Essai du blouson DXR Julia CE


Si le blouson de moto me semble indispensable, il me paraît également important de posséder différents blousons qui conviennent à différentes saisons. Cependant, tout le monde ne peut pas se permettre d’avoir un blouson par saison… Alors quand on m’a proposé de tester le blouson DXR Julia CE, je me suis dit que ce serait une super opportunité d’en faire un 2 en 1 !

Un look passe-partout pour le blouson DXR Julia…

Le premier blouson que j’ai acheté était un Bering en tissu pour passer mon permis. Je l’avais choisi « par dépit / défaut ». Ce blouson était noir avec des liserés bleus, des étoiles et… un dauphin brodé. Oui, un dauphin, sur un blouson de moto. Allez savoir pourquoi… A peine rentrée chez moi, j’ai attrapé un petit ciseau et je me suis empressée de retirer toutes les décorations. Puis après avoir passé mon permis, je me suis faite un petit plaisir en m’offrant le blouson Rev’It de mes rêves, en cuir.

Je ne suis pas hyper fan de toutes les décorations qu’on peut trouver sur les blousons pour femmes. Et la plupart du temps, on les retrouve sur les blousons textiles… Personnellement, plus c’est neutre, plus ça m’attire. J’ai donc été agréablement surprise par le look du blouson DXR Julia CE.

Il est disponible en 3 coloris : noir et rose, noir et blanc, ou tout noir. Seules quelques lignes et autres petits détails (comme la couture sur les attaches des zips) sont en couleur. Elle reste donc très sobre. Et j’ai choisi le plus sobre des plus sobres : le noir.

Les concepteurs de DXR ont également fait attention à la coupe, en dotant le blouson DXR Julia CE d’une coupe cintrée. J’ai personnellement pris ma taille habituelle, et c’est parfait. Le blouson DXR reste ajustable grâce à des zips sur les hanches.

Si les vêtements pour femmes qu’on peut trouver dans les magasins de prêt-à-porter sont avares en poches, le blouson DXR Julia CE lui, ne l’est pas. J’ai été vraiment ravie de trouver une poche de téléphone sur la doublure amovible ET sur la doublure fixe. Elle convient parfaitement à tous les formats de téléphone (sauf si vous utilisez une tablette pour téléphone bien sûr). J’ai de mon côté un Galaxy Note 9, et il rentre aisément. Une poche plaquée et une poche portefeuille étanche se trouvent également à l’intérieur.

Tout en étant protégée…

Le tissu du blouson DXR Julia CE est également très beau. Mais ce n’est pas tout… Il est fait en polyester 600D, soit en fibres synthétiques très résistantes à l’abrasion. Je n’ai pas eu la malchance de tester, mais je reviendrais vous en dire plus si ça m’arrive !

Les zones à risque, c’est-à-dire les épaules, le dos et les coudes, ont également été doublées et renforcées. Mais ça ne gêne aucunement les mouvements.

Si le blouson DXR Julia CE est livré avec les protections épaules et coudes homologuées, il faudra cependant vous procurer une dorsale compatible, de préférence la DXR Black protector CE niveau 2. J’ai de mon côté utilisé une dorsale déjà présente sur un autre de mes blousons qui convenait parfaitement (même si je me suis un peu battue avec la poche).

Les bandes réfléchissantes n’ont pas été oubliées non plus ! Disposées sur la poitrine, le dos et les manches, elles permettent d’être mieux vue et ce, à 360°.

Mais le blouson DXR Julia CE ne vous protège pas seulement des chutes et des chocs. Il protège aussi très bien du froid. Il est doté d’une doublure thermique amovible qui recouvre la totalité de l’intérieur du blouson, jusqu’au bout des manches. Cette dernière est sécurisée par 2 petites attaches de couleur au niveau des poignets (très pratiques pour savoir dans quel sens mettre la manche) ainsi qu’une fermeture éclair. Elle s’enlève en 2 minutes, et se remet tout aussi facilement.

Que ce soit en automne, en hiver ou au printemps

Grâce à quelques soucis sur ma moto, mon test du blouson DXR Julia CE a duré dans le temps. J’ai commencé mes premières balades en janvier, lorsque le froid mordait encore en Sudie, notamment le matin et le soir. Habillée en haut d’un pull thermique léger et du blouson avec doublure thermique, j’ai même eu chaud.

Maintenant qu’il commence à faire meilleur, la pluie pointe étrangement le bout de son nez. J’ai donc pu vérifier son étanchéité sous quelques épisodes pluvieux. La pluie n’a pas traversé le textile. Ce dernier a d’ailleurs séché très rapidement une fois rentrée. Malgré tout, je vous conseille quand même de prendre une veste de pluie si vous rencontrez une averse, au cas où.

S’il y avait quelque chose qui me faisait peur avec le blouson DXR Julia et son utilisation « toutes saisons », c’était d’avoir trop chaud lorsque les températures remonteraient. Encore traumatisée par mon blouson Bering à dauphin que je ne supportais pas sur l’asphalte brûlante du lieu d’entraînement au plateau de ma moto-école… Je me voyais déjà transpirer à grosses gouttes.

Alors certes, ce n’est pas encore l’été (même dans le sud) mais je suis vraiment, encore une fois, très agréablement surprise. Une fois la doublure thermique retirée et tous les zips de ventilation des manches, de la poitrine et du dos ouverts, on se sent bien.

Je reste cependant un peu sur mes gardes quant à mon bien-être en été sous ce blouson. Je reste donc prête à dégainer mon blouson DXR Lyly.

Pour conclure, je ne saurais que trop vous conseiller le blouson DXR Julia CE, surtout si vous ne pouvez pas vous permettre d’en posséder plusieurs. Il allie protection, look et praticité grâce à sa doublure thermique et ses zips d’aération. Un vrai blouson 3 saisons en 1 ! (Et puis il n’a pas de dauphin en décoration, et ça, c’est vachement bien…)

Confort4.8
Confort thermique4
Protection4
Étanchéité 4
Coupe4.5
Look4.3

Mon avis : super rapport qualité / prix !

Le blouson DXR Julia CE possède un excellent rapport qualité / prix. Il offre une bonne protection en cas de chute, permet de traverser les saisons grâce à sa doublure thermique amovible et ses zips de ventilation. Et il offre un look passe-partout.
4.5

Partagez cet article

Chloé

Motarde de 24 ans, j'ai eu mon permis en septembre 2015. Après avoir arpenté les routes de la région parisienne, je parcours maintenant la région montpelliéraine au guidon de mon ER6N. J'essaye d'allier ma vie de tous les jours à mon identité de motarde !