Essai casque Shark S-Drak : le casque néo-rétro au look atypique


Dans cet article sur le casque Shark S-Drak, Monsieur Marcin vous parle de sa première fois avec un casque Jet. Est-ce qu’il a aimé ? Recommande-t-il le casque Shark S-Drak à ses proches ? Le portera-t-il en toutes occasions ? Vous le saurez en toute transparence en lisant ce test complet du meilleur du néo-rétro de chez Shark, le S-Drak !

Casque Shark S-Drak, un nom inspiré

S-Drak, c’est le nom du casque stylé de Shark. Shark est une entreprise française dont le siège est situé à Marseille. Je voulais savoir pourquoi ils avaient nommé leur casque S-Drak. Attention, c’est parti pour la spéculation. « Drak » dans le Sud de la France veut dire : « Esprit follet, malfaisant, capricieux« . Et pour le « S », je dirais que c’est la première lettre du mot anglais « Street », et qui se traduit « rue » en français.

Ce qui nous donne, un être malfaisant et capricieux qui se balade dans la rue. Représentants de Shark, dites-moi si je me trompe. Et franchement, c’est plutôt bien inspiré pour un casque qui servira à protéger, entre autres, les malfaisants qui aiment à faire pétarader leur monture dans les rues de la ville.

Que de la gueule…

Le casque Shark S-Drak est voyant mais pas trop, et ses lignes sont simples, arrondies, faciles. Son look sera familier pour celles et ceux qui connaissent le Shark Raw, et son ancêtre le Shark Drak. En tant qu’ancien possesseur d’un vieux mais excellent Shark Vancore, je trouve le S-Drak finalement sobre et presque discret. Bien sûr, j’ai choisi le coloris le plus simple, mais il en existe au total 8 variantes à découvrir ici.

Le vrai changement vient de la tendance actuelle, le néo-rétro. Shark a réussi à trouver un équilibre parfait entre le futur et l’ancien. Shark met en avant le matériau brut, tout recouvert de carbone et d’aramide, protégé par un vernis transparent. Sa coque s’inspire des casques jet fidèles au style des années 70. Mais, la présence des plaques au niveau de chaque oreille vient rappeler que l’on a affaire à un casque moderne. Et lorsqu’on le regarde de face, plus de doute, sa visière et la protection de la mâchoire viennent définitivement indiquer l’intention. Celle d’offrir un style original et unique à celles et à ceux qui le porteront.

Les finitions sont bonnes. Les détails comme le cuir surpiqué donnent un effet vintage haut de gamme au revêtement intérieur. Les coutures sont propres, les empiècements réussis. On sent que l’on est à mi-chemin entre le milieu de gamme et le haut de gamme. L’ensemble inspire la confiance et le respect.

Finalement, le style du casque Shark S-Drak me convient bien. Il est original sans être agressif. Pour avoir sondé mon entourage motard, il ne laisse pas de marbre. Les avis sont tranchés, soit on l’adore soit on le déteste. Moi, j’adore !

Casque Shark S-drak, un jet intégralement modulable

Je ne veux pas énerver les puristes, c’est un casque jet, ok. Mais le casque Shark S-Drak est fourni avec une mentonnière amovible fixée par simples clips. Qui s’enlève très, peut-être même trop, facilement. Cette mentonnière, une fois enlevée, donne au S-Drak un look beaucoup plus rétro, surtout si vous remontez la visière.

Et ce qui est génial, c’est que vous pouvez alors sortir votre joli masque bien rétro. L’espace devant les yeux offre suffisamment de place pour que votre masque touche votre visage. J’ai eu l’occasion d’essayer avec le masque Dexter Binocle (cf photo) assez étroit, et le masque 100 % Barstow plus large. Je peux vous affirmer que les deux masques prennent place parfaitement.

Si vous souhaitez avoir l’air encore plus cool, les mousses du casque Shark S-Drak offrent des cannelures pour laisser passer les branches de votre paire de lunettes préférée. J’ai testé toutes mes paires de lunettes de soleil, branches épaisses et branches fines, le confort est toujours présent. D’ailleurs en parlant de confort…

Mon premier jet

C’est la première fois de ma vie de motard que je roule avec un casque Jet. Élevé dans un monde où seul le casque intégral existe et où les autres types de casques ne sont que de vulgaires accoutrements de biker. Je vais être direct avec vous, je parle à celles et à ceux qui roulent en casque jet.

Je vous ai compris ! Franchement, quand on met de côté l’aspect : « Ma magnifique mâchoire est à la merci du premier trottoir venu », bah, le casque jet c’est super cool. Je m’explique : quand on enfile un casque jet comme le casque Shark S-Drak, c’est rapide, facile à enfiler et bien sûr à enlever. Pas de buée, le visage reste au frais, on ressent mieux la vitesse, ce qui rend l’expérience casque jet libératrice comparée à celle offerte par le casque intégral.

Vision cinémascope

Si vous retirez la mentonnière et la visière, votre champ de vision est parfait. Comme si vous ne portiez aucun casque, c’est une sensation très étrange quand on n’y est pas habitué. On peut se permettre de rouler comme ça pour un très court trajet en ville, surtout si c’est limité à 30 km/h.

Par contre, dès que vous remettez la mentonnière et que vous abaissez la visière. L’expérience offerte par le casque Shark S-Drak est toute autre. Bienvenu dans un monde en format 16/9. La mentonnière remonte très haut, juste sous vos yeux. La visière, par sa forme profilée, déforme le bas de ce que vous regardez.

Pour que vous puissiez imaginer, si vous regardez l’horizon, vous ne verrez plus votre compteur, votre guidon ou vos mains. La mentonnière limite énormément le champ de vision vertical. On se retrouve alors à devoir baisser la tête pour regarder devant sa roue ou ses instrumentations. Franchement, c’est dommage ! Dans ce cas, le style se fait au détriment du confort de vision.

Bien sûr, je vous conseille donc d’utiliser ce casque Shark avec un masque ou une paire de lunettes. Surtout si vous comptez dépasser les 50 km/h.

Chausson pour tête

Maintenant que le casque est sur la tête, les mousses maintiennent le casque bien en place. Personnellement, c’était parfait au premier enfilage, pas eu besoin de rodage. Le casque Shark S-Drak est toujours aussi agréable après un peu moins de 1 500 km d’essai. Le textile intérieur est agréable au toucher, rien à dire. L’espace laissé pour les oreilles est assez vaste pour ne pas créer de pression permanente désagréable. Encore un bon point pour le confort.

En parlant d’oreilles, le casque Shark S-Drak est prédisposé à recevoir un système de communication SHARKTOOTH®. Pratique pour écouter sa musique, passer un coup de fil ou encore discuter avec les copains et votre sac de sable.

Finalement, vous l’avez compris, le casque Shark S-Drak permet de rouler avec ou sans visière, mentonnière, lunettes, masque, foulard, etc. Ce qui en fait un casque jet confortable et pratique au quotidien pour adapter son utilisation au besoin du moment. Vous trouverez toujours moyen de répondre à vos besoins, ou presque.

Un casque pour rouler

Il est plus que temps de vous dire ce que le casque Shark S-Drak vaut lorsqu’on roule sur une moto.

Tout d’abord, ce casque jet Shark permet, grâce à ses pièces amovibles, de s’adapter à votre usage. Par exemple lorsque je prends l’autoroute, je mets la mentonnière et je ferme la visière. Je me retrouve alors avec un casque qui me protège très bien du vent, sur le visage et sur les yeux. J’avoue avoir été étonné par le S-Drak sur autoroute. L’isolation phonique n’est pas digne des intégraux sport GT, évidemment. Mais pour une première fois avec un jet, même à 130 km/h, je me sentais à l’aise. Bien sûr, le casque a tendance à pousser sur le haut du front. Mais rien d’anormal pour un casque de cette forme.

Malheureusement, j’ai eu la malchance de me prendre une sauce. Comprenez par là, j’ai pris une bonne quantité d’eau en grosses gouttes sur la tête. Et là, comment dire… le casque Shark S-Drak est plus à l’aise en bord de mer en plein soleil. Bah oui forcément, la forme de la visière n’encourage pas l’eau à ruisseler sur l’extérieur du casque. Les aérations de la mentonnière, malgré qu’elles soient protégées par des mousses, laissent l’eau s’accumuler. Et au final lorsqu’il pleut, on ne voit plus très bien la route, et la barbe finit mouillée.

Enfin, mon casque Shark S-Drak a également goûté aux vagues de canicule de cet été 2018. C’est simple, le S-Drak est le seul casque que je supportais. On vire la visière, la mentonnière, on met les lunettes de soleil et là, on respire. Le visage exposé au vent, au soleil, aux insectes volants, j’ai fait vivre le cliché du motard souriant les moustiques entre les dents.

Un poids plume

Un point génial du casque Shark S-Drak, c’est son poids. À peine plus de 1 kilo sur la balance. C’est grâce à sa conception en fibre de carbone aramide (l’aramide est un dérivé du kevlar, pour faire simple). Quand on roule beaucoup avec le S-Drak, on finirait presque par l’oublier. En parlant d’oubli, faire attention à poser ou à fixer consciencieusement le casque Shark S-Drak à votre moto. Parce qu’il est si léger qu’un coup de vent suffit à le faire tomber de la selle où vous l’avez négligemment posé.

Style9
Confort9
Vision (avec le masque)6
Praticité8
Insonorisation7
Ventilation (avec le masque)8

Mon avis : le casque Shark S-Drak, un bon pote

Le Shark S-drak a deux facettes, sans la mentonnière, c'est un excellent casque jet. Mais avec la mentonnière, on perd une trop grande partie du champ de vision verticale pour moi. Hormis ça, il est confortable, léger, pratique, il offre une insonorisation suffisante pour des balades à un rythme tranquille. Avec les accessoires amovibles, on adapte facilement la protection par rapport à la vitesse et à la chaleur. Avec le casque Shark S-Drak, j’ai compris pourquoi certains motards ne jurent que par le casque Jet. Ce casque est fait pour la ville, pour les petits trajets du quotidien, pour avoir un look différent. Et en réalité, si vous voulez tenter l’aventure du casque jet pour cruiser peinard avec votre prépa néo-rétro, jetez un œil sur le casque Shark S-Drak et faites-vous votre avis. Prenez soin de vous et roulez aware !
7.8

Partagez cet article

Monsieur Marcin

Un motard qui aime les bons mots autant que les belles motos. Un "Roule Toujours" que ce soit avec sa prépa sur base de Triumph Street Twin ou son Triumph Tiger 800 XCX parée pour le OffRoad. Il aime tous les styles de motos, tant que c'est pas d'origine et que ça a du couple, beaucoup de couple. Tout en contradictions, il aime tout ce qui est hightech mais son domaine de prédilection c'est la moto classique, vintage et custom. Son objectif, vous aidez à faire le bon choix !