Essai baskets Furygan RIO D3O SYMPATEX


Oh, vous voulez un avis sur les baskets Furygan RIO D3O Sympatex ? Et bien, soyez heureux d’apprendre que vous êtes au bon endroit. J’ai pu tester sur plus de 500 km ces baskets de marque française qui sont un petit condensé de technologies. C’est parti !

Furygan, la marque française

Je trouve toujours intéressant de connaître l’histoire de la marque des produits que l’on achète. Rassurez-vous, je vais vous la faire courte.

L’entreprise a été fondée en 1969 par Jacques Segura, ou « Monsieur Jacques » comme ses employés l’appelaient. À ce moment-là, les connaisseurs se disent que Segura est aussi un nom connu dans le milieu de l’équipement motard. En effet, la marque Segura a été fondée en 1967 par les frères, Michel et Jacques Segura. Il paraît qu’après un différend familial entre frères, Jacques quitta l’entreprise Segura pour aller fonder, sans son frère, Fury Gant. Grâce à leurs désaccords, les frères nîmois ont offert aux motards du monde deux célèbres marques d’équipements pour motards. Comme quoi l’adage « le malheur des uns fait le bonheur des autres » peut prendre ici son sens.

Pour terminer, la marque était à ses débuts spécialisée dans le conception et fabrication de gants, d’où le nom Furygant. Le « T » a disparu quand la gamme s’est étendue à d’autres types de protection. Comme promis, je m’arrête là, car il y a de quoi faire sur la renommée de Furygan. Passons maintenant à l’essai des baskets Furygan Rio D3O Sympatex !

Look sale pour les baskets Furygan RIO D30 Sympatex

Commençons par une chose primordiale pour toutes paires de baskets qui se respectent : le look. Ici, le parti pris par Furygan est à mi-chemin entre la modernité et le classicisme. On fait face à des baskets montantes qui ne sont pas sans rappeler les célèbres Converse. Pour leur donner un look un peu plus « punk rock », Furygan a choisi de ternir les contours de la semelle par des salissures noires éparses. J’avoue ne pas comprendre l’intérêt de ces traces de saleté alors que les baskets sont neuves.

Je n’ai pas réussi à identifier le type de cuir utilisé pour le revêtement extérieur des baskets Furygan Rio D3O Sympatex. D’ailleurs, le cuir aussi a reçu un traitement d’usure prématuré qui va de pair avec les traces noires sur les semelles. Malheureusement, j’ai réussi à griffer le cuir sur le bout du pied gauche sans trop savoir comment. Peut-être est-ce dû à des frottements brusques sur le sélecteur. Je n’ai pas de souvenir.

Furygan oblige, la panthère est de sortie sur les flancs des baskets, heureusement de manière fort discrète, je n’ai jamais apprécié servir de panneau publicitaire ambulant. Le logo de la marque se trouve aussi sur la languette et près des passants au-dessus de la cheville.

Le look punk rock est respecté habilement. On a l’impression de voir des baskets qu’on traîne depuis longtemps dans toutes sortes d’activité. Je ne suis pas complètement fan, mais il faut avouer que dans le style, c’est réussi. Finalement, les finitions sont bonnes, les coutures propres et nettes, l’assemblage des pièces est juste.

Rodage nécessaire

Comme toutes paires de chaussures en cuir, il peut y avoir une période de rodage pour que le cuir « se fasse ». Les baskets Furygan Rio D3O Sympatex ne changent pas la donne. La première fois que je les ai enfilées, le confort n’est pas apparu de suite. J’ai d’abord porté les RIO dans la maison pour commencer à assouplir le cuir. J’ai profité d’une éclaircie pour aller marcher avec elles. Une fois ce processus terminé, les baskets Furygan Rio D3O Sympatex sont prêtes à vous emmener partout.

Quand je dis partout, c’est réellement partout. En effet, maintenant je peux conduire une voiture, marcher et les garder toute la journée sans me rendre compte que ce sont des baskets dédiées à la pratique de la moto. Je peux affirmer que ce sont maintenant de vraies pantoufles.

Autre point important, les baskets Furygan Rio D3O Sympatex sont faciles à enfiler pour des baskets montantes à lacets. En écartant énergiquement les deux bords de l’ouverture de la basket, les lacets se desserrent naturellement. Il suffit de les resserrer en plusieurs étapes pour avoir un bon maintien de la cheville. Pour une utilisation quotidienne, ces baskets sont faciles à vivre, un vrai bon point pour ces Furygan.

Technologies de protection

Le Sympatex

Les baskets Furygan Rio D3O Sympatex sont pourvues, comme leur nom l’indique, d’une membrane SympaTex. L’intérêt pour les motards que nous sommes est triple. Le Sympatex est composé de trois couches laminées qui le rendent respirant, étanche et coupe-vent. C’est une technologie concurrente au Gore-tex qui offre les mêmes avantages à son porteur. Pour expliquer simplement, la promesse est de garder vos pieds au sec, en évitant à l’eau et à l’air de rentrer tout en évacuant l’humidité de votre transpiration.

Dans les faits, faisons simple, c’est très efficace. J’ai marché dans la neige avec elles, j’ai roulé sous la pluie, marché dans de grosses flaques d’eau, et je les ai gardées toute une journée aux pieds. Ces baskets Furygan ne m’ont pas fait défaut à aucun moment. Même si les pluies n’ont jamais duré plus de 40 minutes. Il faudrait essayer sur de plus longs trajets.

Le D3O

D’ailleurs en parlant de protections, les Furygan RIO sont aussi pourvues de renforts D3O pour protéger vos malléoles. Vous savez, cette partie de la cheville qui pète pour un rien. Plus sérieusement, le D3O à cet endroit offre une protection excellente sans dégrader le confort. C’est là tout l’enjeu et l’avantage du D3O : offrir une protection équivalente à d’autres technologies, le confort en plus. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas le D3O, je vous offre un petit topo vite fait bien fait.

Le D3O est une matière souple qui possède des particularités physiques étonnantes. Lorsqu’une protection subit une pression constante, elle agit un peu comme du caoutchouc, elle se déforme lentement, mollement. Mais quand la force exercée sur elle est forte et rapide, la matière se rigidifie pour absorber proportionnellement la force reçue. Ainsi, le D3O encaisse les chocs à la place du pilote. Il reste cependant un défaut au D3O, il résiste très mal à l’abrasion. C’est pourquoi les protections en D3O sont toujours cachées dans les textiles et cuirs.

Avoir des protections en D3O dans des baskets moto permet donc d’obtenir un niveau de protection et de confort parfaitement dosé. Cependant, dès que l’usage vous amène sur de longs trajets, il est évident de préférer des bottes moto à des baskets.

Sur les cale-pieds

Terminons cet essai sur ce qui nous intéresse le plus. Que valent les baskets Furygan RIO D3O SympaTex une fois en selle ?

Le séant posé et les pieds au sol, l’adhérence au sol est bonne sur terrains secs. Il m’est arrivé de me faire une petite frayeur en glissant sur une bande blanche humide. Évidemment, peu de chaussures tiennent la route sur cette maudite surface. Les semelles des RIO sont relativement plates, leur adhérence est donc moyenne sur certaines surfaces, notamment humides.

Dès que les pieds quittent le sol pour atteindre les cales-pieds, le contrôle et la précision sont excellents. On sent bien le sélecteur et la commande des freins. Je n’ai pas eu besoin de temps d’adaptation, l’adoption était instantanée. Les rapports montent et descendent sans avoir besoin de calibrer ses mouvements, c’est un régal.

Protection4
Confort4.5
Finition4.5
Grip semelle4
Style 4
Pratique5

Mon avis : un rapport qualité / prix TRES intéressant

Je n’ai jamais été un grand fan des baskets moto, mais les baskets Furygan RIO D3O Sympatex offrent une protection suffisante pour vos trajets en ville. Le look Punk Rock s’accordera parfaitement à votre jean retroussé et à votre moto préparée. Elles offrent un tel niveau de confort qu’il m’arrive de les porter même les jours où la moto est au garage. Si vous cherchez des baskets moto au style affirmé et à la protection confortable, vous savez ce qu’il vous reste à faire.
4.4

Partagez cet article

Monsieur Marcin

Un motard qui aime les bons mots autant que les belles motos. Un "Roule Toujours" que ce soit avec sa prépa sur base de Triumph Street Twin ou son Triumph Tiger 800 XCX parée pour le OffRoad. Il aime tous les styles de motos, tant que c'est pas d'origine et que ça a du couple, beaucoup de couple. Tout en contradictions, il aime tout ce qui est hightech mais son domaine de prédilection c'est la moto classique, vintage et custom. Son objectif, vous aidez à faire le bon choix !