Klass GP Motoblouz : une finale d’anthologie à Pau


Klass GP Motoblouz

Moins d’un mois après l’épreuve d’Alès, les pilotes du Klass GP – Motoblouz avaient rendez-vous pour une ultime confrontation le week-end du 5 et 6 septembre sur la piste de Pau-Arnos. Un tracé rapide et vallonné où il faut rentrer fort dans les courbes pour espérer faire un bon chrono.

En préparation

Sur les treize virages que compte le circuit béarnais, seulement deux nécessitent réellement un freinage préalable… D’ailleurs, certains pilotes étaient déjà à pied d’œuvre dès le jeudi pour appréhender au mieux ce circuit exigeant. Dans la continuité de la canicule estivale, la météo a été particulièrement douce durant les trois jours. Tous les roulages se sont déroulés sur le sec.

Sur la grille de départ…

Si l’on déplore quelques absences (Alain Dubois, Denis Dussert, Nicolas Nasjatre, Florian Doguet…), ils étaient 27 pilotes à avoir fait le déplacement dans le Béarn. L’organisateur Jérôme Krebs (ou plutôt son fidèle mécano Nitro !) avait même trouvé le temps de remettre en état sa Honda cassée à Alès pour participer. Beaucoup d’étrangers n’avaient pas fait le déplacement par crainte de la mise en quarantaine. Quatre pilotes espagnols et un pilote anglais étaient néanmoins de la partie.

4 pilotes espagnols sur le Klass GP Motoblouz de Pau

Quatre pilotes espagnols ont traversé les Pyrénées pour compléter la grille.

Essais libres et qualifications

Après les essais libres du vendredi viennent les deux qualifications de samedi où, sans surprise, Guy Bertin mène la danse (1’26 »548) devant Vincent Levieux (1’26 »746) et Gregory Kauffmann (1’27 »7887), tous en 250 GP. Les premiers 125 GP ne sont pas loin derrière puisque l’on retrouve, en deuxième ligne, Maxime Landry (1’29 »039) suivi de Tony Souidi (1’29 »707) et Lancelot Unissart (1’29 »850) en troisième ligne, tous sur Honda RS 125.

En 250 SP, Claude Rochefort s’offre le meilleur temps (1’32 »151) et se place en sixième ligne (16e), suivi deux places plus loin de Philippe Moisan (1’34 »507). Pas mal pour des machines de route ! Bien emmenée, une 250 SP roule dans les même temps qu’une 125 GP et ne souffre du différentiel de puissance avec les 250 GP que sur les circuits avec de longues lignes droites, comme à Valence ou au Castellet. »À l’accélération, je tiens les 250 GP d’origine sur les quatre premiers rapports » affirme d’ailleurs Claude Rochefort à l’Aprilia RS 250 quand même bien affûtée (214 km/h max avec ses gros carbus de 38, pots spéciaux, culasse VHM, cylindres préparés).

Guy Bertin au Klass GP Motoblouz

Guy Bertin dans ses œuvres au guidon de la très performante Aprilia RSW 250.

Évidemment, les surpuissantes Aprilia RSW 250 ont enfumé la concurrence et mis une pleine seconde au troisième en qualification pour le meilleur souvenir de Jacky Hutteau et Christian Le Badezet (ex-pilotes de GP 125 dans les années 1980), ainsi que de Jean-Claude Besse (ancien manager de l’écurie Scrab en GP), tous venus en visiteurs. Ce qui ne veut pas dire que cela fut facile, tant l’Italienne a la réputation d’être vive et rigide. « Je partais sans arrêt en guidonnage sur les nombreuses bosses du circuit. J’ai même cassé deux fois les butées de direction pendant le week-end » témoigne ainsi Vincent Levieux. « À la sortie des virages, je prenais aussi des coups de raquette… » ajoute le pilote de la n°26. « C’est une moto qu’il faut laisser vivre » souligne de son côté Guy Bertin en s’amusant des déboires de son collègue.

Durant tout le week-end, l’ancienne gloire des GP a joué au chat et à la souris en tirant Vincent Levieux en début des deux manches puis le passant pour gérer son avance. « Je roule toujours en fonction de la concurrence. Et puis je n’ai pas de mérite tant la moto marche bien » reconnaît le pilote de la n°5.

Cyril Guerinet au Klass GP Motoblouz

Cyril Guerinet n’a pas mis longtemps à trouver le mode d’emploi de sa nouvelle Yamaha TZ 250 5KE.

En piste !

Samedi, la première course a été interrompue dans son sixième tour sur drapeau rouge après la chute de Tony Souidi (freinage sur l’angle). Chute ayant entrainée celles des espagnols Inigo Jobindo et Inaki Santillan. La meute est donc repartie pour cinq tours. Au classement cumulé des deux manches, Guy Bertin devance Vincent Levieux de près de 12 secondes. Les deux Aprilia RSW 250 sont suivies de la Honda RS 250 de Grégory Kauffmann. Maxime Landry quant à lui devance Lancelot Unissart de seulement 2 dixièmes de seconde. En 250 SP, Claude Rochefort s’impose avec la 16e place au scratch, suivi comme son ombre par Philippe Moisan.

Dimanche, rebelote sur 14 tours avec le même podium. Et toujours avec la belle prestation (5e) de Cyril Guerinet dont les valves de la Yamaha 250 TZ ne fonctionnent pourtant toujours pas… De son côté, Jean-Paul Clément a été handicapé tout le week-end par un amortissement récalcitrant à la détente déficiente. Quant à Robert Buffalo, qui étrennait pour la 1ère fois sa Yamaha TZ 250 en lieu et place de son proto Aprilia à moteur FPE, termine à chaque fois 10e.

sur le circuit de Pau, le Klass GP Motoblouz

La bagarre était de mise à Pau.

Classement final du Klass GP – Motoblouz 2020

À cause de ses casses et deux résultats blancs à Valence, Guy Bertin laisse échapper le titre en 250 GP. Il cède son trône à Grégory Kauffmannn (Honda RS 250). Pas forcément le plus rapide mais il a réussi à se frayer un chemin vers le titre grâce à une régularité sans faille et une présence constante sur le podium de toutes les manches. « Mais les Aprilia de Guy et Vincent sont vraiment impossibles à suivre » admet le pilote de la n°19. L’Anglais Mark Henrys hérite de la dernière marche du podium final. Dans la catégorie 125 GP, Lancelot Unissart s’impose devant Tony Souidi suivi de Roland Lagoutte pour sa première saison. Enfin, Claude Rochefort s’impose au classement final des 250 SP devant Philippe Moisan et Jacques Morel.

La honda victorieuse au Klass GP Motoblouz - Pau Septembre 2020

La Honda RS 250 victorieuse de Grégory Kauffmann

Rendez-vous en 2021 pour une nouvelle saison. En attendant, tous les pilotes vous donnent rendez-vous au Salon du 2-roues 2021, du 18 au 21 février prochain. Une vaste exposition mettra en scène le paddock du Klass GP – Motoblouz.

Partagez cet article