Essai demi-bottes Falco Ranger


Depuis que j’ai mis les pieds dans mes grosses bottes chaudes, étanches et protectrices, il faut dire qu’il m’a été impossible de revenir en arrière. Oubliez les baskets ou les bottines, elles prennent la poussière. Que ce soit sur Tatooine, et ses deux soleils, ou sur la planète glacée Hoth, je porte mes bottes de Dark Vador. Et elles ne passent pas inaperçu… Mais je suis super bien dedans. Et je m’y sens protégé à la fois du froid, de la pluie et d’une éventuelle chute de Bantha. Alors, lorsque Motoblouz m’a proposé de tester les demi-bottes Falco Ranger (rien que le descriptif, j’ai tremblé : demi-bottes…), avant même de les voir, c’était mal parti. Jamais, jamais je ne pourrai repasser de ce côté de la force. C’est vrai qu’elles sont belles, mais je suis certain que je vais me sentir à poil dedans. Autant speeder en tongs.

Bon allez, c’est jour de sortie d’un Star Wars, je vais les tester pour aller au cinoche.

Premier point : les demi-bottes Falco Ranger sont vraiment belles

Et il faut dire qu’elles passent inaperçues pour un équipement moto. Les demi-bottes Falco Ranger ressemblent à s’y méprendre à des bottines portées par les civils, que l’on peut croiser au starport ou sur Coruscant.

Elles ne donnent pas un look de pilote de X-Wing, et on peut sans problème aller manger avec ces demi-bottes aux pieds sans passer pour un stormtrooper en perm.

Vous avez le choix : noir, marron ou beige. Et les beiges sont fournies avec deux paires de lacets, noirs ou jaunes.

Deuxième point : on s’y sent en sécurité !

Et j’étais pourtant parti avec une grosse appréhension. Le cuir est juste rigide comme il faut pour que je sente mes pieds et mes chevilles soutenues et protégées. Mais il apporte aussi un certain confort. Ces demi-bottes Falco ne remontent pas au dessus du tibia… Mais c’est un léger compromis qui me va plutôt bien.

Des inserts D3O protègent les malléoles en cas de coup de pied d’un jawa trop hargneux. Tandis que des renforts bienvenus ont été placés sur le haut du pied, pour ne pas souffrir lors des changements de vitesse sur mon speeder.

Les semelles au dessin vintage sont antidérapantes. Je ne glisserai donc pas sur une flaque de lait bleu à la cantina et, garderai ma dignité intacte.

Troisième point : elles sont réellement étanches

Pour tester leur étanchéité, je suis passé par la planète Kamino, célèbre pour son climat quelque peu humide et orageux. Et bingo, pas une goutte n’est rentrée. J’ai pu regarder mon film sans aucune gêne après une bonne demi-heure de vol jusqu’au cinéma, sous un climat qui ferait peur à un gungan.

Rien n’est passé. Pas la moindre petite surface humide sur la chaussette. Ni de déperdition de chaleur. Étonnamment, je ne me suis pas senti plus au frais que d’habitude avec mes Dark Vador de toujours.

Dernier point : des demi-bottes pratiques et confortables

Bonnes pour le sec, le moins sec, le froid, le moins froid… Il doit bien y avoir un prix à payer ?

Et bien non, Falco a conçu des demi-bottes très confortables. J’ai déjà passé de longues journées à travailler, déménager, shopper avec elles… et rien à dire.

Vous en voulez encore une petite ? Ces demi-bottes Falco Ranger sont rapides et faciles à mettre et à enlever. Merci les zips placés à l’intérieur du pied.

Confort9
Protection9
Finition10
Look9
Etanchéité9
Discrétion10

Mon avis : Un quasi sans faute

Des demi-bottes étanches, qui préservent la chaleur, protectrices, au look passe-partout et pratiques. Que demander de plus ? Les demi-bottes Falco Ranger remplaceront sans aucun remord mes bottes, avec ce gros plus d'avoir l'air d'un civil, et me réconcilieront avec le compromis bottes/chaussures. Je pense bien que je les aurai encore aux pieds pour l'épisode 9.
9.3

Partagez cet article

Etienne

Une gamelle avec la Wallaroo de mon grand frère il y a 20 ans a été le déclencheur d'une passion pour les déplacements rapides, depuis, vous nous croiserez Pippa et moi sur les routes de Belgique. Été comme hiver, qu’il pleuve ou qu’il fasse juste humide, par -10° ou +15°, rien ne nous arrête, nous sommes les navetteurs.