Essai gilet de protection Acerbis Scudo 2.0


C’est la première fois en 20 ans que je roule avec un gilet de protection. Jusque-là, je n’avais pas eu l’occasion d’en essayer et je n’en avais pas vraiment eu l’envie car je pensais que cela ne me convenait pas. Le gilet Acerbis Scudo 2.0 m’a fait changer d’avis. Alors bien que je ne dirais pas que je l’ai adopté, je comprends maintenant pourquoi beaucoup de pilotes aiment rouler avec ce genre de protection.

Conforme aux normes, of course

Avant même de parler du produit, il y a une caractéristique très importante qu’il faut connaître pour ce genre de protection : il doit être conforme à deux normes. Bien qu’obligatoire uniquement en compétition (même si avec mon grand nombre de fractures je vous le conseille même à l’entraînement), le gilet conforme est imposé par la Fédération Française de Motocyclisme.

Rappel pour la pratique du motocross ou de l’enduro en compétition (article 8.9 du règlement FFM) :

Protections dorsale et pectorale : Obligatoire
Norme CE et label FFM obligatoire.
Pour les protections ne bénéficiant pas du label FFM :

  • Pectorale : La norme EN 14021 est fortement recommandée ;
  • Dorsale : La norme EN 1621-2 est obligatoire ;
  • Gilet intégral (pectorale et dorsale intégrées) : La norme EN 1621-1 ou 1621-2 est obligatoire et la norme EN 14021 est fortement recommandée.

Bonne nouvelle, le gilet Acerbis Scudo 2.0 répond à ces 2 normes avec une certification EN 1621-2 pour la dorsale et la EN 14021 pour la protection pectorale. Il vous permettra donc de passer tous les contrôles techniques de pré-compétition sans aucun problème.
Les protections coudes et épaules de ce gilet sont elles aussi certifiées, bien que la norme en question ne soit pas encore obligatoire pour ces protections.

Gilet Acerbis Scudo 2.0, une sensation de sécurité

Je vous l’avoue, si je n’avais jamais eu l’envie d’essayer un gilet, c’est parce que j’avais peur d’être un peu à l’étroit et donc pas assez libre de mes mouvements. Alors j’ai fait mes premiers tours de roues avec un peu d’appréhension mais surtout pas mal de préjugés.

Pour être totalement franc, il m’a fallu 10 bonnes minutes pour trouver les réglages adéquats car je voulais qu’il soit parfaitement ajusté. L’avantage de ce gilet c’est qu’il est muni de multiples sangles afin d’avoir un ajustement qui convient au plus grand nombre pour les coudières et épaulières. Une fois bien réglé, on oublie vite que ce gilet peut paraître imposant. Mes premiers tours, pas très à l’aise, ont laissé place à des tours de plus en plus rapides car je me sentais en sécurité. En effet, c’est le point positif pour moi dans un gilet et plus particulièrement dans celui-là : on n’a pas peur de chuter car on se sent protégé.

Et pour augmenter cette sensation de sécurité grâce à son coté fit, l’Acerbis Scudo 2.0 est disponible en 3 tailles (S/M, L/XL, 2XL). Personnellement, je mesure 1m80 pour 72 kg (oups je n’aurais pas dû le dire ?) et j’ai opté pour la première taille disponible qui, au niveau largeur/longueur, convient parfaitement.

Pour compléter tout cela, le gilet contient déjà une ceinture lombaire. J’ai moi-même roulé pendant longtemps avec une ceinture (qui n’était pas intégrée dans mon plastron) car ça protège et ça renforce le bas du dos. Je trouve que celle du gilet Acerbis Scudo 2.0 remplit parfaitement ces fonctions et soulage les lombaires. En revanche elle est un peu longue et a eu tendance à sortir mon t-shirt de mon pantalon et à baisser ce dernier. Du coup, je couperai sûrement 2-3cm du bas du dos pour éviter que cela arrive trop souvent. Notez que ça ne change rien à l’homologation de retirer un peu de la dorsale. Le must aurait été d’avoir cette ceinture de manière amovible ou de pouvoir retirer la dernière protection lombaire.

Compatible avec les colliers cervicaux ?

Alors bien évidemment oui… mais non, enfin pas pour moi !

Je l’ai essayé avec deux marques de colliers cervicaux différents et les deux fonctionnent très bien avec l’acerbis Scudo 2.0. Sauf de la manière dont je dispose mon collier cervical. Pour tout vous expliquer, si vous roulez avec le collier posé par-dessus le gilet (à l’avant comme à l’arrière) alors c’est parfait, comme pour toute protection assez récente sur le marché. Pour ma part, l’habitude fait que l’avant du collier cervical est au-dessus et l’arrière est sous le plastron, à même la peau, afin d’être en contact direct avec la partie qu’elle doit protéger : la colonne vertébrale – chacun sa réponse à la question « comment porter son collier cervical » !

Et j’ai rencontré un petit problème lorsque j’ai commencé à rouler avec le gilet et la protection posés de cette façon. En effet le contour du cou en matière très légère n’est pas assez épais pour retenir les pattes de fixations de mon collier cervical. Au premier saut, le collier cervical est alors remonté et a créé une petite gène en poussant mon casque.

En résumé : si vous portez votre collier cervical par-dessus le gilet (comme le feront une majorité de pilotes) c’est parfait.

Un peu chaud cacao

Je vous l’avoue, jusque-là je ne comprenais pas les riders qui roulaient uniquement avec un gilet (sans maillot par-dessus). Selon moi, ça nuit au style 😀

Mais en essayant ce gilet je me suis rendu compte que la maille large du gilet est très respirante et que lorsque l’on porte un maillot au-dessus, on a vite trop chaud (Ok, il faisait 30°C quand je l’ai essayé). On perd totalement l’intérêt & l’efficacité de la maille. Donc l’hiver avec un maillot, c’est très bien, mais passé 25°C ça devient un peu trop chaud.

Autre point, je pense que les manches amovibles sont un plus sur les gilets et celui-là n’en dispose pas, contrairement au gilet Acerbis MX Jacket Soft 2.0, testé plus tôt. Sous les 30°C de mon essai et pour moi qui ne suis pas un fan des coudières ça aurait été vraiment génial de pouvoir retirer les manches.

Protection9.5
Souplesse8
Ergonomie7
Poids6.5
Ventilation7.5
Finition9

Mon avis : Un sérieux concurrent à ce prix

Le gilet Acerbis Scudo 2.0 fait parfaitement le job question protection. Il entre en concurrence avec tous les autres gilets du marché et se distingue par un prix défiant toute concurrence.
7.9

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Julien

Si je passe mes journées dans les bureaux de Motoblouz.com, le plus clair de mon temps libre est consacré au cross ! Le sable est mon terrain de prédilection, les Yamaha celles qui mettent le feu à ma passion...