La signalisation routière


Que vous souhaitiez passer le permis moto ou que vous l’ayez déjà, une piqûre de rappel sur la signalisation routière ne fait pas de mal. Panneaux de signalisation et autre signalétique au sol, enlevez vos casques et installez-vous, on vous explique tout.

Signalisation routière : les panneaux de signalisation

Forme et couleur : le B.A.BA

La forme et les couleurs des panneaux de signalisation routière ont déjà une signification, et grande importance. On compte 3 formes de panneaux : triangle, carré et rond (de deux couleurs).

  • Le triangle signale un danger
  • Le carré signale une indication

Pour le rond, vous devez vous fier à sa forme ainsi qu’à sa couleur pour comprendre son intention.

  • Un rond bleu signale une obligation
  • Un rond cerclé de rouge avec fond blanc signale une interdiction

Ah oui, il en manque un, unique et bien connu : le stop est de forme octogonale et rouge. Mais celui-ci, c’est écrit dessus, quand vous le voyez : vous devez vous arrêter à la ligne.

Et les multiples indications…

Vous trouverez des informations supplémentaires à l’intérieur de chaque panneau, sous forme de dessin.

Attention : des panneaux de signalisation routière de formes différentes peuvent afficher le même dessin. Pour autant, ils ne signalent pas la même chose. Par exemple, on peut trouver un rond bleu avec une flèche vers le haut et un carré bleu avec une flèche vers le haut. Le même dessin, mais pas la même signification ! Le rond bleu indique une obligation d’aller tout droit tandis que le carré bleu indique une rue à sens unique.

Où les trouverez-vous ?

Tous les panneaux sont placés 150 m avant le danger, l’obligation, l’interdiction ou l’indication à l’extérieur d’une ville, et 50 m avant, en ville.

Une exception ? Oui, bien sûr, il y a toujours une exception. Le panneau triangulaire qui annonce la fin d’un sens unique est valable à partir de l’endroit où il est placé.

Lisez bien la route

En plus des panneaux de signalisation routière, qui à eux seuls font une grosse partie du job, vous devez toujours garder un œil à la route. Bien sûr, pour savoir où aller, mais aussi pour suivre le marquage au sol (ou signalisation routière horizontale).

  • Ligne blanche continue, on ne dépasse pas et ne change pas de direction. Il s’agit aussi de la ligne qui accompagne un stop (un poil plus épaisse ici), et qui délimite la route.
  • Ligne blanche discontinue, faites-vous plaisir, vous pouvez dépasser (pour autant elle délimite également la route).
  • Il peut y avoir une ligne mixte : une ligne continue et une discontinue, côte à côte. Ici, fiez-vous à celle de votre côté.
  • Des lignes jaunes ? Il s’agit d’un marquage temporaire qui prend le dessus sur les autres marquages.
  • Le zébra jaune signale un arrêt de bus. Vous pouvez le franchir mais vous ne pouvez pas vous arrêter.
  • Le zébra blanc, vous ne pouvez pas les franchir, vous y arrêter ou y stationner.
  • Le passage piéton est constitué de rectangles blancs… pour les piétons !
  • Et les flèches, il suffit de les suivre en fonction de votre direction.

Pour finir, il n’y a pas de secret : pour la sécurité de tous, il faut connaître la signalisation routière par cœur.

Partagez cet article

Mathilde Tay

Rédactrice indépendante depuis 5 ans, je suis motarde « dépendante » depuis 4 ans. Oui, je suis celle que l’on appelle parfois « sac de sable », celle qui prend des vidéos pendant que son mari se régale à moto sur les routes et sous le soleil de Californie. Fan des road trip en trail, je suis aussi fan des vieilles bécanes. Le rêve ultime ? Que mon mari voit enfin le potentiel séduction du side-car, ou rouler les mains sur le guidon d’une Triumph Speed Twin de l’âge de mon papa (1946)