#10 – Dundee 2018 : Ici commence l’aventure australienne en solo !


[Récit de Florence] Voilà, je suis à l’aéroport de Townsville. Il est 5 h du matin, ici commence mon aventure Australienne en solo

Les premières inquiétudes passées…

Le cœur brisé, j’ai effectivement laissé Hubert à l’hôtel. Il est rapatrié en France par le vol de 9 h 20 via Brisbane et Bangkok. J’espère que tout va bien se passer pour lui… Il s’est fait opéré il y a seulement 3 jours !

Cela ne va pas être simple pour lui, même si une assistance doit l’attendre à l’aéroport. Sa jambe lui fait mal, et la simple pose d’une chaussette de contention hier soir était une réelle séance de torture. Il est en plus inquiet, car il n’a pas pu avoir d’injection d’héparine (contre les phlébites) pour son long voyage en avion. J’espère aussi qu’il sera bien installé pour tous ses vols. J’attendrai avec impatience de ses nouvelles dès son arrivée en France.

L’aventure continue bel et bien

De mon côté, je dois rejoindre notre groupe à Alice Springs au centre de l’Australie via un premier vol qui m’amènera à Cairns. Puis j’attraperai une correspondance pour Alice Springs où j’arriverai en fin d’après-midi…

Nous avons pris ensemble cette difficile décision : être rapatriée avec lui ou continuer notre Road trip, mais en solo. Après réflexion sur les « pour » et les « contre » de chaque possibilité, nous nous sommes mis d’accord sur le fait que je continue l’aventure australienne en solo… C’est une décision difficile et stressante, mais elle nous plaît à tous les deux, même si j’appréhende beaucoup.

Rendez-vous à l’aéroport ?

Me voilà donc seule à l’aéroport pour le début de mon aventure australienne en solo ! L’aéroport de Townsville est tout petit et je me repère sans difficulté. Je m’enregistre, passe les contrôles douaniers, et attends en salle d’embarquement l’arrivée de mon avion. Au bout de presque deux heures d’attente, on nous annonce simplement que notre vol pour Cairns est annulé. Je vais donc rater ma correspondance pour Alice Springs où je devais dormir ce soir. Me voilà bien embêtée ! Mon anglais est plus que rudimentaire… ma fille dirait inexistant. Avoir des informations et les comprendre m’est difficile.

Parmi tous les passagers restés sur le carreau, une gentille australienne qui parle le français me vient en aide. Au bout d’une heure de discussion, la compagnie aérienne nous annonce qu’il n’y aura pas d’avion avant le lendemain. Ensemble (enfin surtout elle), nous négocions un hébergement pour le soir… Finalement, après une heure d’attente et d’incertitude, on me promet un vol en fin de matinée pour Cairns où je serai logée dans un hôtel en attendant un vol le lendemain pour Alice Springs.

Ma gentille « nouvelle amie » doit me quitter : elle a trouvé une solution pour rentrer chez elle… Et je la remercie chaleureusement pour son aide.

« À toute chose malheur est bon » dit le vieil adage ! L’avantage de l’annulation de mon avion, c’est que j’ai pu accueillir Hubert. Il était tout étonné de me retrouver au comptoir de Quantas en train de « négocier ». Nous avons passé un moment ensemble, lui expliquant ma mésaventure avant de nous séparer de nouveau. Ça y est, cette fois, il part sans moi… Un dernier bisou et le voilà parti, accompagné d’une charmante hôtesse. J’espère encore une fois qu’il passera un bon voyage…

Multiplier les rencontres…

J’attends donc à nouveau seule dans la salle d’embarquement, essayant de repérer des personnes déjà vues auparavant. Je repère deux jeunes femmes d’une vingtaine d’années qui visiblement comme moi, attendent… Je m’approche, et me lance : « Hello, I’m french. You go to Cairns? » « Yes, and You? » me dit l’une d’elle, et « Je parle français » me dit l’autre très rapidement. Ouf, je respire !

C’est un grand bonheur de pouvoir échanger de nouveau en français. Elles me rassurent sur le prochain vol, et nous allons ensemble vérifier les nouveaux horaires des avions. Mes nouvelles amies s’appellent Bella, qui vient d’Argentine et Crystal, qui vient d’Indonésie. Elles viennent travailler dans les fermes en Australie comme backpacker. Je leur explique que ma fille a fait la même chose il y a quelques années.

L’avion est annoncé, nous embarquons ensemble pour Cairns. A l’arrivée, un taxi était censé nous attendre… mais visiblement rien. Nous retournons au comptoir de Quantas où les filles expliquent notre situation. Les agents du comptoir Quantas nous donnent un bon pour la prise en charge du taxi, et le nom de l’hôtel réservé par Quantas. A notre grand étonnement, Quantas nous a booké un super hôtel. Nous passons l’après-midi dans la piscine. Avant de manger aux frais de la princesse, j’offre l’apéro à mes deux copines en les remerciant encore pour leur aide…

Après un super bon repas, il est temps de regagner nos chambres. Demain, retour à l’aéroport pour un vol vers Alice Springs… Avant de m’endormir, je fais par écrit un petit compte rendu de la journée.

  • Bilan 1 : Une première journée de mon aventure australienne en solo difficile et stressante, mais riche en rencontres merveilleuses !
  • Bilan 2 : Ne jamais hésiter à demander gentiment de l’aide !

La suite de l’aventure australienne en solo… à l’aéroport !

5 h : mon téléphone sonne. Il est temps de me lever. Un taxi vient nous chercher à 6 h 20 pour rejoindre l’aéroport de Cairns. Je me dépêche de prendre mon petit déj’ pour être prête avec les copines pour 6 h 20.

6 h 45 : personne. L’accueil de l’hôtel rappelle le taxi… qui arrive enfin sur les coups de 7 h. L’avion est à 8 h 30. Enfin normalement.

Contre toute attente, l’avion décolle bel et bien à 8 h 30. Et à 10 h 30, nous atterrissons (enfin) à Alice Springs avec une journée de retard sur le planning initial. Après avoir étreint encore une fois mes copines, nous nous séparons définitivement… Je prends le bus qu’elles m’ont indiqué et je suis à l’hôtel assez rapidement.

Enfin arrivée à Alice Springs

A mon grand bonheur, le réceptionniste est Français ! Lui et son amie qui fait les chambres, sont aussi venus en Australie travailler pendant un an. Je lui explique que j’ai réservé une chambre via Booking pour hier et aujourd’hui, puis je lui montre sur mon téléphone la confirmation. Il est très étonné car il ne trouve rien dans ses réservations. De plus, il a reçu ce matin un mail de ED (qui fait partie du staff de T3) comme quoi la chambre à notre nom, réservée par T3, était annulée… En effet, ED ne savait pas que je continuais l’aventure australienne en solo.

Heureusement que le réceptionniste est Français car je ne sais pas comment j’aurais solutionné cet imbroglio en anglais.

Ce gentil réceptionniste me trouve une chambre et me rassure sur la suite… No Worries! Je m’installe enfin, et peux souffler. Sur place, je n’ai plus qu’à attendre le groupe. Je passe la journée entre la piscine et quelques courses car il n’y pas de restauration à l’hôtel. La journée passe relativement vite, et je me détends.

Après deux jours sans moyen de communication, mon téléphone qui ne captait pas fonctionne à nouveau ! J’ai enfin des nouvelles d’Hubert. Il est bien arrivé en France, et a fait bon voyage. Il a pris un rendez-vous chez notre médecin et chez un spécialiste en traumatologie à SOS main… Je me couche donc plus sereine, et je suis prête à attendre de pied ferme l’arrivée des motards à l’hôtel prévue pour demain. Alors, comme l’écrivait Hubert : la suite, de mon aventure australienne en solo, bientôt !

Partagez cet article

Florence et Hubert

Tous deux, à la cinquantaine plus les intérêts, vivons la vie avec passion. Ce que nous recherchons dans nos voyages? L’émerveillement ! Vous savez : cette petite lumière qui s’allume dans les yeux à un moment ou un autre… et quand on peut en plus, la partager, n’est-elle pas encore plus belle ?