Essai des gants DXR Townhall


Xavier a testé les gants DXR Townhall

Pour mon premier essai, auprès de la grande famille des testeurs EnjoyTheRide, je me suis lancé avec une paire de gants DXR Townhall.

Découverte des gants DXR Townhall

DXR est une création de Motoblouz qui développe une gamme de plus en plus importante. Ce qui se remarque d’entrée, c’est le prix, relativement bas pour ce genre de produits. Habitué à porter des gants racing hauts de gamme, malgré mon utilisation quotidienne en trail, j’étais très intrigué par le produit. Je roule par tous les temps, toute l’année, dans les Cévennes. Alors, certes, le climat n’est pas excessivement froid mais les écarts peuvent être grands sur une même journée, avec des épisodes pluvieux parfois rudes.

Dès l’ouverture du carton, ce qui marque immédiatement, c’est l’odeur de cuir neuf. On retrouve cette agréable sensation que ne remplacera jamais le textile. L’ensemble est composé de cuir de chèvre. C’est un choix rassurant en cas de glissade, pour la résistance accrue à l’abrasion.

Il existe deux coloris, le noir et le marron. C’est ce dernier que j’ai choisi. Cela donne un look un peu vintage, très sympa. L’ensemble de ma tenue est plus sportif mais cela ne jure pas du tout. Pour avoir une unité, le choix du noir pourra être plus pertinent pour certains.

L’exploration des coutures est, elle aussi, positive. L’ensemble est vraiment de bonne facture et le positionnement des coutures est excellent pour ne pas irriter les doigts et faciliter la manipulation des commandes.

focus sur les coutures des gants DXR Townhall

On remarque une petite raclette au niveau du pouce qui permettra d’évacuer l’eau sur la visière. Très bonne idée.

L’enfilage : plongée en douceur

Enfiler les gants DXR Townhall s’avère un jeu d’enfant. Habitué à des produits Alpinestars et Dainese, j’ai retrouvé cette même simplicité. En passant le gant, on a la confirmation d’un confort absolu. Les serrages par velcro au poignet et en haut de la manchette permettent un bon ajustement. Le gant est bien en place et la bavette est très protectrice.

serrage des gants DXR Townhall

La doublure des gants DXR Townhall est douce et agréable. Les mouvements des doigts sont très naturels. Il restera à tester leur agilité en roulage et aussi l’isolation par rapport au climat.

doublure des gants DXR Townhall

Les protections sont nombreuses sur ces gants DXR. La coque de protection aux métacarpes est homologuée et ne se ressent pas comme une gêne quand on porte les gants, même après une journée de roulage de 300 km. Des renforts au niveau des phalanges et de la paume confirment le souci de sécurité des concepteurs.

coque de protection des gants DXR Townhall

homologation CE des gants DXR Townhall

Roulage : des premières impressions confirmées

En prenant la moto, un détail me gêne pourtant un peu… C’est la taille. Je prends d’habitude un 2XL, celle que j’ai choisie ici. À l’essai, ça semblait correspondre mais en roulant, une taille en dessous semblerait plus adaptée. L’index est en effet plus grand que sur les produits concurrents, et cela est un peu dérangeant dans la précision des commandes. Nul doute qu’une taille en dessous serait parfaite.

La période de roulage a duré trois mois. Soit environ 2000 km pendant la période hivernale. Les températures ont varié de 3° à 12°C. La doublure thermique Thinsulate a montré une très bonne isolation. Je n’ai pas ressenti le besoin d’allumer les poignées chauffantes. Il est vrai que je n’ai pas connu de températures négatives mais à 3°C, ça passe largement, même sur un roulage de plus de 150 km. A 12°C, cela reste supportable. Je pense qu’au-delà de 18 °C, il faudra penser à se tourner vers une version été. Mais ce sont des gants d’hiver et ils font le job.

Mais qui dit roulage dans les Cévennes dit aussi intempéries subites et conséquentes. Rien de pire, dans ces situations, que de voir la pluie pénétrer sa tenue. La visibilité est déjà extrêmement réduite et ajouter un problème d’étanchéité serait malvenu. Mais là, aucun souci : la membrane Hipora, annoncée comme étanche, est à la hauteur des attentes. Malgré plus de 100 bornes avalées sous le déluge, mes mains sont restées bien au sec.

Ma conclusion sur les gants DXR Townhall

Après 3 mois de roulage, les gants DXR Townhall n’ont pas bougé. Le cuir est très souple et a confirmé qu’une taille en dessous aurait augmenté la maniabilité. Après, cela dépend certainement aussi de la morphologie de chacun.

En conclusion, les gants DXR Townhall m’ont plutôt satisfait. On a un produit d’une excellente qualité, avec de belles finitions : ils sont efficaces et protecteurs. Le seul bémol est qu’ils taillent plutôt grand mais quand on le sait, il est très facile d’y remédier. Une belle découverte !

 

Voir la fiche produit

Protection4.5
Isolation thermique4.5
Etanchéité5
Confort4
Design3.5
Rapport qualité / prix5

Mon avis : une belle découverte à petit prix !

Un produit d’une excellente qualité avec de belles finitions : les gants DXR Townhall sont efficaces et protecteurs. Le seul bémol est qu’ils taillent plutôt grand. Mais quand on le sait, il est très facile d’y remédier. Niveau look, un côté plus vintage que sportif. Une belle découverte !
4.5

Partagez cet article