Partir en voyage en Basse Californie Nord à moto… Go!


Voyage en Basse Californie Nord en moto

« Viens, on fait un voyage en Basse Californie. On va jusqu’à la pointe sud. Vendu… » Ça, c’est ce qu’on s’est dit avant de réaliser la grandeur de la Basse Californie, et la petitesse de nos vacances.

Tout a commencé au moment de planifier nos vacances d’été. Ce qui était sûr, c’est que nous allions enfourcher la Super Tenere. Nous n’étions en revanche pas certains de la roadmap. Au départ, on prévoyait un road trip en Arizona/Utah/Nevada, aux alentours du Grand Canyon. Il y a énormément à découvrir par là-bas. Puis après une courte virée en Basse Californie, on s’est rendu compte du potentiel séduction offert par le Mexique. Sa nourriture, ses pistes, ses plages, son accessibilité pour les budgets serrés… C’était autre chose que d’aller creuser sa propre tombe sous 50°C dans la Monument Valley. C’était donc décidé : nous allions rider la Basse Californie en moto.

On vous explique tout ça à quatre mains. Max vous racontera le parcours, et moi, le reste. En route ? Ou plutôt, en piste !

Préparations préliminaires : quand la bécane se prépare au voyage en Basse Californie

Un voyage en Basse Californie, ça se prépare. Du moins, la moto doit être un minimum apprêtée. Il faut dire que Max est constamment en train de la préparer/modifier. A chaque trip, nous partons mieux préparés et mieux équipés. Une trousse à outils Deus Ex Machina contenant tout ce dont nous avons besoin pour l’entretien et les réparations classiques disons, nous suit partout. C’est celle que Max utilise lorsqu’il bricole sur la moto : dès qu’il manque un outil pour démonter telle ou telle pièce, il le commande et l’ajoute à la trousse. En plus, nous avions fait l’acquisition d’un kit de réparation de crevaison (des mèches) pour l’occasion, ainsi qu’un compresseur portable. Histoire que l’on puisse repartir sans (trop d’) encombre si on se retrouvait à plat au milieu de la pampa.

Aussi, nous avions augmenté la capacité de notre réservoir. Enfin… nous avons fixé un réservoir auxiliaire de 1 gallon sur notre valise latérale droite. Avec ça, on était safe pour environ 400 bornes. Et Max avait installé des poignées sur chaque valise pour sécuriser notre attirail de camping avec des ROK straps, les fameuses, histoire de ne pas répéter la mésaventure du Grand Canyon. Des pneus en bon état et gonflés correctement. Une suspension ajustée à notre chargement. Nous étions prêts pour ce voyage en Basse Californie.

Pour info : nous avons assuré la moto un total de 90$ pour toute la durée du séjour. Ce n’était pas l’assurance du siècle, notamment vis-à-vis de la piste, mais c’était obligatoire. Au final, personne ne nous a jamais rien demandé… Mais voyager l’esprit tranquille et en règle, c’est indispensable !

Départ en Basse Californie : notre équipement

Partir en Road Trip, préparer son équipement !

Tous les chemins mènent jusqu’à San Felipe : notre parcours

Bon, nous étions fixés sur la Basse Californie, mais il fallait quand même définir le parcours. Un petit tour sur Google Maps : ok, nous avons vite réalisé que la péninsule ne pouvait pas être explorée dans son intégralité. Pas cette fois. En effet, il y a entre 24 et 26 heures de route entre Los Angeles et Cabo San Lucas, à la pointe Sud. En 9 jours, cela représentait 6 heures de moto par jour. Entre nous, ça relevait plus du rallye que des vacances. Détrompez-vous : on ne s’est pas reposé tant que ça, mais quand même.

Du coup, nous avons décidé de nous limiter à la Basse Californie Nord qui offrait  déjà pas mal de plages, de cactus, et de beaux paysages. Nous n’avions pas vraiment de parcours ou de « destination finale » en tête, nous sommes partis en ne bookant que les 3 premières nuits : la 1ère dans la Valle de Guadalupe, la 2ème sur la côte vers San Quintín, et la 3ème dans la Bahia de Los Angeles que l’on nous avait recommandée. C’est tout ce que nous avions pour commencer, et ça a été suffisant pour « tracer notre parcours » ensuite.

La basse californie en moto

Par où entrer ?

Il y a trois accès entre la Californie aux Etats-Unis et la Basse Californie Nord, au Mexique. Le plus à l’Ouest est Tijuana. Nous l’avions déjà emprunté une fois, et le trafic y est assez intense. En plus, on recherchait plus de la nature que des grandes villes. Tout à l’Est, il y a Mexicali. Là aussi, on connaissait : nous y étions restés 5 heures dans le sens Mexique-USA quelques semaines avant… Un des désavantages de la voiture. Entre Tijuana et Mexicali : l’accès idéal. Non loin de San Diego, il y a une route de montagne bien sympathique qui mène jusqu’à Tecate, capitale de la bière. Une petite ville plutôt authentique et une frontière largement moins fréquentée que les deux autres. C’est là que nous avons décidé de traverser.

Pour rester au Mexique plus de 7 jours, vous devez vous acquitter d’un visa touristique. Il coûte 24$/personne, et est valable 6 mois partout au Mexique. Nous l’avons réglé directement à la frontière de Tecate.

Basse Californie en moto

Et par où continuer ?

Le voyage en Basse Californie Nord était lancé, nous étions sur le sol mexicain. Pour la route, nous avons pris la direction du sud via la 3. C’était aussi pour cela que nous voulions traverser à Tecate, pour être en connexion directe avec cette route 3 qui descend la Valle de Guadalupe. Les amateurs de vin en auront sûrement entendu parler, mais Mathilde vous briefera sur le sujet plus bas. Côté route, rien d’exceptionnel, quelques portions sinueuses lorsque l’on s’enfonce dans la vallée mais pas de quoi frotter le genou (comme si on frottait le genou…).

Voyage en Basse Californie, la bahia de los Angeles

Un peu de piste pour rejoindre notre camp (sauvage)… En short et bottes, n’oublions pas qu’il faisait 40°C !

Nous avons passé une nuit sur place puis nous avions pour mission de rejoindre la côte Ouest pour emprunter une partie de la longue et unique route (goudronnée) qui traverse la Basse Californie et descend jusqu’à Cabo, la 1.

Sur la route, à la sortie de la Valle, on se retrouve vite sous un brouillard épais dû aux entrées maritimes… Un peu le temps dont nous sommes habitués à LA. En réalité, cette portion qui longe le Pacifique et descend vers Ensenada est magnifique, on peut même apercevoir les îles au large. Mais, pas cette fois. Passée Ensenada, cap vers le sud. Notre deuxième nuit était prévue dans la vallée de San Quintín. Cette portion est assez monotone car rectiligne et pas assez proche de l’océan pour pouvoir s’y baigner du coin de l’œil. On est cela dit sur une succession de villages authentiques. Pas de tourisme, le vrai Mexique. Arrivés à destination, nous décidons d’explorer les environs. On se retrouve vite sur les pistes d’une lagune où on se fera presque surprendre par la marée.

N’est-elle pas belle dans son élément ?

Une bonne nuit de sommeil et direction l’autre côte. Toujours sur la fameuse 1 donc. Une première section en direction du sud. Puis nous nous enfonçons dans les terres direction Sud Est. A partir de ce moment, la zone est déserte. Nous le savions et étions préparés en conséquence. Vivres, essence, et checking complet de la moto. Bien que la route soit longue, elle n’est pas monotone cette fois. C’est une vaste étendue de rien, mais nous prenons de l’altitude. Il y a du volume, et nous quittons le désert pour être confrontés à des milliers de cactus. Certains d’entre eux mesurent plus de 10 mètres, et sont centenaires. On se sent super petits, et libres à la fois. A ma grande surprise, la majorité de la route est en bon état. Elle vient juste d’être refaite.

Voyage en Basse Californie

Sur la route, au milieu des minuscules cactus.

Nous repérons la piste que nous emprunterons quelques jours après pour terminer notre boucle… Pour l’instant, on bifurque direction la Bahia de Los Angeles, le point le plus au Sud de notre périple. Toujours en traversant des forêts et forêts de cactus. Après une paire de jours pour se détendre, que Mathilde mentionne plus bas, nous entamons notre ascension retour.

Basse Californie Nord en moto

En piste !

Les choses sérieuses commencent avec une portion de 60 km de piste bien rocailleuse. Il s’agit de la Federal Highway 5 qui n’a bien sûr rien d’une Highway. On a parfois l’impression d’être au beau milieu d’une mine : on voit des camions de chantier à droite à gauche qui remuent de la poussière mais certainement pas de goudron.

A peu près à mi-chemin, il y a Coco’s corner : un homme d’une soixantaine d’années, amputé des deux jambes, qui vit là. Au beau milieu de rien. Il tient un cahier de tous les véhicules qui s’y arrêtent. Si vous vous y arrêtez : il vous proposera de rester dormir gratuitement dans l’un de ses vans garés sur le parking. Vous pourrez aussi vous désaltérer. N’hésitez pas à y aller, le personnage est touchant. Et se désaltérer est sur cette partie de la route, essentiel !

La seconde partie de piste est moins intense, il y a davantage de traces et moins de cailloux. Une fois la côte à nouveau rejoint, nous passerons la nuit en camping sur la plage de San Luis de Gonzaga face à la baie. Après bien sûr, avoir pris soin de chuter et de s’embourber dans la marée montante de la baie.

Voyage en basse californie à moto

L’aventure, c’est aussi tomber, et s’embourber…

Après ça, nous continuons notre ascension sur la 5. Cette fois, en longeant l’autre côte de la péninsule donc. La vue est magnifique, mais il faut garder les deux yeux bien ouverts, et sur la route. Beaucoup d’infrastructures ont été détruites par un ouragan l’automne précédent. Il y a donc des pistes alternatives à chaque pont écroulé. Du coup, on s’amuse bien. Enfin, moi du moins.

Attention, cette portion est dépourvue du moindre tourisme. Vraiment ! Pas de magasin, pas de restaurant, rien. Juste des kilomètres et des kilomètres de plages paradisiaques, complètement désertes. Principalement du fait de la difficulté d’accès. Du coup, on a même raté la « ville » où nous voulions rester dormir.

C’est par où la sortie ?

On se retrouve donc à San Felipe, un retour à la civilisation bien mérité. Nous y passons la nuit, à nouveau (d’ailleurs Mathilde vous en parle un peu plus bas).

Et pour la fin de notre voyage, nous décidons de regagner l’autre côte, essentiellement pour retrouver notre chère Valle de Guadalupe. Il s’agit d’emprunter la route 3 direction Ouest : un ride sympa où on prend à nouveau de l’altitude. En gros, le centre de la Baja Nord est une grande chaîne montagneuse. Vous pouvez continuer par la 5 jusqu’à Mexicali cela dit. Bien que plus rectiligne, le paysage est imposant et la route consiste à longer le golfe de Californie, une sorte d’immense marée salant, où se termine le Colorado au passage. Ça rappelle un peu la Death Valley.

Mais nous préférons remonter par la fameuse Valle de Guadalupe. La boucle est bouclée. Au final, la Basse Californie nous a bien fait rêver. Lorsqu’on regarde la carte, on comprend vite que le goudron n’est pas leur principale préoccupation. Pour nous, riches et chanceux voyageurs, c’est l’opportunité de vivre une aventure, de se perdre dans des lieux insolites, et de prendre de l’expérience pour nos futurs voyages. Je vous laisse entre les mains de Mathilde qui vous a concocté une sélection de nos coups de cœur.

boucle en basse californie du nord

Pour avoir un meilleur aperçu de notre boucle en Basse Californie du Nord !

Là où vous devez absolument vous arrêter

Au cours de notre parcours, nous avons eu quelques gros coups de cœur. Mais entre nous, c’est la Basse Californie en elle-même qui vaut le détour, ou plutôt le voyage. Entre la gentillesse extrême des mexicains, la nourriture royale et très accessible, le bon vin, le soleil, les grandes plages de sable blanc et les forêts immenses de cactus : c’est une destination à voir. Encore plus en moto. Après avoir visité les Etats-Unis, vous ressentirez forcément au Mexique et en moto, un EXTREME sentiment de liberté, la simplicité de vivre, et du bonheur. Cela dit, au cours de ce road trip en Basse Californie du Nord, nous avons rencontré 3 stops à ne surtout pas manquer (selon nous).

  • La Valle de Guadalupe

La Valle de Guadalupe est réputée… pour son bon vin ! Côté route, c’est un plaisir de rouler entre les vignes et les montagnes. Côté foie/estomac, c’est un plaisir encore plus grand que de rouler dans cette région.

Valle de Guadalupe, road trip en Basse Californie

Petit restaurant sur les hauteurs de la Valle de Guadalupe !

Elle est assez réputée, et entre nous, assez « fancy » par rapport au reste de la Basse Californie. Il y a du tourisme, il y a de beaux restaurants, il y a de l’argent. Il y a ce côté moins accessible que le reste de la Basse Californie et pourtant, c’est un stop obligatoire. Car ce sont des beaux restaurants, de beaux vignobles, mais cela reste le Mexique. Autrement dit, vous pouvez faire un EXCELLENT repas, boire un vin délicieux qui vient des terres que vous foulez, dans un vignoble magnifique avec une très belle vue sur la vallée… Pour le prix d’un restau traditionnel aux Etats-Unis. Les prix sont très abordables pour la qualité des produits, la qualité du travail en cuisine, et les soirées que vous pouvez passer là-bas.

Ainsi, nous nous sommes fait un excellent restau à l’aller et deux autres au retour. Sachant qu’on avait découvert le potentiel de cette région quelques semaines avant avec des amis, dans un autre excellent restaurant. Les adresses à noter : le Deckman’s, Encuentro Guadalupe, la Esperanza Baja Med, et la Cocina de Doña Esthela, où la machaca avec œufs et haricots a été élue Meilleur petit-déjeuner au Monde.

Desayuno en Basse Californie

Ceci est le meilleur petit-déjeuner au monde.

road trip en basse californie

Découvrir la Basse Californie en pensant avec son estomac !

Si comme nous, vous êtes amateurs de trips en moto et de bonnes bouffes, alors la Valle de Guadalupe est incontournable. Je pense même qu’elle mérite son petit séjour (4-5 jours sur place) à elle toute seule. Nous y sommes allés deux fois, et nous n’avons pas fini de la découvrir.

Par contre, si vous ne voulez pas passer tout votre budget dans la Valle, sachez que vous pouvez dormir dans un camping (une communauté indienne) à San Antonio Necua pour 3$ par personne. Soit 2,70 € environ la nuit. Honnête. On est bien sûr sur quelque chose de très rudimentaire où il faudra se doucher à l’aide d’un sceau d’eau et apprendre à évoluer sur une fourmilière géante. Mais à 3$ la nuit, on ne va pas jouer les difficiles. Surtout quand cela permet de s’en mettre plein l’estomac et le foie ensuite.

  • Bahia de los Angeles

2ème coup de cœur dans l’ordre chronologique, numéro 1 dans mon cœur. La Bahia de Los Angeles est un lieu magnifique, pas trop touristique, et où vous pouvez manger du poisson ultra frais toute la journée pour pas grand-chose.

Nous étions « logés » au Campo Archelon, et je pense que c’est une des raisons pour lesquelles nous avons tant aimé le lieu. Le campo Archelon est un camping à la mexicaine. Autrement dit, c’est une palapas ou un abri en feuilles de palmiers sur la plage, à même le sable, sous lequel vous pouvez monter votre tente et/ou dormir à la belle étoile. Pour 8$ par personne et par nuit, vous avez une palapas, accès aux commodités (avec douche cette fois), et aux kayaks et paddles pour découvrir la baie. Que demander de plus ? Nous étions sur cette plage, de sable blanc et eau turquoise, avec la baie d’un côté et les montagnes de l’autre, entourés de centaines de milliers de cactus… Nous avons donc décidé d’y rester deux nuits. Pour profiter d’un jour « off-moto » durant nos vacances.

Voyage Bahia de los Angeles, Basse Californie

Notre palapas, avec vue.

Bahia de los angeles

Coucher de soleil à la Bahia de los Angeles

La Bahia compte aussi quelques bons restau, beaucoup moins fancy que dans la Valle, mais entre nous presque aussi bons. Etant donné que nous sommes sur la plage, tous les restau proposent du poisson très frais. Et du poulpe ! Très accessible, et parfaitement cuit. Nous avons d’ailleurs fait une cure de poulpe au cours de notre voyage.

Enfin, il y a plusieurs excursions possibles dans la baie pour voir requins-baleines et tortues, et pour pêcher. D’ailleurs beaucoup d’américains en vacances ou retraités viennent ici pour profiter de la douceur de vivre, pêcher et bien manger. Nous n’avons pas fait d’excursion en bateau car budget un peu serré et manque de temps, mais sachez que c’est possible pour une cinquantaine de dollars par personne. Nous, nous avons préféré rouler jusqu’à la playa La Gringa, et chiller toute la journée dans l’eau. La Bahia de Los Angeles est une super destination pour profiter des vacances, et de la douceur de vivre à la mexicaine (sans les touristes).

voyage one month one ride en Basse Californie

Super Tenere au « repos » sur la Playa Gringa !

  • San Felipe

Ce n’était pas notre premier essai à San Felipe. Nous y étions déjà allés quelques semaines auparavant, en voiture, avec des amis… Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons voulu y retourner : un vrai coup de cœur. San Felipe est bien plus touristique que la Bahia de Los Angeles. Mais ce sont essentiellement des touristes Mexicains, et la ville reste très accessible.

Plus que la ville, ce qui vaut le détour à San Felipe, c’est le lieu et son emplacement : au bord de la plage, toujours de sable blanc et eau turquoise, et non loin de la Valle de los Gigantes. Los Gigantes, ce sont des cactus Saguaro immenses, vert intense sur un sable blanc. Un paysage de carte postale à ne pas manquer si vous faites la Basse Californie Nord en moto.

Là aussi, nous avions en plus trouvé une petite palapas avec plage… privée tellement nous étions seuls. Nous avons passé à peu près 4 heures dans l’eau à tenter de refroidir notre température corporelle. Nous avons aussi découvert plein de coquillages, d’oursins, et nous avons pêché une raie. Une destination nature et « rafraîchissante », bien agréable lorsque vous roulez sous 40°C.

En route en basse californie

Palapas et tacos : 2 raisons de partir en voyage en Basse Californie

Plusieurs raisons nous ont poussées à choisir le Mexique plutôt que les Etats-Unis pour ces vacances estivales. La proximité à la plage sous des températures de 40°C, la nourriture, la liberté, et bien sûr le budget. Que ce soit pour le logement ou la nourriture, le Mexique est beaucoup plus accessible que les Etats-Unis. Vous pouvez rouler, vous faire plaisir et tester toutes les spécialités du coin, dormir dans des lieux magnifiques pour un budget raisonnable. D’où aussi ce sentiment de liberté : vous ne vous sentez pas restreint par l’argent que vous devrez dépenser dans telle ou telle activité (comme aux Etats-Unis).

Road Trip en Basse Californie

Manger des tacos et boire de la bière sur le dos de la Super Tenere

Voyage en basse californie au Mexique

Ainsi, nous avons eu la belle vie dans la Valle de Guadalupe, à manger dans des restaurants réputés avec vue et à boire un délicieux vin, mais nous avons vécu le reste de notre séjour… à la Mexicaine. A manger dans des petits restaurants typiquement locaux, des tacos et autres poissons grillés, à boire des Tecate bien fraîches en fin de journée, et à dormir dans des lieux insolites.

On peut lire des tas de choses sur le Mexique, on peut lire des tas d’articles sur les traversées en moto risquées, sur l’insécurité, etc. Nous n’avons rien vécu de tout cela lors de notre voyage en Basse Californie du Nord. Nous avons roulé, cheveux au vent (ou collés dans notre dos pour cause de chaleur / transpiration avec tout l’équipement de moto), nous avons profité de la plage, et découvert des endroits magnifiques pour un budget raisonnable. C’est une destination à faire, pour sûr, en moto !

Mathilde et Maxime, One Month One Ride.

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.