Essai du pantalon textile Bering California


Vue de face du Bering California

Sachant que j’avais besoin d’un nouveau pantalon moto pour mon dernier roadtrip de la saison 2019, Motoblouz m’a gentiment proposé d’en profiter pour tester le pantalon textile Bering California. Avec plaisir ! Bon, la Californie étant trop loin pour si peu de temps, je me suis contenté de le tester sur les routes d’Allemagne, de Pologne et de République Tchèque. Genießen Sie die Fahrt!

Pourquoi le pantalon textile Bering California, et pas un autre ?

Je dois avouer qu’il n’y avait pas que le pantalon textile Bering California qui m’était proposé. Alors pourquoi celui-là ? Eh bien pour les poches latérales (car un max de poches c’est pratique), pour sa membrane étanche Gore-Tex® amovible, pour sa conception en Cordura, ses ventilations et sa doublure thermique amovible. Bien sûr, des raisons il y en a d’autres, mais celles-ci ont pesé dans la balance. Enfin je savais que j’aurais affaire à un produit robuste et bien fini. Et je ne me suis pas trompé !

pantalon textile Bering California : choisi pour ses grandes poches

Le pantalon textile Bering California : à éviter pour les petits trajets

Bering a classé son pantalon textile Bering California dans la gamme « Discovery », à juste titre. Car honnêtement, à moins d’être maso, je ne le trouve pas adapté pour les petits trajets, sortir en ville ou pour une utilisation quotidienne. En effet, il est lourd (2 kg sur la balance), volumineux, moins simple à enfiler qu’un jean et il a un look purement motard. Donc je n’ai réalisé l’essai que lors de mon roadtrip, et je ne l’utiliserai que pour mes roadtrips à venir. Car dans ce cadre d’utilisation, il regorge de qualités.

Essai du pantalon textile Bering California à l'essai en roadtrip

Facile à enfiler, facile à personnaliser

Quoi de plus agaçant que de batailler avec un pantalon pour réussir à le mettre… Avec le pantalon textile Bering California, point de souci à ce niveau-là. Du moins, quand on n’est pas épais, je vous l’accorde….

Et quand il s’agit de mettre des bottes ? Pas plus de problème : elles passent facilement en dessous et si cela s’avère nécessaire, il vous suffit d’ouvrir les zips au niveau des chevilles pour plus de facilité. Si on le perd ? Il suffit de régler les pattes de serrage à la taille. S’il est trop long et qu’il frotte bêtement au sol ? Eh bien il suffit de régler les rabats en bas de jambes. Pour cela, il suffit de retirer deux minis bandes velcros femelles par jambe et les rabattre sur deux bandes mâles pour perdre 3 cm de longueur. 

pattes de serrage à la taille du pantalon textile Bering California

Premier critère pour un pantalon destiné à voyager : le confort en toutes circonstances !

Le pantalon Bering California est destiné à vous accompagner quelle que que soit la météo. Plus celle-ci sera clémente, plus vous pourrez « effeuiller » le pantalon. Par contre pour retirer les diverses couches, il vous faudra ôter le pantalon sous le regard ébahi des passants. Ça ce n’est pas pratique du tout. Et le dilemme de retirer ou non la membrane Gore-Tex quand il pleut sous 20°C s’impose à vous. Trempé de sueur ? Ou trempé de pluie ?

Concrètement, j’étais très satisfait du confort prodigué par ce pantalon textile. Je n’ai ressenti aucune gêne. Malgré son poids conséquent, il vous assure une bonne souplesse sur votre machine. Merci les soufflets d’aisance aux genoux. Vu son amplitude, on ne ressent pas de résistance lorsque l’on veut poser les pieds au sol. Ça c’est chouette ! Pour éviter toute infiltration d’air en bas du dos, il est possible de relier le Bering California au blouson via un zip. Chose positive, il n’est pas nécessaire de se plier le dos pour le faire.

pantalon textile bering california en position de conduite

Même pas peur du froid

Au cas où vous voudriez faire un tour à l’hivernale des Millevaches ou vous lancer à l’assaut du cap Nord, sa doublure thermique se veut chaude et épaisse. Si le temps vient à se réchauffer, point de souci à se faire. Cette membrane se retire aisément et prend peu de place dans les valises. Par contre, elle ne se fixe que sur la membrane étanche et est donc indissociable de celle-ci. Si vous ne roulez que par beau temps, tant pis pour vous !

Même pas peur de l’eau

L’envie de vous attaquer à la Northcoast 500 en passant par le Pays de Galle vous titille ? L’étanchéité de votre pantalon est aussi importante que la capacité de vos pneumatiques à évacuer l’eau. Pour ça, le pantalon textile Bering California et sa membrane Gore-Tex respirante, étanche et amovible, vous assurent de nombreuses heures au sec.

Attention cependant : lors de la première utilisation sous la pluie, ma veste Bering Tango était mal placée, et l’eau ruisselait et tombait sur la fermeture à glissière du pantalon. Elle finissait dans la rigole formée par le triangle d’étanchéité… Une vraie cascade tout droit vers mes bijoux de famille. L’erreur, je l’ai commise une fois, pas deux.

Même pas peur de la chaleur

Une fois que vous avez retiré la couche étanche et la doublure thermique, Bering a équipé son pantalon California de son système ADS: Air Dynamic System. En gros, comme chez la concurrence, il est possible d’ouvrir deux paires de poches d’aération pour faire circuler le vent relatif de l’avant vers l’arrière. C’est un peu efficace en position assise. Mais si vous faites de l’Off-road, c’est génial ! On se met debout pour affronter la piste de terre et là, le rafraîchissement fait du bien, surtout quand on a des coups de chaleur lors de passages particulièrement techniques. Cela dit, ces ouvertures auraient mérité des tirettes pour être manipulées plus facilement avec des gants.

ouvertures et aération du pantalon textile bering california

Terrifié par les déplacements pédestres

Imaginez-vous, vous portez le pantalon Bering California équipé de sa couche étanche et sa doublure thermique, et comme un imbécile vous vous lancez dans l’ascension du Pravčická brána (7,5 km A/R), pensant que ça reste faisable en équipement moto… Mauvaise idée… C’est lourd, rigide pour de la marche ascensionnelle et très chaud. Je l’ai cependant utilisé avec uniquement sa couche Gore-tex pour visiter Dresde sous la pluie. Ça restait largement supportable. Donc faire du tourisme avec le Bering California, ok, mais avec modération.

Essai du bering california

Et la sécurité dans tout ça ?

Bering n’a pas fait les choses à moitié pour protéger le porteur du California. En dehors de sa conception en Cordura et des renforts en Armex aux genoux, ce qui est déjà un bon gage de sécurité en cas de glissade, on retrouve des protections aux genoux et aux hanches homologuées CE de niveau 1. De nombreux dispositifs rétro réfléchissants assurent une bonne visibilité lorsque cela s’avère nécessaire. Malgré tout cela, le niveau d’homologation du pantalon Bering California est de niveau urbain.

Finitions5
Agrément thermique3.5
Aspects pratiques3.5
Etanchéité4
Coupe3.5
Sécurité3.5

Mon avis : un pantalon massif pour la balade ou les voyages

Le pantalon textile Bering California se veut confortable, pratique et sécurisant. Il saura vous protéger des intempéries telles que le froid et / ou la pluie. Pour la chaleur, mieux vaut vous mettre debout pour ressentir les ventilations. Si son poids n’est pas un problème en roulant, en marchant il sait se faire sentir…
3.9

Partagez cet article

Gab

Moi c'est Gab', depuis que j'ai obtenu le précieux sésame en 2013, je roule sur mon Sportster pour déambuler sur les boulevards et plus récemment mon Africa Twin pour affronter les conditions climatiques hostiles ou pour rider vers d'autres horizons. Egalement cycliste et parfois automobiliste, je prône le partage, la responsabilité et la sagesse collective sur la route. Quoiqu'il en soit, je recherche l'équipement sachant allier style, efficacité et protection.