Les 10 motos de série les plus moches


Des motos, il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Des super belles, des trop belles, des belles, des… qui nous laissent indifférents, d’autres que l’on trouve moches. Et d’autres qui sont moches. Vraiment moches. Aujourd’hui, ce n’est pas d’une moto moche dont on va parler… Mais des 10 motos les plus moches. 

1. Moto moche n°1 : BMW K1

Top 10 des motos les plus moches

Ah les années 80. Les designs angulaires, les couleurs flashy…En 1988, BMW nous sort la BMW K1. Une horreur stylistique que l’on pourrait croire destinée à servir de destrier pour un héros de série B de l’époque.

Malgré tout, cette moto moche s’est écoulée à environ 6 700 unités, et les essais sont unanimes : pour l’époque, c’est une routière terriblement efficace. Si l’on fait abstraction de ses micro-valises latérales bien sûr… Si la firme bavaroise a réitéré le cauchemar avec la R 1200 ST, il faut avouer que depuis 10 ans le style ne fait que s’améliorer. Et ça, on apprécie !

2. Boss Hoss (toutes)

Les Boss Hoss parmi les motos les plus moches

Aux USA, on aime la démesure. On aime mettre des moteurs de grosse cylindrée dans des bécanes pas forcément taillées pour le moto GP. Mais surtout, dans le pays prônant les libertés individuelles, on peut faire rentrer n’importe quel moteur dans n’importe quoi, sans avoir à donner une crise cardiaque à son assureur, la maréchaussée et la sécurité routière.

C’est donc tout naturellement qu’en 1990, Mister WARNE a décidé de mettre un moteur V8 Chevrolet dans un cadre de moto. Alors forcément, il n’a pas utilisé un chausse-pied pour faire rentrer le monstre, pouvant aller jusque 6300 cc. Quelques chiffres : 445 ch, 484 kg à sec et 57 m/kg de couple. Bien évidemment, le tout sur une boîte automatique deux rapports.

Quant aux trikes ? Ils sont au comble de la démesure…

3. Honda Vultus

Moto moche : la Honda Vultus

En 2014, Honda nous balance sa moto moche, la Vultus. Et non, ce modèle n’est pas uniquement destiné aux fans de Batman (quoi que).

Cette petite bête toute noire est propulsée par un bicylindre de 745 cm³ couplé à une boîte DCT. Ne vous fiez pas à son apparence futuriste, ses caractéristiques restent raisonnables. Il s’agit juste d’un cruiser ou d’un custom trop en avance sur son temps (un futur dont on saurait se passer en fait). Même si sa diffusion s’est faite au compte-goutte, les prix sur le marché de l’occasion témoignent que la demande n’est pas folichonne…

4. KTM 690 SM

KTM 690 SM parmi les motos moches...

Quel est le point commun entre le concorde, la Katoche 690 SM et un médecin de peste ? Leur bec…

Si la firme autrichienne se démarque par son design atypique, la KTM 690 SM est définitivement une erreur horreur stylistique. Le truc à la rigueur fun peut être la double sortie d’échappement que l’on pourrait croire empruntée à un camion Kenworth…

5. Ducati Paso

7 ans. C’est le temps qu’il aura fallu à Ducati pour cesser la production de la Paso lancée en 1986. Une corrélation avec la catastrophe de Tchernobyl ?

Quand on pense à l’Italie, on pense au design audacieux, presque artistique, tape-à-l’œil. Alors pourquoi avoir créé un Tupperware® doté de deux-roues ? On ne sait pas, mais on n’aime pas… Quitte à camoufler la mécanique, autant investir dans une auto… ou un tank. A vous de voir !

On peut certes discuter du cas MH900e avec son arrière-train plus que douteux, mais il s’agissait d’une moto hommage. On les pardonne sur ce coup-là. Mais ne vous inquiétez pas. La marque italienne a su nous pondre une autre horreur en 2003…

6. Victory Vision (d’horreur)

Victory vision parmi les motos les plus moches

En 1998, Polaris se décide à créer sa propre marque de moto : Victory. En 2010 la marque américaine se lance à l’assaut du monde entier avec une gamme franchement très intéressante. Cependant, il existe un (très) vilain petit gros canard. Un véritable vaisseau amiral de la laideur : la Victory Vision !

Rien n’est agréable à l’œil dans cette moto moche : son profil, la largeur de sa tête de fourche, son combiné top case / dossier passager. Le carénage intégral incluant le réservoir qui donne vraiment un look particulier. Seul un trou béant subsiste pour y placer le moteur, d’un peu plus de 1700 cm³, pour tracter la bête de 400 kg. En janvier 2017, c’est le clap de fin pour la marque Victory, Polaris souhaitant se concentrer sur la marque Indian.

7. Suzuki B King

Suzuky B king... moto moche ?

Lancé en 2007, ce roadster présente quelques ratés esthétiques. Il y en a un qui reste corrigible : la double sortie d’échappement totalement disproportionnée. C’est simple : tapez le nom de cette moto sur le net. Les seules photos montrant cette disgrâce mécanique sont soit officielles, soit issues d’essais journalistiques. Toutes les photos d’utilisateurs vous montrent à quoi ressemble cette machine avec une paire de silencieux plus discrète.

On peut aussi discuter de la largeur excessive de cette moto à cause des écopes latérales comprenant des prises d’air et les clignotants. Et ça, c’est moins corrigible…

8. Buell 1125 CR

Moto moche : Buell 1125 CR

Un V-twin de Sportster dans un cadre de moto sportive… C’est ce que Buell a fait jusque 2002. Buell, c’est aussi un design atypique mais pour gagner en efficacité. Un monodisque avant de grand diamètre pour diminuer le poids, le réservoir d’essence situé dans le cadre pour une meilleure répartition des masses et enfin le réservoir d’huile situé dans le bras oscillant pour abaisser le centre de gravité.

Hélas, en juillet 2007, la firme américaine se révolutionne et lance sur le marché sa 1125 R pourvue d’un moteur Rotax pour gagner en efficacité… Si celle-ci choque moins vu la bulle proéminente, la version roadster baptisée 1125 CR donne une impression de « pas fini ». Notamment à cause du petit phare coincé entre les deux radiateurs latéraux, à la gueule aussi béante qu’un requin baleine ! Non, non et non…

Malheureusement, Buell n’aura pas de seconde chance pour améliorer sa pistarde, la 1125 CR terminant sa carrière en même temps que la marque Buell en Novembre 2009, suite à la volonté de Harley-Davidson. La dame de Milwaukee a depuis essayé de proposer des modèles « sportifs » dans sa gamme : Sportster 1200 XR, Sportster Roadster et dernièrement FXDR 114.

9. Suzuki Hayabusa

Non, je n’ai pas de problème avec Suzuki en général. J’ai possédé une SV650 pendant un an, et je l’ai adorée. Mais il faut croire que dès que Suzuki met son 1300 cm³ dans une moto, c’est pour créer une moto moche. Bon, nous sommes d’accord. L’horrible Hayabusa n’a pas été pensée pour qu’on la vénère pour son esthétisme mais pour ses performances. C’est vrai quoi : si le seul but est d’atteindre 318 km/h après avoir laissé un chèque de 15 000 €, l’esthétisme, on s’en tape ! Surtout que lorsqu’on est au guidon, on ne la voit pas… D’autant plus que son esthétique a été pensée pour réduire la trainée autant que faire se peut.

10. Ducati Multistrada 2003

Bon, en parlant du design italien, j’avais évoqué les termes « audacieux, artistique, tape-à-l’œil ». Oui mais mollo quand même hein… Sinon on se retrouve avec une difformité motorisée. Une sorte de Fiat Multipla du deux-roues : j’ai cité La Ducati Multistrada 2003.

Il faut avouer que pour marquer la genèse de leur segment trail routier, les italiens ont fait fort. Trop fort, beaucoup trop fort… Et le pire dans l’histoire, c’est qu’il faudra attendre 2010 avant qu’ils se décident à achever cette bête agonisante. Et le phoenix a su renaître de ses cendres. Un peu comme cette personne qui était moche en primaire et qui est devenue un canon de beauté à la fin de l’adolescence, et dont on regrette lui avoir mis un râteau.

Bon, vu le tarif en occasion, vous pouvez laisser libre court à votre inspiration à coup de disqueuse dans la tête de fourche.

Si vous n’avez pas trouvé la moto que vous estimez comme la plus laide de la production dans cette sélection, n’hésitez-pas, commentez ci-dessous ! On a encore envie d’avoir les yeux qui piquent…

Partagez cet article

Gab

Moi c'est Gab', depuis que j'ai obtenu le précieux sésame en 2013, je roule sur mon Sportster pour déambuler sur les boulevards et plus récemment mon Africa Twin pour affronter les conditions climatiques hostiles ou pour rider vers d'autres horizons. Egalement cycliste et parfois automobiliste, je prône le partage, la responsabilité et la sagesse collective sur la route. Quoiqu'il en soit, je recherche l'équipement sachant allier style, efficacité et protection.