Test des demi-bottes Soubirac Klipper III


bottes_Soubirac_Klipper_profil

Soubirac est une marque connue pour ses articles en cuir d’une belle qualité et d’une finition soignée. C’est une marque que je connais depuis longtemps dans le domaine de l’équitation. Leur gamme d’articles en cuir pleine fleur pour moto est plutôt d’un design élégant et raffiné mais leur modèle, Klipper troisième du nom, est un modèle de demi-bottes pour moto typé rangers qui tranche un peu et qui se veut un peu plus casual. Pour ce modèle, les demi-bottes Soubirac Klipper III, comme je n’ai pas pu les tester en personne à cause d’une blessure à la jambe, c’est mon homme qui les a testées pour moi. C’est un modèle pour homme, mais comme on fait la même pointure, je pourrais toujours lui piquer plus tard. Mouahahaha. Du coup, une fois n’est pas coutume, j’ai rédigé cet article sous forme d’interview.

Ces demi-bottes sont-elles suffisamment confortables pour les porter au quotidien ?

Oui ! Bien que lourdes, elles ont un look passe-partout qui rappelle les Dr. Martens. J’ai pour habitude de changer de chaussures une fois arrivé au boulot, mais je me suis forcé à les garder pour tester. Eh bien, pas de problème. Elles sont vraiment très confortables. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’elles se font oublier (elles sont trop lourdes pour ça)… Mais elles restent extrêmement douillettes à l’intérieur et tiennent bien chaud au pied.

Petit détail amusant : je suis en chaussettes au boulot (je déteste garder mes chaussures aux pieds), et après m’être déchaussé environ 20-30 minutes, j’ai eu la surprise de trouver mes demi-bottes Soubirac Klipper III encore chaudes en les remettant. C’est tellement agréable !

Et ce qui m’a le plus surpris, c’est qu’en les gardant longtemps aux pieds, à aucun moment je n’ai eu la désagréable sensation de mariner dans mon jus. Bien que plutôt imposantes et lourdes, j’ai trouvé que ces bottes laissaient le pied plutôt bien respirer, ce qui est assez étonnant.

les demi-bottes Soubirac Klipper III à l'oeuvre

As-tu déjà eu froid ou les pieds mouillés avec ces demi-bottes Soubirac Klipper III ?

Jamais ! Si ces demi-bottes ont bien un point fort, c’est leur étanchéité. Je les ai mises pendant un mois, tous les jours, pour aller au boulot entre novembre et décembre : pas une seule fois je n’ai eu les pieds mouillés. Roulant en région parisienne sur des trajets de 30 minutes, j’ai eu le droit à de grosses saucées avec tout l’attirail de pluie (pantalon de pluie, veste de pluie et gants de pluie). Seules manquaient les sur-bottes de pluie, que je ne mets que pour les voyages, pas pour les trajets quotidiens. C’est bien simple : mes pieds sont toujours restés au sec et au chaud jusqu’à l’arrivée. On ne peut pas en dire autant de mon pantalon qui, malgré mon sur-pantalon de pluie, finit régulièrement trempé sur le bas des manches.

Sur des trajets de plus d’une heure sous une pluie battante, je pense qu’elles finiraient par prendre l’eau par le dessus à cause de dégoulinades ou d’éclaboussures, mais ça ne serait pas l’étanchéité de la botte en elle-même qui serait en cause. Mais bon, quand on roule des heures sous la flotte, on met des sur-bottes (moches) ou alors, on accepte de se mouiller les chaussettes !

demi-bottes Soubirac Klipper III : focus sur l'étanchéité

À noter la certification SympaTex pour la membrane imperméable de la botte. En me renseignant vite fait, j’ai vu que c’était une membrane imperméable, respirante, coupe-vent et écologique. Efficace et écolo, sympa !

Etanchéité des demi-bottes Soubirac

Fermeture des demi-bottes Soubirac Klipper III

Tu roules en région parisienne par temps humide et de nuit, es-tu satisfait de la sécurité de ces chaussures ?

Dans l’ensemble, je suis plutôt satisfait. Dans les vrais bons points, je note :

Les semelles, qui sont parfaites

Elles sont suffisamment rigides pour protéger le pied (anti-torsion) sans pour autant gêner la marche. Et surtout, elles sont antidérapantes comme aucune autre ! Aucun risque de glisser au feu rouge ou à la station-service. J’ai même essayé de déraper sur des lignes blanches par temps de pluie, sans succès : ça accroche. Après, je n’ai pas essayé les lignes blanches par temps de givre, mais bon… Je tiens à ma moto, quand même !

demi-bottes Soubirac antidérapantes

Des renforts pour toutes les zones sensibles

Malléoles, pointe et talon. En plus, l’avant du pied, bien que non-coqué, est très rigide et offre donc une très bonne protection. Même chose pour le talon, très résistant également. Enfin, ces demi-bottes Soubirac sont doublées au niveau des malléoles, offrant une protection acceptable.

Elles sont robustes

Après un mois d’utilisation intensive (1 à 2 heures par jour, par temps peu propice), les demi-bottes Soubirac Klipper III ne montrent quasiment aucun signe de fatigue. Les fermetures éclair fonctionnent à la perfection. Le cuir au niveau du sélecteur est à peine marqué. Par contre, en y prêtant attention en inspectant les bottes pour écrire l’article, on s’est rendu compte d’un léger décollement à l’avant de la botte droite. Aucune idée si elles étaient comme ça à l’origine ou si c’est advenu à l’utilisation. À surveiller… Il y a aussi une zone de frottement à l’intérieur de la botte qui a blanchi mais là, je pense que c’est plus lié à la façon dont je pose mon pied sur les cale-pieds.

focus sur les demi-bottes Soubirac ouverture des demi-bottes Soubirac Klipper III

Mais ! Car il y a des mais…

  • Elles sont un peu trop souples au niveau de la cheville. Ça suffira largement pour protéger de la majorité des chutes et mauvaises torsions. Mais en cas de gros accidents, je ne suis pas sûr que la cheville résiste. Cela dit, en cas de gros accident, la cheville est peut-être le cadet de vos soucis…

souplesse des demi-bottes Soubirac Klipper III

  • Protection de la malléole non-rigide. J’en parle plus haut dans les points positifs : les bottes sont doublées au niveau des malléoles. Doublées, pas coquées. Pour des bottes de ce gabarit, je trouve ça dommage.
  • Pas de coque au bout du pied non plus. Là encore, c’est bien dommage pour des bottes de ce type. J’ai voulu me rouler sur le pied avec la voiture pour tester la résistance… Mais quand j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de coque rigide, j’ai renoncé. Ce test ne vous dira donc pas si vous pouvez vous faire tomber votre moto sur le pied sans finir aux urgences.

Pour toi, quel est le plus gros défaut de ces demi-bottes ?

  • Elles taillent un peu grand. Je chausse habituellement du 41 (ce qui veut dire que je mets entre du 39 et du 42 selon les marques et les modèles). Le modèle 41 que j’ai pris est un chouia grand pour moi. Je l’ai gardé car je voulais me laisser la possibilité de mettre des grosses chaussettes en cas de grand froid. Mais avec des chaussettes normales, c’est un tout petit peu trop grand. Donc à la longue, c’est sûrement pénalisant si on veut marcher longtemps avec.
  • L’absence de protections rigides au niveau des malléoles… C’est peut-être un détail mais si on se fait écraser le pied sous sa moto, la malléole peut vite prendre cher.

essai des demi-bottes Soubirac en action

Qu’est-ce que tu as préféré dans ces demi-bottes ?

La facilité à enfiler ! S’habiller pour faire de la moto en hiver, c’est un vrai chemin de croix. En ce qui me concerne (car je ne plaisante pas avec la sécurité), ça implique 57 couches de vêtements. Oui, le motard équipé de la tête aux pieds sur le périph, au milieu des scootéristes en short et mains nues, c’est moi ! Pantalon moto, veste moto, airbag, gilet réfléchissant, tour de cou, gants d’hiver, collants, etc. Du coup, m’épargner le laçage quotidien de mes bottes, c’est un vrai soulagement. Toutes mes autres paires de chaussures pour moto se lacent. Passer aux demi-bottes Soubirac Klipper III, ça a été un pur plaisir.

Plus bel atout de ces bottes : l'enfilage facilité !

En plus, comme j’ai pour habitude d’enlever mes chaussures au boulot, ça me facilite également la vie pour les retirer. On peut même se contenter de glisser ses pieds dedans et marcher avec, sans les zipper, ce qui est assez pratique quand on veut juste aller prendre un café ou une pomme à la cafétéria. Ça présente même le double avantage de faire un bruit de bottes de cowboy : les deux tirettes tirées en bas font un léger bruit d’éperon quand on marche !

Aussi, la semelle antidérapante, déjà évoquée dans la partie sécurité. J’ai une paire de chaussures de moto qui glisse sacrément, passer à ces demi-bottes Soubirac Klipper III, ça m’a vraiment changé la vie.

Enfin, l’étanchéité. Très pratique dans la vie de tous les jours. Pas besoin de me demander tous les matins comment je vais me chausser en hiver. J’ai UNE paire qui fera l’affaire, peu importe la météo. C’est vraiment pratique.

bottes_Soubirac_Klipper_moto

Conclusion

Merci, Thai d’avoir testé ces demi-bottes Soubirac Klipper III sur ta jolie trottinette, une CB 650R. Pour résumer, je n’ai pas entendu mon homme se plaindre pendant son test, alors qu’il peste beaucoup quand quelque chose ne lui convient pas. C’est donc sous le signe du confort hivernal que je vous recommande ces demi-bottes Soubirac Klipper III en son nom. Douillettes et bien étanches, et d’un prix plutôt entrée de gamme, ce grand nom du cuir vous accompagnera une bonne partie de l’année en se faisant presque oublier.

Voir la fiche produit

Confort5
Esthétique4
Sécurité4
Etanchéité4
Enfilage5
Adhérence5

Mon avis... les pieds au chaud

Douillettes et bien étanches, d'un prix plutôt entrée de gamme, ce grand nom du cuir et de la botte vous accompagnera une bonne partie de l'année en se faisant oublier.
4.5

Partagez cet article

Sonya

Une 600XT, des pistes inondées, du sable, ni leçons ni permis et quelques bonnes chutes. Loin de mes débuts en Afrique il y a 15 ans, devenue citadine sur une très sage ER-6, j'attache une attention particulière à la sécurité et j'essaye autant que possible de concilier féminité et moto. Un gros challenge qui demande de la créativité !