Essai ensemble Bering Michigan


Voyageur au long cours ou daily commuter, roulant sur une routière carénée, un gros trail ou un plus simple roadster, nous avons tous la même préoccupation : disposer d’une tenue qui nous protège au mieux en cas de chute, et aussi des éléments climatiques. Et si cette tenue est capable de répondre à ce besoin fondamental en toutes saisons, alors c’est encore mieux. Ce défi, c’est celui que relève la marque française Bering avec son ensemble Bering Michigan.

Avec son ensemble Bering Michigan, la marque joue la carte de la polyvalence totale, celle qui doit permettre à son utilisateur de rouler toute l’année avec la même veste et le même pantalon. Qu’il fasse grand soleil et 35°C ou 10°C sous le déluge, ou encore -10°C avec de la neige sur les bords de la route. Pour ce faire, veste et pantalon sont dotés de deux doublures chacun. Une doublure d’étanchéité et une autre thermique.

Soyons clairs d’emblée. Malgré les nombreuses inscriptions « Gore-Tex » sur l’ensemble, ce ne sont pas la veste et le pantalon eux-mêmes qui sont fabriqués dans ce matériau, mais bien les doublures d’étanchéité. Ainsi, la couche extérieure de cet ensemble est réalisé en simple Cordura. Mais cela lui confère une résistance impeccable et une souplesse supérieure à ce qu’un Gore-Tex laminé trois couches (certes alors étanche par l’extérieur) peut proposer. Par ailleurs, on reste dans une gamme budgétaire qui est plus raisonnable que les ensembles en laminé. Ce, avec une efficacité, on le verra en détails, largement satisfaisante.

Ensemble Bering Michigan : vraiment pour toute l’année ?

J’ai pris le temps de tester cet ensemble Bering Michigan sur plus de deux mois. Ceci m’a permis de le confronter à des conditions météorologiques et des terrains de roulage assez divers. Ainsi, j’ai pu jouer avec les différentes solutions de doublure et en constater les avantages/inconvénients.

Pour bien baptiser cet ensemble Bering Michigan, j’ai effectué une belle balade de plus de 500 kilomètres en passant par le Vercors et le Mont Ventoux, la veille d’une Toussaint quelque peu perturbée. Plus de la moitié du trajet a été effectuée sous une pluie battante. Au point de devoir changer de gants. En effet, les premiers (un peu vieux, il est vrai) étaient gorgés d’eau après 1 h 30 de roulage.

Au total, j’ai roulé environ 5 heures sous l’eau… Et, dans ces conditions déjà éprouvantes, j’ai eu le bonheur de constater que pas une once d’humidité n’a réussi à pénétrer ni la veste ni le pantalon. Les deux sont bien entendus munis de leur doublure Gore-Tex étanche. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de réitérer ce test d’étanchéité au cours de plusieurs balades (oui je sais, je suis un peu chat noir avec la météo !) et jamais je n’ai pris en défaut l’étanchéité de cet ensemble Bering Michigan. Réussite donc sur ce point.

Et niveau thermique, ça donne quoi ?

Facile, à moins d’aller rouler en Sibérie, je ne vois pas comment avoir froid avec cet ensemble. Jusqu’à 5°C, je n’ai personnellement utilisé cette tenue qu’avec sa doublure d’étanchéité en permanence. Rappelez-vous… Chat noir… Sous la veste, je ne portais qu’un sweat-shirt léger. Entre 0 et 5°C, je remplaçais le sweat par une polaire fine et ça allait encore sans souci. Ce n’est qu’une fois passée la barrière symbolique des températures négatives que j’ai ressenti le besoin de rajouter alors la doublure thermique à la veste. En revanche, je ne l’ai pas installée sur le pantalon (mais je roule sur une moto protégeant assez bien les jambes).

Vu la qualité thermique de l’ensemble Bering Michigan, autant vous dire qu’il ne faut pas se retrouver immobile au soleil avec des températures vers les 10°C, sous peine de commencer à vraiment prendre un coup de chaud ! Là encore, le bilan est positif de mon point de vue.

Reste la question du roulage en période chaude que je n’ai pas pu tester malheureusement. Mais une fois les doublure ôtées, l’ensemble Bering Michigan est assez léger. Il dispose d’un système de ventilation nommé ADS constitué de ventilations zippées, placées sur la poitrine, les manches et le haut du dos sur la veste, et positionnées sur les cuisses du pantalon. Voilà qui devrait permettre de rouler sans cuire, même en été. Et si on est malin, on choisira aussi, au lieu du noir, le coloris gris qui est plus salissant… Mais moins chaud sous le soleil estival !

Vraiment pour tout le monde ?

Je suis certain que cet ensemble Bering Michigan conviendra aux besoins de l’immense majorité des motards roulant toute l’année, en termes d’étanchéité et d’adaptabilité thermique. Mais il ne conviendra pas, de façon aussi claire, à tous les gabarits.

Disons que sa coupe dite Regular Fit chez Bering convient mieux aux profils plutôt athlétiques que trapus. Malgré tout, moi qui suis aussi large que haut, j’arrive à me glisser avec aisance dans du XL (veste et pantalon)… Il n’en faut pas moins en bas pour rentrer mes cuisses et mon fessier de skieur. Mais c’est vrai que du coup, la longueur de jambes est un peu excessive eu égard à mon mètre soixante-douze. Heureusement, un système de velcro au bas des jambes du pantalon permet d’y faire un revers vers l’intérieur pour les raccourcir de quelques centimètres.

Pour la veste, tout va bien… Jusqu’à mettre la doublure thermique, laquelle réduit forcément la place disponible pour les bras et les épaules (que j’ai quelque peu surdimensionnés eu égard à 35 ans de pratique d’escalade). Bref, si vous n’êtes pas gaulés n’importe comment comme moi, l’ensemble Bering Michigan devrait vous convenir sans souci. Cela dit, seul un essai vous confortera dans le choix de la bonne taille.

Cet ensemble Bering Michigan est avant tout une tenue destinée à une utilisation routière. Bien sûr, on pourra à l’occasion s’en servir en off-road facile pour les possesseurs de trails, mais là n’est pas son domaine de prédilection. De même, il est probable que au-delà du look, la coupe ne convienne pas vraiment à un usage sur une sportive, un street fighter ou un café racer. Mais pour tous les autres usages/utilisateurs, vous pouvez y aller les yeux fermés.

Soigné dans (presque) tous les détails !

Avec un tel ensemble, au-delà des qualités évoquées plus haut, ce que l’utilisateur recherche c’est un niveau élevé de prestations en termes de confort, d’aspects pratiques et bien sûr de protection.

La protection

Sur ce point, on évacuera d’emblée la question fâcheuse de l’absence de dorsale de série dans la veste. À ce niveau de gamme, cela reste incompréhensible que les fabricants n’incluent pas d’office cet élément de sécurité indispensable. Du coup, on passera par la case accessoire pour choisir la dorsale Bering Safe Tech Level 2. Pour moins d’une trentaine d’euros, elle s’intégrera parfaitement et assurera ses bons offices de protection de votre dos.

Pour le reste, l’ensemble Bering Michigan fait un sans-faute : la veste est dotée de protections CE aux épaules et aux coudes/avant-bras, le pantalon aux hanches et genoux (réglables en hauteur). Toutes ces protections ne gênent jamais le pilote, ni en position sur la moto, ni lors de courtes marches. Pour terminer sur l’aspect protection, veste et pantalon sont munis de plusieurs éléments rétro-réfléchissants afin d’être mieux vu lors du roulage de nuit.

Des aspects pratiques nombreux et variés

Cela débute avec la vaste poche au bas du dos qui vient compléter les quatre poches extérieures, les deux intérieures (toutes un peu petites)… et les quatre autres du pantalon. Ça continue avec les multiples réglages par velcro. Ils permettent d’ajuster au mieux la veste pour éviter les entrées d’air par les manches et le « flottement » en roulant. C’est aussi un zip de raccordement de la veste au pantalon pour limiter les remontées froides et/ou humides. Ou encore un bouton pression au col, réglable par crémaillère, pour un ajustement au plus près du cou sans trop serrer.

Et le confort

Pour terminer, abordons la question du confort qui se doit d’être au top dès lors que l’on est amené à rouler des heures et/ou se servir de sa tenue au quotidien. Dans ces conditions, le moindre détail qui agace peut vite être perçu comme une plaie. On a déjà parlé de la coupe et du placement des protections plus haut, le tout conférant un réel agrément au port de cet ensemble.

J’ai noté toutefois un point désagréable. Le système de fixation des doublures en bout de manche. Celui-ci se fait par des petites pattes à passer dans des anneaux textiles et refermer par bouton pression. Au-delà du simple aspect peu pratique, cela crée des points de frottement voire de compression selon les gants utilisés. Il faudrait réfléchir à autre chose de plus qualitatif et pratique… Parce qu’en dehors de cela, rien à reprocher !

Sécurité4
Étanchéité4.5
Thermique multi-saison4.5
Confort4.3
Polyvalence4
Look et finition4.3

Mon avis : Une réussite !

Hormis l’absence de dorsale, et le système désuet et désagréable de fixation des doublures dans les manches, l’ensemble Bering Michigan assure parfaitement la mission de ce pour quoi il a été conçu : offrir confort et protection aux "roule toujours" tout en s’adaptant aux quatre saisons. Bref, c’est globalement une réussite et en tous cas, une tenue sur laquelle on peut compter.
4.3

Partagez cet article

Le Brélomane

Deux roues, un moteur et un guidon ? Ca m'intéresse ! En selle plus de 300 jours par an, des dizaines de milliers de kilomètres avalés par tous les temps, pour aller chercher le pain comme pour un road trip, je vis la "brèle" comme beaucoup : avec une indéfectible passion !