Essai sacoches cavalières DXR CAMEL SPORT


A moto, il existe plusieurs types de bagagerie en fonction des besoins du motard. Si tu es fan de roadtrip, plusieurs solutions s’offrent à toi : sacoches de réservoir, sac à dos, ou encore sacoches cavalières. Ce sont de ces dernières que l’on va parler aujourd’hui, et plus particulièrement des sacoches DXR CAMEL SPORT.

Bagagerie pour roadtrip

Depuis toujours attirée par les roadtrips, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai toujours été attirée par la moto. Rajouter un peu de liberté à ce qui est déjà synonyme de liberté. Alors, après 2 ans de permis à prendre confiance en moi, à apprendre de ma moto et à continuer à apprendre grâce aux différents motards que j’ai rencontré, il a fallu que je me lance.

En tant que novice, j’ai demandé à ceux que je considère comme des experts s’ils pouvaient me donner des conseils. Le Motarologue, par exemple, a été d’une grande aide grâce à son blog et ses indications quant à la préparation de l’itinéraire (même si le jour J, il y a eu des cafouillages !). Une fois la route choisie, les visites planifiées et les réservations faites, la question des bagages se posait. J’étais déjà en possession d’une sacoche de réservoir DXR MAGNET-X, qui dispose déjà d’une capacité de 16 litres. Elle a été l’alliée parfaite pour mettre les différents éléments dont j’avais besoin à portée de main, soit bouteilles d’eau, portefeuilles, mouchoirs, etc. J’ai également pu y glisser ma roadmap grâce à sa petite pochette transparente sur le dessus.

Cependant, nous partions à deux. Il fallait donc prendre mes vêtements de rechange ainsi que les produits de douche pour chacun. Ça a donc été un vrai soulagement quand on m’a proposé de tester les sacoches DXR CAMEL SPORT. Je n’avais pas du tout envie de faire 1000 km avec un gros sac sur le dos.

De beaux volumes

Les 2 sacoches DXR CAMEL SPORT font en moyenne 20 litres chacune. J’ai ainsi pu mettre mes affaires pour 2 jours et une nuit, ainsi que celles de mon compagnon. Et ce, très facilement. Et il restait même de la place !

Malheureusement, lors de ce premier voyage, je n’ai pris que 2 photos, mais pas de la contenance. Cependant, j’ai réitéré un petit voyage pour vous donner une idée. Une sacoche a pu contenir 3 pulls, 1 chemise épaisse et 2 t-shirts, ainsi que 2 pantalons sans aucun problème. Je n’ai pas rempli jusqu’au bout la seconde, et j’y ai seulement mis une trousse de toilettes, une bouteille d’eau et des chaussettes, tout en gardant les accessoires des DXR CAMEL SPORT.

Mais s’il vous faut plus de place, il est possible d’agrandir les sacoches. En effet, grâce à leurs soufflets d’extension, les DXR CAMEL SPORT gagnent encore 10 litres pour en atteindre 30. Une très belle capacité.

De plus, elles disposent également d’une petite poche à scratch sur le côté intérieur et d’une poche zippée à l’extérieur afin de ranger encore quelques petites choses.

Jour J : l’installation

Malgré l’excitation et l’appréhension, je n’ai pas pensé une seule seconde à tester l’installation des sacoches cavalières DXR CAMEL SPORT. Ce qui, à mon avis et avec le recul, devrait toujours être fait !

A cause de moi, nous avons donc perdu 1 h sur notre planning de départ. En effet, si elles ont l’air facile à installer, une fois devant la moto, ça n’a pas été simple. Mais pas du tout à cause des sacoches. Dans la précipitation, j’ai voulu installer les sacoches en mettant les scratchs des DXR CAMEL SPORT par-dessus la selle. Il est noté qu’elles peuvent s’attacher ainsi, mais face à l’angoisse du premier départ, j’ai eu très peur qu’elles glissent d’avant en arrière ou qu’elles obstruent mes clignotants.

J’ai donc décidé de les mettre sous la selle, sauf que celle de mon ER6-N a été quelque peu récalcitrante. Quelques dizaines de minutes ont été nécessaires pour trouver le bon positionnement. Il fallait éviter de gêner la fermeture sécurisée de la selle. L’installation des 2 sangles sous la selle a d’ailleurs été impossible. Nous avons donc opté pour la solution une au-dessus, une en-dessous.

Face au stress, j’ai également préféré sécuriser l’installation. Ça a été très facile grâce aux sangles livrées avec les DXR CAMEL SPORT. Et après une petite heure d’installation, nous avons enfin pu partir ! J’ai pu rouler sereinement. Rien n’a bougé sur nos 1 000 km de route, aussi grâce au grip présent sur les faces intérieures.

DXR CAMEL SPORT = PRATICITÉ

Au final, les sacoches DXR CAMEL SPORT sont très faciles à installer. Elles ont en effet été pensées pour être pratiques, mais pas seulement pour l’installation.

Comme je le disais, les DXR CAMEL SPORT s’adaptent à nos besoins de place en passant facilement de 20 à 30 litres. Mais ça ne s’arrête pas là. Elles sont également livrées avec des accessoires simples, et efficaces.

Je parlais plus haut des sangles qui sécurisent le montage, mais elles sont également accompagnées de 2 housses de pluie. Les sacoches sont aussi livrées avec 2 sangles à accrocher par de petits mousquetons. J’ai énormément apprécié ces dernières, car les 2 petites poignées de transport peuvent ne pas être très faciles à garder en main si on tient d’autres choses en plus. Là, il est possible de porter les DXR CAMEL SPORT comme des sacoches lors des déplacements à pieds.

Cette notion de praticité est également présente dans l’ouverture du grand rangement. La fermeture éclair située sur le dessus permet une accessibilité rapide et simple.

Volume utile9
Facilité de mise en place8
Étanchéité9
Tenue sur la moto9
Qualité de fabrication9

Mon avis : Un must have pour ses premiers roadtrips !

Ces sacoches cavalières DXR Camel Sport sont un véritable must-have pour qui débuterait, comme moi, dans l’exercice du roadtrip. Leur praticité et leur volume en font un véritable atout, et leur prix les rend très accessibles. Et si vous avez des conseils concernant les bagages et préparatifs de voyage, je suis toute ouïe !
8.8

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Chloé

Toute jeune motarde de 22 ans, j'ai eu mon permis en septembre 2015. Depuis, j'arpente les routes de la région parisienne sur mon ER6-N, toujours à chercher de nouvelles balades avant de me lancer dans une aventure un peu plus longue... En attendant, je parfais mes tenues de motarde en essayant d'être "stylée" et confortable (sans oublier de chouchouter ma kawa !)

  • gexak 47

    En prime tu peux coupler tes sacoches avec un bon vieux rollbag 75L si tu veux aller plus loin et embarquer plus (genre tente, sac de couchage, matelas…).

    • Chloé S Quinzel

      Ah merci pour le conseil ! Je note pour un prochain roadtrip un peu plus long !