Essai du pantalon Overlap Carpenter Vintage


Trouver un pantalon moto pour le quotidien relève souvent de la gageure. Il faudrait qu’il soit à la fois protecteur mais pas trop typé moto, léger et souple mais coupe-vent, imperméable mais respirant… Aucun produit ne peut prétendre à une totale polyvalence d’usage, à moto et hors moto. Le pantalon Overlap Carpenter peut-il prétendre s’approcher de la perfection ?

Revenons sur le pantalon Overlap Carpenter

Le pantalon Overlap Carpenter (ou charpentier en français) a été lancé en début d’été 2018 par l’équipementier français Overlap, filiale du groupe Rider Valley. Il se présente comme un des premiers pantalons mêlant une conception spécifique pour un usage moto et une coupe de type treillis ou cargo. Donc il se destine plutôt aux motards (puisqu’il n’existe actuellement qu’en version homme) qui veulent rouler tout en étant stylés. Aux motards qui ne cherchent pas une apparence vestimentaire typée moto, mais plutôt des vêtements cool, agréables à l’œil et confortables.

La souplesse du matériau textile utilisé sur ce pantalon moto permet de le porter sur n’importe quelle moto. Quelle que soit la position de conduite. Mais il paraît évident que le public visé par Overlap se recrute avant tout parmi les adeptes de la custom culture, du néo rétro, des motos classiques voire vintage. Une fraction de la population motarde qui se trouve surtout en ville et/ou n’effectue pas (ou peu) de longs trajets routiers, roule rarement sous la pluie ou par temps froid, et ne recherche pas les sensations fortes de la grande vitesse.

Si j’avais un marteau…

D’ailleurs, il vaut mieux se cantonner à la ville avec le pantalon Overlap Carpenter. Côté protection, on n’est clairement pas sur le haut du panier ! Overlap met en avant la présence de coques de protection aux genoux et aux hanches, toutes homologuées CE (selon la norme EN 1621-1 de niveau 2). Il faut saluer l’effort de fournir de série des coques pour les hanches, un point souvent oublié par les équipementiers alors que cette partie du corps s’avère très exposée en cas de chute. Nombre de chutes à moto entraînent une glissade sur le côté, avec un risque de fracture du bassin. On ne peut qu’apprécier le surcroît de protection offert par la présence de coques homologuées sur les hanches.

Overlap fournit donc dans un filet les quatre coques, légères et souples, qu’il vous appartiendra de glisser (ou pas) dans les poches prévues à cet effet. Celles sur les genoux permettent de régler la hauteur de la coque, mais l’amplitude de réglage s’avère faible. De plus, même en positionnant les coques de genoux au plus bas, la poche est vraiment placée trop haut. Si la coque tombe bien devant le genou en position debout, elle remonte sur la cuisse quand on se met en selle. Elle ne protège ainsi que le haut du genou. Au final, la protection offerte sur cette articulation fragile se révèle toute relative.

Je cognerais (seulement) en ville

Encore faudrait-il que le vêtement lui-même assure une bonne protection. Il est taillé dans une toile forte de coton, type denim, avec une doublure renforcée de kevlar (fibre d’aramide) à la fois légère et résistante. Plus que de la toile de jeans classique en tout cas ! Cette doublure résistante à l’abrasion ne se trouve toutefois (comme souvent, car l’aramide coûte cher) que sur les zones les plus exposées. A savoir : fesses, hanches et genoux.

Du coup, si le pantalon Overlap Carpenter passe bien les essais de la norme EN 13595, il en sort avec le niveau de performance minimal, dit « urbain » (bien en dessous des niveaux 1 et 2). Pour info, le niveau 1 est recommandé pour la route et le 2 pour le circuit. Pour un équipement de protection individuelle, c’est un niveau de protection qualifié, selon la norme, de « faible » sur les tests de résistance à l’abrasion, la perforation et l’éclatement. Autrement dit, ce pantalon Overlap ne vous protégera pas efficacement lors d’une glissade sur plus d’une dizaine de mètres, soit à une vitesse initiale supérieure à 60-70 km/h…

Ce serait le bonheur !

Si cette protection minimale ne vous pose pas de problème, le pantalon Overlap Carpenter devrait trouver grâce à vos yeux. Sa coupe dite regular, droite des hanches aux chevilles, convient à presque toutes les morphologies. D’autant plus que la toile denim comprend des fibres extensibles dites stretch. Côté entretien, c’est simple : lavage à la main avec de l’eau chaude savonneuse. Résultat, on a un pantalon agréable à porter, souple et léger. De ce point de vue, c’est une réussite ! On n’a pas l’impression de porter un pantalon moto, au détriment du coup de la sensation de sécurité.

Disponible en trois coloris (noir, beige camel et kaki), ce pantalon moto textile est proposé en tailles US du 28 au 40. Ces tailles sont les mêmes que celles utilisées par les fabricants de jeans classiques. Pour déterminer votre taille, il suffit d’enlever 8 à votre taille française. Pour ma part, je porte du 42-44 en taille française et le 36 US d’Overlap me convient parfaitement.

Si j’avais une cloche…

Quant à l’esthétique, cela dépend évidemment du goût de chacun. Personnellement, j’apprécie les poches cargo sur les cuisses. Cela dit, je trouve inutiles et superflues les trois petites poches à tournevis sur la poche de cuisse droite. Profondes d’à peine 10 centimètres et étroites, elles ne peuvent rien loger (à part un petit crayon à papier) et ne sont là que pour le look. Les poches latérales sont tout juste assez grandes pour y glisser les mains et ne ferment pas. Les deux poches « revolver » sur les fesses s’avèrent quant à elles, assez profondes et se ferment chacune par deux velcros.

Enfin, dernier élément un peu original : des sangles élastiques de maintien au bas des jambes. Amovibles, elles permettent d’éviter que le bas du pantalon ne remonte trop haut sur les chevilles. Une fonction utile par temps froid ou de pluie, pour ne pas que l’air froid ou l’eau pénètre dans la chaussure ou la bottine.

Pas taillé pour l’hiver ?

Sauf que le pantalon Overlap Carpenter ne se révèle pas vraiment taillé pour l’hiver… Il est présenté comme un pantalon toutes saisons… Mais il n’encaisse pas plus qu’une courte (et faible) averse, et il ne garde pas vos jambes au chaud. Par temps froid, un caleçon thermique pourra aider à supporter les courts trajets, mais n’envisagez pas des centaines de kilomètres par moins de 10°C ambiants. Par mauvais temps, il faudra en passer par un sur-pantalon de pluie. Du coup, les élastiques de maintien gênent plus qu’autre chose. Pour qu’elles ne se prennent pas dans les pédales ou les repose-pieds, on a vite tendance à les enlever.

Sans aération, la polyvalence climatique en prend un coup. D’autant plus que la doublure en aramide tient chaud, surtout si vous roulez avec les genoux proches du moteur. Au total, ce pantalon conviendra pour la mi-saison, mais pas plus pour la canicule que pour les frimas.

Pour en savoir plus et comparer ce pantalon Overlap Carpenter avec d’autres produits, n’hésitez pas à consulter notre guide d’achat Bien choisir son pantalon moto.

Coupe / Style 4
Sécurité2.5
Confort4.3
Polyvalence3
Résistance aux intempéries2

Mon avis : pour les motards citadins qui veulent du confort

Le pantalon Overlap Carpenter conviendra bien à ceux qui ne veulent pas se changer, qui cherchent un équipement agréable à porter toute la journée, et qui ne considèrent pas la sécurité de leurs jambes comme étant un critère primordial.
3.2

Partagez cet article

Fabien Lecoutre

Formateur de conduite, journaliste moto, auteur de guides touristiques motards et du site Passion Moto Sécurité... je suis surtout un "roule toujours" passionné.