Behnaz Shafiei, pionnière du cross féminin en Iran


Behnaz Shafiei en moto cross

Une jeune iranienne de 27 ans, Behnaz Shafiei, se bat pour faire évoluer les mœurs et les lois dans son pays, où piloter une moto (et même faire du vélo) les expose à des arrestations arbitraires ou à être harcelées.

«Mon nom est Behnaz Shafiei et, dans un pays où les femmes sont invitées à se marier tôt, rester à la maison et sont arrêtées si elles conduisent une moto, je suis pilote de motocross.» Voilà pour les présentations avec celle que nous avons décidé de mettre à l’honneur dans la rubrique Moto Lady !

Behnaz Shafiei, l’égalité des sexes par le cross

Permettre aux femmes iraniennes de faire de la moto librement, tel est l’objectif de la téméraire jeune femme de 27 ans. Aujourd’hui, cette pionnière est la seule pilote de moto reconnue comme telle en Iran. Elle est aussi celle qui est parvenue à organiser la première course de moto féminine en Iran en février dernier, et à former plus de cent femmes à la conduite en quelques mois. Mais elle ne compte pas s’arrêter là !

(Vous pouvez activer les sous-titres en français)

Bien décidée à faire évoluer les règles de son pays, à lutter pour l’égalité des sexes et à faire admettre la pratique de la moto au féminin en Iran, Behnaz Shafiei est actuellement aux États-Unis pour perfectionner son niveau technique, et faire connaître son projet en faveur des femmes iraniennes. Elle a lancé une campagne de financement participatif pour lever des fonds : son projet est de contribuer à l’égalité des sexes grâce à la pratique de la moto.

«Vous voyez ce qui se passe quand vous dites à un enfant de ne pas toucher quelque chose de brûlant ?»

Behnaz Shafiei, © DR

Son incroyable histoire commence il y a 12 ans, lorsqu’elle croise une femme conduisant une moto dans une région rurale d’Iran. Si la pratique est considérée comme “inconvenante” en ville, il y a plus de “liberté” à la campagne et surtout moins de patrouilles de police.  «J’avais 15 ans. Cette femme m’a donnée une courte leçon. Et j’ai tout de suite accroché» se souvient Behnaz, qui, par la suite, fréquente un club de motocross, s’entraîne avec des motos qu’on lui prête, à la nuit tombée, déguisée en garçon pour ne pas être repérée, bravant les lois et les traditions…

«Vous voyez ce qui se passe quand vous dites à un enfant de ne pas toucher quelque chose de brûlant ? Il le fait quand même… C’était la même chose pour moi», explique-t-elle. Pendant plusieurs années, elle bataille pour «être acceptée, reconnue et légalement autorisée à piloter ma moto et à concourir en Iran».

La moto, symbole de liberté

Mais cela ne lui suffit pas, et Behnaz continue de se battre pour les autres femmes. Elle a ainsi obtenu l’autorisation d’entraîner d’autres motardes et d’organiser une course entièrement féminine cette année. «En neuf mois, j’ai formé gratuitement 117 femmes et adolescentes iraniennes à piloter.» Son projet est aujourd’hui de constituer une équipe sportive féminine en Iran. Et c’est la raison pour laquelle elle a entrepris un voyage aux Etats-Unis pour trouver aides et conseils auprès de spécialistes. «J’ai vendu ma moto pour financer mon voyage, j’ai accepté l’hospitalité d’une famille dans le Maryland» précise la jeune femme, qui compte aujourd’hui sur la campagne de financement pour mener à bien ses projets. Elle était le week-end dernier au SX de Las Vegas, a rencontré la pilote pro Shelina Moreda, entre autres…

«En neuf mois, j’ai formé gratuitement 117 femmes et adolescentes iraniennes à piloter.»

«Les fonds que nous recueillons seront utilisés pour mon entraînement avec les championnes de motocross américaines, avec plusieurs objectifs : améliorer mon niveau pour que je puisse rivaliser en compétition internationale ; devenir une meilleure enseignante et attirer l’attention sur la nécessité d’améliorer la situation des femmes en Iran ».

«Lentement – trop lentement – l’Iran change la façon dont il regarde les femmes. Mais il reste encore un long chemin à parcourir. Cela demande du temps et de la persévérance.» conclut-elle. Le parcours de Behnaz Shafiei démontre une nouvelle fois que la moto est plus que jamais symbole de liberté et d’émancipation pour les femmes du monde entier !

Suivez l’actualité de Behnaz Shafiei via son compte Instagram, sa page Facebook ou son profil Twitter ! Pour l’aider concrètement, vous pouvez même contribuer à sa campagne de crowdfunding.

Tags CrossLady

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Béné

Je rêvais du permis moto à 18 ans, j’ai dû attendre la trentaine bien tassée pour le passer… Depuis, je tâche de rattraper le temps perdu. Plutôt branchée enduro, j’aime les bains de boue et transpirer dans les montées impossibles. Mais aussi les virées sur route, en trail de préférence.