Essai du gilet Airbag Bering C-PROTECT Air


Bering revient à la charge avec un airbag moto à déclenchement par câble, plus simple, plus accessible, et tout aussi efficace que son premier modèle autonome : le gilet airbag Bering C-PROTECT Air. J’ai eu la chance de le tester pendant un mois sur 2 500 km environ. Voyons ce qu’il a dans le ventre !

Qualité de fabrication signée Bering

Si vous ne connaissez pas la marque Bering, il faut dire que c’est une société française qui s’est fait une spécialité dans la protection du motard. Cet airbag n’est d’ailleurs pas leur coup d’essai… Il y a quelques années déjà, Bering proposait un modèle électronique, le Protect Air.

Société française oblige, le gilet airbag Bering C-PROTECT Air profite d’une création et d’une conception française qui n’appelle aucun reproche. Il a d’ailleurs été fabriqué dans du Softshell, matériau très doux qui permet au gilet d’être très agréable à porter. Soufflets d’aisance bien finis, coutures propres : la qualité Bering est bien là.

Le gilet airbag Bering est équipé de deux poches, situées de part et d’autre de la poitrine. Elles vous permettent d’embarquer tous les éléments indispensables à votre balade (portefeuille, clés, etc.). Mais attention : pas d’objet pointu… Petit plus : ce gilet airbag dispose aussi d’une dorsale, certifiée CE, de niveau 1 complémentaire à l’airbag, qui accroît ainsi votre protection. Et des inserts rétro réfléchissants assurent une bonne visibilité à la nuit tombée.

Et l’airbag, que vaut-il ?

Le gilet airbag Bering C-PROTECT Air, contrairement à son prédécesseur, est un gilet à déclenchement par câble. Pour faire simple : en cas d’accident, le déclencheur (intégré au gilet) vient toucher la cartouche de gaz qui va rapidement se gonfler et protéger le motard. Il met environ 0,1 seconde à gonfler… Donc c’est vraiment instantané. Le gilet protège le motard sur l’ensemble du buste, l’abdomen et le torse, la nuque et toute la colonne vertébrale jusque dans le bas du dos. On se sent vraiment entre de bonnes mains (ou de bons airbags). Le gilet airbag Bering profite ainsi de la certification CE au CRITT, et de 2 étoiles au SRA. Preuves d’un niveau de sécurité très élevé.

Petites précisions : le C-PROTECT Air vous protège vraiment si vous êtes projeté. Si vous êtes collé à la moto dans la chute, le câble de déclenchement ne peut être tendu, et donc déclenché. Celui-ci ne se déclenche qu’en cas de projection donc suite à un choc violent contre un autre véhicule ou contre un obstacle fixe.

Un gilet qui sait se faire discret…

Au moment de l’enfilage d’abord, tout se fait très simplement. Le gilet profite de grandes ouvertures qui vous permettent de l’enfiler facilement, même avec votre blouson de moto. Deux soufflets d’aisance, sur les côtés, permettent en plus au gilet de s’adapter à votre morphologie et à tous vos équipements. Il se ferme grâce à une fermeture éclair, qui peut être utilisée avec ou sans gants.

Une fois sur votre dos, vous devrez l’équiper à votre moto. Bon, là encore, ça se fait assez facilement :

  1. On positionne la sangle d’attache à la moto, et on l’attache bien (par exemple à une barre du cadre),
  2. Puis on clipse le mousqueton du gilet à la sangle.

Une fois sur les routes, le gilet airbag Bering sait se faire discret. D’abord, il ne pèse que 1,3 kg. Plutôt à son avantage. On ne le sent pas vraiment, voire on l’oublie complètement avec le temps. Petit plus : sa texture Softshell est vraiment agréable, et tient limite chaud en hiver (qu’est-ce que cela va donner en été ? A voir).

Sauf en cas de choc : j’ai fait le test !

Passons maintenant à ce qui nous intéresse vraiment : que vaut le gilet airbag Bering C-PROTECT Air en cas de choc ? J’avais plusieurs cartouches de gaz, ce qui m’a permis de tester le gilet 2 fois.

D’abord, au moment du gonflement, j’étais assez surpris de découvrir que les chambres se gonflent très fort d’un coup, sans pour autant être « désagréables ». J’ai simplement senti quelque chose de mou et d’absorbant se gonfler tout autour de moi.

Pour le premier test, j’ai demandé à Monsieur Marcin (le bourreau dans l’histoire) de me taper littéralement dessus avec une batte de Baseball pour tester l’absorption du gilet des chocs. Résultat, malgré toute la force envoyée par Monsieur Marcin sur mon buste, je n’ai absolument rien senti ! Bien sûr, quelques mouvements, mais aucune douleur ni aucune gêne. Le résultat est positif, et surprenant, le gilet airbag Bering absorbe vraiment bien les chocs.

Pour le deuxième test, Monsieur Marcin m’a fait « tomber » d’un muret de 40 cm de haut environ, pour vérifier la protection du gilet en cas de chute. Notamment au niveau de la nuque et de la tête. Résultat : le casque ne vient pas toucher le sol. La nuque est vraiment bien protégée et surélevée grâce aux chambres à air. La sensation n’est là encore pas désagréable du tout, puisque j’avais plutôt l’impression de tomber sur mon lit… Clairement, les tests se sont avérés très positifs par rapport aux propos de Bering sur la protection du gilet. Il protège buste, nuque, dos… On est vraiment en sécurité.

Le reconditionnement, comment ça se passe ?

Là encore, c’est très simple. En cas de gonflement, pas besoin de repasser par un revendeur agréé ou autre. On peut le faire simplement par soi-même. Tous les éléments sont en plus dispo au moment de la livraison. Il suffit juste d’acheter une nouvelle cartouche de gaz, qui coûte environ 25 €. Pour le reconditionnement, il suffira :

  • de dévisser avec la clé fournie le système du déclencheur,
  • d’insérer la bille du câble de déclenchement,
  • de revisser le système du déclencheur,
  • de visser la nouvelle bonbonne de gaz,
  • et enfin de fermer le tout !

Simple, et efficace. Tout se fait à l’aise sans avoir à toucher les sacs remplis d’air : ils se replacent tout seul.

Ma conclusion sur le gilet Airbag Bering

Avec un prix public à moins de 400 €, le gilet airbag Bering est à la fois le plus protecteur et le moins cher dans cette gamme. Autre avantage, il se veut vraiment discret et léger. On ne le sent pas au moment de la conduite, ce qui ne change rien finalement à votre confort. En ville ou en balade, vous pouvez même ranger le câble dans le gilet pour encore plus de discrétion.

Bon, il n’est quand même pas parfait, et présente quelques inconvénients. Les deux poches d’abord… Et le fait d’ailleurs de perdre la praticité de vos propres poches de blouson. Bering conseille de ne pas placer des objets pointus ou qui risqueraient de percer les airbags. Oubliez aussi l’idée de porter un sac à dos. Et enfin, à noter également, le manque d’aération.

Malgré ces quelques inconvénients, le gilet airbag Bering C-PROTECT Air procure une protection sans équivoque. Que l’on roule en ville, sur départementale ou sur autoroute. Surtout, il vous sauvera sûrement la vie en cas d’accident. Je me permets de le dire car j’ai pu lire sur différents forums, et à plusieurs reprises ces dernières années, des témoignages de motards affirmant que sans leur gilet, ils ne seraient plus là pour témoigner. Que ces gilets airbag leur avaient vraiment sauvé la vie.

Malgré toutes ces histoires, frappantes voire émouvantes, je n’avais jamais sauté le pas… Le prix me freinait littéralement. Mais avec le gilet airbag Bering à un peu moins de 400 €, la question de l’investissement se pose clairement moins ! Alors, je ne peux que vous le conseiller. Et bravo à Bering qui va permettre ainsi à plus de motards de s’équiper d’un airbag.

Protection4.5
Confort4.5
Ergonomie4
Aspects pratiques3
Mise en place4.5
Reconditionnement4.5

Mon avis : Le plus protecteur et le moins cher

Avec un prix public à moins de 400 €, le gilet airbag Bering est à la fois le plus protecteur et le moins cher dans cette gamme. Autre avantage, il se veut vraiment discret et léger. Reste que comme ses concurrents, malgré ses deux poches, il condamne les poches de votre blouson et vous interdit tout sac à dos ainsi que le transport d'objets pointus. Mais il vous sauvera sûrement la vie en cas d’accident, alors difficile de lui en tenir rigueur...
4.15

Partagez cet article

Mr iMattheus

Motard roule toujours, tous les jours, en Triumph Tiger Explorer XCX sur le bitume et en Yamaha XT660Z Ténéré sur les chemins. Amateur de routes qui salissent les motos mais aussi Triumph fanboy sur les bords. J'adore tester de l'équipement moto ; le tout mis en scène dans des vidéos de bonne qualité :-)