Woolf_ID, un bracelet avertisseur de dangers à moto


Woold_ID, bracelet avertisseur de radar

Nouveauté au rayon des « avertisseurs de dangers », comme on les appelle désormais. Woolf ID associe appli et bracelet vibrant pour vous informer de tout ce qui représente un risque pour vous et les points de votre permis. Le tout sans quitter la route du regard ! On vous explique le principe ici !

Les avertisseurs de radar ont vécu, vivent les avertisseurs de danger ! Woolf ID est l’un d’entre eux. Même s’il s’appuie comme la plupart de ses concurrents sur une application smartphone, Woolf ID en diffère par son interface. Pas besoin de scruter frénétiquement l’écran de votre smartphone avec lui.

Et pour cause, la solution Woolf ID s’illustre par son (imposant) bracelet. Non, il ne s’agit pas d’un simple accessoire lifestyle gentiment ajouté par le service com’ de la marque italienne. Clé du système, le bandeau en cuir intègre un vibreur costaud et toute l’électronique nécessaire pour se connecter en Bluetooth à votre téléphone.

Bracelet vibrant Woolf_ID

Le bracelet Woold_ID vous avertit du danger par une série de vibrations

Woolf_ID vous avertit du danger grâce à une séquence de vibrations au poignet

C’est le bracelet connecté qui vous avertit à l’approche des zones de danger. Plutôt que de quitter la route des yeux ne serait-ce qu’une fraction de seconde, vous sentez sur votre poignet une série de vibrations qui vous signale qu’un danger est en approche. Et qu’il vaut donc mieux rendre les gaz. Trois séquences de vibrations d’intensité croissante se succèdent jusqu’aux zones signalées, qui incluent les radars fixes (statiques, tronçons et de feu) et les dangers signalés par les utilisateurs d’une rotation de poignet. Cette dernière fonctionnalité se montre bien pratique, mais dépend beaucoup du nombre de motards équipés du bracelet Woolf_ID.

Le dépassement de la vitesse autorisée fait aussi l’objet d’une vibration. Pratique pour gérer la poignée droite quand le trafic est dense ou que le tracé réclame de la concentration.

Pour profiter des services du bracelet, il vous faut au préalable installer l’application Woolf App (dispo sur Android et iOs) et vous y créer un compte. Elle vous permettra d’appairer le bracelet, de paramétrer les notifications qui vous intéressent, de suivre le niveau de charge de la batterie, etc.

Charge USB bracelet Woolf_ID

Le bracelet se charge sur un port USB. Autonomie annoncée : plus d’un mois !

Un fonctionnement naturel

Une fois que tout est Ok, un service de l’appli tourne en arrière-plan. Avant chaque départ, quand vous secouez le bracelet Woolf, l’appli se lance automatiquement. Pratique.
À noter : une fois passé l’achat du bracelet, son usage ne requiert aucune dépense supplémentaire. Les mises à jours sont gratuites et la consommation de data et de batterie est bien plus réduite qu’avec une appli type Waze.

On a pu tester rapidement le bracelet Woolf. Si vous avez peur de ne pas sentir les vibrations, soyez rassuré(e) : quelle que soit votre moto, elles sont bien perceptibles. La Ténéré old school d’Arthur n’a pas réussi à faire oublier les notifications émises par le bracelet 🙂
La mise en marche est très intuitive et le fonctionnement naturel. La promesse est tenue.

On n’est pas venu à bout de la batterie le temps de notre test. Il faut dire qu’elle est donnée pour un mois d’utilisation normale ! Difficile de trouver à redire en la matière 🙂

épaisseur Woolf_ID

Le bracelet Woolf_ID crée une sur-épaisseur sensible mais passe dans beaucoup de blousons ou de manchettes de gants

Ergonomie : Peut mieux faire…

Et le look ? Le bracelet est simple et c’est tout ce qu’on lui demande. Cela dit, la finition laissera les plus exigeants sur leur faim. Sur notre modèle de test, les coutures d’ornementation ne sont pas bien centrées partout, par exemple.

Côté ergonomie, la sur-épaisseur offerte par l’électronique nous a quand même permis de le glisser dans la manche de plusieurs blousons cuir et textile. Si l’extrémité de votre manche est ultra fittée, ça sera plus compliqué, c’est sûr. Le vrai regret concerne la taille unique du bracelet (26 cm mesurés), qui risquera de poser problème à ceux qui ont le poignet très large. Sur la photo ci-dessus, le bracelet est serré sur mon poignet, que je qualifierais de fin (16 cm de périmètre).

Pour qui, le bracelet avertisseur de dangers Woolf_ID ?

Parlons peu, parlons bien. Dans l’état actuel des choses, le Woolf_ID intéressera surtout ceux qui roulent beaucoup, et qui veulent s’épargner d’apprendre par cœur la carte des radars fixes de France (et d’ailleurs, 70 pays étant référencés). Les radars mobiles resteront ignorés par l’appli tant que son bracelet ne sera pas largement répandu, puisque cette fonctionnalité repose sur le signalement. Le gros avantage en la matière par rapport à une appli GPS type Waze, c’est que vous roulez sans quitter la route des yeux. Pour le reste, à vous de voir !

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.