Valence 2018, un final aux airs de pétard mouillé


Après vous avoir fait découvrir le circuit Ricardo Tormo en 2017, je vous propose de reprendre la route en direction de la péninsule Ibérique cette année. Avec trois titres distribués lors de la tournée d’Outre-mer, le Grand Prix de Valence offrait un suspense moindre… C’était sans compter sur une météo des plus capricieuses, forçant les pilotes à puiser dans leurs dernières ressources mentales. Si vous mouiller les pieds ne vous fait pas peur, prenez ma roue ! On file au sud, direction l’Espagne et le Grand Prix de Valence 2018.

Valence 2018 : un Grand Prix arrosé, des cartes redistribuées…

C’est une Communauté valencienne en proie à des orages d’une rare violence qui accueillait le petit monde du MotoGP dès le jeudi 15 novembre. Cette journée, traditionnellement réservée à la conférence de presse, a été ponctuée par un événement fort en émotions… Après plus de 20 ans passés dans les paddocks, « Titanium » mettait un terme à son parcours de pilote sur ses terres. En effet, avec 3 titres et 112 podiums en catégorie reine, Dani Pedrosa obtenait le titre de « MotoGP Legend« .

Le programme du vendredi, débutait par la catégorie Moto3 qui prenait la piste sous une pluie battante. Une fois n’est pas coutume, les pilotes n’étaient pas les seuls à s’illustrer sous les gouttes… Ainsi, la majeure partie du public présent, venue par le train, devait traverser à pied le lit d’une rivière en crue avant d’accéder au circuit. Séquence souvenir !

Sur la piste, de nombreux ténors se faisaient piéger et finissaient dans les graviers. Parmi ceux-là, le Français Johann Zarco partait à la faute sans gravité. En revanche, le Belge Xavier Siméon était moins chanceux. Auteur d’une chute dès ce premier jour en piste, les médecins lui interdisaient de reprendre le fil de son week-end… C’est donc sans pouvoir défendre ses chances que sa carrière au plus haut niveau semblait se terminer.

Un samedi entre éclaircies…

Après avoir refroidi les ardeurs de nombreux spectateurs le vendredi, la météo semblait offrir un peu de répit aux personnes présentes sur le circuit Ricardo Tormo lors de la journée du samedi.

Du côté des Moto3, l’Italien Bezzecchi prenait la tête de la FP3 alors que Xavi Vierge l’imitait en Moto2. Chez les gros bras, sur une piste séchante mais piégeuse, on retrouvait les habitués de la glisse aux avant-postes. Ainsi, à quelques minutes de la qualification, Danilo Petrucci signait le meilleur temps devant Dovizioso et Marquez, Jack Miller et Johann Zarco fermant le top 5.

Si les séances qualificatives étaient plutôt calmes pour les pilotes Moto3 et Moto2, elles réservaient néanmoins quelques belles surprises. En effet, dans la plus petite catégorie, l’Italien Arbolino s’emparait de la pole devant le surprenant Thaïlandais Atiratphuvapat et l’Anglais John McPhee. Plus surprenant, le Turc Can Öncü prenait la 4 ème place pour son tout premier Grand Prix sur le Valence 2018 ! Âgé de seulement 15 ans, le pilote KTM s’offrait une belle chance de briller lors de la course du lendemain… Dans la catégorie intermédiaire, Luca Marini signait le meilleur temps. Le frère de Valentino Rossi devançait le funambule Xavi Vierge et l’Allemand Marcel Schrotter. Coté Français, Fabio Quartararo héritait d’une bonne neuvième place sur sa SpeedUp. En revanche, Jules Danilo se qualifiait en 31 ème position sur la machine du Team SAG, décidément difficile à emmener…

… Et coup de tonnerre !

Après une saison durant laquelle il s’est adjugé pas moins de 7 pôles positions, Marc Marquez avait à cœur de s’illustrer une dernière fois en terre espagnole. Malheureusement, le natif de Cervera hypothéquait ses chances dès son premier run. La Honda flanquée du numéro 93 s’immobilisait dans les graviers du virage 5 et son pilote se relevait difficilement… Le public stupéfait venait d’assister à la chute de son idole, qui se déboîtait une énième fois l’épaule.

Comme le dit l’adage, lorsque le chat est parti les souris dansent… Rapidement, Maverick Viñales montrait les crocs, réalisant une série de tours rapides sur sa Yamaha officielle. Andrea Dovizioso, décidé à ne rien lâcher malgré un titre de vice-champion du monde assuré, semblait en mesure de répliquer, tout comme Iannone sur sa Suzuki. Alors que la lutte faisait rage en piste, les écrans géants affichèrent une image du box Honda. Marc Marquez, l’épaule à peine remboîtée, reprenait la piste au guidon de sa RCV ! La science nous apprendra certainement un jour que le pilote espagnol disposait d’origines Kryptonienne (comme Superman !) mais pour l’heure, le simple motard que je suis ne peut que saluer le talent et le grain de folie du numéro 93…

C’est ainsi qu’au terme d’une séance d’une rare intensité, Viñales prenait la pole position devant Rins et Dovizioso. Marquez sauvait les meubles en s’emparant de la 5 ème position. Notre Français Johann Zarco partait à la faute et devait se contenter d’une 11 ème place qu’il jugeait décevante.

Un extraterrestre nommé Can Öncü

Malgré les prévisions météorologiques qui annonçaient l’enfer au dimanche du Valence 2018, la matinée débute sous un ciel gris mais sans pluie… Les warm up se déroulaient sur une piste glissante. Si Marco Bezzecchi s’illustrait en Moto 3, Sam Lowes prenait le large en Moto2. Dans la catégorie reine, Marc Marquez s’adjugeait le meilleur temps devant Aleix Espargaro sur l’Aprilia et Valentino Rossi. L’Italien, auteur d’une qualification catastrophique la veille (seulement seizième sur la grille de départ !) semblait retrouver de sa superbe à quelques heures de la course du Valence 2018…

Il est 11h00 quand les jeunes pilotes de la catégorie Moto3 prennent le premier départ de la journée. Rapidement, l’Italien Arbolino s’échappe, emmenant Bezzecchi dans son sillage. Troisième, le Turc Can Öncü gardait la tête froide tout en se maintenant sur le podium provisoire. Au fil de la course, les chutes s’accumulent. Rapidement, Bezzecchi se fait piéger, laissant la seconde place à Öncü qui n’en demandait pas tant… Cependant, la véritable surprise arrivera au douzième tour. En effet, pourtant solidement installé à la première place, Tony Arbolino part à la faute, abandonnant tout espoir d’accrocher une première victoire ! Au terme du suspense, c’est finalement Can Öncü qui remporte la course.

À seulement 15 ans et 115 jours, il devient le plus jeune vainqueur de l’histoire des Grand-Prix sur ce Valence 2018! Ce sont Jorge Martin et John McPhee, toujours aussi à l’aise sous les gouttes, qui complètent le podium.

Au championnat, Martin étant titré depuis la Malaisie, c’est finalement Fabio Di Giannantonio qui termine Vice-Champion du Monde devant le malheureux Marco Bezzecchi. On retrouvera ces 3 pilotes en Moto2 l’an prochain. De son côté, Can Öncü sera aligné en Moto3 par le Team KTM Red Bull AJO pour une saison complète…

À 15 ans Can Öncü a sur-classé ses rivaux... Son coéquipier Darryn Binder en a fait les frais!

À 15 ans Can Öncü a sur-classé ses rivaux… Son coéquipier Darryn Binder en a fait les frais!

Oliveira soigne sa sortie, pas de chance pour Pecco.

Déchargé de la pression du Championnat, on s’attendait à une course ouverte dans la catégorie intermédiaire. Miguel Oliveira, Francesco Bagnaia et Fabio Quartararo en partance pour le MotoGP avaient à cœur de terminer leur parcours en Moto2 de la plus belle des façons… Dans le même temps, Marquez, Binder et Vierge souhaitaient lancer un signal fort en vue de la saison 2019.

Dès le 2ème virage, les espoirs de certains s’envolent. Luca Marini, qui s’élançait de la pôle position, terminera dans le bac à graviers. Il emportera avec lui Baldassari, Joan Mir et Pecco Bagnaia. Finalement, seul le dernier cité reprendra la piste mais bien loin de la tête de course.
Pendant que Vierge et Lecuona s’expliquent aux portes du podium, Alex Marquez s’empare de la première place devant Miguel Oliveira sur sa KTM officielle et l’italien Mattia Pasini. Dès lors, le frère de Marc réalise un véritable festival, enchaînant les tours rapides dans un style impeccable… Jusqu’à l’entame du dernier tiers de la course! Après Arbolino en Moto3, Alex Marquez partait à la faute et voyait la victoire lui filer entre les mains! Plus chanceux que le jeune italien, le pilote Marc VDS parviendra à repartir et accrochera la troisième place.

Devant, Miguel Oliveira signe sa dernière victoire dans la catégorie. L’espagnol Iker Lecuona monte sur la seconde place du podium avec sa KTM. Auteur d’une course discrète, et malgré une remontée de la 21ème à la 14ème place, Francesco Bagnaia aurait certainement préféré une autre épilogue à son épopée en Moto2. Le Champion du Monde en titre rejoindra Ducati Pramac en 2019…

MotoGP : Un final en deux actes!

Lorsque les acteurs de la catégorie reine partent pour leurs 2 tours de formation, la pluie commence à s’intensifier… Il est 14h00 précise quand les feux s’éteignent, laissant les 24 pilotes en découdre une dernière fois.

Aussitôt, Alex Rins s’empare du commandement de manière autoritaire. Le pilote Suzuki, véritable révélation de la deuxième partie du championnat, semblait véritablement surfer sur une piste se chargeant progressivement en eau. Derrière, Valentino Rossi attaquait une série de dépassements qui le conduisait rapidement dans le top 5. Juste devant, Pol Espargaro, véritablement déchaîné, se lançait dans un combat féroce avec son compatriote Marc Marquez.
Moins chanceux, les pilotes Ducati Pramac chutaient sans gravité. Ils seront rapidement rejoints par Michele Pirro, Maverick Viñales et Aleix Espargaro… Régulièrement aux avant-postes dans des conditions similaires, Marc Marquez partait à son tour à la faute. Le Champion du Monde en titre sera victime d’un violent high-side, sa tête heurtant même le sol du tracé Ricardo Tormo. Finalement, plus de peur que de mal pour MM93 qui saluera la foule en rentrant au box par les voies de service.

Alors que moins de 14 tours sont couverts Andrea Dovizioso, en tête depuis quelques instants, lève la main. Les commissaires de piste sortent le drapeau rouge, suspendant immédiatement la course. Leader lors du précédent passage sur la ligne de chronométrage, Alex Rins comprend très vite ce qui l’attend. Le pilote espagnol s’élancera de la première place lors d’un second départ…

Quel départ d'Alex Rins! Le pilote Suzuki réalise une superbe fin de saison!

Quel départ d’Alex Rins! Le pilote Suzuki réalise une superbe fin de saison!

Dovizioso termine sa saison comme il l’a entamée…

La pluie semblant se calmer, les 16 pilotes rescapés reprennent leurs places sur la grille. Une nouvelle fois, Rins est l’auteur du meilleur envol. Il devance DesmoDovi sur sa Ducati et l’inusable Valentino Rossi, décidément capable de se transcender en course! Derrière, Pol Espargaro épate avec sa KTM. Parti 8ème, Polyccio pointe à la 5ème place dès le premier virage! En bagarre avec Dani Pedrosa, il parviendra à se défaire de son rival en quelques tours.

Tandis qu’à l’avant Dovizioso, Rins et Rossi se battent sans relâche, le numéro 46 commet l’impensable. Effectivement, alors qu’il semble parti pour s’imposer sur sa Yamaha, le Doctor perd l’arrière de sa moto et termine sa course dans les graviers. L’italien voit ses rêves de victoire s’évanouir. Le malheur des uns faisant parfois le bonheur des autres, c’est Pol Espargaro qui entrevoit pour la première fois depuis le début de son aventure avec KTM une chance de finir sur le podium!

La fin de course sera moins haletante. Rossi à terre, Dovizioso caracole seul en tête. L’italien s’imposera sans trembler devant Alex Rins. Troisième, Pol Espargaro fond littéralement en larmes au moment de franchir le drapeau à damiers. En effet, après avoir couru depuis 4 ans derrière un podium qui se refusait à lui, le pilote KTM Red Bull apporte la touche finale à un week-end que la marque autrichienne qualifiera d’historique!

Premier podium en catégorie reine pour KTM et Pol Espargaro! Quel week-end pour les autrichiens!

Premier podium en catégorie reine pour KTM et Pol Espargaro! Quel week-end pour les autrichiens!

Au moment de conclure cet article, comment ne pas parler du tour d’honneur de Scott Redding… Le pilote anglais, toujours en décalage, nous offrait un strip-tease quasi-intégral avant de tenter de reprendre le chemin du box en caleçon! Dommage, son RS-GP ne parvenait pas à redémarrer et laissait un goût d’inachevé au pilote Aprilia qui courait là son dernier Grand Prix…

Partagez cet article

JBuzZzLightyear

Tombé dans le chaudron motard dès le plus jeune âge, je suis un motard passionné... Véritable fan de MotoGP, d'Endurance et de Superbike, je partage mes photos sur Instagram sous le pseudo @Jbuzzzlightyear! Côté garage ma préférence va aux motos européennes... Propriétaire d'une KTM 690 Duke et d'une Triumph Daytona 955i, je ne manque pas une occasion de sortir mes jouets!