Essai du casque intégral Scorpion Exo-1400 Air


essai du casque scorpion Exo-1400 Air

Lancé en 2018, le casque Scorpion Exo-1400 Air s’est fait une solide place dans le segment des casques sport-GT en un peu plus de 3 ans de commercialisation.
Ce casque intégral promet beaucoup, en alliant ce que Scorpion sait faire de mieux côté sport comme côté route. Alors que celui-ci bénéficie désormais de promotions pour le moins alléchantes sur certains coloris, comme cette finition « Sylex », le moment serait-il venu de craquer si vous recherchez un casque intégral dans le genre ? Réponse après deux mois d’utilisation intensive, du trajet quotidien au road trip sur les routes du nord-est. L’occasion de voir si la polyvalence promise est bien au rendez-vous !

Un look sportif… mais le casque Scorpion Exo-1400 Air, est-il vraiment racing ?

Au premier coup d’œil, impossible de ne pas être impressionné par le look du casque Scorpion Exo-1400 Air. Ce coloris « Sylex » déstructuré participe à renforcer le côté sport, même si c’est surtout la ligne générale qui fait mouche.

Essai casque intégral Scorpion Exo-1400 Air

Disponible dans de nombreux coloris, le casque Scorpion Exo-1400 Air arbore ici sa déco « Sylex »

Effilé et acéré, le profil semble fendre l’air, même à l’arrêt ! Selon moi, c’est surtout le spoiler à l’arrière du casque qui donne ce résultat. Celui-ci se termine par une petite plaque en aluminium du plus bel effet.

Ne nous méprenons pas : hors de question de bénéficier ici d’un appui aérodynamique réel ou d’une portance négative comme sait le faire l’incroyable Shark Race-R Pro GP par exemple. Je ne parle donc que de look car aussi « racing » que semble être la ligne, cette forme n’est là que pour l’esthétisme. Selon moi, c’est réussi et c’est déjà ça !

Essai casque intégral Scorpion Exo-1400 Air

Issue de la compétition, la boucle double-D fait partie de la dotation du casque Scorpion Exo-1400 Air

Le casque Scorpion Exo-1400 Air pioche tout de même dans ce que sait faire de mieux le constructeur coréen sur le segment sportif : boucle double-D et poids plutôt bien réparti (malgré un peu plus de 1400 g sur la balance). Même à bonne allure sur des parcours de longue distance, le casque Scorpion Exo-1400 ménage les cervicales.

Essai casque intégral Scorpion Exo-1400 Air

Le spoiler arrière permet d’évacuer l’air par effet venturi et la plaque en alu à son extrémité joue beaucoup dans le look du casque Scorpion Exo-1400 Air.

Ou bon casque touring ?

Car oui, selon moi et malgré son look, le casque Scorpion Exo-1400 Air se montre plus adapté à un usage routier qu’à un usage racing à proprement parler. J’en veux pour preuve l’utilisation quotidienne que j’en ai fait pendant presque deux mois. Dans ce contexte, il s’agit d’un casque très polyvalent, que ce soit pour les trajets du boulot ou les balades du week-end.

Scorpion prend soin de nous avec un intérieur confortable grâce aux mousses agréables de son casque, munies d’un revêtement en « Kwikwick3 » hypoallergénique. Cet intérieur est bien entendu entièrement démontable et lavable.

On trouve également les cannelures « KwikFit » qui permettent le passage des branches de lunettes. Malheureusement, et comme souvent, l’espace alloué reste problématique pour les montures les plus épaisses. AGV et Shark sont parmi les rares fabricants à se démarquer sur ce point.

commande de l'écran solaire du casque scorpion Exo-1400 Air

La commande de l’écran solaire : bien placée mais pas des plus souples à l’usage.

La manipulation de l’écran est aisée, même si le mécanisme de verrouillage central est un peu raide lors des premières sorties. Celle de l’écran solaire intégrée l’est également même avec des gants mi-saison. La commande s’avère elle aussi particulièrement dure lors des premières sorties mais rien de rédhibitoire.

Le casque est livré avec un Pinlock 70 Maxvision. J’aurais apprécié un Pinlock 120 (retardant davantage la formation de buée) de plus en plus répandu même sur les casques milieu de gamme. Mais je chipote.

Quid de l’insonorisation ?

Vous l’aurez compris, le casque Scorpion Exo-1400 Air a un peu, comme qui dirait, « le cul entre deux chaises ». Même s’il est selon moi un bon casque sport-gt avec une vraie polyvalence, on ne peut pas réellement dire qu’il s’agisse d’un excellent casque touring. La faute notamment à un niveau d’insonorisation que j’évalue juste dans la moyenne.

Tout à fait correct pour un usage quotidien, en utilisation road trip, il faudra s’équiper de bouchons d’oreilles pour envisager sereinement des trajets de plus de 2 h. A plus forte raison si vous empruntez de nombreuses voies rapides. Satisfaisant jusqu’à 90 km/h, au-delà, ça se dégrade franchement. Aucun sifflement ou bruit aigu à signaler, ce qui va dans le sens de la conception en soufflerie annoncée par le fabricant. Néanmoins, c’est plutôt le bruit sourd de l’écoulement de l’air sur la calotte qui devient pénible lors de longs trajets sur voie rapide.

Des ventilations un peu légères

Pour rafraîchir le pilote, le casque Scorpion Exo-1400 Air fait appel à une ventilation à la mentonnière et une autre sur le haut sur casque. Celles-ci se manipulent facilement, rien à signaler de ce côté.

ventilation de la mentonnière sur le casque Scorpion Exo-1400 Air

La ventilation de la mentonnière permet d’acheminer l’air au visage et sur l’intérieur de l’écran. Malheureusement, c’est insuffisant pour éviter la buée. Heureusement, un Pinlock est fourni.

Sur le spoiler arrière, on retrouve un extracteur par effet Venturi. Il fait correctement le job en assurant un écoulement de l’air sur le haut de la tête. En revanche, je déplore une circulation très moyenne à l’arrière du crâne, surtout dans la partie basse. Limite désagréable par forte chaleur, et notamment dans le cadre d’un usage urbain.

ventilations du casque Scorpion Exo-1400 Air

Un seul conduit de ventilation sur le haut du casque mais suffisant. En revanche, l’arrière du crâne n’est pas assez ventilé.

Prédisposé à recevoir un intercom mais…

Le casque Scorpion Exo-1400 Air est prédisposé à recevoir un intercom. Cependant, l’espace alloué aux écouteurs est très limité, et il faudra espérer que vous n’ayez pas de trop grandes oreilles et/ou que votre intercom soit muni d’écouteurs extra-fins. On imagine facilement qu’il n’était pas possible de creuser davantage le calotin à cet endroit pour préserver l’insonorisation du casque.

démontage de l'écran du casque Scorpion Exo-1400 Air

Ne nécessitant pas d’outil, le mécanisme de l’écran permet un démontage simple et rapide.

Un problème de taille… et/ou de morphologie !

Avec un tour de tête de 59 cm, je suis habitué à choisir mes casques en taille L, tout fabricant confondu. Il n’y a guère que chez Scorpion que je dois passer sur du XL ! Ne soyez donc pas surpris en découvrant un casque qui taille plus petit que ce à quoi vous êtes habitué, si vous n’êtes pas familier des casques Scorpion. En outre, la morphologie de votre tête peut poser problème avec ce fabricant. Attention donc si vous vous retrouvez avec l’impression d’une « barre » qui compresse le front ou une pression excessive sur les tempes. En cas de doute, je ne saurais que trop vous conseiller d’essayer le casque en statique pendant 10 à 15 minutes, le temps de vérifier que vous êtes à l’aise avant de prendre la route. Si nécessaire, n’hésitez pas à bénéficier du retour gratuit pour un changement de taille… ou de marque !

système airfit du casque scorpion exo-1400 Air

Le système AirFit : une pompe au centre de la mentonnière pour gonfler des coussins d’air sous les mousses de joues, permettant un fitting aux petits oignons. La soupape à gauche permet le dégonflage en un instant.

Le système Airfit, cher à la marque depuis plus de 10 ans (déjà !), permet d’ajuster la pression des mousses de joues sur le visage de façon optimale. Aucun problème pour ajuster le fitting à votre morphologie à cet endroit donc. Il emploie un système de coussins gonflables situé entre les mousses de joues et le calotin. Une pompe située sur le bas de la mentonnière doit être actionnée une fois le casque enfilé et une soupape permet le dégonflage en un instant. Loin d’être un simple gadget, l’apport est réel et l’ajustement vraiment optimal.

Sécurité et conseil en cas d’accident

Le casque Scorpion Exo-1400 Air est homologué selon la norme ECE 22.05. La calotte est en fibres « Ultra TCT » (pour Thermodynamical Composite Technology). Il s’agit d’une structure permettant une déformation progressive de la calotte pour obtenir une meilleure absorption des chocs. Elle permet aussi de conserver une grande légèreté.

système d'extraction d'urgence sur le casque Scorpion Exo-1400 Air

Le casque Scorpion Exo-1400 Air dispose d’un système d’extraction d’urgence des mousses des joues.

Pour la sécurité, on retrouve un système d’extraction d’urgence des mousses de joues qui permet de libérer la tête sans contrainte sur les cervicales en cas d’accident. Utile pour les secours si ceux-ci suspectent un trauma crânien. Je vous rappelle au passage qu’il est fortement déconseillé d’ôter le casque d’un motard accidenté si vous arrivez sur les lieux d’un accident. Il est préférable d’immobiliser celui-ci en attendant l’arrivée des services d’urgence et de les laisser s’occuper du blessé. Seuls un arrêt respiratoire et la nécessité de pratiquer la ventilation artificielle justifient le retrait immédiat du casque.

 

Voir la fiche produit

Poids3.3
Insonorisation3
Confort intérieur3.8
Champ de vision3.5
Qualité / finition4.8
Ventilation3.3

Mon avis : un casque polyvalent

Casque intégral Sport-GT polyvalent, le casque scorpion Exo-1400 Air est bon partout mais n'excelle dans aucun domaine en particulier. Il se révèle cependant être un excellent compagnon au quotidien, avec un superbe look sportif et une finition irréprochable. Après 3 ans de commercialisation, il est un des meilleurs compromis sur le segment et surtout, il offre un rapport prestations / prix imbattable. Le niveau d'insonorisation tout juste dans la moyenne ne le destine pas à une utilisation sur de longs roadtrips mais ce n'est pas la vocation de ce casque.
3.5

Partagez cet article

Cédric

Enseignant de la conduite depuis 2008 et motard depuis près de 20 ans, je suis le responsable moto du centre de formation à la sécurité routière CFSR, situé dans le Valenciennois. Nous préparons les élèves au permis mais nous formons également les futurs moniteurs de toute la région. J’ai également lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" en 2016 dans le but de partager le regard particulier que je porte sur l'actualité auto/moto et vulgariser les principes de sécurité routière. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation.