Essai GPS Garmin 346 LMT-S


Si vous êtes un lecteur assidu des tests publiés ici, vous n’aurez pas pu manquer de remarquer que quelques-uns des testeurs de #EnjoyTheRide sont de véritables geeks ! Donnez-leur un appareil électronique, et ils vous le décortiqueront dans les moindres détails pour en tirer la substantifique moelle. Je ne suis pas de ceux-là… Alors pour ce test du GPS Garmin 346 LMT-S, j’ai choisi de prendre le contre-pied total de cette approche. Et je me suis placé du point de vue du motard lambda qui veut un appareil pour l’aider à se guider dans ses déplacements… Et plus si affinités.

GPS Garmin 346 LMT-S, kézako ?

Vous avez remarqué comme les fabricants d’objets électroniques aiment bien donner à leurs produits des noms avec plein de lettres et de chiffres ? Ça doit faire sérieux… Bref, le GPS Garmin 346 LMT-S est un modèle de la gamme Zümo, spécifiquement conçue pour la moto. Il est doté d’un écran de 4,3 pouces et d’une cartographie couvrant l’Europe de l’ouest. Le même appareil est aussi disponible avec une cartographie de l’Europe complète sous la dénomination 396 LMT-S pour 50 € de plus. La mise à jour de cette cartographie est assurée à vie gratuitement, bien entendu. Pour avoir un écran plus grand de 5 pouces et encore plus de fonctionnalités (c’est possible ?), on pourra passer sur le modèle 595 LM. Mais il faudra alors rajouter encore 100 € supplémentaires.

Un GPS pour se guider…

Pour le motard moyen tel que moi, la mission première dont doit s’acquitter un GPS, c’est de pouvoir vous guider d’un point A à un point B. Soit de la manière la plus rapide, soit la plus courte… Soit éventuellement, par les routes les plus plaisantes pour musarder en deux-roues. Sur tous ces points, le GPS Garmin 346 LMT-S fait le job. Et il le fait plutôt bien.

On peut bien sûr emprunter ou éviter les autoroutes ou sections payantes. D’ailleurs, l’accès aux menus permettant de choisir ces paramètres de base est assez direct et intuitif. En roulant, si vous loupez ou ignorez une indication, le recalcul de l’itinéraire est généralement rapide afin de ne pas se retrouver dans la pampa. Évidemment, ce GPS Garmin 346 LMT-S est doté du Bluetooth qui permet de multiples connexions. Notamment celle à un intercom pour bénéficier du guidage vocal dans son casque. Notez au passage que ce guidage vous indique bien les changements de direction, mais aussi les noms des voies dans lesquelles vous devez vous engager, voire même les éléments environnementaux tels que les bâtiments caractéristiques par exemple. Intéressant.

Pour les voyageurs qui aiment préparer à l’avance leur parcours, surtout s’il est long et/ou sur plusieurs jours, il est bien sûr possible de le planifier sur son ordinateur via un logiciel dédié et compatible. Il faut ensuite importer le fichier dans le GPS Garmin 346 LMT-S afin que celui-ci l’applique et vous guide à la lettre.

et bien plus encore !

Autre fonctionnalité intéressante, celle du LiveTrack qui vous permet à la fois d’être suivi en direct sur votre roulage par des amis, mais aussi d’enregistrer vos parcours et de les partager par la suite en fichiers au format GPX. Mais pour activer ces services, il faudra impérativement disposer d’un smartphone et y installer l’application Smartphone Link… Laquelle semble parfois être instable et faire craquer les nerfs de quelques utilisateurs !

Notez au passage que le Smartlink vous offre également la possibilité de suivre les informations en direct, comme l’infotrafic, ou la météo vers la destination choisie. Personnellement, je préfère laisser les informations de guidage sur l’écran du GPS… Et installer mon Smartphone à côté pour d’autres types d’informations. Je sais, je suis « vieille école ». Un objet, une fonction (même si c’est une fonction détournée !).

Enfin, parmi les fonctionnalités principales du GPS Garmin 346 LMT-S, la connexion classique en Bluetooth au téléphone. Elle permettra de contrôler via l’écran du GPS la musique et vos éventuels appels téléphoniques. Ce que, à titre personnel, je ne recommande absolument pas bien sûr…

Du bon…

La première des qualités du GPS Garmin 346 LMT-S est déjà de bien répondre au cahier des charges d’un GPS moto. La partie guidage visuel (par la précision de la carte et des indications qui y apparaissent) et vocal (les messages) est efficace. L’écran tactile réagit parfaitement aux commandes, même avec des gants de moto.

Deuxièmement, l’appareil en lui-même est robuste.

Son boîtier est bien construit, et il ne craint ni la saleté (testé lors de quelques sorties off road particulièrement poussiéreuse en été) ni la pluie. Par ailleurs, le fait que l’écran ne soit pas affleurant au boîtier permet d’envisager une chute malencontreuse de l’appareil, sans forcément fracasser le tout. Là aussi, j’ai testé…

Troisièmement, un GPS universel ?

Le matériel fourni dans le pack permet de fixer le GPS sur la quasi-totalité des motos du marché. Sauf les machines au guidon caréné ou autres « bizarreries ». Ce système de fixation inspire la confiance, il est solide et ne vibre pas. La lisibilité de l’appareil n’est donc pas perturbée. Le faisceau électrique d’alimentation du support est assez long pour aller du guidon ou du tableau de bord jusqu’à la batterie sous la selle par exemple. Mais il nécessite bien sûr un probable démontage de certains (nombreux ?) éléments de votre moto pour être installé. Cela dit, une fois que c’est fait, on n’aura pas à y revenir.

Quatrièmement, les mises à jour de l’appareil

Les mises à jour de l’appareil (logicielle et cartographie) sont ouvertes à vie par Garmin. Mais elles sont surtout hyper facilitées par la connexion Wi-Fi du GPS. Plus besoin de connecter votre appareil via un câble à un ordinateur, et accéder à un site web support. Vous connectez votre GPS Garmin 346 LMT-S à votre réseau Wi-Fi lors de la mise en service initiale et zou… Il suffit d’allumer l’appareil et rechercher les mises à jour. S’il y en a, elles se lancent et se chargent sans rien d’autre à faire que de valider l’opération sur l’écran ! Un très grand progrès par rapport aux appareils des générations précédentes.

Enfin, comme expliqué plus haut, le GPS Garmin 346 LMT-S est gavé de fonctionnalités que les plus curieux exploreront/exploiteront en fonction de leurs besoins/envies. Mais pour ceux qui veulent se contenter des opérations basiques, ils le pourront aussi sans être perturbés par ces fonctionnalités secondaires.

… et du moins bon !

J’ai été quelque peu déçu par l’écran de ce GPS. Plus que sa taille de 4,3 pouces (mais ça, on le sait en l’achetant !) c’est sa luminosité que j’ai trouvée un peu juste. En particulier lorsqu’on a le soleil dans le dos qui tape sur l’écran. Je connais des concurrents directs à ce GPS qui font mieux sur ce point.

Second point de déception : la contrainte que ce GPS ne peut s’utiliser qu’en mode paysage. Sans aucune possibilité de le passer en vertical. Au-delà des préférences personnelles de chaque motard sur la façon d’afficher son évolution sur son GPS, il s’agit aussi éventuellement de la place disponible au guidon de certaines motos.

Par ailleurs, il n’existe aucun dispositif permettant de verrouiller avec une serrure le GPS sur le support et la moto, pour le « sécuriser » lors d’un court arrêt. Bien sûr, la raison veut qu’on ne laisse pas un appareil de navigation de quelques centaines d’euros sur sa moto si on n’est pas assis sur celle-ci. Mais la réalité de l’usage des motards est que cela arrive de vouloir laisser le GPS lors d’un court arrêt… Aller payer son plein d’essence, par exemple. Dommage qu’un dispositif de verrouillage ne soit pas disponible, même en accessoire/option.

Troisième point, la cartographie. Sur le GPS Garmin 346 LMT-S, elle est limitée à l’Europe de l’ouest (24 pays). Tandis que sur le 396 LMT-S, elle couvre toute l’Europe… Mais à tarif équivalent chez les concurrents, on peut avoir une cartographie couvrant le Monde. Ce troisième point est toutefois à nuancer. En effet, le Garmin 346 LMT-S accepte les fichiers OpenStreetMap, libres et gratuits, rendant votre GPS utilisable sans limite géographique. Ceux-ci sont téléchargeables gratuitement et légalement sur le Wiki d’OpenStreetMap. Il vous suffit ensuite de charger le fichier au bon endroit dans l’arborescence de dossiers systèmes du GPS, puis d’activer la fonctionnalité dans l’interface.

Pour terminer, un point qui n’est pas propre à ce modèle mais à la quasi-totalité de ceux vendus par les fabricants. La mesquinerie de ne pas fournir une housse de transport, quand l’appareil n’est plus sur son support moto. C’est quelque peu abusé par rapport au prix de ces produits.

Installation8
Utilisation7
Navigation7.5
Planification7
Connectivité9
Réactivité de l'interface8

Mon avis : robuste, facile à installer, efficace dans la navigation

Doté d'une panoplie de fonctionnalités riche, le GPS Garmin 346 LMT-S est un bon GPS. Sa cartographie réduite et ses quelques petits défauts pourront se faire oublier dans le cadre d'une utilisation classique. Même si son tarif est un peu élevé face à ses concurrents directs.
7.8

Partagez cet article

Le Brélomane

Deux roues, un moteur et un guidon ? Ca m'intéresse ! En selle plus de 300 jours par an, des dizaines de milliers de kilomètres avalés par tous les temps, pour aller chercher le pain comme pour un road trip, je vis la "brèle" comme beaucoup : avec une indéfectible passion !

  • Jaime Lecochon

    Pour la cartographie des Garmin,il existe des cartes légales et gratuites .
    Openstreet map et même des cartes topos OpenTopo Map.
    Ceci dir,mieux vaut un Garmin Montana 610