Essai capteur de pression Fobo Bike TPMS


Fobo Bike propose un système de contrôle de la pression de vos pneus (ou TPMS) facile à mettre en place et à utiliser. Je l’ai testé pour vous pendant quelques semaines. Et autant le dire tout de suite, même si on y gagne en sécurité, il reste un souci majeur : son prix. Si si, vous allez voir !

Vous le savez aussi bien que moi. On est censé contrôler la pression de nos pneus moto régulièrement. Je l’avoue un peu honteusement, je suis un peu laxiste dans ce domaine. Je roule parfois plusieurs semaines sans autre contrôle que celui du pifomètre – à savoir coup d’œil sur le pneu, parfois agrémenté d’un coup de botte sur la bande de roulement pour voir s’il sonne bien. Et je crois bien que je ne suis pas le seul à négliger mes pneus de la sorte.

Pourtant, si les pneus modernes sont très performants, ils se montrent aussi hyper sensibles aux variations de pression, qui influent très vite sur leur comportement. Ajoutez à cela qu’ils réclament des pressions de plus en plus élevées (2,9 bars à l’arrière pour les Metzeler Roadtec 01 qui chaussent actuellement ma bécane), donc des probabilités de pertes plus importants, et vous augmentez le facteur risque de façon inconsidérée.

La délation, un art de vivre pour le TPMS

Telle est la raison d’être du TPMS, pour Tyre Pressure Monitoring System, ou moniteur de pression des pneus si vous préférez. Plus simplement surnommé capteur de pression, cet accessoire vous renvoie en temps réel la pression de vos pneus, et vous signale la moindre variation anormale de cette dernière. Une vraie balance ! Les propriétaires de certaines GT haut de gamme connaissent bien, puisqu’ils disposent de série de tels accessoires, issus du monde automobile au demeurant.

Concrètement, le TMPS se compose d’un capteur, et d’une interface qui rend les infos qu’il mesure (pression, température des pneus) lisible. Dans le cas du Fobo Bike que j’ai le plaisir de tester pour vous, le capteur remplace le bouchon de valve. Simple et efficace : on visse et il est opérationnel. Et plutôt que d’encombrer votre guidon d’un cadran supplémentaire, le fabricant a eu la bonne idée de développer une appli qui joue le rôle d’interface. Une fois installée sur votre smartphone préféré (iOs ou Android) et configurée, elle relaie les infos à la demande et vous alerte en cas d’anomalie.

Mise en place : À la portée des technophobes

Au final, l’essentiel des opérations se passera donc avec votre téléphone. Si vous êtes de ceux qui ne jurent que par le Nokia 3210, passez votre chemin. Comme beaucoup d’applis moto, l’app Fobo Bike est gratuite, et s’installe et se configure de façon logique – pour peu que vous soyez un minimum à l’aise avec la langue de Shakespear… Eh ouais, pas de version française à dispo.

Au final, l’essentiel des opérations se passera donc avec votre téléphone. Si vous êtes de ceux qui ne jurent que par le Nokia 3210, passez votre chemin.

Pour vous la faire courte, il faut commencer par créer un compte pour que l’appli Fobo Bike soit opérationnelle. Suit la configuration du profil de votre moto, où vous spécifiez la pression préconisée par votre manufacturier pour les pneus avant et arrière. Vous pouvez ajouter plusieurs profils si vous faites partie de ces veinards disposant de plus d’une moto (et non j’suis pas jaloux, OK ?)

On termine avec l’appairage des capteurs : l’appli vous demande de mettre le téléphone en contact avec chacun et de lancer l’appairage. Je n’ai rencontré aucun souci, la technologie a l’air au point.

Fobo Bike, le demi TPMS

Côté capteur, on a affaire à du matériel plutôt léger et pour autant d’une conception manifestement robuste. Le petit boîtier se révèle étanche selon la norme IP57, un indice de protection qui vous assure qu’il est étanche comme il faut en usage routier, tant à l’eau qu’à la poussière.

Vérifiez quand même qu’il ne passe pas trop près d’un obstacle (étrier de frein, lèche roue, etc.) pour éviter d’exploser ce petit bijou de technologie dès la première sortie du garage. Avec un bon serrage (manuel), je n’ai pas constaté de baisse de pression au fil des jours. Il vaut le bouchon plastique de la valve quoi ! Aucun comportement parasite à signaler non plus, rapport au surpoids engendré par cet accessoire sur les roues de ma moto. Du tout bon ?

Oui et non… Le souci avec le capteur Fobo Bike, et non des moindres, c’est il n’y en a qu’un dans l’emballage ! Si cela n’enlève rien à ses qualités, le TPMS n’a vraiment de sens que si chaque roue dispose du sien. Si vous devez changer le capteur de valve avant chaque roulage, on perd l’intérêt du truc. Il faudra donc doubler le budget pour disposer d’un kit TPMS réellement utilisable. À vous de voir quel budget vous êtes prêt à consacrer à cet accessoire !

Un TPMS pourtant efficace et intuitif

Au-delà de ce travers détestable, j’ai pourtant été séduit par l’utilisation du Fobo Bike. Dès que vous avez créé le profil de votre moto et que vous avez appairé le/les capteur(s) Fobo dans l’appli, elle vous affiche la pression et la température de l’air dans le pneu. Quand même dingue pour un bidule de moins de 12 grammes, non ?

Il suffit pour cela de lancer l’appli, qui se connecte au TPMS via Bluetooth 4.0 dans un rayon de quelques mètres. L’interface, paramétrable à souhait, vous indique alors après quelques secondes de synchronisation si vos pneus sont prêts à vous donner le meilleur d’eux-mêmes ou s’ils méritent un ajustement.

En cas de différence trop importante avec la pression préconisée pour vos pneus, l’appli Fobo Bike vous avertit.

En cas de différence trop importante avec la pression préconisée pour vos pneus, l’appli Fobo Bike vous avertit. Le cadre dédié au pneu incriminé affiche un picto de pneu à plat, avec la pression affichée en rouge, le tout soutenu par une alerte sonore suffisamment désagréable pour vous pousser à réagir rapidement. Mon royaume pour un compresseur !

Vous l’avez compris, avec le TPMS Fobo Bike, plus besoin de manomètre. Les infos sont actualisées en temps réel (toutes les 15 secondes) et s’avèrent particulièrement justes à ce que j’ai pu comparer avec le mano de la station-service du coin. Les variations au centième de bar près sont prises en compte. De quoi amortir un peu le prix d’achat !

Fobo Bike, un ami qui vous veut du bien

Mieux : inutile dans l’absolu de faire un check la pression des pneus sur l’appli Fobo Bike  avant chaque départ. Elle se charge elle-même de la vérifier pour vous en arrière-plan et vous avertit en cas de souci. Vous pouvez d’ailleurs paramétrer les seuils d’alerte à votre convenance.

Si comme moi vous voulez jouer les maniaques, sachez que la pression peut varier de quelques dixièmes avec l’échauffement du pneu, avec à la clé, une alerte qui vous imposera un arrêt pour modifier les valeurs que vous avez choisies… L’enfer est pavé de bonnes intentions. Le mieux est de laisser les paramètres par défaut, qui sont bien étudiés.

Ça va sans dire, l’alerte, à la fois visuelle et sonore, impose d’avoir le téléphone sous les yeux ou un kit mains-libres connecté au téléphone. Si votre téléphone est simplement rangé dans votre poche intérieure, peu de chance que vous l’entendiez… Une fonction « Overlay » vous permet d’afficher la pression de chaque pneu dans un petit encadré flottant au premier plan, par exemple devant votre GPS.

Et la batterie dans tout ça ?

Perdu, il ne s’agit pas d’une batterie, mais d’une pile bouton ! Comptez environ deux ans d’autonomie selon le fabricant. Notez que ladite pile du TPMS se remplace aisément en dévissant le petit capot de la base. Il s’agit d’une CR2032, une référence répandue et bon marché.

Design9
Fiabilité10
Facilité d'utilisation7
Fonctionnalités9
Autonomie10

Mon avis : Cher pour le service rendu

Pas de doute, le TPMS Fobo Bike est fort utile et facile à utiliser. Mais bon, à mon sens, le budget reste élevé pour les services qu'il rend (suivi de la pression et alerte en cas de problème), ce qui lui explique cette note sévère. Le prix affiché étant celui d'un capteur, il faut donc le multiplier par deux... Les pros argueront que cet accessoire joue en faveur de notre sécurité en nous avertissant si la pression se modifie au-delà du raisonnable. Les contres soutiendront qu'il ne fait que remplacer un contrôle avec votre manomètre préféré. À vous donc d'évaluer si votre poil dans la main est à ce prix ! Avec, en prime, le risque de se faire chouraver les capteurs sur parking du Carrefour.
6

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

  • pg6408

    à ce prix il n’y a même pas de discutions, c’est du foutage de gueule.

  • Amedee Gordini

    A ce tarif, je vais peut-être attendre d’en voir un sur une moto garée… Et quand je l’aurai, je l’enlèverai à chaque arrêt !!!

  • Arnaud Mirguet

    comment ce fait t’il que su votre site un seul bouchon est vendu 120€ alors que sur le site du fabricant le kit des deux est vendu un peu moins de 90€ ou kit avec 2 valves en T supplémentaire est à 100€ ?