Essai du blouson Helstons Randall


La marque Helstons, j’en ai beaucoup entendu parlé, mais je n’ai jamais eu l’occasion de l’essayer. Pourtant je dois l’avouer, le look néo-rétro de leurs produits ne me laisse pas indifférent. Aujourd’hui, je passe enfin le cap en m’attaquant au blouson Helstons Randall. On sort le casque Jet, on démarre le V-Twin, et c’est parti pour un ride purement néo-rétro.

Helstons ? La classe dans les moindres détails

Bon déjà de base, le cuir, c’est classe. Mais ici, la firme française n’a pas fait les choses à moitié… Le cuir bovin est léger : 0,9 mm à 1,1 mm d’épaisseur. Puis pour avoir son aspect bi-ton, le cuir a été lavé et ciré. Au final, on se retrouve avec un cuir à l’aspect fripé / froissé, mais lisse et super doux. Du pur vintage ma p’tite dame ! Le rendu final est inégal par endroit, et ça donne un léger ton usé. J’adore… Deux badges tissés se trouvent sur chaque manche. S’ils me laissent dans l’indifférence absolue, ils renforcent clairement le côté rétro.

Trois coloris au choix…

Les goûts et les couleurs, l’éternel débat… Pour satisfaire tout le monde, la marque propose son blouson Helstons Randall en trois couleurs : totalement noir, noir/beige et enfin Camel/Noir.

Trouvant le noir un petit peu trop brillant sur le visuel, j’ai opté pour le changement : ce sera Camel/Noir !

… ou en version textile

Si la version cuir ne vous convainc pas, ou que malheureusement votre budget vous limite dans vos choix, Helstons propose le blouson Helstons Randall en version textile.

La classe à porter

On enfile presque religieusement cette belle bête. Quelle satisfaction, la taille choisie convient parfaitement à ma carrure. La finition est parfaite, la coupe est nickel. Les manches sont suffisamment longues et m’arrivent juste après le poignet. La réaction de l’entourage est unanime : « wow, classe le blouson ». Les fermetures YKK n’accrochent pas et les tirettes sont suffisamment longues pour être manipulées avec des gants. Les manches sont zippées pour faciliter l’enfilage, et ces dernières sont réglables sur deux niveaux. Moi-même, avec mes bras d’allumette, je dois opter pour le réglage le plus large. Le réglage le plus fin est quasi inatteignable et génère un pli très inconfortable. En résumé, il ne sert à rien…

Enfin, des pattes de serrage latérales permettent d’adapter le blouson Helstons Randall à votre morphologie sur deux niveaux.

Des poches, des poches et encore des poches

Et bien des poches, le blouson Helstons Randall en compte au total huit, et elles sont bien grandes.

  • Quatre poches extérieures
  • Deux poches intérieures
  • Deux autres sur le gilet amovible

On peut aisément y ranger son smartphone, son portefeuille, les papiers de la bécane et, vue la taille des poches, là il n’est plus question de paquet de clopes mais de tubes à cigares… Un GPS et j’en passe.

Petit point agréable : les doublures des poches externes sont de type Polar. C’est doux, c’est chaud, je kiffe

Conditions d’essai du blouson Helstons Randall

Pour réaliser cet essai, j’ai parcouru 490 kilomètres dont 50 sur autoroute, 280 sur nationale et 160 en ville, sur une plage de température allant de -3°c à 12°c.

La classe sous la pluie

On ne va pas se mentir, le cuir n’est pas la meilleure protection contre les éléments, notamment contre la pluie. Le blouson Helstons Randall est ainsi équipé d’une membrane étanche et respirante. Le nom de cette membrane ? On ne sait pas. Il faut avouer que chez Helstons, ils ne cherchent pas à vendre leurs produits à coup de « ® » dans la dénomination commerciale.

Mais cette membrane inconnue est-elle efficace ? Et bien la firme française a le mérite d’être honnête sur ses produits et ça, RESPECT ! Une étiquette précise, je cite : « Ce vêtement est conçu pour vous assurer une protection contre la pluie. Néanmoins, des passages naturels existent (poches, cou, poignets, zips et certaines coutures). Pour une protection pluie totale, l’usage d’une surveste pluie 100 % waterproof est recommandé ». A bon entendeur !

Concrètement, j’ai ramassé une très vilaine averse sur 30 km d’autoroute et je suis resté sec. Mais pas ce qui était dans les poches sur le torse.

La classe en toute sécurité

Pour protéger son porteur, le blouson Helstons Randall est homologué en tant qu’EPI de niveau 1, selon la norme 2016/425. Il est livré avec des protections d’épaules, de coudes et une dorsale. La dorsale est homologuée selon la norme EN1621-2 de niveau 1, par contre les protections de coudes et d’épaules sont homologuées selon la même norme mais en niveau 2.

La marque choisie pour ces protections est Smooth Ways, une société pakistanaise qui conçoit ses produits en partenariat avec la firme allemande BASF. Au toucher, le matériau est très similaire au D3O.

Le blouson Helstons Randall possède également une doublure résistante à l’abrasion et aux brûlures recouvrant à la fois le corps et les bras, composée à 65 % de coton et à 35 % de polyester.

La classe par températures basses

En lisant sur la fiche produit que la doublure hiver est un gilet sans manche (qui peut être porté séparément), j’en ai eu un frisson… Alors je pense qu’il y a eu une petite erreur de rédaction chez Helstons car la doublure est un gilet avec manches, et je n’irais pas la porter séparément… Mais franchement, FRANCHEMENT, quel confort thermique cette doublure !

Du coup, pour voir si l’efficacité venait de la doublure, je l’ai retirée pour un trajet sur 20 km de nationale par 10°c. Sans elle j’ai eu plutôt froid.

Le secret ? Cette doublure contient de l’aluminium, un peu comme les isolants minces que l’on retrouve dans le bâtiment. Pour assurer son maintien, elle est reliée sur la partie corps par une fermeture à glissière YKK. Et deux solides boutons par manche permettent d’éviter que les manches justement ne se fassent la malle quand vous retirez le blouson. Je dois avouer qu’ils sont très efficaces.

Et surtout : la classe en roulant

Être beau et classe, c’est chouette, mais il faut rester confortable du premier au dernier kilomètre. Et confortable, il l’est ce blouson Helstons Randall. Dès la première utilisation, le cuir se montre souple et le blouson se laisse porter naturellement. On ne le sent quasiment pas, et il ne gêne en rien la conduite. Bref, ce qu’on attend d’un blouson quoi… Le seul reproche à faire au pilotage vient de la largeur de la manche qui rend compliqué voire empêche de passer la manchette des gants au-dessus.

Confort à l’arrêt

Et bien oui, parfois il faut savoir s’arrêter. Le blouson Helstons Randall sort alors ses atouts et montre aussi ses défauts. Il ne laisse pas indifférent, et même s’il fait clairement cuir de motard, les protections sont invisibles.

Par contre, il y a un gros point noir : la poche de la dorsale. Je m’explique : vous avez roulé, vous vous posez dans un café, et la fermeture à glissière de la poche de dorsale cause une grosse gêne le long de votre colonne vertébrale quand vous êtes appuyé au dossier du fauteuil. Ne pas vouloir faire comme la concurrence, ok, mais si la plupart des autres marques proposent une poche à ouverture transversale qui se ferme via une bande type velcro, ça n’est pas pour rien… Et alors en voiture, je ne vous raconte pas… je suis vraiment déçu !

Confort3.5
Etanchéité4
Finition5
Coupe3.5
Sécurité3.8
Agrément thermique5

Mon avis : honnêtement, j’adore ce blouson !

Le look, les poches nombreuses et de bonne contenance, l’excellente finition. L’étanchéité correcte, la doublure hiver hyper efficace. La perfection n’existant pas, la poche de dorsale est désagréable au possible à l’arrêt, et le diamètre de manche trop large empêche de mettre convenablement les gants. Si ces deux derniers points ne vous chagrinent pas, foncez…
4.2

Partagez cet article

Gab

Moi c'est Gab', depuis que j'ai obtenu le précieux sésame en 2013, je roule sur mon Sportster pour déambuler sur les boulevards et plus récemment mon Africa Twin pour affronter les conditions climatiques hostiles ou pour rider vers d'autres horizons. Egalement cycliste et parfois automobiliste, je prône le partage, la responsabilité et la sagesse collective sur la route. Quoiqu'il en soit, je recherche l'équipement sachant allier style, efficacité et protection.