Essai John Doe Stroker : le pantalon moto


Essai du pantalon John Doe Stroker

Je vais vous partager aujourd’hui mon retour sur le pantalon John Doe Stroker. Je vous promets de vous fournir le maximum d’informations au sujet de ce pantalon moto pour que vous puissiez faire votre propre avis. Allez, sans plus tarder, c’est parti pour un passage au crible de ce pantalon John Doe.

John Doe, c’est quoi cette marque ?

John Doe se traduit littéralement de l’anglais par « Monsieur Tout-le-monde ». Mais pourtant, John Doe est une marque allemande. Incroyable, non ?

Nos amis allemands ont réussi à créer des vêtements dont le look est à mi-chemin entre le bûcheron canadien et le biker californien. Le tout en offrant les dernières technologies textiles pour protéger au mieux nos peaux sensibles à l’abrasion. Avec leurs fringues dédiées à la moto, on peut rouler comme en habits de tous les jours avec de vraies capacités de protection. Je trouve leur gamme très inspirée et franchement réussie. Voyons maintenant en détails un pantalon de leur gamme : le pantalon John Doe Stroker.

Premier regard

À la réception du colis, j’ouvre directement la boîte en carton qui contient le pantalon John Doe Stroker dans son coloris olive. Sans toucher, j’observe brièvement le tissu, les finitions, et je me dis que ça n’a pas l’air d’être un pantalon de moto. J’avais l’impression d’avoir sous les yeux un superbe pantalon haut de gamme et stylé. Je sors le Stroker de la boîte en le prenant par la ceinture, les jambes se déplient et je me dis que ce pantalon à l’air souple. Ni une ni deux, j’enlève mon pantalon et j’enfile directement le pantalon John Doe Stroker.

Deux jambes dans un gant de velours

C’est alors qu’une extrême sensation de douceur recouvre mes jambes. Que c’est bon. La doublure intérieure de ce pantalon John Doe est juste parfaite. J’avais le sentiment d’enfiler un pantalon de pyjama doux et confortable. Dans cette doublure, pas de couture gênante, pas de défaut. Le pantalon John Doe Stroker offre un confort largement supérieur à tous les pantalons motos que j’ai pu essayer dans ma vie de motard. Il est si agréable que je l’ai déjà porté en sachant pertinemment que je n’allais pas utiliser ma moto. Bien qu’un peu plus lourd qu’un simple jeans, le Stroker se laisse oublier une fois porté.

Technologies textiles

Les innovations textiles s’invitent dans le Stroker en proposant un mélange de Kevlar, Coolmax et Lycra. Le Kevlar oeuvre ici pour la résistance à l’abrasion et aux coupures. Le Coolmax offre une couche respirante, déperlante et permet un séchage très rapide en cas de trempette. Il favorise également l’évaporation de la transpiration et évite les mauvaises odeurs. Le Lycra permet d’offrir une élasticité bienvenue pour suivre sans contraindre les mouvements du pilote.

Voici la doublure intérieure du pantalon John Doe Stroker.

Contrôles visuels

L’extérieur du Stroker est quant à lui composé à 98 % de coton et 2 % d’élasthanne, qui lui confère une texture douce au toucher. Ce n’est pas moi, c’est ma femme qui le dit.

La braguette est de marque YKK. Elle a l’air robuste et elle coulisse facilement. Un bouton gravé du logo de la marque vient verrouiller le tout sur les hanches.

À l’arrière du pantalon, deux poches à rabat, une sur chaque fesse, font leur apparition. Le rabat de la poche de droite est orné d’un morceau de cuir marqué d’un éclair. Ce genre de détail donne du cachet à l’ensemble.

L’allure du pantalon John Doe Stroker après une journée de roulage.

Pour le reste, John Doe affirme s’être inspiré des pantalons de pilotes d’avion de l’U.S. Air Force. Après une rapide recherche sur l’Internet, il est vrai qu’il y a un air de ressemblance. On se retrouve avec un pantalon à mi-chemin entre le style militaire et le vêtement de travail. C’est vrai qu’avec le pantalon John Doe Stroker, le design est clairement orienté sur l’aspect pratique.

Le falzar du quotidien

C’est lorsqu’on enfourche la moto que l’on comprend l’intérêt des deux poches à soufflet placées sur chaque cuisse. On peut y ranger tout un tas de choses sans même ressentir la forme ou le poids des objets, c’est super agréable. Comme ces poches s’ouvrent en grand, pas besoin d’enlever les gants pour farfouiller dedans. Au cas où vous auriez peur de perdre le précieux contenu de votre poche, un solide bouton à pression verrouille le tout. Je peux vous dire que grâce à ces poches, les passages aux péages ou à la station essence sont bien plus faciles.

Des poches qui même remplies se laissent oublier.

 

 

Sous la poche à soufflet gauche se cache une autre grande poche. Dans laquelle un smartphone passera sans gêne. C’est la seule poche du Stroker qui se ferme à l’aide d’une fermeture éclair.

Lorsque vous n’êtes pas sur la moto, le pantalon John Doe Stroker reste toujours aussi pratique. Les poches traditionnelles sont bel et bien présentes. Elles accueillent facilement un portefeuille et même l’un des plus grands smartphones du marché. On retrouve à l’intérieur de la poche droite, une petite poche à briquet.

La petite poche briquet.

Ma vie avec mon pantalon John Doe Stroker

J’avoue ne pas toujours porter un pantalon dédié à la pratique de la moto quand je roule. Mais John Doe change la donne. J’ai eu la chance de tester ce pantalon avec un scrambler, un trail, un brat, un roadster et même en voiture. Peu importe le lieu ou le véhicule, le pantalon John Doe Stroker est super confortable. C’est typiquement le genre de pantalon que l’on peut garder toute la journée, peu importe le programme.

En selle, on est bien et on ne sent aucune couture mal placée. La coupe slim et l’élasticité du Stroker permettent d’avoir une grande liberté de mouvement. Surtout, si comme moi, vous faites le singe au-dessus de votre monture pendant des passages tout-terrain un peu techniques.

Le confort est réel sur selle ou ailleurs.

Niveau température, sous la barre des 5 degrés, on a froid sur nationale et autoroute. En ville, même sans carénage, ça passe, c’est vivable. En cas de grande chaleur… Je ne peux pas vous dire, je n’ai pas subi de fortes chaleurs. J’ai principalement roulé à des températures allant de 5 à 20°C. Cependant, je peux vous dire que je n’ai jamais transpiré malgré des sessions de roulage de plusieurs heures. Ce pantalon est clairement un excellent compagnon de route.

Une fois repassé, le pantalon John Doe Stroker résiste aux gouttelettes d’eau.

Pour ce qui est de la pluie, le Stroker m’a étonné par son effet déperlant. Sous une petite pluie, l’eau rebondit sur la surface puis ruisselle. D’ailleurs sur l’étiquette cachée à l’intérieur du Stroker, il est conseillé de repasser le pantalon pour renforcer l’effet déperlant. Sans ça, si vous prenez une belle pluie soutenue, les deux doublures se gorgeront d’eau. Heureusement, le Stroker sèche très rapidement grâce à la doublure composée en partie de Coolmax.

Plus de protections en option

Avec le pantalon John Doe Stroker, vous protégez en partie vos jambes de l’abrasion et de certaines coupures. Si vous souhaitez vous protéger des chocs, John Doe propose à la vente un kit de protections de hanches et une paire de protections genoux à glisser dans les poches prévues à cet effet.

Les protections de hanches se logent facilement dans leurs emplacements.

Les emplacements au niveau des hanches sont faciles d’accès. Il suffit de glisser la protection dans le bon sens et d’ajuster les bandes velcro pour assurer le bon maintien de la coque souple.

Pour les coques de genoux, le pantalon John Doe Stroker permet un réglage en hauteur. Le système fonctionne avec un tube en filet dans lequel on glisse la protection. Une fois intégrée dans le filet, un scratch permet de régler la hauteur de la protection.

Le réglage de la hauteur des protections genoux est facile à mettre en oeuvre.

Au-delà du gain évident de sécurité, le confort reste très bon sur la selle de la moto. Les coques pour les genoux se positionnent naturellement. Les protections de hanches offrent un maintien du bassin sans appui, c’est nickel. Cependant, si vous comptez porter votre Stroker tous les jours, les coques se feront sentir lorsque vous marcherez. Cela dit, ce n’est pas non plus désagréable… Mais n’espérez pas pour autant faire une randonnée pédestre comme ça.

Confort5
Praticité5
Ergonomie5
Protection (avec coques)5
Étanchéité 3
Look5

Mon avis : une belle découverte !

Ce pantalon John Doe Stroker est le meilleur qu’il m’ait été donné d’essayer. Je le conseille pour son confort, sa qualité de fabrication, ses finitions, ses aspects pratiques et son style. Je le déconseille aux motards qui doivent affronter fréquemment les éléments, surtout l’eau. Si vous êtes comme je l'étais, à rouler en pantalon standard parce que vous pensez que les pantalons moto ne sont pas confortables, je vous invite fortement à essayer un des pantalons de la marque John Doe. Cette marque est une belle découverte pour moi, et je pense y investir prochainement pour compléter ma garde-robe de motard stylé. Prenez soin de vous et de vos proches, bons rides ;)
4.7

Partagez cet article

Monsieur Marcin

Un motard qui aime les bons mots autant que les belles motos. Un "Roule Toujours" que ce soit avec sa prépa sur base de Triumph Street Twin ou son Triumph Tiger 800 XCX parée pour le OffRoad. Il aime tous les styles de motos, tant que c'est pas d'origine et que ça a du couple, beaucoup de couple. Tout en contradictions, il aime tout ce qui est hightech mais son domaine de prédilection c'est la moto classique, vintage et custom. Son objectif, vous aidez à faire le bon choix !