Essai dorsale Tryonic Feel 3.7


Quand on devient motard, on investit tous dans un casque, des gants, une veste, mais sommes-nous suffisamment protégés ? Les motards sont aujourd’hui de plus en plus sensibles à leur sécurité. Pourtant, rares sont ceux qui s’équipent d’une réelle protection dorsale telle que la Dorsale Tryonic Feel 3.7. Protection à même de les prévenir d’une paralysie voire de leur sauver la vie.

Une coupe ergonomique et protectrice

J’ai toujours été sceptique quant à la protection que m’assurait la « plaque dorsale » intégrée et vendue avec ma veste de moto. Vous savez la mousse moelleuse, souple et peu couvrante que l’on a tous eue…

Je n’ai pas été déçue lorsque j’ai découvert la dorsale de la marque Tryonic spécialisée dans les protections pour les deux roues et pour les sports d’hiver. La Dorsale Tryonic Feel 3.7 est plus grande, rigide, mais articulée et légère ! Elle s’enfile facilement grâce à ses deux bretelles et son velcro ventral tous deux ajustables. Premier constat, sa légèreté. Elle ne pèse que 685 grammes en taille S, c’est simple, je ne la sens même plus après quelques minutes.

Pour ce qui est de ses mensurations et notamment de son épaisseur, j’ai eu l’occasion de la tester en hiver. C’est-à-dire avec la contrainte supplémentaire de pouvoir la faire tenir sous une veste cintrée, alors que je porte déjà plusieurs épaisseurs. J’ai donc remplacé ma dorsale d’origine par la Tryonic Feel 3.7. Elle s’intègre parfaitement sous mon blouson, en hauteur comme en largeur.

Une légère « bosse » sur la partie supérieure de la protection est toutefois à noter, mais d’un point de vue esthétique uniquement. La plaque y est en effet plus épaisse, mais ne dérange pas plus qu’une dorsale intégrée. Pour ce qui est de la longueur, on ne perd aucune liberté de mouvement. La dorsale ne vient en aucun cas buter contre le casque ou dépasser dans le bas du dos. Pour autant, lorsque je monte sur ma moto, il arrive que celle-ci vienne se prendre dans mon pantalon qui est à même hauteur. Il me suffit de la repositionner par-dessus pour éviter qu’elle ne gêne.

La dorsale Tryonic Feel 3.7, un sans-faute niveau ergonomie !

J’ai suivi les recommandations de Motoblouz indiquant qu’il était préférable pour les personnes de moins d’1m60 comme moi, de choisir la taille S. La dorsale est exactement adaptée à ma taille et à ma morphologie. À l’exception des vertèbres, du coccyx et des épaules, celle-ci épouse et protège ainsi l’ensemble de mon dos et de ma colonne vertébrale.

Comme avec la plupart des autres dorsales à bretelles, la force de l’impact est répartie sur une vaste zone mais non sur la totalité du dos. C’est en cela qu’on la distingue des gilets de protection, qui eux intègrent généralement des renforts aux épaules, poitrine et coudes pour plus de sécurité mais plus de contrainte (ils s’enfilent comme un vêtement).

Lorsque l’on investit dans un équipement moto, il est question de protection mais aussi de confort. C’est en effet celui-ci qui primera au quotidien. Celui-ci même qui déterminera si oui ou non vous portez votre équipement le jour d’un éventuel accident. Malgré sa vaste zone de couverture, la dorsale Tryonic Feel 3.7 se fait rapidement oublier grâce à un double système de serrage et d’articulation.

À moto comme à pied, la liberté de mouvement est donc absolue. Je peux tourner la tête, le buste et me pencher sans ressentir la moindre gêne. C’est comme si je portais un petit sac à dos, vide. Il n’y a qu’à l’ajuster et la positionner.

Des réglages rapides à effectuer lors de la première utilisation.

La Dorsale bénéficie du système de fermeture Tryonic Custom Fit (T.C.F) qui fonctionne en deux temps. Tout d’abord, la Feel 3.7 s’ajuste de façon approximative grâce à deux larges velcros latéraux qui se rejoignent pour constituer une ceinture abdominale adaptable à toutes les morphologies. Ensuite, elle est plaquée contre le dos via des bandes élastiques que l’on vient rattacher, de chaque côté, à la ceinture.

La fixation des bandes élastiques latérales ne change pas d’une fois sur l’autre. La dorsale peut donc être enfilée et retirée aisément en décrochant simplement le velcro. L’ajustement n’a donc lieu qu’à la première utilisation. Un sacré plus lorsque l’on a envie de partir vite pour une virée à moto. On enfile les bretelles, serre la ceinture et c’est parti ! Attention toutefois à la laisser relativement lâche, pour ne pas qu’elle appuie trop sur votre ventre en position assise, mais pour autant suffisamment maintenue par souci de confort et de protection.

Pour ce qui est du velcro, celui-ci s’avère être facilement ajustable et doux. Il ne se prend donc pas dans les vêtements et ne semble pas s’abîmer après un mois d’utilisation quotidienne.  Toutefois, en cas de besoin, un velcro de rechange est fourni avec la dorsale. Une fois ajustée, d’un point de vue confort, la Dorsale Tryonic Feel 3.7 est à la hauteur de sa réputation.

Liberté de mouvement…

Son poids, sa taille, son système d’ajustement mais aussi et surtout son système innovant d’articulation font de la Dorsale Tryonic Feel 3.7, une protection ergonomique d’exception ! Il s’agit du système d’articulation Tyronic Vertebra composé de polyuréthane thermoplastique injecté, d’un principe bien différent de celui qui équipe la dorsale Dainese Manis D-1, mais pour un résultat proche. Celui-ci permet à la dorsale d’épouser parfaitement les courbes de mon dos. Ainsi, la dorsale me suit dans l’ensemble de mes mouvements : lorsque je suis légèrement penchée sur ma moto, lorsque je m’incline dans les virages ou lorsque je pivote légèrement pour contrôler les angles morts. La liberté de mouvements et notamment des mouvements latéraux est donc absolue.

Pour ce qui est du confort thermique, je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de porter la dorsale par des températures supérieures à 15 degrés. Malgré cela, lorsque l’on jette un œil à la Dorsale Tryonic Feel 3. 7, il semble qu’une fois de plus, celle-ci est bel et bien portée sur le détail. D’un point de vue thermique en effet, trois zones différentes et complémentaires participent à réduire la température du corps.

… et bonne respirabilité

Le revêtement interne en Coolmax stretch correspond à une zone maillée et élastique d’aération. À la différence d’un tissu opaque et rigide, celui-ci s’adapte parfaitement à la morphologie du dos et permet à celui-ci de respirer. Seul le contour de la coque entre en contact direct avec le dos du motard. Le reste de la protection est quant à lui surélevé. Il existe donc au milieu de la protection un espace libre entre le revêtement interne et la coque. Une zone tampon où l’air peut circuler librement. En cas de hautes températures ou d’effort, la transpiration aura donc plus facilement tendance à s’évaporer via les canaux de ventilation se trouvant dans la couche externe.

Pour ce qui est de la ceinture abdominale, je pense qu’il est préférable de ne pas trop la serrer. N’étant donc pas plaquée contre le ventre, cette zone sera plus à même de respirer. Quel que soit la conduite que vous adoptez, votre morphologie ou le temps qu’il fait, une fois ajustée, la dorsale offre un confort d’exception. C’est simple, tout ce que je ressens, c’est un sentiment de sécurité.

La Dorsale Tryonic Feel 3.7, la garantie d’une protection d’exception

Au même titre que le blouson, les bottes et le pantalon de moto, la dorsale n’est pas obligatoire sur les routes françaises. Elle est pourtant la protection indispensable contre les lésions de la colonne vertébrale ! Véritable produit d’exception, la Dorsale Tryonic Feel 3.7 garantit une capacité d’absorption d’énergie bien au-delà des prérogatives européennes.

Cette protection CE niveau 2 est en effet constituée de polypropylène épais gainant une âme en polystyrène expansé lui permettant d’atteindre aisément le niveau de protection maximum de la norme EN 1621-2. Le nom « 3.7 » vient des 3,7 kN (Newton). C’est-à-dire de la force retransmise au motard lors des tests d’homologation. À titre indicatif, pour être homologuée, la dorsale doit transmettre moins de 9 kN (par cm²) d’énergie lorsqu’elle  est percutée par une masse de 5 kg lâchée d’une hauteur de 1 mètre. Là où la plupart des dorsales actuelles se situent entre 6 et 8kN, la Dorsale Tryonic Feel 3.7 fait elle office de référence avec 3,7 kN sur la zone centrale.

Merci à Nawïs pour les photos

Ergonomie 9.5
Confort 9.5
Protection 9
Finitions9
Articulation 9

Mon avis : Une référence en matière de sécurité

La Dorsale Tryonic Feel 3.7. est définitivement à la hauteur de sa réputation. Ergonomique, confortable et légère, je ne m’en sépare plus ! Cette dorsale qui fait aujourd’hui figure de référence en matière de sécurité, pourrait bien vous sauver la vie, le tout, à petit prix.
9.2

Partagez cet article

facebook-profile-picture

Laura

Passionnée de moto depuis l’adolescence, c’est à Sydney que j’ai réalisé mon rêve de passer mon permis et acheter ma première moto. Une semaine plus tard j’étais déjà sur les routes à la découverte de ce magnifique pays ! Début 2016, mon amie Audrey et moi-même décidions de rentrer en France au guidon de nos petites Honda VTR 250 et parcourir ainsi 22 pays. Nous avons malheureusement dû écourter le road trip en raison d’un accident de la circulation, mais ce n’est que partie remise, je compte bien repartir à l’aventure dès que possible !

  • Bonjour,

    j’ai une Tryonic depuis 3 ans environ.
    Parfaite à une exception : les velcro ne tiennent plus et ceci dès la première année :-(. Je les ai déplacé, tournés etc… pour le moment je m’en sors mais ensuite ?

    Dommage mais pas de regret quand même.

    • Pluz21

      La même chose pour moi, le velcro ne tient plus dans un sens, j’ai du inverser la bande. C’est également arrivé apres la premiere année d’utilisation, et 15 000km a peu près.

      • Chupito

        Pour les velcros effectivement ils tiennent pas dans le temps au prix de la dorsale c’est dommage…
        En revanche il me semblais avoir vu les bandes vendu séparément pour les changer.

        J’avais aussi eu, sur ma première Tryonic, le caoutchouc qui se sont déchiré mais un peu de couture règle le problème.

  • Chupito

    Ca fait 5 ans que je roule avec une Tryonic feel 3.7, j’en ai eu deux.
    Elle est excelente,et protège vraiment bien le dos (testé et approuvé malheureusement).
    Mais comme tout casque qui prend un choc, après mon accident ou je suis retombé à plat dos j’ai du la changer.
    Etant composé d’une espèce de polystyrène bien après une chute la mousse se comprime…
    J’en ai racheter une seconde sans hésitation.

    Du très bon matos 😉