Essai gants Five WFX Tech Outdry


Quoi de mieux qu’une quinzaine avec une météo bien moisie, en mode hivernal, pour tester un produit justement vendu par le département marketing d’une marque pour cet usage précis ? Rien sans doute. Et j’en ai la confirmation après deux semaines passées avec les gants Five WFX Tech Outdry.

Pour poser le contexte, je n’ai jamais eu de produit de la marque Five. Je n’ai donc aucun a priori sur la paire de gants hiver qui vient de m’être confiée, afin d’être passé au crible de mon utilisation. Juste qu’on a déjà vu plus simple et « communiquant » comme nom. Mais bon. En tous cas, dès leur réception, le ton est donné : le test sera froid et humide !

Unboxing des gants Five WFX Tech Outdry

Prise de contact avec le produit : ça semble être d’une belle réalisation. Mélangeant avec soin cuir et textile, les gants Five WFX Tech Outdry semblent qualitatifs. Le cuir est de chèvre pleine fleur. Et il propose une souplesse bienvenue dès le premier enfilage. Les coutures sont soignées, la finition d’ensemble également.

Je remarque aussi immédiatement le système de double manchette, avec celle interne en néoprène qui fit parfaitement au poignet et rentre dans la manche du blouson, et l’externe assez large pour passer par-dessus sans que cela ne soit une galère à mettre en place. Double serrage également : un au niveau du poignet, l’autre en haut du gant pour le serrer sur la manche du blouson. Classique, éprouvé, efficace… Et bien mis en œuvre sur ces gants Five.

Les gants Five WFX Tech Outdry sont également pourvus de multiples coques et renforts, afin de protéger au mieux la main du motard en cas de chute. Coque sur le dessus des phalanges, slider sur l’extérieur de la paume, renforts en cuir sur toute la paume ainsi que sur le pouce, annulaire et auriculaire. Ces gants inspirent confiance quant à leur capacité de protection.

Coup de froid

Durant ma quinzaine de test, j’ai dû affronter la pluie, la neige, mais surtout le froid. Certes on n’est pas en Sibérie. Mais les conditions de roulage au quotidien, en plaine Alpine, durant ce mois de décembre furent « frisquettes », avec -4°C au minimum et +8°C au maximum. Bref, c’est l’hiver. Je roule sur une BMW R 1200 GS Adventure, donc munie de pare-mains (auxquels j’ai adjoint des extensions), et bien sûr de poignées chauffantes. Quand la température passe sous les 0°C, avec tout cela, on atténue et on retarde la sensation de froid. Mais, malgré tout, avec des gants pas adaptés, on sent quand même la différence.

Afin d’être le plus juste possible dans mon jugement, j’ai limité au maximum l’usage des poignées chauffantes. Quelle abnégation ! Signalons aussi que la plupart de mes trajets s’effectuent entre 90 et 130 km/h, ce qui a une influence non négligeable sur mes impressions eu égard au facteur vent, dont il faut bien tenir compte.

Jusqu’à 5°C, les gants Five WFX Tech Outdry font parfaitement le job. Je n’ai jamais ressenti de sensation de froid sur des trajets d’une heure maximum. Entre 5 et 0°C, les doigts commencent à subir un refroidissement au bout de 20 minutes environ. Et passées les 30 minutes de roulage autour de 0°C, j’ai dû avoir recours aux poignées chauffantes. En dessous de 0°C, mon expérience m’a conduit à penser que ces gants nécessitent l’utilisation de sous-gants… ou de poignées chauffantes ! En tous cas, dès lors que la vitesse passe les 90 km/h.

Les gants Five WFX Tech Outdry sont bel et bien des gants hiver. Mais ils avouent leurs limites au-delà de 20 minutes autour de 0°C, à vitesse rapide. Cela dit, en usage urbain ou péri-urbain, il est probable que l’on ne s’en rende pas compte.

Coup d’eau (et de neige)

Quand on roule presque tous les jours à moto, on est forcément amené à être confronté aux intempéries. Et ce mois de décembre nous a gâtés avec trois épisodes neigeux en plaine et de la pluie en pagaille. Bref, tout ce qu’il faut pour mettre à l’épreuve l’étanchéité d’un produit.

De ce côté là, les gants Five WFX Tech Outdry n’ont jamais été en défaut. La membrane Outdry remplit parfaitement son office. Et même en me retrouvant parfois plus d’une heure sous des déluges, mes mains ont toujours été au sec.

Autre bon point, le séchage assez rapide une fois le gant mouillé. A température ambiante, dans un bureau ou chez soi, quelques heures suffisent pour retrouver quelque chose d’opérationnel.

Coup de feel

Le plus gros défaut que l’on puisse généralement reprocher aux gants d’hiver (hormis éventuellement, de ne pas être chaud), c’est le manque de sensation des commandes.

Sur ce point, les gants Five WFX Tech Outdry sont particulièrement réussis. D’abord parce qu’ils sont vraiment taillés au plus près de la main. Sans être aussi radical qu’un pur gant racing, le préformage des doigts et le design ajusté (mais pas serré) sont vraiment top. Idem pour la souplesse d’ensemble, en particulier celle du cuir de chèvre pleine fleur qui est un vrai régal. La manchette interne en néoprène prend quant à elle parfaitement le poignet, et elle est aussi souple que confortable pour ne jamais gêner. Pour tout vous dire, moi qui suis un intégriste du gant à manchette courte, utiliser ces Five n’a jamais été un calvaire !

Qualité thermique7
Étanchéité9
Protection9
Aspects pratiques9
Finition9
Rapport qualité/prix7.5

Mon avis : Agréables jusqu'à 0°C

Les gants Five WFX Tech Outdry sont de très beaux gants réellement agréables à utiliser. Souples et bien étanches, ils ne trouvent leur limite que par un froid bien marqué (à partir de +0°C) et à vitesse soutenue. Ils seront donc un allié de choix pour les déplacements urbains et péri-urbains, mais pourront se révéler trop justes lors de longs périples, s’ils ne sont pas secondés par des sous gants et/ou des poignées chauffantes.
8.4

Partagez cet article

Le Brélomane

Deux roues, un moteur et un guidon ? Ca m'intéresse ! En selle plus de 300 jours par an, des dizaines de milliers de kilomètres avalés par tous les temps, pour aller chercher le pain comme pour un road trip, je vis la "brèle" comme beaucoup : avec une indéfectible passion !