Roadtrip italien : En route vers le GP de San Marin !


Ici vous êtes en terres de motos et de motards!

Ah, l’Italie… Patrie de Ducati, MV Agusta, Aprilia, Moto Guzzi et de bien d’autres noms emblématiques de l’industrie moto. Le pays a vu naître de grands champions tels que Giacomo Agostini, Valentino Rossi, Loris Capirossi, Franco Uncini,… L’Italie est aussi un vivier de jeunes talents, formés et poussés vers les plus hautes sphères de la compétition moto. Enfin, l’Italie est une nation de passionnés, de gens à la personnalité entière et à l’énergie débordante… Début Septembre, j’ai eu la chance de découvrir ce pays dans le cadre du Grand Prix de San Marin. Contact. Moteur. C’est parti !

Premier arrêt : Borgo Panigale

Située à quelques kilomètres de Bologne, la ville de Borgo Panigale abrite l’usine de la marque Ducati. Que vous soyez fan des machines rouges ou non, une pause s’impose afin de découvrir un lieu débordant de passion !

Aucun doute, vous êtes bien chez Ducati...

Aucun doute, vous êtes bien chez Ducati…

On arrive à l’usine en longeant le long mur d’enceinte. Celui-ci est recouvert d’une immense fresque représentant les pilotes et les machines de compétition emblématiques de la marque… Le tableau est dressé ! Une fois dans l’antre, direction le musée récemment ouvert. Celui-ci mêle machines routières emblématiques et prototypes de compétition. Lors de notre passage, l’originale Pantah côtoyait notamment la fabuleuse 916 édition Senna, le Scrambler origine ou encore la Panigale Superleggera…

Les salles sont épurées et font la part belle aux machines de la marque.

Les salles sont épurées et font la part belle aux machines de la marque.

Dans les mêmes temps, il était possible d’approcher les machines de Superbike pilotées par Raymond Roche, Carl Fogarty, Troy Corser, Chaz Davies. Et les MotoGP de Loris Capirossi et du regretté Nicky Hayden. Toutes ces pièces de collection sont présentées dans des salles très épurées, à la propreté clinique, qui mettent en valeur la beauté des éléments de mécanique à grands renforts de lumière.

Ducati c'est aussi une formidable lignée de championnes en Superbike!

Ducati c’est aussi une formidable lignée de championnes en Superbike !

Vous souhaitez prolonger l’expérience ? Sachez que vous pouvez, sur rendez-vous, accéder à la visite de l’usine.
Enfin, si vous êtes propriétaire d’une machine de la marque, pensez à vous munir de la carte grise de votre moto. Vous bénéficierez de remises sur les visites et sur le fan shop. Pour ceux qui décideraient de se rendre sur place avec leur Ducati, vous aurez accès au parking de l’usine, directement situé dans l’enceinte ! Photo souvenir obligatoire.

Dès la rue, le décors est planté!

Dès la rue, le décors est planté!

Tavullia, épicentre de la passion

Situé à environ 20 kilomètres de Rimini et Riccione, le village de Tavullia s’est retrouvé dans la lumière dès l’arrivée de Valentino Rossi en Grand Prix. Dès le panneau, le décor est planté : Bienvenue en « Terra di piloti e moto« …

Effectivement, le Docteur est omniprésent. Du « Ranch » où s’entraînent le pilote et ses amis, aux drapeaux jaunes attachés à chaque lampadaire par les services de la ville, en passant par l’immense fresque suspendue au-dessus du petit parking central, tout rappelle la star !

Ici vous êtes en terres de motos et de motards!

Ici vous êtes en terres de motos et de motards!

L’endroit qui cristallise cette passion se nomme « Da Rossi ». Il s’agit du Bar-Pizzeria ouvert il y a quelques années par le pilote à Tavullia. Situé entre le local du Fan Club officiel de Valentino et un Fan shop hyper moderne, l’endroit est incontournable. En effet, la déco mélange vieilles pierres, éclairage d’ambiance high-tech et quelques objets fétiches de l’enfant du pays. On y trouve des casques, des cuirs portant les stigmates de luttes en piste, des miniatures des motos du Doc’ et quelques portraits du pilote.

La terrasse de Da Rossi, baignée de soleil...

La terrasse de Da Rossi, baignée de soleil…

Mettons-nous à table… Pour le coup, dans l’assiette c’est un sans-faute ! Que l’on soit fan de Rossi ou pas, il est difficile de critiquer les plats servis. Aucun doute, la cuisine typique italienne brille par sa richesse… Les clients viennent des quatre coins du monde pour manger chez Da Rossi. Et on y côtoie aussi bien des membres de la caravane du MotoGP (qu’ils soient mécaniciens, pilotes ou officiels) que des proches du propriétaire des lieux, ou encore de simples fans.

Pour finir, je décrirais Tavullia comme un superbe village, niché dans un écrin entre mer et montagnes… N’hésitez pas, si vous passez dans le coin, prenez le temps de découvrir le village du Doctor.

Coriano, la ville musée du SIC

Ville natale de Marco Simoncelli, Coriano aurait pu connaître le même destin que Tavullia. Au cours de l’année 2011, le destin bascule avec le décès brutal de l’étoile montante du MotoGP.

À la suite de ce dramatique accident, la municipalité a créé un musée retraçant la carrière fulgurante du Sic. En toute franchise, l’ambiance qui règne dans les salles est pesante. Mais la visite vous permet de découvrir la vie d’un véritable Motard passionné. On y retrouve les machines qui ont marqué la carrière du pilote numéro 58, des cuirs, des casques… La dernière salle abrite le box ayant accueilli Marco Simoncelli durant sa dernière saison au plus haut niveau de la vitesse mondiale.

Le dernier box du SIC reconstitué...

Le dernier box du SIC reconstitué…

Au moment de reprendre la route, impossible de ne pas s’arrêter quelques minutes devant le monument érigé à la mémoire du chevelu le plus souriant des paddocks. Celui-ci reprend les couleurs et le numéro de course du SIC. Et il se termine par une structure en inox dans laquelle une flamme brûle durant 58 secondes chaque dimanche, à l’instant auquel le soleil se couche…

Le Grand Prix de San Marin, à découvrir !

Enfin, ça y est ! Après plusieurs mois d’attente, le Grand Prix de San Marin est sur le point de débuter !

Vendredi matin. 9 heures. Arrivée dans l’enceinte du circuit Marco Simoncelli et découverte des lieux.

Étant un grand enfant, je suis toujours émerveillé en découvrant un nouveau tracé. Premier constat : la visibilité depuis les tribunes est bonne ! Les pelouses, ici nommées « Prato », surplombent vraiment la piste et les différentes tribunes en « dur » permettent de voir plusieurs virages.

Ensuite, le tableau se noircit légèrement. Contrairement au circuit Bugatti du Mans qui permet aux spectateurs de faire le tour du tracé à pieds, à Misano, vous êtes « bloqués » dans une zone se situant au pied de votre tribune. En effet, chacune dispose de stands de restauration, de boutiques et de sanitaires qui lui sont propres. Bizarre. De ce fait, ne cherchez pas de « village exposants », cela n’existe pas ici !

Une fois ces différences assimilées, place au spectacle ! En raison de la pluie, le dimanche a été marqué par de nombreuses chutes… Grâce à la pluie, les courses ont connu de nombreux rebondissements. Du côté des résultats, la catégorie Moto 3 verra la victoire de Romano Fenati tandis que le Suisse Dominique Aegerter s’imposera en Moto 2. Enfin, Marc Marquez montera sur la plus haute marche du podium des MotoGP au terme d’une superbe lutte avec l’italien Petrucci.

Johann Zarco, mal récompensé d'une superbe course... au Grand Prix de San Marin

Johann Zarco, mal récompensé d’une superbe course…

Cependant, l’image que nous retiendrons de ce Grand Prix de San Marin restera le passage du drapeau à damier à la poussette de notre français Johann Zarco ! En effet, au terme d’une course solide où il figurait dans le top 10, le pilote Tech3 est tombé en panne d’essence. A quelques mètres de la ligne d’arrivée…

Misano côté infos

Enfin, si ce récit vous a donné envie de vous rendre à Misano, dans les années à venir, voici quelques informations qui peuvent vous intéresser.

  • Misano est située à proximité de Riccione, une ville balnéaire regorgeant d’hôtels… Comme vous vous en doutez, le Grand Prix de San Marin ayant lieu en Septembre (hors saison), c’est l’occasion de faire de bonnes affaires côté hébergement.
  • Cette année, une navette gratuite faisait le trajet Riccione-Circuit de Misano le dimanche. Les abords du circuit étant très fortement embouteillés, le bus peut être une bonne option pour gagner du temps…
  • Attention : pour les habitués du camping, le circuit ne dispose pas d’aires d’accueil telles qu’on peut les trouver en France. En revanche, les habitants des environs louent des emplacements dans leurs jardins pour quelques euros.

Partagez cet article

JBuzZzLightyear

Tombé dans le chaudron motard dès le plus jeune âge, je suis un amoureux de 3 cylindres anglais... Proprio d'un Daytona 955i et d'un Street Triple RS, je partage ma passion en photos sur Instagram sous le pseudo @Jbuzzzlightyear...