Essai sous-vêtements techniques DXR Wintercore


Jusqu’à présent, quand je devais affronter le froid à moto, je misais sur mes vêtements de ski, que j’empilais sous mon équipement moto. Après tout, le froid ça reste du froid non ? Et puis j’ai testé les sous-vêtements techniques DXR Wintercore lors de mon escapade en Auvergne. Je ne ferai plus machine arrière !

Les conditions du test

Soucieux de vous livrer un test le plus objectif possible, j’ai adopté une méthode simple : descendre en Auvergne avec les sous-vêtements techniques DXR Wintercore, et faire le trajet retour avec des produits génériques qu’on peut trouver dans n’importe quel magasin d’articles de sport. Pour le reste, je portais un blouson DXR Roadtrip et le prototype d’un pantalon DXR muni d’une doublure thermique qui devrait sortir d’ici quelques semaines (on en reparlera).

La météo était quasiment identique à l’aller comme au retour. J’ai eu droit à un bon petit -5° en roulant sur le plateau de Haute Loire, et à pas mal de pluie et de vent le reste du temps. Bref, toutes les conditions étaient réunies pour se cailler.

Je vous précise que je roule sur un V-Strom 1000 avec une bulle haute. Je suis donc pas mal protégé sur le haut du corps mais ce n’est pas non plus une 1200RT ou un FJR. Le drame du millésime de ma moto c’est que malgré tout l’air passe suffisamment pour que j’en prenne plein la tronche. Et je ne bénéficie d’aucune protection particulière au niveau des jambes.

Pile ou face ?

En enfilant pour la première fois les DXR Wintercore je suis très surpris de voir que les faces avant et arrières ne sont pas faites avec la même matière. Si on regarde trop vite la page de la boutique on peut ne pas s’en rendre compte.

La face avant est plus épaisse. On dirait une espèce de coque très souple avec un tissu renforcé. Ma toute première impression est de me dire que ça doit être un excellent bouclier contre l’air et le froid. C’est la première fois que je vais essayer un vêtement pareil.

La face arrière est quant à elle tout à fait classique pour ce type de vêtement. Le tissu est souple et ressemble à n’importe quel sous-vêtement thermique générique qui stocke la chaleur et évacue la transpiration.

Le haut : Veste DXR Wintercore

Je pense que c’est au bout de 45 minutes ou 1 heure de route qu’on peut commencer à se rendre compte des qualités thermiques d’un équipement. La chaleur emmagasinée à la maison s’est totalement dissipée. L’air a bien eu le temps de refroidir chaque centimètre carré de notre équipement.

Tout en traçant vers le sud je surveille la montre. Je reste attentif à mes sensations. La situation me fait sourire, ça fait une demie heure qu’une petite voix résonne dans ma tête en boucle. Elle me dit : “Alors, t’as froid hein ? T’as froid? Vas-y dis-le que t’as froid”. Faut vraiment être maso.

Calé à 130 sur l’autoroute, pour sortir au plus vite du béton parisien et des grandes plaines de la Beauce, j’ai beau chercher la petite bête je me sens plutôt bien. Je n’ai pas non plus l’impression d’être dans un sauna mais je suis à l’aise. Les DXR Warmore font du bon boulot !

Les doublures des blousons DXR ont toujours tendance à être un peu trop légères à mon goût mais avec une veste DXR Wintercore, le résultat est satisfaisant. En arrivant à Vichy j’enfile une petite doudoune, qui jouera le rôle de vraie grosse doublure sous mon blouson. Je cherche ainsi à me rapprocher des performances des doublures des marques d’équipement premium.

La veste DXR Wintercore stocke véritablement la chaleur lorsqu’il est porté sous une grosse doublure. C’est presque indécent de ne pas frissonner alors que les paysages blanchissent de plus en plus.

Sur le trajet du retour, j’enfile comme prévu mes sous-vêtements de ski. Je me caille beaucoup plus, c’est le jour et la nuit ! J’ai beau rajouter la doudoune à partir de Saint Etienne je suis encore loin d’avoir aussi chaud qu’avec la DXR Wintercore.

Le bas : Pantalon DXR Winterpant

Avec les années je me suis résigné à avoir toujours un peu froid aux jambes et aux pieds en hiver. Mais là c’est fini.

J’ai vraiment hâte de vous parler du pantalon que j’ai testé parce qu’il est vraiment excellent. Parmi tous les équipements de la marque que j’ai testés c’est sans doute un des produits les plus aboutis. Et combiné au pantalon DXR Winterpant je peux vous dire que je n’ai pas eu froid aux jambes à un seul instant.

Avec le sous-pantalon technique générique j’ai eu un peu plus froid. La différence était bien réelle mais un peu moins marquée que pour le haut. Je pense que c’est surtout lié au fait qu’on est moins sensible au froid sur les jambes qu’au buste.

Isolation10
Régulation de l'humidité8
Confort9
Finition8

Mon avis : Des sous-vêtement thermiques vraiment efficaces

La veste et le pantalon DXR Wintercore ont gagné leur place dans mon paquetage hiver. Ils ont écrasé mes sous-vêtements techniques génériques lors du petit duel que j'ai organisé sur les routes d'Auvergne par -5°. En les portant sous une bonne doublure et après avoir bien fermé toutes les ouvertures de mon blouson, j'ai vraiment apprécié de pouvoir enfin rouler au chaud au milieu des premières neiges.
8.8

Partagez cet article

facebook-profile-picture

Le Motarologue

Motard, remonteur de file certifié niveau 4 et spécialiste de l'interfile parisien. Je roule tous les jours, par tous les temps, parce que je suis complètement maso et j'aime ça ! Dès que j'ai 5 minutes et suffisamment d'essence, j'enfourche mon V-Strom pour quitter le béton parisien. Je poursuis inlassablement cette sensation unique, que l'on ressent lorsqu'on s'enferme sous son casque et qu'on bouffe de la borne jusqu'à plus soif !