Ça carbure à Magny-Cours


Chutes, casses et duels à gogo ont rythmé la dernière épreuve du championnat Klass GP de l’année. Un rendez-vous marqué par des qualifications et une première course perturbées par le brouillard, mais qui a confirmé la hiérarchie dessinée au cours de la saison.

« And the winners are…« 

Au terme d’une saison menée tambour battant, le championnat Klass GP a vu ses vainqueurs titrés au terme de l’ultime épreuve. Epreuve qui s’est déroulée à Magny-Cours les 9 et 10 octobre, dans le cadre de l’Ultimate Cup.

En 250 GP, la couronne revient à l’inusable Guy Bertin (150 points), qui enlève le titre devant Vincent Levieux (145 points), malgré sa casse en seconde manche au Ricard. Cyril Guerinet termine 3e à quelques longueurs (102 pts) en raison de sa contre-performance à la première course du Ricard.

En 125 GP, Florian Doguet réussit l’exploit de remporter toutes les courses (Jordan Levy n’a participé qu’à quelques épreuves hors-classement) et s’adjuge logiquement le titre avec le maximum de points (175). Il est suivi par Lancelot Unissart qui coiffe Antoine Goyet d’un cheveu, avec 113 points contre 112.

En 250 SP, Mario Lieuteaud gagne avec 135 points malgré son absence à Dijon. Il devance Thierry Butzbach (122 pts) et Philippe Moisan (104 pts).

Les 2-temps réclament une préparation aux petits oignons (© Thierry Butzbach)

Des premières qualifications mouvementées

Dans la Nièvre, l’ultime épreuve a connu son lot de rebondissements. De nombreuses casses sont intervenues (roulements cages à aiguilles de pistons) lors des premières qualifications. Notamment pour Sébastien Roger et Sébastien Lavoisey, pourtant qualifié en 7e position (1’59.044), qui a serré le moteur de sa Yamaha TZ 250 à pleine charge, à la sortie de la longue parabolique d’Estoril… « J’étais plein angle quand le moteur a bloqué. J’ai vraiment eu de la chance de ne pas m’être fait trop mal », expliquait-il après son énorme high side.

Sans surprise, Guy Bertin colle plus de deux secondes aux suivants, Vincent Levieux (1’56.239) et Cyril Guerinet (1’56.766). Et encore, son Aprilia RSW 250 marchait mal et plafonnait à 224 km/h avant le freinage d’Adélaïde… « Sans doute un problème de valves à l’échappement », pronostiquait l’ancien Champion du monde.

Avec un tour en 1’58.870 au guidon de sa Honda RS 125, Jordan Lévy s’offre le 6e temps au scratch devant Florian Doguet (9e en 1’59.246), le leader de la catégorie 125 GP. Une lutte prometteuse s’annonçait donc pour dimanche… En tout cas, pour ceux ayant réussi à bien négocier le virage de l’apéro et des délicieuses flammekueches maison de Serge Hamm.

Vincent Levieux termine 2e en 250 GP derrière Guy Bertin (© Dominique Duchemin)

Quelques retards sur le départ

Le brouillard persistant du dimanche matin en décidera autrement. Avec le report des horaires, la seconde séance qualificative fut transformée en warm-up, sauf pour les trois pilotes n’ayant pu rouler en première séance (Philippe Arnal, Alain Dubois et Alix Brun). La première course s’est déroulée presque dans la foulée.

À l’extinction des feux, Vincent Levieux oublie que la piste est encore froide et humide, et part en trombe avec des slick neufs… Avant de faire une équerre monumentale au pif-paf du Nürburgring. « J’ai clairement ouvert les gaz trop tôt et la moto a manqué de faire demi-tour sur place ! J’ai réussi à conserver le guidon en main mais je suis monté haut en l’air et cassé la coque arrière avec les pieds. Heureusement, je suis retombé sur la selle avec la moto pile dans l’axe pour aborder le 180°  suivant », raconte le pilote Aprilia.

Le temps de se ressaisir, Guy Bertin le passe et Cyril Guerinet le collera durant les 10 tours. Derrière, c’est un peu l’hécatombe avec les abandons et chutes de Jérôme Lefevre, Adriano Marino, Jean-Paul Lecointre, Baptiste Marie… Sans oublier Patrick Bourbon qui a malheureusement chuté au Nürburgring, dans l’ultime bouclé, en froissant sérieusement sa Honda RS 250. En 125, Jordan Lévy s’est montré plus habile dans la bagarre avec les 250 de Robert Buffalo et Yves Hecq ; il termine trois secondes devant Florian Doguet qui assure le titre.

Après sa 14e place en 1ère course, Benjamin Merella a cassé sa chaîne dans la seconde (© Christophe Leguen)

Et en seconde manche…

La seconde manche se déroule seulement une paire d’heures plus tard. Au départ, Thomas Michel s’accroche au bout de la ligne droite avec Benjamin Merella, dont la chaîne de sa Honda RS 250 vient de casser. Double chutes. Trois tours plus tard, les freins de la Yamaha TZ 250 de Jérôme Lefevre ne répondent plus à l’approche d’Adélaïde, le virage le plus serré du circuit… Même en freinant à mort de l’arrière et en prenant l’échappatoire, l’auteur du 4etemps aux essais ne peut éviter la chute dans les graviers. C’est son second abandon de la journée.

Toujours à Adélaïde, William Piquet et Baptiste Marie s’accrochent à très faible vitesse (35 km/h) à l’avant-dernier tour. Bilan : une clavicule droite cassée pour William et… Rien pour son compère qui portait un air bag. « Pourtant, mon père avait insisté pour m’en offrir un », rigolait-il depuis son lit d’hôpital de Nevers.

Le brouillard était à peine levé en 1ère course (© Christophe Leguen)

En 250 GP, Guy Bertin s’échappe mais derrière, Cyril Guerinet s’accroche et termine dans la roue de Vincent Levieux. « J’attendais le dernier tour pour le passer car je savais qu’il avait un avantage en moteur. Mais ce vieux renard a bien fermé toutes les portes », disait Cyril en montant sur le podium. En 125, c’est cette fois Florian Doguet qui prend l’avantage sur Jordan Lévy alors que les deux 125 étaient englués dans un paquet de 250.

Avec la casse de sa Yam aux essais, Sébastien Roger fait partie des malchanceux du week-end (© Dominique Duchemin)

Dernier mot pour la fin

Au total, pas moins de 70 pilotes ont participé à au moins une manche du Klass GP cette année. Preuve que les passionnés du 2-temps savent rester actifs ! Pour les rencontrer, nous vous invitons à rejoindre le stand du Klass GP qui se tiendra au prochain Salon du deux-roues de Lyon, du 3 au 6 mars 2022, où les machines victorieuses seront exposées.

Partagez cet article