Essai veste multi-saisons Ixon Crosstour HP


Crosstour. Un nom qui en dit long sur l’ambition d’Ixon avec cette veste, clairement orientée vers le voyage. Et pour cela, la marque bourguignonne a mis le paquet sur la polyvalence. La veste Ixon Crosstour HP se présente donc comme un équipement apte à traverser les saisons et engranger les kilomètres dans le plus grand confort. Une affirmation qui vend du rêve, non ? J’ai pu la mettre à l’épreuve dans toutes les conditions météos imaginable et sur longs et courts trajets. Et je dois dire qu’elle répond bien à ce cahier des charges, même si elle a certains travers irritants à l’usage.

Hiver et printemps : Check !

L’essai a débuté courant novembre. Même si le froid a tardé à s’installer en fin d’année passée, j’ai quand même fini par trouver quelques journées bien glaciales pour voir si la doublure isolante jouait bien son rôle. Rien à redire, c’est du bon matos : la doublure intégrale matelassée vous tiendra chaud sur le long terme – sachant que je teste les vestes en t-shirt. En revanche, n’oubliez pas votre tour de cou, parce que le col de la veste Ixon Crosstour HP est super short !

J’ai bien aimé la présence de tissu à grosses mailles sous les aisselles pour limiter la sudation quand le thermomètre remonte un peu. Et puis sa finition laisse rêveuse pour une couche cachée du regard 99% du temps : surimpressions satinées, passepoils gris du plus bel effet assorti au zip de montage sur le blouson… C’est donc ça la beauté intérieure ? De manière générale, Ixon a soigné le design et la fabrication, parce que la veste en elle-même ne manque pas de charme, comme vous pourrez le constater dans la galerie photo !

Les averses successives n’ont pas laissé mon t-shirt en coton s’orner de jolies auréoles plus sombres

Même constat flatteur sous la pluie. Les averses successives n’ont pas laissé mon t-shirt en coton s’orner de jolies auréoles plus sombres. Et croyez moi, quand on circule longtemps, une veste qui finit par prendre l’eau, c’est un facteur éliminatoire !

Au vu de la conception 3 en 1 de la veste Ixon Crosstour HP, vous pouvez retirer les deux doublure indépendamment. Leur montage à l’intérieur de la veste est aisé, chacune étant fixée par un seul zip périphérique, et que la doublure hiver se zippe sur la doublure pluie. Au bout des manches, la mise en place par bouton demande un peu plus de doigté, mais on prend vite le coup de main.

L’été avec la veste Ixon Crosstour HP

Si jamais vous retirez les deux doublures de la veste, vous entrez en configuration estivale. Et vous pouvez donc profiter du Air Flow Process, le système de rafraîchissement de la veste Crosstour HP. C’est le nom pompeux donné aux six zips de ventilation, enfin huit si on considère que chaque ouverture dans le dos est scindée en deux zips.

Il faut reconnaître que ces ouvertures sont plutôt imposantes. C’est donc avec une certaine surprise matinée de déception que j’ai constaté que le flux d’air à pénétrer la veste était du genre timide. Pas assez pour vraiment me rafraîchir quand le thermomètre dépasse les 25°C en tout cas. Et pourtant, depuis ma petit glissade (j’y reviens plus bas !), ma BM’ n’a plus de saute vent. Ce qui devrait constituer un surplus de pression d’air passe donc inaperçu.

Le système est cependant élaboré : Ixon a prévu quatre grands zips à l’avant, avec des pattes pression à l’intérieur pour les garder bien ouverts. Quand on roule, on dirait que l’effet inverse se produit : le zip ne peut s’ouvrir assez pour capter assez de courant d’air… Ou alors est-ce la doublure fixe interne qui constitue un écran trop hermétique ?

Pratique si vous avez trois mains

Ajoutez à cela la difficulté à manipuler ces zips (je ne parle pas de ceux disposés dans le dos), et vous comprendrez que le Air Flow Process m’a laissé sur ma faim. Je vous mets au défi de refermer les zips disposés sur les avant-bras si vous sentez la température baisser ! Sans s’arrêter et enlever un gant pour retirer la pression interne, c’est quasi mission impossible.

Et ce n’est hélas pas la seule opération qui fera pester les moins patients. Les pattes de serrage qui permettent de moduler le volume des biceps quand on enlève/ajoute les doublures s’avèrent du même acabit : impossible d’ajuster le volume quand on porte le blouson, sauf si la nature vous a doté de trois mains. Une manip’ à effectuer au moment même où vous retirez les doublures, quoi.

Poches grand volume et réglages, Ixon voit large

Par chance, les autres systèmes de réglage font appel au très intuitif velcro. Parfait pour un bras cassé comme moi ! Et fichtre qu’ils sont nombreux, ces réglages :

  • Pattes velcro pour ajuster le tour du poignet
  • Patte pression pour régler l’avant-bras
  • Bande avec passant pour le tour de biceps
  • Grandes pattes de part et d’autre de la taille
  • petites pattes velcro au bas de la veste
  • Patte velcro pour moduler le tour du cou

Même pour une veste 3 en 1, qui nécessite plus d’ajustements pour pallier au retrait des doublures, c’est un record.

Il en va de même pour les poches, dont la Ixon Crosstour HP est généreusement dotée. De quoi y perdre ses clés ! La plus imposante, disposée en bas du dos, accueille pénard un carnet format A5 (ou un paquet de feuilles A4 plié en deux si ça vous parle plus). Attention, quand même, elle n’est pas signalée comme « Waterproof » par Ixon.

HP comme Haute Protection

Autre bon point pour la veste Ixon Crosstour HP son penchant pour la sécurité. La veste routière se révèle en effet certifiée en tant qu’EPI. Cela signifie que ses capacités à vous protéger ont été vérifiées par un laboratoire indépendant. Vous êtes ainsi assuré qu’elle tiendra le coup contre l’abrasion la perforation, les chocs, etc. Elle affiche un logo CE qui atteste de cet état de fait (comme pour les gants moto).

Vous faites peut-être partie de ceux que de simples logos peinent à convaincre… Vous avez de la chance : j’ai eu l’occasion de tester concrètement la résistance à l’abrasion du Noxiguard, le textile qui entre dans la fabrication de la Crosstour HP ! Une glissade de plusieurs mètres a mis à rude épreuve ce matériau synthétique sur le pantalon de cet ensemble (lire mon essai du pantalon Ixon Crosstour). Taillé dans du Riplan, le même tissu que les coudes de la veste, le genou gauche est celui qui a le plus subi les affres de la gamelle. Au final, Il se montre simplement râpé visuellement. Une zone de quelques centimètres carrés sur la hanche a percé sans que trou atteigne la doublure interne.

Le genou gauche est celui qui a le plus subi les affres de la gamelle. Au final, Il se montre simplement râpé visuellement !

Les coques anti-choc ont assuré elles aussi. La bonne nouvelle, c’est que les renforts YF Protector de la veste offrent un amortissement supérieur à ceux du pantalon puisqu’ils répondent à la norme EN 1621-1:2012 de niveau 2 (contre le niveau 1 pour les Safe Tech du pantalon). Pour autant, soyez tranquille, ces coques présentent une bonne souplesse.

Bref, plutôt rassurante la veste Ixon Crosstour HP !

Pas de dorsale, et alors ?

Si comme moi pour multipliez la consultation des avis produits avant de vous décider à acheter, il ne vous aura pas échappé que l’absence de dorsale dans la dotation de série (il s’agit d’une option #TraduisonsLes) reste un reproche souvent formulé à l’encontre de la veste Ixon Crosstour HP. Placez vous du côté de ceux qui disposent déjà d’une dorsale, héritée d’un ancien blouson par exemple, et vous comprendrez que payer plusieurs dizaines d’euros en plus pour un accessoire qui fera double emploi a de quoi décevoir. Pour moi, ce reproche n’a pas vraiment lieu d’être.

Moi qui ne sors pas sans ma dorsale à bretelle, je fais partie de ceux-là. Et puis rares sont les modèles, même parmi les haut de gamme, à être livrés avec une dorsale.

Cela étant dit, il me semble indispensable d’en mettre une, tant elle se fait oublier et que les gains sont conséquents « le jour où »… Si cette veste est votre premier équipement, ne lésinez pas. Plus d’info à ce sujet dans notre guide d’achat dorsale moto !

Confort8.5
Agrément thermique6.9
Étanchéité9
Aspects pratiques8
Finition9

Mon avis : Une veste polyvalente mais à apprivoiser

Comprenez par là que la veste Ixon Crosstour vous protégera tout au long de l'année (des intempéries et des éventuelles gamelles) si vous acceptez d'apprendre à dompter ses zips, ses pattes de serrage et autres fermetures. Pratique, propre et bien finie, elle saura se montrer sous son meilleur jour quand vous la connaîtrez comme votre poche et que vous saurez la customiser selon vos besoins du moment les yeux fermés. À mon sens, les seules vraies réserves à émettre concernent son usage au plus chaud de l'été, où la ventilation avouera ses limites. À vous de voir si c'est un vrai handicap pour votre utilisation !
8.3

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.