Essai de la veste DXR Easton


Veste DXR Easton

Utilisateur au quotidien d’une moto ou d’un scooter, vous recherchez une veste longue capable de protéger vos vêtements quels qu’ils soient, y compris un veston ? Une surveste protectrice pour les trajets en deux-roues, mais qui reste discrète une fois arrivé ? Et qui ne se fait pas remarquer comme un vêtement moto ? Le tout à prix (très) abordable, de préférence… La veste DXR Easton pourrait être faite pour vous.

Présentation de la veste DXR Easton

Première veste « business » réalisée par la marque de diffuseur propre à Motoblouz, la veste DXR Easton se place sur un créneau dominé par le produit pionnier, la veste Spidi Combat. Elle est aujourd’hui commercialisée dans sa version EVO 2, et est proposée à un prix catalogue près de trois fois supérieur au produit DXR.

Au premier abord, les fonctions proposées semblent les mêmes. A savoir : une veste longue et ample, une esthétique urbaine passe-partout, une membrane imperméable et coupe-vent, une doublure thermique amovible, une capuche elle-aussi amovible, de nombreuses poches… Mais la ressemblance s’arrête là.

Première originalité, la veste DXR Easton est déclinée en quatre coloris dont le noir choisi pour l’essai car plus répandu. Autre caractéristique évidente, le prix : à moins de 150 € sur le site Motoblouz, on est forcément sur un produit d’entrée de gamme. Il ne peut prétendre aux mêmes performances qu’un produit haut de gamme à plus de 250 ou 350 €. Pour autant, la veste DXR Easton propose-t-elle un bon rapport qualité / prix ?

Pour le savoir, j’ai porté cette veste textile sur une moto BMW R 1200 RT lors de plusieurs longs trajets au cours des mois d’avril et mai 2019. Un printemps mouvementé qui a permis de tester la veste dans des conditions climatiques variées.

Veste DXR Easton à l'essai

Une veste large, ample, qui protège bien les cuisses et les fesses.

De l’air, on étouffe !

Premier constat, la veste DXR Easton ne peut prétendre à une véritable polyvalence climatique. Elle n’est tout simplement pas respirante du tout ! Elle vous tiendra bien au chaud l’hiver et, sans sa doublure thermique, pourra même convenir pour la mi-saison si vous n’êtes pas trop sensible à la chaleur. En revanche, dès que la température ambiante dépasse les 15 à 20°C, la veste doublée de polyuréthane (plastique) devient vite inconfortable. Voire insupportable tellement elle tient chaud. Arriver au travail avec des auréoles dans le dos et une bonne odeur de transpiration ne constitue pas la meilleure façon de commencer la journée !

Les concepteurs ont pourtant ajouté un long zip dit d’aisance de chaque côté de la veste DXR. Mais si celui-ci mesure bien 50 cm de long et permet d’ajuster la largeur pour les gabarits king size, la zone ventilée (par un tissu de type « mesh ») ne mesure elle que 14 cm de long. Ce qui est tout à fait insuffisant pour permettre à l’air frais d’entrer. Surtout que cette zone est située sous l’aisselle, à un endroit peu exposé au vent quand on roule sur une machine carénée ou derrière une bulle haute. Idem pour les quatre petits trous d’aération sous chaque aisselle. DXR aurait probablement pu recourir à une doublure plus respirante… Mais cela n’aurait pas été le même prix !

Qu’en est-il de l’imperméabilité ?

On aurait pu au moins s’attendre à une veste d’hiver, à la fois chaude et imperméable. Chaude, elle l’est ! Mais imperméable ? Hélas, pas vraiment.

Au cours d’un long trajet de 150 km sur autoroute, sous une pluie battante, la veste DXR Easton a laissé passer de larges zones d’humidité sur les épaules et torse. La membrane s’avère efficace pour couper le vent ou résister à une courte averse, mais pas assez pour retenir l’eau en forte quantité et de façon durable.

Cela dit, si votre trajet quotidien ne dépasse pas les 30 minutes et que la veste peut sécher entre deux parcours, elle pourra vous tenir au sec. Surtout si vous renoncez à prendre votre deux-roues quand il pleut. Il aurait sans doute été possible de mettre en place une membrane imperméable plus efficace… Mais cela n’aurait pas été le même prix !

Plein de poches

Poches de la veste DXR Easton

Une vaste poche intérieure permet de loger un smartphone, et même une phablette.

Au chapitre des aspects pratiques, cette veste DXR Easton propose un grand nombre de poches, judicieusement placées et pratiques à utiliser. En plus de la poche napoléon assez large pour accueillir un portefeuille bien épais, vous pourrez ranger votre smartphone grand écran dans une poche adéquate à l’intérieur côté gauche. Une autre poche intérieure côté droit permet d’emporter divers documents, comme ceux afférant à la propriété et à l’assurance du véhicule, comme le formulaient les constables du bon vieux temps…

A l’extérieur, en plus des deux grandes poches de hanche pour garder les mains au chaud, vous trouverez une petite poche zippée sur l’avant-bras gauche. Bien pratique pour y glisser une carte bancaire, un badge de télépéage ou une télécommande de portail.

A noter que les grandes poches extérieures sont doublées d’autres poches, plus petites, situées derrière, auxquelles on accède par un zip imperméable. Du coup, si vous devez mettre dans les poches des objets sensibles à l’humidité, il vaut mieux les mettre dans ces poches fermées. En effet, les grandes poches sont doublées, mais pas leur fermeture (un simple rabat de tissu fixé par bouton pression). Les petites poches sont bien mieux protégées de l’eau.

Confortable par temps froid

Autres points qui affirment sa vocation hivernale, la veste DXR Easton dispose d’un col très haut, bien montant, qui permet même de se passer d’un tour de cou. De même pour ses manches qui descendent bas sur les poignets (ce qui empêche cependant de porter des gants à manchette longue au-dessus des manches). Elle offre aussi la possibilité, une fois devenu piéton, de rabattre l’immense capuche… Ou de se fixer dans le dos par un bouton pression lors des trajets (afin d’éviter qu’elle se remplisse d’eau ou gonfle sous l’effet du vent).

Un petit détail qui compte : les fixations de la doublure thermique au niveau des emmanchures sont de couleur différente (une grise, une rouge). Du coup, impossible de se tromper et de vriller la manche de la doublure. Bien vu !

Des détails qui fâchent

Emmanchures veste DXR Easton

La patte de réglage des emmanchures est trop courte ou il manque un réglage de serrage.

Le point principal qui agace, c’est le réglage des emmanchures. Il se fait par deux boutons pression, abominablement mal positionnés. J’ai pourtant les poignets fins, mais le réglage le plus serré est tout bonnement impossible à atteindre. Et même le réglage « large » s’avère si serré qu’il oblige à ne porter que des gants courts. Impossible d’enfiler une manchette de gant sous l’emmanchure de la veste. Seule solution : ne pas fixer ce premier bouton pression… Mais dans ce cas, la patte de serrage flotte au vent.

Peut-être était-ce un défaut de fabrication propre à l’exemplaire que j’ai reçu. Mais si ce n’est pas le cas, les concepteurs seraient bien avisés de rapidement régler ce problème. Un troisième bouton pression sur l’emmanchure serait une bonne idée.

Autre détail qui peut énerver, la double tirette de la fermeture principale. Selon les jours, elle se montre plus ou moins de bonne volonté. Et quand elle se coince, elle coince longtemps et plusieurs fois. Le genre d’incident qui escagasse quand on est déjà en retard pour partir à un rendez-vous important. Heureusement, ce n’est pas systématique.

Toutes les fixations se sont par bouton pression : ils s’avèrent résistants dans tous les sens du terme. Il faut souvent forcer pour parvenir à les enfoncer. Mais c’est aussi un gage d’efficacité et de longévité.

Côté sécurité

C’est le service minimum. Cette veste DXR Easton est trop peu visible de nuit. Il n’y a q’un seul insert rétroréfléchissant, certes bien placé (entre les deux épaules), mais bien trop fin pour être efficace (à peine un millimètre de large). Le revers de la médaille de la discrétion, sans doute.

Dernier détail qui n’en est pas un pour moi : l’absence de protection dorsale de série. La veste DXR Easton est bien pourvue de coques de protection aux épaules et aux coudes. Elles sont évidemment homologuées à la norme CE 1621-1. Et la veste prévoit une poche pour y loger une coque dorsale « maison », la DXR Back Protector, certifiée CE 1621-2 niveau 2. Il n’en reste pas moins que je trouve dommage en 2019 de ne pas proposer de protection dorsale de série. Mais là encore… Cela n’aurait pas été le même prix !

Isolation thermique4
Imperméabilité2
Finitions2
Aspects pratiques3.5
Sécurité2.5
Ventilation1

Mon avis : à réserver pour la saison froide !

La veste DXR Easton remplit globalement sa mission pour un tarif accessible. Mais son manque de polyvalence climatique vient relativiser son rapport qualité/prix. A quoi sert un prix bas quand la qualité limite à ce point le champ d'usage du produit ? Plusieurs détails restent à améliorer sur une future version revue et corrigée.
2.5

Partagez cet article

Fabien Lecoutre

Formateur de conduite, journaliste moto, auteur de guides touristiques motards et du site Passion Moto Sécurité... je suis surtout un "roule toujours" passionné.