Essai du jean DXR Howell


Le jean DXR Howell s’impose comme un digne représentant du jean moto « moderne ». Toujours plus discret et technique, il est devenu un incontournable dans l’équipement du motard. Capable de vous protéger des chocs comme de l’abrasion en cas de chute, son prix s’est largement démocratisé ces 10 dernières années. Plus grand chose ne le distingue d’un jean conventionnel en termes de look ou de confort. Et c’est justement ce qui en fait un des équipements de sécurité de plus en plus largement adoptés !

Néanmoins, la simplicité apparente et un tarif accessible ne sont pas synonymes d’équipement low cost. Démonstration avec le jean DXR Howell que j’ai eu l’occasion de tester pendant près de 2 mois ce printemps.

Le jean moto : désormais un incontournable de l’équipement motard

Si vous êtes un lecteur régulier des articles ou des différents guides que j’ai rédigés sur LMHDC.fr ou sur #EnjoyTheRide, vous savez que je n’ai de cesse de recommander le port d’un jean moto.

En effet, le jean dédié à la pratique du deux-roues fait partie de ces équipements qui augmentent de façon non négligeable votre niveau de protection sans réelle contrainte, tout en conservant un look très proche d’un vêtement « civil ». Il suffit que les coques de protection soient suffisamment discrètes pour que le jean moto passe inaperçu. Et il suffit qu’il soit confortable pour être porté tout au long de la journée. Cela tombe plutôt bien, c’est justement le cas du jean DXR Howell !

Certes, un pantalon dédié à la moto et répondant aux critères des EPI (Équipement de Protection Individuel) ne fait pas partie de l’équipement obligatoire pour l’examen du permis. Un simple pantalon conventionnel suffit au regard de la réglementation. Mais pour moi, il serait dommage de se passer d’un équipement désormais aussi abordable et protecteur, comme je l’avais déjà expliqué dans mon guide dédié au choix du premier équipement.

Ça arrive à tout le monde : une chute au plateau, par exemple sur un freinage un peu trop appuyé sur l’arrêt du parcours à allure lente. Cela génère rarement de grosses blessures… Mais ça provoque souvent un bon gros hématome que vous devez traîner pendant plusieurs jours. Ici, les coques de protection éviteront (ou du moins, minimiseront) ce genre de désagrément. Et en cas de chute à allure plus élevée, vous pourrez compter sur les inserts de la doublure pour vous protéger de l’abrasion.

Il s’agit ici de la seconde version du Howell. Il répond désormais aux dernières normes en vigueur en matière de protection, et possède une protection revue comme je l’expliquerai plus bas.

Le jean DXR Howell : un look simple et efficace

Jean DXR Howell avec 5 poches

Comme tout vrai jean, le jean DXR Howell dispose de 5 poches dont une poche gousset.

Disponible en deux coloris : bleu chiné assez sombre (celui présenté sur les photos de cet essai) et noir. Le jean DXR Howell adopte une coupe droite conventionnelle et assez cintrée, très passe-partout. Et c’est bien le but : proposer un design simple qui permet à ce jean d’être le plus proche possible d’un jean « civil » dans son apparence.

L’absence de nombreuses coutures le long des jambes comme celles présentes sur le Furygan D02 par exemple, joue aussi dans le style du jean DXR Howell. Les amateurs de discrétion apprécieront.

Cinq poches sont présentes dont une poche gousset. Les poches latérales sont suffisamment larges et profondes pour y loger un grand smartphone sans que celui-ci ne gêne en position assise. Ce qui n’est pas toujours le cas sur de nombreux pantalons moto. Les poches arrières descendent un peu bas à mon goût, mais elles proposent un espace tout aussi important. Les compromis sont parfois difficiles à trouver !

Poches du jean DXR Howell

Les poches arrières du jean DXR Howell descendent un peu bas… mais offrent comme toutes les autres poches de beaucoup de place.

Le jean monte suffisamment dans le dos pour éviter les infiltrations d’air. De plus, les passants de la ceinture sont suffisamment bien placés pour éviter au jean de « bâiller » dans le dos, notamment grâce à un double passant au centre.

double passant sur jean DXR Howell

Double passant de ceinture à l’arrière du jean DXR Howell, qui évite au pantalon de laisser passer l’air

Par rapport à la première version du jean DXR Howell, on trouve désormais des footstraps au bas du pantalon. Il s’agit de sangles élastiques, à passer sous le pied, pour empêcher au jean de se relever sous l’action du vent. Ils sont amovibles et réglables sur plusieurs positions fonction de votre convenance.

Jean dxr howell à l'essai

Nouveauté sur cette version du jean DXR Howell : les footstraps réglables et amovibles selon vos envies

Attention au choix de la taille

Dans le civil, je porte des jeans en taille 44. Ici, j’ai dû m’orienter vers une taille supérieure, à savoir 46 (2XL). Ce, surtout en raison du manque de place au niveau du bas des jambes, pas toujours compatible avec mes mollets de rugbyman. Néanmoins, on est loin des problèmes que j’avais autrefois rencontré à ce sujet avec le DXR Boost et sa coupe slim. Il m’avait poussé à prendre deux tailles au-dessus de celle habituelle, rendant le jean trop large à la taille.

jean DXR Howell à coupe droite

Attention à la taille ! Malgré sa coupe droite, le jean DXR Howell est assez serré au niveau des mollets en fonction de votre morphologie.

Gardez donc cet élément en tête au moment de sélectionner la taille de votre jean. Surtout si, comme moi, vous pensez le porter lors de la saison froide accompagné d’un sous-pantalon en matériaux techniques. J’ai eu l’occasion de tester le jean DXR Howell avec le sous-pantalon DXR Vaillant lors d’une journée froide, et c’était parfaitement adéquat avec cette taille supérieure.

Le jean DXR Howell et la sécurité

Le jean DXR Howell est un EPI, certifié par un organisme indépendant (Alienor Certification) comme étant en conformité avec les exigences minimales imposées par la norme CE EN13595. Bien que les équipes de DXR se préparent déjà à l’arrivée de la norme EN17092, encore en cours d’élaboration…

homologation du jean DXR Howell

Le jean DXR Howell est homologué CE selon la norme EN13595 de 2012 et respecte les critères pour le niveau « Urbain »

Il répond aux exigences du niveau « Urbain » d’après le protocole de tests CRITT SL VPM-006 10/2012. C’est le premier niveau de protection auquel répond la majorité des jeans moto du marché. Le niveau supérieur concerne principalement les pantalons en cuir.

Les coutures sont toutes renforcées et sécurisées, les matériaux employés résistants à l’abrasion, à la coupure et aux déchirures. De même, les teintures employées sont sélectionnées afin de ne pas compromettre l’intégrité des tissus dans le temps.

coutures et sécurité du pantalon DXR Howell

Pour la sécurité, les coutures sont doublées et renforcées aux endroits les plus importants

En ce qui concerne la résistance à l’abrasion, le jean DXR Howell fait appel à des inserts en ProTex sous sa doublure. Il s’agit d’une fibre synthétique/aramide qui propose des performances équivalentes au Kevlar de la société Dupont. Sur cette nouvelle version du Howell, les inserts disposent d’une surface plus importante sur les côtés du pantalon et descendent plus bas sur le tibia.

Les coques de protection genoux fournies et les protections de hanches optionnelles SafeMax

Protections genoux du jean DXR Howell

Les protections genoux (réglables sur 3 positions en hauteur) , homologuées selon la norme 1621-1. Celles-ci sont bien plus souples qu’elles en ont l’air.

Côté protections, le jean DXR Howell dispose de coques aux genoux ESquad/Hilon homologuées CE de niveau 1 (selon la norme EN1621-1 de 2012). Elles sont réglables sur 3 hauteurs afin de les adapter à votre morphologie. Il s’agit à mon sens d’un gros point positif pour ce jean. Rares sont les pantalons à proposer une telle latitude dans la possibilité de réglage des protections.

protections hanches SafeMax

Les protections de hanches optionnelles SafeMax augmentent le niveau de protection du jean. Vendues à petit prix, c’est à mon sens un incontournable !

Autre nouveauté de cette nouvelle version du jean DXR, il dispose de poches aux hanches pour recevoir les protections optionnelles de la marque SafeMax. Disponibles pour plus d’une dizaine d’euros, elles offrent une protection additionnelle homologuée CE de niveau 1 (toujours selon la norme CE EN1621).

Bien que particulièrement larges, ces protections savent se faire oublier… Ce qui est plutôt rare. En ce qui me concerne, je suis rapidement gêné par les protections de hanches des pantalons moto. Un résultat dû à la souplesse du matériau utilisé par SafeMax pour la conception de ces protections et au très bon positionnement des poches destinées à recevoir ces coques sur le jean.

poches et protections de hanches sur le jean DXR Howell

Une des poches permettant de recevoir les protections de hanches optionnelles SafeMax. Bien placées, elle se font oublier… Assez rare pour être souligné !

Jean DXR Howell et confort multisaison

Malgré sa doublure intégrale en coton/polyester, le jean DXR Howell reste remarquablement confortable par temps chaud (testé par 26°C max). Comme dit plus haut, il reste adapté par temps frais en limitant efficacement le refroidissement éolien jusqu’à environ 12°C. En dessous? il sera nécessaire de l’associer à un sous-vêtement en matière technique.

Ce jean reste agréable à porter à longueur de journée, même une fois descendu de moto. Et les protections se font très discrètes.

jean DXR Howell en position assise

Les jambes peuvent paraître longues sur les photos, mais c’est histoire de s’adapter à l’utilisation moto. Il couvre ainsi parfaitement le bas des mollets en position assise.

Production et origine des matériaux : premiers pas vers un jean écoresponsable

Dans une époque où de plus en plus de personnes cherchent à limiter leur empreinte carbone, le jean DXR Howell joue la carte de la production à proximité de la France. Tout comme le DXR Karen pour les femmes. Le jean est produit au Maroc, le denim, à l’extérieur, vient d’Espagne et la doublure en ProTex est produite en France.

Certes, en dehors de la conception, il ne s’agit pas encore d’un 100 % Made In France (mais c’est déjà le cas de certains produits DXR !). Mais c’est toujours mieux pour la planète que s’il s’agissait d’un équipement importé depuis l’autre bout du monde !

Style4.5
Confort4.8
Coupe4
Protection4
Finition4.8
Aspects pratiques4.5

Mon avis : soigné et abordable, un incontournable !

Un jean moto abordable n'est aujourd'hui plus synonyme de jean de basse qualité. Le jean DXR Howell le démontre avec brio : finition de qualité et soin du détail, protection de qualité tout en préservant les aspects pratiques. Cerise sur le gâteau, il s'agit d'un produit qui s'inscrit dans une démarche écoresponsable. Pour davantage de protections à faible coût, n'oubliez pas les protections de hanches optionnelles SafeMax !
4.6

Partagez cet article

Cédric

Enseignant de la conduite et de la sécurité routière depuis 10 ans et motard depuis plus de 15 ans, j’ai lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" dans le but de partager le regard particulier que je portais sur l'actualité auto/moto, tout en amenant les lecteurs à penser “en dehors du cadre” concernant les événements en lien avec notre passion. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation, en dépassant les dogmes et en apportant les éléments nécessaires pour se forger sa propre opinion.