – le temps d’un tour de pâté de maisons ou d’une balade. Mais il en est certaines qui marqueront particulièrement votre mémoire parce qu’elles posèrent en leur temps un jalon majeur de l’histoire de la moto. C’est le cas des cinq motos mythiques de notre sélection, à la fois pleines de caractère et riches de leur passé.

Honda CB 750 Four : Révolution japonaise

Honda CB 750 Four, 1969

Avant elle, la moto était une machine peu fiable et moyennement performante. Apparue en 1969 en France, la Honda CB 750 Four rebat les cartes. Elle révolutionne littéralement l’industrie de la moto avec son moteur quatre cylindres en ligne, ses performances hallucinantes pour l’époque (200 km/h annoncés, du jamais vu), et sa fiabilité à faire pâlir les constructeurs européens qui dominaient le marché à l’époque.

Une moto historique parmi les motos mythiques !

Plus que mythique, la Honda Four peut légitimement être considérée comme une moto historique parce qu’elle a défini de nouvelles normes dans le monde des deux-roues. Imaginez par exemple qu’elle a été la première machine dotée de freins à disques, ce dont même les motos de compétition ne pouvaient se targuer à l’époque !

Cinq décennies et des brouettes plus tard, son 4-cylindres de 736 cm³ revendique toujours une grande facilité d’utilisation, caractérisée par une accélération linéaire et une grande souplesse à bas régime qui feront dès lors la marque de fabrique des machines Honda. Seule la sonorité franche émanant des quatre élégants pots d’échappement trahit le durcissement des normes en la matière. Une moto vintage encore apte au service régulier.

Ducati 916 : Mama mia, quelle robe !

Ducati 916, 1994

Le coup de crayon de Massimo Tamburini a traversé les décennies : la Ducati 916 demeure probablement l’une des plus belles motos jamais produites. Comparez-la simplement à ses concurrentes des années 90 et vous mesurerez l’exploit. Fine, élancée et compacte grâce aux carénages enveloppants, au monobras enserrant la roue arrière et aux silencieux placés sous la selle, la Ducati 916 est belle jusque dans les détails. Si vous avez la chance d’en croiser une, prenez le temps de l’examiner de près.

Mythique, magnifique et athlétique

Les motards esthètes apprécieront aussi la sonorité du moteur, marquée par le métronome de l’embrayage à sec et rehaussée par le grondement des échappements, très expressifs dans les tours. Toute une symphonie… Mais au-delà de ses qualités esthétiques, la Ducati 916 est une sportive pur jus. Madame a remporté de nombreux titres en championnat du monde de Superbike entre les mains de Carl Fogarty et Troy Corser dès 1994, année de sa sortie en France.

Si vous l’essayez, la position de pilotage radicalement basculée sur l’avant ne trompera pas sur les intentions de la bête. Mais grâce aux 9 m.kg de couple, le bicylindre en L à distribution desmodromique développant 109 chevaux saura aussi se montrer relativement souple et accessible. Sur la route, la cadre treillis tubulaire propre aux motos mythiques de la marque italienne ne faillit pas et vous assure des trajectoires au scalpel dans les courbes – sur bons revêtements, s’entend.

BMW R 100 GS : La mère des roules-toujours

BMW R 100 GS, 1987

Lancée en 1988, la BMW R 100 reste la pionnière des gros trails routiers qui ont pris la tête des ventes ces dernières années. Certes, elle n’est pas la première de la mythique lignée des GS (pour « Gelände/Straße », soit « Tout-terrain/Route » en français). Il s’agit en effet d’une évolution de la R 80 GS, véritable première du nom. En revanche, la R 100 offre un gain de couple notable par rapport à sa grande sœur, qui en augmente considérablement l’agrément en roulage.

La palme du confort au guidon

Bon, on ne va pas se mentir, son look est un peu daté. Mais son côté armoire à glace donne une bonne idée de la robustesse générale de la machine : sa solidité légendaire et sa capacité à encaisser les kilomètres sans broncher en font une icône. La transmission finale par arbre et cardan limite également l’entretien.

Mais c’est surtout le confort du pilote sur longue distance qui a forgé le mythe GS. Avec elle, vous pouvez rouler toute la journée et arriver frais à destination le soir, ce qu’aucune concurrente de l’époque ne pouvait vous proposer. La conduite est douce, grâce à son moteur bicylindre à plat coupleux à défaut d’être vif, et l’assise particulièrement agréable. Une légende pour tailler la route comme dans un canapé.

Yamaha 500 RDLC : 2-temps, trois mouvements

Yamaha RD 500 LC, 1984

Notre sélection aurait été incomplète sans une machine 2-Temps. Et quand on pense moteur deux-temps routier, on embraye direct sur la mythique Yamaha RD 500. Réplique de la moto de Grand Prix qui emmena Kenny Roberts jusqu’à la victoire en 1984, cette moto est animée par le non moins mythique V4 de 500 cm³.

Un moteur fascinant qui la classe direct parmi les motos mythiques

Un moteur issu de la compétition, mais civilisé pour un usage routier : si vous avez la chance de tester l’une des 1259 RD 500 LC vendues en France, vous constaterez qu’il se montre étonnamment docile quand vous roulez relax. En revanche, dès que vous ouvrez les gaz, le compte-tour s’envole… 7000, 8000, 9000 tours/minute, les quatre silencieux chantent leur chœur pour alto, le paysage défile vite, très vite.

Pensez à anticiper votre pilotage, parce que la partie-cycle n’est pour sa part pas la plus pointue de l’époque : le cadre acier de la diva est notoirement connu pour son manque de rigidité. Comme quoi 82 chevaux, c’est amplement suffisant pour se faire des frayeurs !

HD 883 Sportster : American way of vibes

Harley-Davidson 883 Sportster, 1957

Grand écart mécanique : on passe du deux-temps délivrant sa puissance dans les tours au gros V-Twin gorgé de couple dès les plus bas régimes ! Le custom de notre échantillon nous a donné du fil à retordre. Si on n’a pas eu de mal à choisir la marque, on a peiné à trouver un seul modèle parmi les nombreux qui font la légende du constructeur de Milwaukee.

On a d’abord pensé à la HD Fat Boy 1340 de 1990 à 2000 – celle de Terminator 2. Emblématique au possible ! Puis l’idée d’une Electra Glide enroulant le bitume de la route 66 nous est venue à l’esprit. Finalement, on s’est décidés pour la 883 Sportster, qui a su garder le côté authentique de la marque en ne se laissant pas aller à un excès d’évolutions techniques (euphémisme) jusqu’à la fin de sa commercialisation en 2020. Après 63 ans de bons et loyaux services, quand même !

Une moto de caractère très attachante

Le 883, particulièrement à carbu, revendique les traits de caractère qui font l’identité d’une Harley-Davidson aux yeux des puristes : j’ai nommé les vibrations et le mythique « potapo potapo » émis par l’échappement au ralenti. Il suffit de démarrer pour capter comme ça vit là-dessous. Des repose-pieds aux poignées, vous vibrez à votre tour, jusqu’au fond de votre âme. Sur la route, le caractère est au rendez-vous. Si un périple Lille-Nice n’est pas sa tasse de thé, une simple balade prend une autre tournure quand on roule sur une machine aussi attachante. Et pas besoin de rouler vite pour ça ! Attention, on a vite fait de se laisser amadouer…

Quelles motos mythiques avez-vous essayées ? Lesquelles vous semblent manquer à notre top 5 ? Nos commentaires sont ouverts ; allez-y, on est curieux !

Motos mythiques encore

À lire également :

Photo à la une : Honda 750 Four par Sam Carter

Tags motoTop 5

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis fan inconditionnel de routes à virages. La moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

8 commentaire(s)

Ajoutez le votre
  1. Pierre 9 juin, 2024 at 13:50 Répondre

    Bonjour Loïc,
    Une petite précision concernant la CB 750.
    La CB 750 n’est pas la première moto avec frein à disque. MV Agusta avait déjà des motos de série avec frein à disques (en option) mais mécanique.
    Donc l’erreur vient de là.
    La CB 750 est la première moto avec frein à disque hydraulique.
    Cordialement
    Pierre

  2. GOTTHOLD Pierre 8 juin, 2024 at 19:11 Répondre

    Loïc, tu as eu bien raison de classer la HONDA CB 750 comme première moto mythique. En 1970, j’ai acheté cette magnifique machine, et elle apportait un formidable progrès par rapport à toutes les motos d’avant.
    J’avais eu deux BSA, une Triumph et une Velocette, mais mon plus beau souvenir est celui de ma HONDA Four.

  3. CC 8 juin, 2024 at 18:58 Répondre

    J’ai eu une 750 four et une HD 883.
    J’ai beaucoup aimé ma Honda CBX 1000 (6 cyl.) première version en 105 ch ; si je ne me trompe pas, la 1ère moto de série à dépasser les 100 cv…

  4. Cédric - Lm 8 juin, 2024 at 17:17 Répondre

    Merci Loïc d’avoir pensé à la 916, tu sais que je ne peux qu’approuver 😁

    Je rêve d’essayer la RDLC 500, un jour j’espère !

    Et j’ajouterais personnellement la Ducati D16RR à la liste (que j’ai eu l’occasion d’essayer pour le coup), également un véritable monument !

    • Loïc 10 juin, 2024 at 09:16 Répondre

      Salut Cédric,
      Des Ducati mythiques, il y en a à la pelle, il fallait bien faire un choix 😀
      J’en ai roulé quelques unes, mais toujours pas la 916, ni la D16RR !
      Une qui me vend du rêve mais que je n’essaierai (verrai ?) probablement jamais, c’est la Supemono… Si un lecteur généreux passe par là !
      V – Loïc

Ajouter un nouveau commentaire

Exit mobile version