Ladakh en Royal Enfield Himalayan : De roche et d’acier


Quel meilleur terrain de jeu pour une Royal Enfield Himalayan que… l’Himalaya ? C’est sans doute ce que se sont dits Clermont, Antoine et Victor, trois copains branchés par l’aventure et les grands espaces, qui ont traversé le Ladakh dans tous les sens dans l’optique de préparer un guide dédié aux motards tentés par l’expérience. Aperçu de ce qui vous attend sur ses pages, vidéo à l’appui !

Partir à la conquête des plus hauts cols carrossables du monde, tel était l’objectif de ces trois jeunes motards, Clermont, Antoine et Victor, passionnés de grands espaces et d’aventure! Cette fois ils ont choisi d’aller au-delà du simple voyage. Leur objectif : explorer cette région indienne nichée sur le toit du monde afin d’en créer un livre, « Explore Ladakh », recueil des plus belles pistes de la région.

Le Ladakh, rêve de tous les motards

Terre sauvage connue pour ses routes parmi les plus hautes du monde, le Ladakh est la destination rêvée pour une aventure hors des sentiers battus ! Cette région indienne nichée dans la chaîne Himalayenne offre des paysages très variés qui ne cesseront de vous étonner. Ponctué de sommets vertigineux atteignant jusqu’à 8 000 mètres d’altitude, le Ladakh se déploie à travers d’immenses paysages lunaires et de profondes vallées façonnées par l’érosion et le temps. Des monastères tibétains perchés sur les montagnes aux petits villages pittoresques reculés des vallées, le Ladakh est également un voyage dans le temps que vous n’êtes pas prêts d’oublier !

Un mois d’exploration

Afin de rassembler les voyageurs en quête d’aventure et d’autonomie nous avons créé OunTravela, un centre de ressources et d’inspirations ainsi qu’une maison d’édition de livres d’aventure. Notre projet est avant tout de promouvoir une philosophie de voyage basée sur l’exploration et l’improvisation. Tous nos road-trips se font en autonomie avec nuits en tente ou chez l’habitant. C’est donc avec nos tentes, notre équipement moto DXR, quelques cartes topographiques et un GPS que nous sommes partis pour un mois d’exploration dans l’Himalaya sur nos belles Royal Enfield !

La philosophie « du petit sentier »

Notre philosophie de voyage, baptisée la “Philosophie du Petit Sentier”, est basée sur la découverte. Quand vous commencez à voyager, vous parcourez la route « balisée » qui amène aux « coups de cœur », selon Le Routard, ou encore « must see », selon Lonely Planet, pour ne citer qu’eux. Cette route est empruntée par la majorité des voyageurs qui cherchent à découvrir les plus beaux sites rapidement.
Puis depuis cette route, certains d’entre vous prendront un autre chemin. Ce chemin vous a été recommandé par d’autres voyageurs. Vous êtes quasiment seuls. C’est une belle balade hors des sentiers battus pour éviter le brouhaha des touristes et voir du pays !

Mais finalement sur ce chemin, vous découvrez un petit sentier qui s’enfonce dans une région totalement inconnue. Toute notre philosophie repose sur ce petit sentier ! Tout est différent ici : les rencontres deviennent plus authentiques, les paysages plus sauvages. Vous allez commencer à explorer et à vous perdre sans savoir où dormir la nuit prochaine. Finies les contraintes, l’imprévu est au rendez-vous et le dépaysement est total.

Une marque emblématique : Royal Enfield

Notre choix pour explorer le Ladakh s’est naturellement porté sur l’Himalayan 411 cm³ de Royal Enfield. Cette moto récente est parfaitement rompue aux pistes de montagne, avec ses suspensions adaptées au hors-piste et ses pneus tous terrains. Nous avons choisi cette moto pour n’avoir aucune limite lors de nos explorations. Il existe deux modèles d’Himalayan : 2016 et 2018. Nous conseillons plutôt le dernier modèle car il dispose d’un nouveau système d’injection de carburant qui permet au moteur de mieux fonctionner à haute altitude.

Royal Enfield Himalayan

La Royal Enfield Himalayan, machine idéale pour ce genre de périple

Ladack : Nos sites coups de cœur

La vallée du Zanskar

Notre premier coup de cœur a été la mythique vallée du Zanskar, nichée à 4000 mètres d’altitude. En toile de fond des pics vertigineux sur lesquels reposent des glaciers millénaires… Nous traversons de petits villages pittoresques et leurs champs en terrasses. Il y a encore beaucoup de bétail et d’animaux sauvages : marmottes, chevaux, chèvres et yacks.. La vue sur les sommets est extraordinaire ! Ils s’élancent vers le ciel avec une blancheur éclatante. Difficile de rester concentrés sur la piste devant tant de beauté.

Vallée de la Nubra Ladakh

Vallée de la Nubra

La vallée de la Nubra

Située aux confins septentrionaux de l’Inde, à la frontière avec la Chine et le Pakistan, la vallée de la Nubra bénéficie d’un climat plus clément que dans le reste du Ladakh du fait de son altitude moyenne de 3 000 m. Cette immense vallée à fond plat, aussi appelée « Vallée des fleurs », est recouverte l’été d’une infinité de buissons de roses sauvages jaunes et roses. La piste forme une boucle qui traverse une section étonnante de la vallée où les dunes de sable blanc côtoient des îlots de verdure. La chaîne de montagnes du Karakorum sépare la Nubra des grands déserts d’Asie centrale comme celui de Gobi. Mais déjà, vous pouvez observer les dunes de sable qui parsèment la vallée.

Lac Pangong Tso Ladakh

Lac Pangong Tso

Le Chang Thang et le lac Pandong Tso

Nous avons également beaucoup aimé la région des hauts plateaux. Vous y trouverez trois magnifiques lacs, haut-lieux de la biodiversité locale et tous aussi surprenants les uns que les autres. Voici une courte présentation de ces lacs.

Le lac Pangong Tso est le plus grand lac du Ladakh. Il s’étend sur environ 700 km², à cheval entre l’Inde (Ladakh) et le Tibet. Entouré de paysages arides, le lac Pangong semble s’étendre à l’infini. Les points de vue sur les eaux azurées du lac, avec en toile de fond des montagnes escarpées aux sommets enneigés, sont époustouflants. Le lac est inaccessible pendant environ six mois en hiver et il est gelé pendant plus de trois mois.

Lac Tso Moriri Ladakh

Lac Tso Moriri

Les lacs Tso Moriri et Tso Kar

Vient ensuite le lac Tso Moriri, second plus grand lac du Ladakh avec ses 140 km². Entouré de monts enneigés, il détonne avec ses dégradés de bleu turquoise à bleu marine. Si vous dormez ici, prenez garde au mal des montagnes : ce lac est en effet perché à 4 600 mèrtes d’altitude ! Il est alimenté par l’eau issue de la fonte des neiges des montagnes alentour. Les cours d’eau se déversant dans le lac forment finalement un écosystème humide exceptionnel. Celui-ci offre une aire d’alimentation et de reproduction à des dizaines d’espèces d’oiseaux.

Lac Tso Kar Ladakh

Lac Tso Kar

Enfin, le lac Tso Kar est le troisième plus grand lac du Ladakh derrière Tso Moriri et Pangong Tso. On l’appelle le « lac blanc » à cause des nombreux dépôts de sel blanc que l’on peut observer sur les rives du lac. En réalité, les minéraux et les micro-organismes présents dans le lac lui donnent un éventail de couleurs tout à fait unique (rouge, orange, jaune, blanc, bleu, vert, etc). La région autour du lac Tso Kar est très riche en faune sauvage. Les marais qui entourent le lac abritent ainsi de nombreuses espèces d’oiseaux. Citons par exemple les tadornes casarca, les oies à tête barrée, le grèbe huppé… L’envol de ces oiseaux vers les montagnes enneigées qui entourent le lac est un spectacle inoubliable ! Ce, qu’on soit ornithologue ou non 😉

ensemble DXR Roadtrip

L’ensemble DXR Roadtrip a bien fait son boulot

Notre équipement moto

Nous avons compté sur la qualité des équipements DXR pour notre aventure, et nous n’avons pas été déçus ! La tenue complète DXR Roadtrip avec laquelle nous sommes partis a parfaitement répondu à nos attentes sur le terrain, malgré les conditions climatiques pas toujours clémentes. Les températures sur les cols (jusqu’à 5 400 mètres) peuvent parfois se rapprocher des zéros degrés. On a ainsi pu compter sur les doublures de la veste et du pantalon pour nous protéger du froid. La sacoche de réservoir DXR Tanker nous a été très utile notamment pour pouvoir consulter nos cartes rapidement, et le sac étanche Over-Sea reste un accessoire indispensable en road-trip.

DXR Tanker

La sacoche de réservoir DXR Tanker et son lecteur de carte

« Explore Ladakh », un road-book pour amateurs de voies détournées

Notre road-book « Explore Ladakh » sera publié en français et en anglais dès janvier 2020. Il sera illustré par nos photographies et des cartes satellites commentées. Tout ce qu’il faut savoir sur le voyage en autonomie y sera également détaillé. Actuellement au Kirghizistan pour un nouveau projet de livre, retrouvez nos aventures sur les réseaux sociaux (instagram et facebook) et nos articles sur ountravela.com !

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.