L’Espagne à moto #6 : La Ribera de Cubas via Alcala del Jucar


Toutes ces courbes me permettent de refaçonner mes pneus !

Après 5 jours à faire bombance de tapas, le tout arrosé de boissons bien souvent alcoolisées, Aranjuez est déjà un lointain souvenir. L’appel de la route finit par se faire pressant. Je décide de partir sur l’aprèm, pour une balade pas trop longue vers Alcala del Jucar. Le temps de réhabituer mes lombaires aux douces vibrations du Forty Eight.

Je prends donc en début d’après-midi (16h30 heure locale) la direction d’Alcala del Jucar, paisible village traversé par le rio Jucar, mais surtout réputé pour ses maisons troglodytes. Histoire de prolonger le plaisir, je décide de suivre le chemin de la Ribera de Cubas – rien à voir avec le pays des cigares, rassurez-vous. Mon Cubas à moi conduit à un joli p’tit village perdu dans les montagnes, et surtout desservi par de superbes routes, sinueuses à souhait. Bref, la balade parfaite pour changer de mon périple précèdent et redonner un peu de forme à mes pneus carrés !

La rivière a sculpté la roche en méandres pour le plus grand plaisir des motards !

La rivière a sculpté la roche en méandres pour le plus grand plaisir des motards !

Virages ? Vous avez dit virages ?

Le thermomètre affiche 37 degrés. Le « potatoe potatoe » du Vance & Hines sort la moitié du village de la torpeur d’une sieste méritée. C’est parti, en route pour Abengibre via – vous l’aurez deviné – une belle ligne droite de 15 km ! Aller je ronge mon frein, car je sais que la suite du voyage sera bien plus intéressante. Et en effet, après avoir passé Abengibre on ne tarde pas à s’engager dans une série de virages en épingle qui, en plus de râper les cale-pieds, me redonnent la banane !

Après ce tour de manège « virolesque », je descends dans la vallée et me rapproche du rio Jucar. l’effet cuvette faisant, la température augmente encore… Fort heureusement, les imposantes montagnes offrent quelques zones d’ombre et de fraîcheur, qui maintiennent la balade agréable.

Le village de Jorquera, niché sur un rocher

Le village de Jorquera, niché sur un rocher

Le paysage est superbe… La route passe par moment sous la montagne ! Elle est d’une qualité extraordinaire et le climat désertique me permet vraiment d’en profiter. Le pied monumental !

Je décide de faire un petit détour par Jorquera, ville dans les hauteurs que je traverse par ses rues étroites et typiques. Je remonte tout le village afin d’atteindre un point de vue surplombant toute la vallée. Le panorama est à couper le souffle – et un peu les jambes, car le vide en contrebas est vertigineux.

Ribera de Cubas, une route et un paysage grandioses

Je remonte sur le Forty Eight : direction Alcala del Jucar. Les lecteurs assidus se souviendront que je suis arrivé par là lors de mon premier voyage, de nuit. Cette fois, c’est différent : je vois à plus de 20 mètres ! Je m’arrête le temps d’une boisson fraîche en terrasse, et j’en profite pour tremper mes pieds dans la piscine artificielle du rio Jucar.

Retour par la Ribera de Cubas. La route longe des falaises d’une trentaine de mètres de hauteur. Les impacts blancs au sol rappellent la violence de certaines chutes de pierres. D’un coup, je me sens moins serein. Si je m’en prends une sur le coin du casque, je vais certainement moins faire le malin !

La route de la Ribera de Cubas en direction de Jorquera longe la falaise. Grandiose !

La route de la Ribera de Cubas en direction de Jorquera longe la falaise. Grandiose !

90 km de courbes vers Alcala del jucar pour refaçonner mes pneus

Par chance, pour cette fois, pas d’obus minéral à éviter sur ces 20 km de route torturée. Je récupère d’autres virages qui me font remonter vers les hauteurs de La Mancha et leurs interminables lignes droites. Bon, je viens d’enquiller 90 km de routes tortueuses, je ne vais pas commencer à me plaindre !

Ainsi s’achève cette balade parfaite pour un après-midi de roulage tranquille et pourtant bien vivant. Je rentre avec de somptueux paysages pleins la tête, et de bonnes vibrations plein le séant !

La prochaine fois, je repars pour 300 km.

À très bientôt et n’oubliez pas de freiner !

Encore quelques virages et j'arrive sur Alcala del Jucar

Encore quelques virages et j’arrive sur Alcala del Jucar

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Bruno

Membre émérite du service client Motoblouz, je suis un grand fan de customs, en particulier de Harley-Davidson ! Vous pouvez aussi me retrouver sur la chaîne Youtube de Motoblouz, où j'anime les vidéos produit avec PEB...