Essai bottes cross Sidi Crossfire 2 SRS


Les bottes cross Sidi Crossfire 2 SRS, elles commencent à être connues. Pour apporter une pierre constructive à l’édifice, je vous ai concocté un test longue durée, avec de vrais morceaux de vécu à l’intérieur !

Et par longue durée on peut même dire très longue durée : je roule avec ces bottes depuis plus de 5 ans et j’en suis à ma 3ème paire. Pas de panique, les deux précédentes se portent encore très bien et me servent aussi souvent que la petite dernière. Eh oui, si j’ai trois paires de Crossfire 2 SRS, c’est juste pour le style 🙂 Bien que la Sidi Crossfire SRS 3 soit sortie cette année (voir le test produit ici), la version 2 SRS reste un incontournable du marché qui vaut encore largement le détour.

Un design franchement réussi

Niveau design, la marque italienne a mis le paquet ! L’esthétique de la botte est canon, les finitions sont de très bonne qualité. On peut entre autre remarquer que la pointe de la botte ne présente pas l’embout en fer habituel mais plutôt un plastique résistant aux chocs. Un avantage quand on connaît la vitesse d’usure du modèle métallique…

A leur lancement, on pouvait reprocher aux Sidi Crossfire 2 SRS le manque d’originalité côté coloris. Ce n’est plus le cas. En plus des versions « classiques » (Noir, blanc, Noir/Blanc), la gamme SRS 2 se décline en noir/bleu, noir/vert ou même gris/jaune fluo. Au total, ce sont plus de 10 coloris différents que vous trouverez au catalogue, il y en aura donc pour tous les goûts.

Toutefois, pour avoir eu trois paires différentes, je vous conseille les modèles « multi-coloris ». Le modèle full-black à tendance à blanchir et demande beaucoup d’entretien. Petite astuce au passage : un peu de rénove-plastique sur un chiffon après lavage au Karcher leur redonne un bon coup de jeune. Attention, n’en mettez pas trop, sinon ça risque de glisser sous le sélecteur de vitesse !

Le confort, instantané

Un des avantages de cette botte, c’est la prise en main (ou en pied pour le mauvais jeu de mot). Dix ans en arrière, il fallait entre 1 et 5 heures de roulage pour « casser la botte ». La Crossfire SRS2 est souple dès les premières minutes grâce au système « dual Flex » de l’articulation de la cheville.

La botte est aussi assez fine et permet d’avoir le meilleur feeling possible avec le sélecteur. L’intérieur est très confortable, on se sentirait presque comme dans ses baskets, bien qu’on le rappel, il est interdit de rouler en basket 😛

SRS : La semelle remplaçable

SRS, c’est quoi ? C’est la désignation que porte les modèles haut de gamme de la marque. Les initiales signifient « Sole Replacement System », c’est à dire système de remplacement de la semelle, la particularité de cette gamme  : la semelle n’est pas collée mais vissée pour pouvoir être changées.

Oubliez donc le SAV, c’est vous le cordonnier !

Les semelles sont vendues séparément et démontables grâce aux vis quart-de-tour qui les fixent dans la botte. Oubliez donc le SAV, c’est vous le cordonnier ! De plus, La SRS 2 peut accueillir trois types de semelles différentes : une version tout-terrain (version de base sur la botte), une version Enduro (E1) plus épaisse, très résistante et avec un max de grip et une version supermotard (SMS). Il est conseillé (si vous roulez assez régulièrement) de changer de semelle entre chaque saison afin d’augmenter la durée de vie de la botte. Et n’oubliez pas de commander les vis de rechange en même temps que les semelles – mais attention, il y a deux types de vis.

Le seul petit défaut de cette semelle, c’est le premier changement sans expérience. « Il y a des vis : OK ! J’ai un tournevis : OK ! » Mais n’oublions pas que toute la saison vous avez usé vos repose-pieds (et pas sur du ¾ pointe), vous avez lavé vos bottes au Kärcher et donc les vis ont souffert et sont inutilisables. Votre tournevis ne sert donc pas pour le démontage de l’ancienne semelle… sauf peut-être pour faire levier et arracher les anciennes semelles !

Concrètement, glissez le tournevis entre la semelle et la botte, puis tirez et arrachez la semelle. De toute façon si vous la changez c’est qu’elle est déjà usée ! Une fois la semelle retirée, il sera alors plus simple de retirer les vis avec une pince afin de mettre la nouvelle.

La longévité, gros plus de Sidi Crossfire 2 SRS

Quand on dépasse 200€ pour une partie d’un équipement, on s’attend forcément à ce qu’il dure dans le temps. Et c’est le cas pour les Sidi Crossfire 2 SRS. En plus de la semelle, il est possible de changer presque toutes les pièces de cette paire de botte pour un prix raisonnable.

Onéreuses ? Pas tant que ça !

La Sidi Crossfire 2 SRS reste une botte haut de gamme, son prix est donc assez élevé bien qu’elle ne soit pas la plus onéreuse. En effet, elle reste moins cher que sa principale concurrente la TECH10. Et bien que les plus de 400 euros peuvent vous faire peur, dites-vous que cette botte est un investissement sur le long terme grâce à ses nombreuses pièces interchangeable qui rallongent considérablement sa durée de vie !

Confort9
Protection9
Look9.5
Finition9

Mon avis : La qualité à l’italienne

Certes, les bottes cross Sidi Crossfire 2 SRS ne sont pas données... Mais c'est le prix à payer pour s'équiper d'un matos confortable, fiable, protecteur et durable. Parce que grâce aux nombreux éléments remplaçables, et en particulier à leurs semelles, les Crossfire 2 vous accompagneront un bon moment sur les terrains !
9.1
Tags Crosssidi

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Julien

Si je passe mes journées dans les bureaux de Motoblouz.com, le plus clair de mon temps libre est consacré au Mx ! Le sable est mon terrain de prédilection, les Yamaha celles qui mettent le feu à ma passion...