Essai masque Scott Prospect roll-off 2018


Le masque Scott Prospect évolue ! Un an après son lancement, il bénéficie déjà d’améliorations destinées à le rendre encore plus performant sur le terrain. Il se trouve que depuis leurs sorties, j’avais fortement envie de tester ces lunettes cross. Pourquoi ? Parce que tous les experts de la silice optent pour elles… Il me fallait donc comprendre ce que la marque Scott offrait de plus que les autres. L’apparition de la version 2018 constitue l’occasion rêvée pour ça !

Champ de vision : Du grand angle ou rien !

C’est le sujet du moment pour tous les fabricants de masques cross : comment élargir le champ de vision du pilote ? Selon moi, c’est Oakley qui a lancé ce mouvement avec son célèbre Airbrake. Depuis, tous les fabricants débarquent avec leur version des faits, toujours enrichie d’innovations intéressantes.

Scott s’en sort méga bien avec ce masque Scott Prospect 2018. Le champ de vision est très large mais surtout, il le reste grâce à son film Roll-off de 50 mm (promis, je l’ai mesuré). D’où son nom : Works film system 50. Avec cette taille là, je pense que c’est le plus grand du marché.

Afin de continuer dans les nouveautés, Scott a aussi modifié le système de démontage de l’écran. Finis les classiques trous / nervures au bord de l’écran qui s’insèrent dans le masque. Le masque Scott Prospect dispose de quatre verrous (deux sur le haut du masque et deux sur le bas) afin de faciliter le changement, et de vraiment verrouiller l’écran. Alors oui, au début, on se demande un peu comment ça fonctionne. Mais une fois qu’on a compris le système, on gagne vraiment du temps. Attention toutefois : rien ne sert de forcer sur les systèmes de fermeture des boîtiers. Ils sont assez durs au début, mais en forçant ils pourraient casser.

Un Roll-Off de haute volée

Parlons peu, mais parlons bien. Je vous ai dit précédemment que le film Roll-off mesurait 50 mm. Mais ce n’est pas tout…

Le système Roll-off du masque Scott Prospect prend la place des pins Tear-offs de l’écran classique. Pour autant, les pins sont tout de même présents sur les boîtiers. Cela vous permet de faire le combo parfait, Roll-off / Tear-offs pour les courses de ligue boueuses. (Pour rappel, le Championnat de France des Sables n’autorise plus les Tear-offs #préservonslanature).

Autre chose d’ingénieux : les boîtiers Roll-off sont sous les barres de maintien du masque. Selon moi, cela leur assure plus de résistance. Il n’est pas rare de voir un boîtier Roll-off (souvent celui qui permet d’enrouler le film) pendre derrière un pilote au bout d’1h30 à l’Enduropale… Généralement, c’est dû à une chute, ou à certaines brutes qui tirent trop fort lorsque le film est collé par la pluie sur l’écran. Ici, on minimise le risque puisque cette barre se pose sur les boîtiers, lui assurant plus de résistance.

En parlant de pluie… Vous remarquerez sur les photos, la grille présente sous le film Roll-off. A quoi sert-elle ? C’est très simple, elle fait en sorte que le film ne reste pas collé sur l’écran en cas de pluie. Messieurs les brutes, plus besoin de forcer dessus ! Cette grille crée un léger rebord sur le haut, le bas ainsi qu’au milieu du film, afin que les points stratégiques du film ne soient pas en contact direct avec l’écran.

N.B. : pour l’anecdote, avant d’avoir un système de ce genre, il était courant d’utiliser du fil de pêche pour faire à peu près la même chose. Mais c’est beaucoup moins efficace.

Confort et maintien : Bien dans le coup !

Personnellement, je n’aime pas avoir du sable dans les yeux… Et je pense qu’on est tous d’accord sur ce point. Bien que le gabarit du masque Scott Prospect soit assez imposant, il s’est parfaitement adapté aux différents casques que j’ai pu tester. Alors oui, en fonction du casque, il y a un écart plus ou moins important entre le casque et le masque… Sur mon VFX, il n’y a presque pas d’écart, mais c’est en fait très agréable. Ça permet de créer une sorte d’étanchéité confortable grâce à laquelle rien ou presque ne passe entre les deux éléments.

Et pour assurer le maintien de ce masque, Scott a misé sur un bandeau plus large, avec deux bandes de grip silicone antidérapant à l’intérieur. C’est tellement bien pensé qu’on dirait presque que le bandeau se colle sur le casque.

Côté confort, l’écran est bien évidemment anti-buée. C’est un détail, mais lors d’une course d’endurance, c’est important. La buée apparaît souvent lorsque l’air ne circule pas dans le masque, comme en attendant le départ ou quand on se relève d’une petite chute. Mais ici, pas de souci (je ne vous dirais pas que je suis tombé pour essayer l’anti-buée…). À noter qu’une version spéciale Enduro du Scott Prospect 2018 est également prévue, avec un système antibuée encore plus sophistiqué.

Le masque Scott Prospect dispose aussi d’une mousse triple épaisseur. Un classique sur les masques haut de gamme, qu’il est toujours bon de rappeler !

Le starter pack du masque Scott Prospect 2018

On ne parle pas d’apéro, mais bien du pack de base de chez Scott. Pour l’achat d’un masque Scott Prospect Roll-off WFS 50, sont aussi livrés :

  • la housse de transport en microfibre, inévitable mais aussi pratique pour le transport que pour frotter l’écran,
  • 2 rouleaux de Roll-off (en cas de besoin, les rouleaux sont vendus par 6 ou 12),
  • le protège-nez amovible (déjà monté de base sur le masque).

Et si tu as déjà des Prospects, mais que tu veux les transformer en Roll-off, le kit WFS 50 est dispo. Il contient les 2 boîtiers, la grille anti-adhésion avec le mud flap ainsi que 5 rouleaux.

Confort d'utilisation9.6
Champ de vision10
Encombrement8.3
Montage / démontage9
Roll-Off10

Mon avis : Impressionnant !

Tout simplement impressionnant. Bien qu’assez imposant au début, le masque Scott Prospect WFS 50 se fait vite oublier grâce à son très grand champ de vision. L'ingénieux système roll-off saura vous satisfaire dans la boue comme dans le sable.
9.4

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Julien

Si je passe mes journées dans les bureaux de Motoblouz.com, le plus clair de mon temps libre est consacré au Mx ! Le sable est mon terrain de prédilection, les Yamaha celles qui mettent le feu à ma passion...